05/03/2013

Les Ouvriers de la onzième heure, l’initiative Minder et Economie suisse.

 

images (21).jpg

C’était après mon retour en Suisse. Un conférencier théologien « enseignait » les évangiles aux sœurs, en l’occurrence il s’agissait des « Ouvriers de la onzième heure » selon  l’Evangile de Matthieu (chapitre 20, versets 1 à 16) .

Celles et ceux qui ont travaillé toute la journée ont reçu UN denarius et ceux qui n’ont travaillé qu’une heure ont reçu UN denarius. Or si ma recherche est juste, un denarius vaut 20 dollars. Le conférencier laissa du temps pour les question et j'ai demandé (étant toujours revenue d'Afrique où l'évangile éclairait notre action) : « Que pensez-vous de ce salaire ? de l’attitude du patron et de celle des salariés mécontents ? »  Sa réponse : « On ne fait pas de politique pendant une retraite ! » J'avais compris. Pas de politique. Ni à l’église, ni aux rencontres ecclésiales … Et il me semblait qu’on amputait sciemment le message de Jésus de sa relevance qui consiste à transformer notre réalité, nos cœurs afin qu’advienne le « royaume de Dieu » c’est-à-dire, un monde petit à petit plus juste et paisible.

Des années ont passé durant lesquelles j’ai appris que ce qui fait flamber les conversations est pourtant la politique des sous, du fric, des salaires, ces dernières années de crise, des salaires des cadres itou ! De la boursicoterie, de la croissance, de la consommation à tout prix et encore … des BONUS et des parachutes dorés!   Ad nauseam !

 Pourtant "THE TIMES THEY ARE A-CHANGING" !!! Quelle lenteur! Et c’est comme si des signes avant-coureur faisaient tomber les écailles des yeux et qu’on perçoive, et qu'on s'étonne de voir approcher un point de non-retour. Ou comme le dit la Conseillère Fédérale, Simonetta Sommaruga « Il y a un malaise profond dans la population… la cohésion sociale est en danger… » Et, à Infrarouge , tout en défendant le contre-projet à l’initiative Minder « salaires abusifs »  elle remercie d’amblée ce dernier d’avoir soulevé, en 2007 déjà,  le dysfonctionnement du monde des finances suisses.

 Dimanche le 3 mars 2013, la majorité des suisses a donné son opinion comme l’écho de ce « malaise profond ». Ce malaise doit être pris en compte par les organes dirigeants !

 Pascal Gentinetta directeur dit que « économiesuisse essuie les plâtres parce qu'elle s'est retrouvée en première ligne sans l'avoir cherché. » Et une campagne de 8 millions de francs contre l’initiative Minder n’y aura rien fait.

 Au fait, quel rapport entre le oui du peuple suisse à l’initiative Minder, et le salaire des ouvriers de la onzième heure ?  Le propriétaire du domaine emploie des « chômeurs » à des heures différentes ; ceux-ci travaillent et sont rémunérés selon une entente de personne à personne et selon l’esprit du maître : or comme dans beaucoup de pays, l’allocation chômage n’existe pas pour ces personnes redondantes et le propriétaire, selon Jésus, paie UN seul Denarii aux deniers, et UN seul aux premiers ? On pourrait dire que ceux qui n’ont travaillé qu’une heure ont trop reçu ! Je crois que moi, vous, nous aurions aussi « ronchonné ». Le maître est-il juste ? … Notre Abba n’est rien d’autre que l’Amour qui donne et qui se donne, aux plus pauvres d’abord et puis, à tous ! Tous ont faim et soif. Surtout à la fin du jour !

L’interdiction des salaires abusifs et les Bonus sont (et peut-être bientôt étaitent) une perversion de notre système lorsqu’il s’agit du salaire des chefs.  Ne sont-ils pas engagés pour servir et non pas être servis ? L’eau, le pain coûte la même chose pour tous. C’est le salaire quotidien pour le pain quotidien.

 

Les commentaires sont fermés.