20/03/2013

Prière du soir

 Qu’on l’affirme ou pas  Dieu est là

 

images (13).jpgpas comme une chose : il est la vie

 je n’existerais pas en son absence

 et il me dit : " Je t’ai appelé par ton nom

 tu comptes beaucoup à mes yeux, tu as du prix

et je t’aime".

 (Isaïe 43)

 

Et j’ai  envie de lui répondre : "Tu comptes beaucoup à mes yeux

 tu as du prix et je t’aime!".

 Un petite conversation d’amoureux et cela suffit pour remplir la journée !

 En me disant « qu’il m’appelle par mon nom »

 iI appelle toute l’espèce humaine :

son peuple hors toutes frontières,

hors barrières linguistiques, nationales, ethniques, religieuses…

avec la flore,  la faune, les océans et l’univers,

je suis une particule vivante, vibrante du cosmos…

 que je le sache ou pas, que je le dise ou pas

 bien qu’il soit bon de le sentir et de le dire parfois

Traversant l’espèce et la particule comme un glaive :

l’incroyable faille

 qu’on l’affirme ou pas, la faille est là au cœur de l’espèce

 au cœur de la vie de chaque homme

 et je ne peux l’accepter "comme si"

 le repos: c’est pour plus tard,

 les épines, le sang, la mort: c’est pour maintenant

 la réalité du monde m’interpelle directement : un melting pot !

 Et j’en fais partie.

 Il y a dix ans aujourd’hui : George W. Bush/Blair, leurs alliés et leurs faucons

se jetaient sur le peuple irakien, après avoir envahi l’Afghanistan!  

Bush bien sécurisé et Blair « converti » au catholicisme !

Ils seraient plus à l’aise au Tribunal pénal de la Haye.

Les raisons : le monde entier refusait cette guerre. La guerre en Irak «illégale»

pour Kofi Annan.

 Ne refusons pas de lire les journaux, ni d’écouter les journalistes. La plupart est marqué par ce qu’ils voient et par les expériences qu’ils font. On ne recherche pas ce qui est négatif et lugubre, mais lorsque c’est la réalité, on ne peut fermer les yeux… les ouvrir nous aiderait à voir des lumières d’espérance !

 Et prier : « Tu comptes beaucoup à mes yeux , tu as du prix et je t’aime »

 Nous sommes tous interdépendants dans cette faille de l’espèce humaine que Jésus est venu assainir et réparer !

 Mais il ne peut le faire sans nous, car lui et nous aussi, sommes interdépendants !

Les commentaires sont fermés.