08/08/2012

Encore les enfants aujourd'hui

 

enfant devenez.jpg

A moins que vous ne deveniez comme de petits enfants (Matthieu chapitre 18, 3) http://www.labibleenligne.com/bible/matthieu-18.html


« A Homs, Hama, ainsi qu’à travers toute la Syrie, on tue quotidiennement des civils, on humilie et on torture des personnes. La culpabilité du régime est criante, ainsi que l’est notre silence. Nos larmes ne peuvent suffire si notre seul soutien consiste à regarder la télévision et à pleurer. Nos cœurs peuvent bien verser des larmes, mais le courage nous a bel et bien abandonné. » Tariq Ramadan

Non. Le courage ne nous a pas abandonnés, et nous faisons plus que « regarder la télévision et pleurer ». Faire « plus » c’est être conscient que « tout enfant est le mien », c’est approfondir  notre prise de conscience de l’intolérable souffrance des êtres humains, de la flore, de la faune de notre planète. C’est être conséquent… sans exiger des autres qu’ils soient comme nous. Les autres nous devancent peut-être de beaucoup sur cette route rocailleuse et c’est à nous de nous joindre à la longue marche vers la famille humaine.

Les enfants fragiles, libres, beaux. Leur innocence est la nôtre, leur regard et leur confiance spontanée sont nôtres, leur droit à la vie est nôtre. L’enfant que je fus est l’enfant que je suis et l’enfant que je fus est pleinement conscient des enfants souffrent de la famine structurelle partout dans le monde d’opulence, et qui meurent du SIDA négligé, et qui crient dans la violence des guerres rampantes en rendant leur âme au créateur et leur corps à la terre … sans un mot de haine. Car les enfants ne connaissent pas la haine et, prions nous tous, vous, moi,  afin que l’enfant que nous sommes n’aie jamais connu la haine, ni pratiquer la violence, ni l’hypocrisie, ni le mensonge.

L’enfant est naturellement courageux, « il ne connaît pas le danger » dit-on, soyons courageux, nous, même lorsque nous connaissons le danger de la route rocailleuse.

Aucun souffle de vie n’est perdu dans ce « Milieu Divin » (Teilhard de Chardin) qui est notre Milieu Divin même s’il ressemble à , et surtout peut-être, s’il est l’enfer. Car l’enfer disparaîtra de notre belle terre écorchée, ensanglantée. Et l’enfant que nous fûmes sera l’enfant que nous sommes : comme la fleur surgie plus dure et ferme sur le champ de bataille, émerveillée de voir le sens du chemin !!!

Non ! Notre seul soutien n’est pas la larme de pitié sur Alep, Damas, Bagdad, Genève et Beijing, c’est la force de Celui, en nous, qui a le dernier mot sur la mort. Jésus de Nazareth, à Antioche en Syrie ! Partout.

 

22:03 Publié dans Spiritualités | Tags : syrie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.