07/07/2013

La Banque du Vatican et Jésus

 20100104124601_swieca_1.png

Ce n’est pas par plaisir que j’ai publié cette petite réflexion sur « La banque du Vatican » car l’hypocrisie nous guette et c’est peu dire, Jésus avait averti : Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’œil de ton frère ? Et la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ! Saint Luc 6, 39-42

 A quoi cela sert-il de râler sur le système bancaire et financier en Suisse et au-delà et rester silencieux sur la Banque de l’Institution catholique dont mous sommes membres ? Même si le siège centrale est dans « l’État »  du Vatican , l'Institut pour les œuvres de religion (IOR ) est aussi nommé  « Banque du Vatican ». Amalgame dangereux. Qu’en est-il de Jésus qui est la raison d’être de l’Église ?

Le journal Catholique La Croix suit l’actualité et rapporte des actions et des paroles de François, mais je n’y trouve pas beaucoup d’analyse de la situation financière du Vatican ni de ses dérives. Dommage car c’est justement par là qu’un journal chrétien devrait commencer. L’évêque de Rome, François est confronté (grâce à la presse italienne entre autre et the National Catholic Reporter  (NCR) au péché structurel des finances et qui ôtent à l’institution sa crédibilité. Aurons - nous l’honnêteté d’être au moins solidaires de cet homme venu juste au dernier moment pour « sauver ce qui reste à sauver » ou alors, le laisserons-nous faire le « sale boulot », seul comme Jésus au Jardin des oliviers… et continuer notre route « comme si » ? 

Une des premières déclarations de François a été : « Comme je désire une Église pauvre pour les pauvres ». Il sait de quoi il parle : l’Argentine n’est-elle pas un microcosme du reste du monde comme l’est l’Afrique du Sud ?

Quelle motivation nous pousse à exiger une Église qui œuvre de toutes ses forces pour « le plus grand bien pour le plus grand nombre » ? Pas l’amour de la pauvreté ! Mais nous savons qu’il faut passer par la privation et la pauvreté  dans notre lutte pour la justice économique et sociale !

Ce soir, je voudrais me rassurer en laissant parler Jésus, n’est-il pas le VERBE !

L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé,

Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur. (Luc 4 : 18,19)

 Gardez-vous des scribes, qui aiment à se promener en robes longues, et à être salués dans les places publiques ;

 qui recherchent les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les festins ;

 qui dévorent les maisons des veuves, et qui font pour l'apparence de longues prières. Ils seront jugés plus sévèrement. (Marc 12 :40)

 Pour ce soir : Beaucoup de charités sont faites par une foule de gens et de leurs actions généreuses, mais cela perpétue l’injustice si nous ne nous attaquons pas aux injustices des systèmes qui causent la misère de millions d’êtres humains.

Pour équilibrer charité et justice, nous trouvons une aide et une inspiration chez Jean-Pierre Besse « Défi Michée» / « Stop Pauvreté 2015 » »

23:08 Publié dans Église(s) | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.