02/02/2013

Antioche en Syrie

 

0.24_0.36_0.21_0_273_177_csupload_19054929_large.jpg

 

Actes : chap. 13, 1-3

 

Il y avait à Antioche, dans l’Église du lieu, des prophètes et des hommes chargés de l'enseignement : Barnabé, Siméon appelé Niger et Lucius de Cyrène, Manaen compagnon d'enfance d'Hérode le tétrarque, et Saul. 2Un jour qu'ils célébraient le culte du Seigneur et jeûnaient, l'Esprit Saint dit : « Réservez-moi donc Barnabé et Saul pour l'œuvre à laquelle je les destine. »Alors, après avoir jeûné et prié, et leur avoir imposé les mains, ils leur donnèrent congé.

 

 La ville d’Antioche, en Syrie était la plus grande ville de l’Empire Romain après Rome et Alexandrie.

 

  La population d’Antioche était variée, en provenance de tous les pays et de toutes les cultures, elle était financièrement florissante, bien qu’il ne faille pas oublier les pauvres.

 

La communauté chrétienne qui vit le jour et se rassembla dans les environs de la synagogue était tout aussi variée comme nous pouvons le lire plus haut : Barnabé était un Lévite de Chypre, le juif  Siméon était vraisemblable d’origine africaine d’Afrique du nord et Lucius était originaire de Cyrène, Manaen avait été compagnon d’enfance du tétrarque Hérode et Saul venait de Tarse et avait rejoint le mouvement des Pharisiens à Jérusalem. Donc, nous nous trouvons en face d’une communauté pétrie d’une multitude de cultures.

 

Et c’est marquée de cette diversité qu’elle apparaît dans le Actes des Apôtres.

Paul-et-Barnab-.jpgL’Évangile du Messie, Jésus, n’était pas annoncé exclusivement aux Juifs, au contraire, la Bonne Nouvelle s’adressait à tous les hommes, à toutes les femmes qui formaient la communauté, sans distinction aucune ! Et la communauté confia à Barnabé et à Saul le mandat d’accomplir cette mission. Selon la conviction profonde de l’Église, celle-ci ne saurait être une niche douillette où l’on est gentil les uns envers les autres. La raison d’être de l’Église est avant tout et partout, de rendre visible l’amour de Dieu. Elle existe pour tous, pour les proches aussi bien que pour les lointains. Elle est sans frontières, sans barrières et embrasse chaque être humain.

 

Il doit en être ainsi de l’Église aujourd’hui. Aussi de l’Église qui est en Suisse.

 

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie Jeannotat

 

Avec l'aimable permission de l'auteur

 

 

 

 

 

14:36 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.