07/09/2012

Carlo Maria Martini évêque de Milan

 

20120831nw1613.jpg

Il s’est éteint le 31 août dernier, comme la flamme qu’il était se perd dans l'infini. Sa lumière demeure moins à cause de sa place dans la hiérarchie, ou de son érudition – peut-être même malgré ces incidences – Carlo Maria était et reste la flamme et la lumière surgies des  cendres d'une tradition sclérosée, et dont nous avons besoin. Puisse la Hiérarchie accueillir cette lumière ! L’Église qui pourrait être un signe de la famille de Dieu est froide, aveugle et sourde. Accueillir la parole prophétique pourrait guérir cette Institution. Comment ça ? A la suite de Jésus, Martini témoigne :

 

Carlo Maria Martini est un homme des racines simplement parce qu’il est homme avant d’être clerc. Un avec les humains, la nature, il pouvait être un avec notre créateur - et nous savons que l'Esprit, comme la sève monte des racines – il est un avec Dieu fait homme : Jésus de Nazareth d’où rien d’extraordinaire ne saurait venir disait Nathanaël (Jean1,45,46).

 

Martini, un jésuite s’est engagé dans la société afin d’aider les petites gens à trouver un sens à leur vie quotidienne. Lui, trouve le sens de la vie, de la souffrance et de la mort dans les Écritures, l’Évangile qu’il étudie durant des dizaines d’années, théologie, exégèse et je ne sais tout quoi, pour en revenir au modeste évangile qui raconte les paraboles et le témoignage de l’homme de Nazareth et avancer avec lui au cœur du peuple de Dieu. Sans frontières.

 

Mais Jésus nous a averti : « … Le serviteur n’est pas plus haut que son maître … « (Mathieu 10 : 24-33)  Carlo Maria Martini, coincé dans le système ecclésiastique, ne s’y est pas complu, avec sa plume, sa parole, ses actions avant tout, il y a fit des fissures pour laisser passer la lumière et la vie. L’institution a tenté de l’encapsuler, jusqu’à le « faire » cardinal s’il vous plaît et le travestir en « prince de l’Église » alors qu’il était comme vous et moi un mendiant de justice pour tous - y compris au sein de l’Institution Catholique que Vatican II sortit des cendres avec le bon Jean XXIII. Il y a 50 ans de cela.

 

Je crois que Carlo Martini, à la « veille de sa mort » comme Jésus le fit agonisant, pouvait dire « J’ai fait un rêve mais je cesse de rêver et je prie et je dis la vérité dans la confusion ecclésiastique actuelle ... comme je l'ai fait durant ma vie pastorale.» Pas simple ni facile d'annoncer la Bonne Nouvelle et, parfois, il faut : «Sortir vers Lui hors du camp et porter sa honte… » (Héb. 13:13. 4.1)

 

Et l’Église, ce signe de la famille de Dieu en construction, n’est-elle le camp replié sur lui-même, un mini État jouant, lorsque c’est opportun, sur l’ambivalence « État du Vatican et Église catholique ». On ne peut pas annoncer la Bonne Nouvelle aux Pauvres à partir de l’équivoque obscure d’intérêts opposés, car les pauvres ne s’y trompent pas.

 

Avec Carlo Maria Martini et avec la multitude, l’immense famille silencieuse du royaume,  nous sommes collectivement conscients d'enfanter jour après jour, le rêve de Jésus et de Carlo Maria Martini SJ à qui je rends hommage ( Rm 8, 28).

 

 Ma réflexion : je crois qu’il est bon de prendre à cœur les paroles de images.jpgMartini confiées à son confrère jésuite Allemand Georg Sporschill.  En résumé :

 

·        Oui, l’Église Institution a plus besoin d’audace que de diplomatie.

 

·        Oui, l’Église Institution doit urgemment coller son oreille aux racines et entendre l’immense désire d’un printemps mondial …

 

·        Oui, l’Église a plus que  200 ans de retard , elle a 2000 ans de retard : que ferait, que dirait Jésus aujourd’hui, au cœur du monde ?

 

14:26 Publié dans Église(s) | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Excellent article prouvant la justesse des propos tenus par cet homme d'église.Quand à Jésus lui qui disait ,si je revenais pas un ne me reconnaitrait,sans doute serait-il bien peiné en voyant cette chasse utilisons les mots exacts ,aux Roms qui font partie faut-il le souligner d'un passé ancestral nous reliant tous
J'en profite pour remercier Sainte Rita qui a réussi après plusieurs mois d'attente à stimuler l'imaginaire d'un jardinier bien peiné de voir la réalité à laquelle en Suisse on est parfois confronté
tout bon week'end pour Vous Soeur Claire-Marie

Écrit par : lovsmeralda | 07/09/2012

Les commentaires sont fermés.