06/07/2013

Le Notre Père : Tout un monde

 

8299085511_c20c28b296.jpg

 crédit: Fr Maximino Cerezo Barredo

Ce qui distingue cette prière d’une manière particulière c’est que c’est la prière de Jésus lui-même, et qu’il a exhorté ses disciples à en faire LEUR prière.   Elle résume l’immense préoccupation de Jésus et témoigne de sa  praxis libératrice d’une manière authentique et unique.

 Des millions de gens, croyants ou rongés par le doute ont répété cette prière à travers les siècles,  et la prient encore et toujours.

 Ils prient cette prière de mille manières  différentes : ils la murmurent, ils la chantent, ils la méditent, ils en savourent chaque parole ; ils demeurent silencieusement en prière dans leur petite chambre, lors d’une promenade,  dans une église, au cimetière ou dans un train. Ils cherchent à partager avec d’autres l’expérience du Notre Père. Beaucoup ne peuvent prier cette prière qu’en groupe car c’est avant tout une prière communautaire : le « nous » prédomine.

 Cette prière incite à être solidaire avec tous ceux et toutes celles qui prient le Père commun : les opprimés qui ont faim de justice ; les marginalisés qui cherchent la volonté de Dieu ; les affamés, victimes  de notre système économique ; les endettés qui ne peuvent plus sortir de la misère ;  celles et ceux qui se sentent coupables et qui implorent le pardon ; les faibles qui résistent difficilement aux tentations ; avec les croyants de toutes confessions et de toutes religions ; oui, même avec les incroyants dont Dieu est également père et mère.

 Il y a mille occasions et mille possibilités de se plonger encore et encore dans le monde particulier et profond de cette prière.

 Hermann-Josef Venetz

 Traduction: Claire-Marie Jeannotat

 Avec l’aimable permission de l‘auteur

10:54 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.