29/03/2013

Jésus et la désobéissance civile

 Désillusion

 J’espérais vraiment qu’un traité sur le contrôle du commerce des armes allait être accepté, signé, annoncé. Durant une heure d’insomnie j’entends à un poste de radio quelconque : Non, pas de traité conclu, trois pays « voyous » la Corée du Nord, l’Iran, la Syrie n’ont pas trouvé que ce traité leur serait favorable.  Je me suis dis que ces trois pays étaient peut-être les moins hypocrites ! Pourquoi ? Tant que la fabrication des armes et des munitions profite aux pays producteurs, qui logiquement sont aussi exportateurs, comment exiger que des pays acheteurs s’abstiennent ? Oh ! c’est compliqué, je sais, comme pour ce qui concerne l’économie capitaliste, c’est complexe… le commerce des armes a sa propre impulsion dont la finalité ne peut être que l’autodestruction.

 Retenons : les changements viendront de la base et non d’en haut.

 Plaidoyer pour la désobéissance civile

 Ce Vendredi saint 2013

 Au cœur de la nuit j’ai repensé à John Dear, SJ que je lis régulièrement dans l’excellent  National Catholic reporter .

 John milite pour la paix par la démilitarisation des États Unis ; pour les autorités il est persona non grata et subit le sort des chrétiens qui s’efforcent de suivre Jésus aujourd’hui.

J’essaie de suivre Jésus, moi aussi, le non violent. Jésus a pratiqué en plein jour la désobéissance civile, il a été houspillé, arrêté, emprisonné, exécuté. Jésus a vécu dans un monde de domination impériale et ecclésiastique, un monde de violence, d’injustices, de conflits, de guerres latentes, de destruction ! Mais les autorités, gardiennes des lois et de l’ordre, ont vite repéré les faiseurs de trouble, comme Ghandi, comme John Dear, comme Jésus,  « ami de la racaille qui ne connaît rien à la loi » (Jean 7 :49)

 John Dear :

 Jésus, durant les trois années de sa vie publique, a quotidiennement pratiqué la désobéissance civile.

 Exemples ;

 Dans la synagogue de son village Nazareth : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer de bonnes nouvelles aux pauvres ; il m'a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vue ; pour renvoyer libres ceux qui sont opprimés, pour proclamer l'an agréable du Seigneur » Isaïe 61 : 1-2

 En Galilée :   Un lépreux vient trouver Jésus ; il tombe à ses genoux et le supplie : « Si tu le veux, tu peux me purifier. »

 Pris de pitié devant cet homme, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié » Marc 1 : 40-45

 En route : Il viole les lois du Sabbat « A cette époque, un jour de sabbat, Jésus traversait des champs de blé. Comme ses disciples avaient faim, ils se mirent à cueillir des épis pour en manger les grains.  Quand les pharisiens virent cela, ils dirent : Regarde tes disciples: ils font ce qui est interdit le jour du sabbat! » Matthieu 12:1-2

 A table : « Il n’observe pas les règles et les codes de la propreté avant le repas

 Pour le repas de midi Jésus entra chez le Pharisien et se mit à table et le pharisien fut étonné en voyant qu’il n’avait pas d’abord fait les ablutions avant le repas » et Jésus rétorque sans langue de bois : « Vous les Pharisiens vous purifiez l’extérieur de la coupe mais à l’intérieur vous êtes remplis de cupidité et de méchanceté. Insensés ! Celui qui a fait l’extérieur n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur » Luc 37… 54 

 De Jérusalem à Jéricho :  C’est un Samaritain qui aide son prochain alors que le prêtre et le lévite passent sans le voir. Luc 10 :25… 37

 En Samarie, assis sur la margelle : Jésus s’entretient sans vergogne avec une femme, tête à tête :  « Cette Samaritaine, lui dit: " Comment ? Toi, un Juif, tu me demandes à boire à moi, une femme samaritaine! " Les Juifs, en effet, ne veulent rien avoir de commun avec les Samaritains » Jean 4 : 9-10 Ses Disciples l'observent et sont effarés.

 Sur le parvis du Temple : « Jésus entra dans le temple de Dieu. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient ; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons.  Et il leur dit: Il est écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs...  Et, les ayant laissés, il sortit de la ville pour aller à Béthanie, où il passa la nuit. Mathieu 21, 12-17

Comme Gandhi, Jésus marche sur les chemins de Galilée, de la Palestine, de la Samarie… jusqu’à Jérusalem ! Il poursuit sa campagne de non violence active.  Il ne frappe personne, ne tue personne, ne jette pas de bombes, mais il est actif, provocateur, dans l’illégalité au grand jour et en pleine désobéissance civile. Il dérange la « paix établie par les systèmes et maintenue par les armes et les munitions ! ».Jésus est un trouble-fête, un révolutionnaire non violent qui ne cesse de violer les lois injustes d’une société impériale et religieuse injuste !

 Par plaisir ? On ! non ! Pour faire ce que son ABBA, au fond de son cœur, attend de lui : accomplir sa Mission, le sens de sa vie : construire une famille humaine qui respecte la dignité de tous.

 Avec John Dear je pourrais éplucher les merveilleux textes des évangiles afin d’étayer mon plaidoyer pour une désobéissance civile ici, en Europe, aujourd’hui, comme John le fait actuellement aux États Unis…

 John Dear SJ, avec l’audace de son engagement conclut : « La résurrection est l’action de désobéissance civile la plus grande de l’humanité. » Il est ressuscité afin que nous puissions hériter de son esprit et de sa Mission qui donne un sens à notre vie en construisant le royaume.

 Une constatation que l'on écrit pas à la légère « La seule manière de construire le royaume passe par le mystère pascal » (Sr John Chittester et moi)

 John Dear en anglais: http://ncronline.org/blogs/road-peace


Commentaires

Au sujet de la désillusion les parents des enfants nés en 68 en ont connu beaucoup et savent que toute révolution avortée se doit d'être terminée un jour ou l'autre et souvent vers les 46 ans.Pour qu'enfin l'humain trouve ses propre repères et puisse avancer sans toujours faire porter le chapeau de ses erreurs à d'autres.C'est ainsi depuis la nuit des temps et la vie même Einstein le disait,n'est qu'illusions et désillusions tout comme le jour précéde la nuit et inversément!
Du temps des grandes familles la vie semblait plus facile pour l'éducation,normal les enfants s'élevaient entre eux mais les petits derniers très souvent restaient et encore de nos jours on le devine facilement,de vraies chipies à vie
On ne transforme pas l'humain si lui même n'a pas envie de le faire et surtout s'il a trouvé parmi ses semblables le reflet de sa propre image ,celle qui très souvent peut sauter quelques générations.

Écrit par : lovsmeralda | 01/04/2013

Les commentaires sont fermés.