09/11/2012

Temple et Tente


La Bonne Nouvelle rapportée par Jean (2 :13-22)  met en lumière ces deux mondes : le monde des temples et le monde des tentes. C'était l'évangile lu ce matin dans les églises.

Jésus en colère mis en exergue et pour cause ! Est-ce que nous avons ressenti sa colère, son émotion, sa passion ?

Les temples : les Palais épiscopaux, les châteaux des papes, les Résidences exclusives : le Vatican, les Cathédrales, les Basiliques, les Collégiales : des joyaux architecturaux, je ne le nie pas, et les labeurs et le sang des serfs et des esclaves, oserait-on le nier ?

Le plus scandaleux : La basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro est l'édifice religieux chrétien le plus grand au monde, dont l'apparence rappelle celle de la basilique Saint-Pierre à Rome. Située à Yamoussoukro, capitale de la Côte d'Ivoire, Rattaché à Saint Siège. Un affront à la Pauvreté et à vérité du continent africain !

Pourtant :

“Le Fils de l'homme n'a pas une pierre où reposer la tête” (Matthieu 8, 19) ...

Le Dieu de Jésus et le nôtre est un Dieu en mouvement avec les petites gens, les étrangers, les réfugiés,  : il a une tente ouverte à tous les vents et à les réfugiés de son temps et du nôtre. Aujourd'hui.

Je comprends et partage l'accès de colère de Jésus en public, sur le parvis du temple de Jérusalem, face au monde, face aux puissants, aux trônes aux dominations… L’apôtre Jean :

« Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,
et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. »

Imaginons aujourd'hui un prophète faisant ce nettoyage au Vatican ? Que de richesses, de trafics de toutes sortes, de sécurité et d’obscurité…

Laissons ces temples tomber d’eux-mêmes en ruines. Il y a plus urgent :  suivons,  au moins dans toute la mesure de nos forces, et rejoignons Dieu et Jésus dans les tentes fragiles en Turquie, au Liban,  en Jordanie, en Irak et dans les reste de notre planète, et là, partageons le pains de la survie. Le vraie pain de vie ! Ou si nous nous trouvons dans une église de chez nous, communions à Dieu (Dieu fait homme) avec les celles et ceux qui sont là présents: Jésus réellement présent  et ce que nous faisons en solidarité sous les tentes c’est à Lui que nous le faisons. (Mt 25,34-40.)

« A plusieurs nous ne formons qu'un seul Corps dans le Christ et, chacun
pour sa part, nous sommes membres les uns des autres » (Rm 12,5). Un seule tente !

 N'est-il pas audacieux et dangereux de prendre à cœur ces « paroles d’évangile » ! Pourquoi ? Qu 'en pensez-vous ?

Les commentaires sont fermés.