17/08/2012

cherchez d'abord le royaume de Dieu

 

Von_Uhde_Jesus_Gast_m.jpg

 

(Mathieu 6 :33)

 

Lengagement de Jésus était entièrement motivé par sa foi et sa conviction : il va vers les plus nécessiteux, vers la femme courbée, vers les lépreux, vers l’aveugle  Bartimée, vers la femme malade d’une perte de sang depuis plus de 12  ans ; il va vers Levi, le collecteur d’impôts, lequel n’avait pas trouvé d’autre emploi, il va vers la Cananéenne, et vers l’homme gisant à moitié mort et abandonné par les brigands …

 

Cet engagement ouvert vis-à-vis de tout le monde était et est encore la caractéristique de tous ceux et toutes celles qui sont sur le chemin avec Jésus, Simon, André, Marie Madeleine, Jacques, Suzanne et tout autres personnes qui désiraient et désirent le suivre. C’est dans la rencontre avec les plus marginalisés et les méprisés par des gens pieux, que la rencontre décisive s’accomplit, la rencontre avec Dieu, avec la vie qui, seule, mérite le nom de Vie.

 

Ce vaste espace relègue au second plan tout le reste: la famille, la carrière, le statut social, la gouvernance, la nourriture, les vêtements, le temps… Une chose est importante : le royaume de Dieu, la Vie, l’homme à moitié mort abandonné au bord de la route, l’ancien chômeur Lévi, la femme courbée : Ceux-là et tous les autres, Jésus les cherche et les remet debout ! Cherchez d’abord le royaume de Dieu et tout le reste …

 

Jésus ne semble pas trop se soucier de tout le reste, on dirait même qu’il en sourit…

 

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie

Avec l’aimable permission de l’auteur

 

11:07 Publié dans théologie | Tags : chercher | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

À Soeur Claire-Marie (qui, j'espère, transmettra à qui de droit)

Dommage que le Professeur Hermann-Josef Venetz oublie de dire que, si Jésus était descendu sur terre au XX ou XXIème siècle, il aurait été Prêtre-Ouvrier, un des vrais! Un de ceux que Pie Xll a condamnés en 1954 et non un de ceux qui ont été réhabilités dans une version très "soft" par Paul VI en 1965.

Jésus aurait été du côté de ceux qui défendent la Théologie de la Liberté. Une théologie vilipendée par une grande partie de de la hiérarchie catholique qui ne pourrait qu'en perdre quelques plumes, surtout celles d'apparat et d'appareils (politiques).
Benoît XIII et III, alors encore Cardinal Ratzinger, a dit avec classe que cette théologie ravivait la lutte des classes. Il y a vraiment des "classes" qui se perdent.

il est mis dans la bouche de Dieu ceci: "Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.”

Où se positionne le Professeur? Froid ou bouillant?...
Et qu'il disent aussi qui sont les vrais brigands actuels. Sinon, à force de parler dans le vague, de pommader des généralités, ses paroles ne seront plus que galimatias. Paroles que personne ne comprendra et perssonne ne cherchera le Royaume dont il dit qu'il est primordial.
La Religion devrait avoir un langage différent de celui de la politique ou du marketing. Elle devrait avoir un langage vrai, direct, percutant, courageux. Ce langage n'existe pas ou plus. N'est-ce pas une des raisons de la désertion des Églises devenues des succursales du Pouvoir Temporel?

Un peu d'Histoire pour illustrer mon propos:
Lorsqu'en 1936, Addis-Abeba, capitale d'Éthiopie, tombe au mains des Italiens, une messe solennelle est célébrée à Turin en présence des autorités politiques et militaires afin de marquer la victoire.
Un peu plus tard, Pie XI visitera une exposition au sujet de la nouvelle conquête italienne sans un mot pour s'élever contre les exactions à l'encontre des populations civiles (utilisation de gaz moutarde) et celles à l'encontre des prisonniers qui meurent de faim, de maladies et de mauvais traitements.

Écrit par : Baptiste Kapp | 17/08/2012

Les commentaires sont fermés.