15/05/2013

Qui sont les chrétiens?

9.6.jpg

L’Evangile lu dans les églises aujourd’hui : (Jn 17,11b-19)

 Jésus témoigne de son inquiétude pour celles et ceux qui sont chargés d’annoncer SA Bonne Nouvelle autour d’eux. Selon le rapport de Jean Jésus prie : « … Je leur ai fait don de ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu'ils ne sont pas du monde, de même que moi je ne suis pas du monde. Je ne demande pas que tu les retires du monde, mais que tu les gardes du Mauvais … consacre-les par la vérité: ta parole est vérité. De même que tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde… ».  Jésus souhaite que nous soyons des gens heureux, entiers, empreints de son Esprit de compassion et de Justice.

 Les disciples de Jésus se trouvent dans les systèmes mondialisés qu’il faut combattre, humaniser. Les carences des systèmes :le profit avant l’homme, l’ordre avant l’imagination et la fantaisie, la Loi avant la liberté créatrice. Si on reste neutre dans les systèmes, nous sommes des objets.

 Jésus a anticipé, pour l’avoir vécu, la dureté des systèmes et il a prié, oui, pour que ses disciples ne se laissent pas décourager par la haine (sic) et qu’ils continuent leur chemin en territoire inconnu, (uncharted) inexploré, fluide, rocailleux, avec l’aide de son Esprit, de sa Parole et conscients et conscients  de la confiance qu’il nous fait.

 Nous sommes conscients que les systèmes atteignent leurs limites : les finances, la hantise d’une crise mondiale empêche la volonté nécessaire à un partage des biens, (voyons ce qui se passe à Bruxelles au sujet du secret bancaire et des échanges automatiques d’informations) ne serait-ce que pour une survie de l’espèce à court terme : les gens, les riches comme les pauvres. Alors le marché des armes est sans limite, et la terreur oblige les « dirigeants » à sillonner le ciel pour des rencontres éclairs : Obama et Cameron au sujet de la poudrière Syrienne. Résultats : intervenir. Oui MAIS. Avec raison ! Netanyahou et Poutine se rencontrent en hâte pour une dissuasion mutuelle de ce qui serait fatal : livrer les systèmes « sol-air S-300, l’équivalent russes des Patriot américains. » Qui pourraient être livrés au « rebelles » et dans quel but ? Renverser al Assad, instaurer la « démocratie » comme Bush en Irak ?

 Partout cloisonnés dans les barbelés des systèmes, les millions de petites gens aspirent à se nourrir, se vêtir, s’abriter, si possible s’aimer et faire des enfants ! Sans penser à des carrières hiérarchiques !

 Jésus avait raison d’être inquiets pour les petites gens. Mais lire le commentaire de l’Évangile de Jean, tiré d’une  « Lettre à Diognète (v. 200) » est un signe de vie :

 « Les chrétiens ne se distinguent pas des autres hommes par leur pays,
ni par leur langue, ni par l'habillement. Car ils n'habitent pas de villes
qui leur soient propres, ils n'emploient pas un dialecte spécial…      

 Ils habitent donc, selon les circonstances, des villes grecques ou
barbares ; ils se conforment aux usages locaux pour ce qui est des
vêtements, de la nourriture, des coutumes. Et cependant, ils témoignent
clairement d'une manière de vivre qui sort de l'ordinaire. Ils résident
chacun dans sa propre patrie, mais ils y sont comme des gens de passage.
Ils s'acquittent de tous leurs devoirs de citoyens, mais ils supportent
tout comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie, et
toute patrie une terre étrangère... »

 L’auteur est inconnu et répondait à la question de  Diognète … inconnu semble-t-il, lui aussi. 

 Les éléphants aux identités et signes distinctifs pourris peuvent se battre et piétiner l’herbe, mais les racines, seules, sont source de vie : la sève monte. Un mystère merveilleux.

 De quels signes distinctifs devons-nous nous débarrasser ?

Les commentaires sont fermés.