28/04/2013

Carte d'identité

serenite.jpg

Jean et Jésus se connaissaient et c’était une vraie amitié, j’aimerais dire : c’était une solidarité engagée. Ils avaient le même âge et avaient sans doute joué ensemble. Jésus a donc fait confiance à Jean lorsqu’il s’est mis en route pour « Prêcher la Bonne Nouvelle » dans leur société dominée par l’empire et par la synagogue, c’est-à-dire par César et par Hérode. Une seule hiérarchie politico religieuse, la plus dangereuse.

 La « bande des douze » s’est ainsi constituée un peu au hasard des rencontres et son cheminement est succinctement raconté dans les Évangiles. J’imagine Jean devenu vieux, ruminant ses souvenirs dans son cœur, et il est fasciné, imprégné par la consigne de Jésus qui authentifierait leur qualité de disciples dans la société :

 « Comme je vous ai aimés, vous aussi,  aimez-vous les uns les autres.
Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres… comme je vous ai aimés» (Jn 13,31-33a.34-35)

 Les trois années passées avec Jésus sur le terrain, en conflit permanent avec l’establishment politico religieux, l’arrestation, la procédure accélérée et bâclée, la condamnation, l’exécution,  aurait dû faire peur à la « bande des douze » en plus des 76 disciples d’alors. Comme cela devrait nous inquiéter, nous-mêmes si nous prenons Jésus au sérieux.

 Aujourd’hui : qu’est-ce qui montre qu’on est des disciples de Jésus ?

  • le système ecclésiastique ?
  • la coupole vaticaniste et ce qu’il y a dessous ?
  • le voile des religieuses et les cols romains ?
  • les croix que l’on exhibe un peu partout ?
  • les liturgies de toutes sortes ?
  • les quêtes pour soulager la pauvreté
  • les dogmes, les lois, à apprendre, à obéir à la lettre

 Et j’en passe quitte à chacun de relativiser, à « questionner les ennuyeuses questions ci-dessus »…

images (13).jpg

N’empêche que dans l'église, aujourd’hui-même, ces paroles de Jésus seront lues et, peut-être expliquées. Elles sont trop simples et claires pour être expliquées, d’autant plus que, trop souvent les explications relèvent d’une dilution !

 Alors qu’est-ce qui montre qu’on est aujourd’hui des disciples de Jésus ?

 La solidarité des opprimées les uns envers les autres…

 Enfin, je dois réfléchir et je reviendrai demain… n’empêche qu’il serait bon de discuter entre nous de l’évangile proclamée dans les lieux de culte et églises aujourd’hui, évangile conclu par « l’Amen » commun des fidèles.

Les commentaires sont fermés.