11/03/2013

Encore Hugo Chavez

 

8102149462_4611863fb6_z.jpg

 

Fr Maximino Cerezo Barredo

La passion d’Hugo Chavez pour éliminer la pauvreté et la misère du peuple vénézuélien est un acte de justice pour les uns et un acte criminel pour les autres.

 Le prolétariat est un danger pour le bien-être de la bourgeoisie et promouvoir une société égalitaire est, du moins en occident, un non-sens donc tabou !  Je me souviens de nombreuses personnes engagées dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, qui « s’efforçaient de renoncer à posséder quoi que ce soit que tous ne peuvent posséder », ils ont été une vraie force de cohésion pour les "gens-de-trop" des townships qui ont pris conscience de l’exigence de la solidarité ! J’ai connu de telles personnes, aujourd’hui décédées. La bourgeoisie les qualifiait de fous, d’irresponsables et de dangereux fauteurs de troubles. Mais un mouvement s’organisait discrètement, dans des recoins d’Églises,  à peine toléré par la surveillance de l’institution qui craignait « le communisme alias marxisme » polluant la sacro-sainte enceinte de l’Institution en contradiction flagrante avec sa Mission !

 Mandela avait, depuis longtemps pris conscience du pouvoir du peuple ; il fut d’abord emprisonnée à vie. Mais son idéal était ancré dans le peuple hors des murs de la prison et encore prisonniers dans les murs de l'Apartheid... jusqu'en 1994 ! Madiba est allé aussi loin qu’il a pu, seul, seul avec les plus pauvres et qui le sont toujours !

 La passion de Nelson Mandela pour faire la justice ! Le contexte historique, social, politique n’ont pas permis de changer les structures d’injustice. Les revenus de l’extraction de l’’or, du platine, du cuivre, du nickel, ne profitent pas à améliorer la santé, l’éducation, l’habitat ni le niveau de vie des « gens-de-trop » des townships !

  A quoi servent les richesses d’un pays si ce n’est que pour entretenir une bourgeoisie sans couleur cette fois ! Les « gens-de-trop » restent de trop ! L’hypocrisie avec laquelle le monde économique occidental a détruit le rêve de la Nation Arc-en-ciel de Madiba crie vengeance contre le système actuellement mondialisé!  Mandela mourra, il ne sera pas mort en vain : une brindille de révolte et d’invincible espérance brûle dans le cœur du petit peuple !

 Et Hugo Chavez ? Les circonstances l’historiques de la lutte des peuples d’Amérique latine contre les USA diffèrent de celles de l’Afrique australe. Mais la cause radicale pour tous reste : l’inégalité voulue, structurée entre le prolétariat et la bourgeoisie et ses alliés mondiaux ! La différence d’avec l’Afrique du Sud et la disparition de Chavez le montre : Au Venezuela, l’histoire, les expériences de quelques pays voisins, la fougue du tempérament du petit peuple venezuélien brûle de reconnaissance envers celui qui a voulu que les richesses du sol, les fruits de la terre et du labeur des travailleurs servent à réduire la pauvreté des masses ! Pourquoi, malgré le danger d'un culte de la personne, pourquoi dénigrer la ferveur des pauvres !

 La presse capitaliste indique du bout des lèvres, presque à contrecœur ce que le chavisme a fait de bien! Pourquoi ?

 Pour le Venezuela comme pour l’Afrique australe, l’avenir reste incertain. Pour nous aussi. Et cette phrase de Jésus :

 « Les pauvres, vous les aurez toujours avec vous » (Mathieu 26, 11)

  Qu’est-ce que Jésus a voulu dire, ou prédire ?

 A-t-il découragé l’engagement pour la justice économique, sociale, religieuse ?

 C’est à nous de réfléchir à partir de notre réalité en 2013. J’essaie de faire ça.

 Jésus s’explique :  «  L'Esprit du Seigneur est sur moi, c'est pourquoi il m'a oint pour annoncer l'Évangile aux pauvres; il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé; 19 Pour publier la liberté aux captifs, et le recouvrement de la vue aux aveugles; pour renvoyer libres ceux qui sont dans l'oppression, et pour publier l'année favorable du Seigneur. 20 Et ayant replié le livre, et l'ayant rendu au ministre, il s'assit; et les yeux de tous, dans la synagogue, étaient arrêtés sur lui. 21 Alors il commença à leur dire: Cette parole de l'Écriture est accomplie aujourd'hui, et vous l'entendez…. En vérité, je vous le dis, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie ( Luc 4 :14-21, 24)

 Chavez, comme Mandela et comme bien d’autres lisaient la Bible. Comme nous, ils se disaient « chrétiens et /ou humanistes ». Alors ?

Les commentaires sont fermés.