13/02/2013

Carême des riches, carême des pauvres

 

image.jpg

Le carême et le jeûne de 40 jours chez les riches qui n’ont pas faim et chez les pauvres qui ont faim et soif.

 Cherchons la différence s’il y en a une ! Est-ce que l’évangile de Matthieu (6,1-6 ; 16-18) s’adresse à des riches ou à des pauvres ou encore à celles et ceux qui sont à la foi pauvres et riches c’est selon ! Matthieu écrit :

 -     Ne vous faites pas voir, ne faites pas les cocoricos , ne sonnez pas la trompette quand vous aidez vos semblables car vous êtes tous égaux !

 

 -     Ne faites pas un spectacles de vos liturgies, de vos prières : appelez les enfants pour lire la parole de Dieu, pas les messieurs et les dames !

 

 -     Ne soyez pas inquiets des kilos que vous perdrez en jeûnant, vous serez juste plus égaux avec les affamés !

 

 -     N’ayez pas l’air si fictivement défait quand vous pensez à l’avenir et au manque de « bonus » de toute sorte. Ne cacher pas la générosité de votre cœur !

 

Esaie (58 :6-7) le disait simplement et concrètement :

 

Voici le jeûne auquel je prends plaisir : 
Détache les chaînes de la méchanceté, 
Dénoue les liens de la servitude, 
Renvoie libres les opprimés, 
Et que l'on rompe toute espèce de joug ; 
Partage ton pain avec celui qui a faim, 
Et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile ; 
Si tu vois un homme nu, couvre le, 
Et ne te détourne pas de ton semblable. 



En Afrique, en période de lutte, oui, j’ai entendu de telles homélies qui valaient la peine. A l’écoute de paroles si vraies, j’ai vu des gens sortir en claquant la porte et j’ai vu des pauvres, blottis au fond de l’église,  et qui avaient peur de comprendre ces paroles de promesse leur étaient adressées. Ils n’osaient croire en une telle promesse : ils avaient tellement l’habitude de jeûner et le carême n’avait de fin, trop souvent qu’avec le soulagement de la mort, de faim, de soif, sans résurrection spectaculaire !

Les commentaires sont fermés.