12/12/2012

Histoire immédiate

La News letter de France culture d'aujourd'hui ( 11.12.2012) écrit sur l'Histoire :

 « L'HISTOIRE À TOUS LES TEMPS : MODERNE, CONTEMPORAINE ET IMMÉDIATE

 Chaque semaine, France Culture Plus vous propose un dossier thématique construit autour d’un fil rouge, dans lequel sont présentés plusieurs médias provenant de différentes universités ou institutions. Cette semaine : L’Histoire. »

 C'est une précieuse source d'informations. Ce qui me gêne un peu, c'est la provenance des informations, c'est-à-dire : universités et/ou institutions. Ces institutions sont irremplaçables, de même que les médias de toute sorte.

 Si j'avais les moyens, je mettrais en exergue l'histoire vécue des heart on fire.jpggrassroots et racontée par eux ; cette histoire des temps modernes, contemporains et immédiats.

 Immédiats : sans porte-parole, sans cris d'angoisse ni de colère, c'est comme un bourdonnement des masses compactes qui savent pertinemment qu'elles sont un monde apart des autorités politiques, ecclésiastiques, religieuses et que leur vie, leur survie ne dépend que d'eux-mêmes, du partage de leur pauvreté, de leur solidarité entre eux.

 Où se trouvent-elles, ces masses bourdonnantes, ces surplus people  dont la croissance économique n'a que faire ? Chez nous, parfois des demandeurs d'asile à la rue ; une femme s’exclame : « allons-nous les retrouver dans nos appartements ? Des dealers ? » . C'est plus facile d'héberger un enfant Jésus dans une crèche jou-jou et de liquider le tout le lendemain de Noël !

 Chez nous et ailleurs, les chômeurs, des divorcés, celles et ceux dépouillés de leur dignité humaine par une justice parfois partisane, les enfants au regard de Dieu qui dit : pourquoi ?

 Où se trouvent-ils : en Europe, au sud, au nord, à l'est et à l'ouest, ils/elles sont les Grassroots , racines chantantes, nourries de la sève : en Érythrée, au Congo, dans les slums, en Indes, au El Salvador, au Bronx... à Rome et à Moscou.

 J'écoute le murmure de l'Histoire IMMÉDIATE des petites gens. Les médias sont inutiles :

 

images (3).jpgOn ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux

 

On n'entend bien qu'avec le cœur, l'essentiel est inaudible pour les oreilles

 

J'aime mon cœur : il bat, il veille, il fredonne ... le gazouillis des racines. Twitter !

 

 

Les commentaires sont fermés.