31/08/2013

Est-il possible d’aimer Dieu ?

 

6a00d8341bffb053ef00e55475e1b68834-500wi.jpg

 Il y a peu de temps, j’ai écrit ma réflexion au sujet de l’embarras que nous cause le verbe « aimer » surtout lorsque l’on veut partager ce sentiment avec quelqu’un à qui l’on tient. C’est une déclaration trop intime, trop sentimentale et romantique. J’ai proposé une variante qui est moins ambigüe, et plus réaliste : ti voglio bene. Ce qui peut aussi dire : « je te veux du bien »  « je voudrais que tu ailles bien » « je souhaite que tu puisses être toi » « je voudrais être à tes côtés quoi qu’il arrive ». Au contraire de l’expression floue et vague « je t’aime », l’expression « ti voglio bene » est plus concrète, plus pratique, plus stable et on peut même apprendre sa pratique.

  Aujourd’hui, je me demande si nous pouvons utiliser ces termes dans notre dialogue avec Dieu. Je n’ai pas le plus petit doute que Dieu me veut du bien, même si je dois chercher et trouver ce que cela signifie concrètement : qu’il ne me laisse pas tomber lorsque j’ai des difficultés, qu’il tient à moi, même quand je suis blessant pour les autres, qu’il m’assiste dans mes peurs, qu’il est présent à mes côtés lorsque j’ai l’occasion d’aider un étranger à sortir du pétrin, qu’Il me console dans la peine ou la frustration.  « Ti voglio bene » : ne serait-ce pas son nom comme il l’a fait connaître à Moïse devant le buisson ardent : Je suis celui qui est, qui chemine avec toi et qui ne te laisse pas tomber ?

  Ecoutons-le dans la profondeur du silence et nous allons percevoir sa voix : « Je suis là pour toi et je ne t’abandonne pas. Je suis avec toi. Ti voglio bene ».

  Le revers de la médaille  existe aussi : il nous est difficile de dire à Dieu qu’on l’aime quand ces mots sonnent comme de belle phrases qui ne nous impliquent pas vraiment et qui finalement ne signifient pas grand-chose. « Aimer » peut vouloir tout dire ou alors rien du tout. Mais quand je dis à Dieu « ti voglio bene », je lui offre mon aide afin que son règne vienne. Je pense à la création, à notre environnement. Mais surtout à tous nos frères et sœurs souffrants, affamés, rejetés, et qui lui tiennent spécialement à cœur. Dieu veut le bien de toute l’humanité – avec notre aide.

 Lorsque nous disons à Dieu « ti voglio bene » nous sommes au cœur de sa bonté et de sa miséricorde  comme nous-mêmes en faisons l’expérience au cours de notre existence.

 Hermann- Josef Venetz

 Traduction : Claire-Marie Jeannotat

Avec l’aimable permission de l’auteur

 

Commentaires

Bonjour Claire-Marie,
"Est-il possible d'aimer Dieu ?"
C'est une question de lui-même,je pense,tellement sa force nous prend.
Et "je t'aime" nous soutient dans sa connexion avec lui. Simple sensation que j'éprouve hors du temps. Et alors ce "je t'aime" est juste une constatation que ce lien existe.
On a tant à l'intérieur de soi par Dieu que "je t'aime" est pudique et nous renvoie à notre état. Je sens même que "je t'aime " nous plaît par envie de complaisance et de possession de l'autre.
D'où ma participation à votre étude que je trouve très ouverte à l'amour sain.
Merci bien à vous.

Écrit par : Cristal Gagnante | 01/09/2013

Bonjour chère Claire-Marie. Etre une femme et un homme de bien sur le chemin du supplice de Damas, cela se traduit sans doute par toute une myriade d'énergies positives et collectives nous amenant enfin tous à cette Paix et cet Amour de Dieu...

Écrit par : pachakmac | 01/09/2013

Les commentaires sont fermés.