06/01/2013

Noël pour les petits oiseaux

 

Le 15 décembre, 2012 j’envoyais à  tous ce petit message en souhaitant que la Nativité engendre vie nouvelle et an nouveau, autrement. En suivant l’impossible étoile que chante si bien Johnny Halliday !

Aujourd’hui, l’étoile dit-on a guidé trois sages vers un enfant qui sera nommé Yeshuah. Jésus ! J’ai fêté ce « souvenir » de l'aventure des mages avec les diaconesses de Saint Loup. Aujourd’hui 6 janvier 2013, mes consœurs me ramènent en Gruyère où tout est vert dans une atmosphère de printemps prématuré.

 

Semeur-293x300.jpgMais Saint Loup me poursuit : les liturgies catholiques et réformées ne s’opposent pas : elle convergent, c’est le moins qu’on puisse dire. Pourtant, ce qui est tombé en moi comme une semence de vérité me fortifie et me réjouit : c'est le témoignage dans l'homélie du pasteur. En surfant quelque peu je retrouve cette parabole dont l'esprit est bien celui de « Jésus aujourd'hui ».

 

Noël pour les petits oiseaux.

 

Cliquez, ouvrez et voyez :

 A la fin du culte, dimanche dernier, une fête de Noël dans la communauté que j’ai visitée, une mendiante est venue vers moi. Je la connaissais et elle aussi m’a reconnu. Elle m’a dit, en touchant sa poitrine, qu’elle devait se faire opérer le lendemain d’un cancer. Etait-ce vrai ou un truc pour m’attendrir ? Je lui ai proposé de prier pour elle, ce qu’elle a accepté. Puis elle m’a demandé de l’argent. Je lui ai donné quelques piécettes. Comme elle en voulait plus, je l’ai embrassée.

 Dix minutes plus tard, elle est revenue vers moi pour me demander si elle pouvait manger avec la communauté. Je lui ai dit de demander à un des responsables, car je n’étais qu’un invité. Cela m’a fait mal au cœur qu’il refuse et lui demande de partir. J’aurais voulu dire à cet homme qu’à Noël tout est possible. J’aurais voulu courir vers cette pauvre femme pour lui donner encore quelque argent pour son repas. Mais elle avait disparu. J’avais l’impression que c’était Jésus qu’on chassait… Jésus venu nous visiter jusque dans le chœur de l’Eglise.

 Le soir venu, je suis tombé sur ce que Thomas de Celano, le premier biographe de François d’Assise, a écrit sur l’attitude de François à Noël :« François désirait que les pauvres et les mendiants soient régalés ce jour-là par les riches, et que les bœufs et les ânes reçoivent une ration supplémentaire d’avoine et de foin. Si je voyais l’Empereur, disait-il, je le supplierais de publier un édit ordonnant à tous ceux qui le peuvent de semer du grain sur les routes en ce jour de fête, pour le régal des petits oiseaux et surtout de nos sœurs les alouettes ».

 La naissance de Jésus nous appelle à la générosité. A la sortie je vais lancer des graines pour les oiseaux. Oui, semons du grain pour nos sœurs les chouettes et nos frères les hiboux !

 

Avec toute ma reconnaissance envers Martin Hoegger, pasteur et témoin.

Les commentaires sont fermés.