22/01/2013

Porte-toi bien, chère vieille consœur !

 

images (15).jpgAujourd’hui, nous avons célébré les funérailles d’une consœur de 104 ans à Bulle. C’était une belle et pieuse cérémonie. Une brève histoire de la vie de la Sœur avait été publiée dans le journal « La Gruyère »

 La liturgie - avec un chant en patois gruyérien - s’est déroulée selon la tradition et le prêtre a assuré que l’heureuse défunte était maintenant dans le face à face éternel avec le Seigneur qu’elle avait servi et aimé toutes ces longues années. Son éternité serait un concert sans fin de louanges avec tous les anges du ciel.

 Deux idées ont traversé ma tête :

 a)    Sera-t-elle surprise que la face de son Seigneur n’est autre que le miroir de tous les pauvres, les mendiants venant chercher un peu de nourriture, ou un vêtement chaud en hiver, le sourire des petites gens qu’elle aura visités à l’hôpital, dans les prisons fribourgeoises. Quelle rencontre ! Quel accueil et quel sourire de bienvenue de la part de son Seigneur !

 b)    Je me suis dit que notre Abba créateur, doit être bien occupé, jour et nuit, à accueillir ses créatures mortes hier, aujourd’hui, mortes de faim, de froid, sous les balles, dans la violence mortifère de notre société, ou mortes de vieillesses et d'usure. La Sœur, comme toutes celles et tous ceux qui ont la chance de funérailles religieuses, seront UN avec tous ! Dans une même « liturgie existentielle! » Oui, car « L’existence est un don et un don n’existe qu’en étant partagé » (Michel Cornu).

 Quel beau mystère que ce court passage sur terre et comme le dit mon ami Albert Nolan « L’œuvre de Dieu paraît parfois très lente. Peut-être est-ce parce que nous n’apprécions pas toujours l’immensité de ce dans quoi nous sommes impliqués. Mais justement parce qu’il s’agit de l’œuvre de Dieu, l’avenir est assuré. Il y a de l’espoir pour l’univers et pour chacun de nous comme individu. Quand je mourrai, mon ego (idem pour l’ego d’une sœur, d’un prêtre, de tout un chacun), mon faux-moi sera détruit une fois pour toutes mais mon être véritable continuera pour toujours en Dieu, l’ETRE même de l’univers. » (A. Nolan Suivre Jésus aujourd’hui, Cerf Novalis 2009, p. 241)

Hamba Khahle ! Porte-toi bien, chère vieille Soeur !

Les commentaires sont fermés.