24/11/2012

L’insurrection contre la déchristianisation

 

images.jpg « Déchristianisés »: tel est l’état de notre pays, de notre peuple, de notre temps. Ce refrain revient telle une lamentation :

    il n’y a plus de processions

    on ne prie plus en famille

 l  les croix disparaissent de nos champs

   et de nos écoles

 la morale sexuelle est foulée au pied

 on n’écoute plus les supérieurs ecclésiastiques

 on ne respecte plus le Pape en paroles…

« Déchristianisé »: tel est l’état de notre pays, de notre peuple, de notre temps. Cela signifie  que notre pays, notre peuple, notre temps étaient une fois chrétiens.

 Oui, le bon vieux temps. Tellement chrétien !

 Mais nos ancêtres nous le rappellent :

 

-         que les filles tombées enceintes,  étaient reniées par leur « très chrétiennes »  familles et bannies du village ;

 

-         que pendant la prédication, les paysans discutaient le prix courant  des vaches;

 

-         qu’après les vêpres les hommes se ruaient sur leurs épouses et que les viols étaient des actes de bravoure ;

 

-         que particulièrement « ces très bons chrétiens», qui exploitaient les ouvriers et les privaient de leur juste salaire – un péché immonde comme ils l’avaient appris – avaient la place d’honneur derrière le Saint Sacrement durant la procession …

 

« Déchristianisé»: tel est l’état de notre pays, de notre peuple, de notre temps. Et l’on essaie sans cesse de le rechristianiser, de l’évangéliser d’une manière nouvelle, ce qui aurait été utile non pas aujourd’hui seulement, mais bien avant, mais on préfère  retomber dans de  grandioses célébrations et événements solennels qui dissimulent les mensonges évidents.

 Je vois plutôt une nouvelle approche de christianisation lors les luttes diversifiées qui émergent ici et là :

 

-         l’insurrection contre les arnaques de toute sorte ;

 

-         l’insurrection contre le trafic meurtrier ;

 

-         l’insurrection contre les écarts de salaire ;

 

-         l’insurrection contre l’obligation de réussir dans les écoles et dans les affaires ;

 

-         l’insurrection contre le système économique qui enrichit les riches en appauvrissant les pauvres ;

 

-         l’insurrection contre l’exportation du matériel de guerre …

 

Il y aurait bien d’autres exemples. Mais qui pense réellement à ces insurrections lorsqu’il est question de nouvelle évangélisation ? De re-christianisation ?

  Hermann-Josef Venetz

 Traduction : Claire-Marie Jeannotat

 Avec l’aimable permission de l’auteur

 

14:28 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Merci pour cette traduction. J'ajouterais: l'insurrection contre le consumérisme issu du matérialisme, qui avilit.

Écrit par : Christian Campiche | 25/11/2012

Les commentaires sont fermés.