18/05/2013

L'esprit de Jésus vit en nous

 

3-roses.jpg

Des questions qui méritent réflexion

  Deux questions teintées de reproches accompagnent la transition du temps  de Jésus au temps  de l’après Pâques.  Ces questions sont posées par les messagers de Dieu, des  anges, et elles voudraient  éviter certaines illusions et concentrer l’attention sur l’essentiel.

 La première question s’adresse aux femmes accourues au tombeau de Jésus au matin de Pâques : Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? (Luc 24 :5)

 La deuxième question s’adresse aux disciples, femmes et hommes, le jour de l’ascension : Gens de Galilée, pourquoi restez-vous là, à regarder le ciel ? (Actes des apôtres 1 :11)

 Ces questions ne s’adressent-elles pas à nous aussi ? Ne sommes-nous pas en train de chercher Jésus là où il n’est pas, parmi les morts ? Un homme certes très important, mais mort il y a 2000 ans et qui, dans notre monde en n’a quasi plus rien à nous dire ?

 Ou bien,  cherchons-nous Jésus au ciel ? Que fait-il là-haut ?  Est-il en train de regarder avec indifférence les humains qui galèrent ici-bas ?

 Où est Dieu et son Messie ? C’est la question récurrente  aussi chez de nombreux croyants.

 Il y a bien des années de cela, j’aidais en tant que prêtre auxiliaire dans une paroisse, j’étais assis dans le confessionnal de l’église. Un garçon est venu s’accuser : «  Dans ma prière, je n’ai pas toujours pensé à Dieu ». Conscient qu’il me fallait lire cette question au «miroir de la Confession » je voulais entrer en dialogue avec lui afin de savoir ce que le jeune entendait par  cette question. Je lui ai demandé : « Tu penses qu’il se trouve où ce Dieu à qui tu dois penser quand tu pries ? » A travers le grillage du confessionnal, je l’ai alors vu lever un doigt vers le ciel en disant « là-haut ». Mais il s’est aussitôt arrêté comme s’il avait senti qu’il se trompait ou que sa réponse n’était pas très bonne, alors il a dit d’une voix convaincue : « Non, attends un peu… dans mon cœur !»

 Au temps de Jésus, les questions  « quand » et « où » devaient flotter dans l’air. Jésus a répondu : Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne peut pas dire : Regarde, il est ici ou il est là. Car voici : le royaume de Dieu est au milieu de vous. (Luc 17 :20-21)

 La réponse de Jésus et celle du garçon ne sont pas loin l’une de l’autre. Peut-être qu’en ce temps de Pentecôte, nous qui sommes adultes et intelligents devrions-nous nous mettre à l’écoute des enfants...

 Hermann-Josef Venetz

 Traduction : Claire-Marie Jeannotat

 Avec l’aimable permission de l’auteur

10:59 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.