20/05/2013

Réflexion sur la mort de Marie et de Lucie

 

images (20).jpg

 Oui, la presse régionale se penche longuement sur le drame de Marie et de son assassin bullois. Et c’est bien. Ce corps mutilé sera mis en terre le 27 mai, et toute la région continuera le deuil de Marie associée maintenant à Lucie. Notre mère la terre recueille leur corps et notre Père créateur les accueille dès l'origine !

 On sent sa propre vulnérabilité confronté à la maladie mentale, la folie, la violence. Les jeunes filles de la région sont marquées et leurs parents sont inquiets.

 Être prise au piège de la perversion colorée de charme fielleux, lorsqu’on se sait jeune et que le corps s’éveille à l'intelligence de la vie, c’est possible. Et quand on s’en rend compte, c’est trop tard et c’est fatal. Il faut dire que les roueries de sexe sale ne manquent pas dans les médias et, pire, sur internet. Pollution banale.

 On verse des larmes et c’est juste et on paraît paralysé par l’étalage de la violence qui est devenue une habitude.

 Certes, les dysfonctionnements présumés de la justice doivent être examinés. Ils le seront. «  La problématique des délinquants graves doit être envisagée sur le plan national. » (voir le Matin 20.5.2013)

 ET dans 24 heures le papa de Lucie (RIP), Roland Trezzini,  « Ce nouveau cas est inadmissible  Parce que maintenant, cela suffit ! Combien de jeunes filles doivent encore mourir ? » Mais laissons un peu de temps au temps.

 Ailleurs dans la Presse, des politiciens s’expriment (UDC, PS, PLR) mais je trouve déplacé, en ces jours de deuil, qu’on « profite » de ce drame pour se faire des points contre d’autres partis! Il y a un temps pour tout.

Les commentaires sont fermés.