26/01/2013

Ici, Confession de foi - là, Amour

 

Il y a déjà ce conflit dans le Nouveau Testament. Au nom de la

images (22).jpg

profession de foi, des gens qui n’y adhèrent pas sont exclus des communautés. Seuls en font partie celles et ceux qui sont d’accord avec le contenu de la profession de foi. Quiconque ne peut ou ne veut pas accepter cette profession de foi doit en tirer les conséquences et quitter la communauté. C’est logique et nul ne peut s’y opposer. Celle ou celui qui ne confesse pas le Messie Jésus ne doit pas se dire chrétienne ou chrétien. C’est ainsi que la profession de foi a toujours un caractère d’exclusion.

 Aussi « logique » que cette chose paraisse être, elle cache néanmoins un douloureux paradoxe dès qu’il s’agit d’une communauté chrétienne. La profession de foi du Messie Jésus confesse expressément que nul ne peut être exclu de son amour ;  le comportement  de Jésus, ses miracles et ses innombrables paraboles en témoignent. D’autre part, celles et ceux qui ne se réfèrent qu’à l’amour seul courent le risque d’oublier l’homme,  Jésus de Nazareth qui rassemble et unit la communauté.

 Il semble que ce paradoxe ou cette tension ne disparaîtra pas – même avec un amour plus grand, même avec une Confession de foi plus exigeante. Ce qui paraît indiquer que ce n’est pas à nous de bâtir une communauté ecclésiale. Dieu est plus grand qu’une  Confession de foi et il est plus grand que l’amour humain et aussi plus grand que n’importe quelle communauté chrétienne.

 Confronté à l’alternative (laquelle peut-être n’existe pas) entre Confession de foi ou amour prioritaire, qu’on me pardonne si je préfère l’amour. Selon ce que je ressens, c’est au nom de la Confession de foi que tant de sang a coulé durant des décennies (les guerres de religions, les croisades, l’inquisition, les sorcières brûlées au bûcher), autant d’êtres humains maltraités (interdiction de parole, interdiction de publications, excommunications, violences spirituelles, conversions forcées).

 Il arrive que je me pose la question : Jésus ne renoncerait-il pas à la Confession de foi afin que davantage de gens aient  la vie…

 

 Hermann-Josef Venetz

Traduction: Claire-Marie Jeannotat

Avec l'aimable permission de l'auteur

10:52 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.