31/07/2012

1er Aoùt 2012

 

1__Aug__2010_Ru_tli_237.jpg

J’avais 9 ou 10 ans lorsque les enfants de l’école à Montenol sont allés, en course scolaire au Grütli, Maman nous avait accompagnés. Je me souviens.

Je me souviens de cette espèce d’atmosphère patriotique que nous respirions là-haut, et de l’idée que nous nous faisions des trois hommes debout prêtant serment en 1291 de tout faire pour que les gens de la région soient libres, fiers et forts. Une étincelle patriotique ? Plutôt une famille élargie dont faisait partie notre Clos-du-Doubs inégalable.

Nous avons pique-niqué là-haut ; nous avons chanté « Sur nos Monts quand le soleil… » et sommes revenus en train dans le soleil couchant de notre beau Jura. Le temps passe...

 

1er août 2012, demain au Grütli :

1er août – Fête nationale suisse 2012


Fête commémorative: Le mercredi 1er août 2012, la Société suisse d’utilité publique organisera, dans la prairie du Grütli, la commémoration officielle de la Fête nationale.

 

Hôte de l'année 2012:  Pro Juventute, à l'occasion son centenaire

 

http://www.ruetli.ch/fr/excursion/423

 

Bravo ! La belle et vibrante jeunesse de notre pays  redonnera son âme à nos vieilles racines,

demain, là-haut !

L’âme helvétique est aussi dans la lettre écrite par Markus Büchel, évêque à Saint et qui, mandaté par ses confrères, écrit :

"L'ARGENT EST AU SERVICE DE L'HOMME, ET NON PAS L'HOMME UN ESCLAVE DE L'ARGENT"

 

Réfléchir et prier


Markus  Büchel écrit :

« Saint Basile, qui était évêque dans l'ancienne métropole économique de Césarée au 4e siècle, avait déjà interpellé les riches avec ces expressions orientales de son époque: "Le pain qui demeure inutile chez vous, c’est le pain de celui qui a faim; la tunique suspendue dans votre garde-robe, c’est la tunique de celui qui est nu; l’argent que vous tenez enfoui, c’est l’argent du pauvre; les témoignages d'amour que vous n'accomplissez pas, sont autant d'inégalités que vous commettez".

Ces phrases prononcées par l'évêque Basile sont toujours actuelles. Et ceci est encore plus valable pour nous aujourd'hui: l'argent est au service de l'homme, et non pas l'homme un esclave de l'argent. Le 1er août est peut-être un jour idéal pour donner un tel sens à notre comportement face à l'argent, et mettre ainsi en place un fondement solide en vue d'une nouvelle forme de confiance. »

http://www.eveques.ch/documents/messages/message-1er-aout-2012

Joyeuse fête du 1er août 2012 !

 

23:22 Publié dans Solidarité | Tags : grütli | Lien permanent | Commentaires (0)

28/07/2012

Le PAIN des rassasiés

 

Le pain des rassasiés

 

Les dimanches après Pâques le Jour de la Première Communion est fêté dans certaines de nos paroisses. Pour beaucoup d’enfants, c’est « le plus beau jour de leur vie. » Pour de nombreux adultes, c’est un jour de nostalgie et de mauvaise conscience. Ils se souviennent du temps de leur jeunesse et de leur Foi innocente qui semble les avoir abandonnés aujourd’hui, du moins c’est ce qu’ils pensent.

 

Ces doutes ne devraient pas les décourager.

Car la Communion évoque aussi les merveilleuses histoires que l’on raconte durant la Messe :

 

L’histoire du Peuple au désert alimenté par la manne tombée du ciel

L’histoire de la veuve de Sarepta chez qui le prophète fut envoyé afin de la protéger de la famine et de la mort

 

L’histoire qui affirme, selon les législateurs de la Loi, que les riches qui se nourrissent aux dépens des affamés commettent un grand crime

 

L’histoire de Jésus de Nazareth qui n’est pas venu pour être adoré, mais afin de partager sa Vie avec celles et ceux qui ont faim, avec les lépreux, les marginaux, les méprisés et les désespérés.

 

pain-vin.jpgAvant sa grande souffrance et sa mort, Jésus nous offre, en quelque sorte en tant que Testament, un repas. Il prit alors du pain, remercia Dieu, rompit le pain et le donna aux siens… Depuis lors: rompre le pain, le partager est devenu l’acte central des disciples du Messie Jésus… C’est aussi le signe de notre rencontre avec Dieu.

 

Le pain ne nous est pas donné pour être vénéré mais pour être partagé et mangé avec ceux qui ont faim. Ce n’est pas la transformation du pain qui est au centre, mais la transformation de nos vies et de notre société. Ce n’est pas dans l’hostie que nous trouverons Dieu mais dans la solidarité avec les plus pauvres.

 

Nous devons quotidiennement avancer sur le chemin du partage. C’est le chemin vers la Liberté – en même temps pour les affamés et pour nous, les rassasiés.

 

Hermann Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie Jeannotat

Avec l'aimable permission de l'auteur

 

Ce que claire-marie ajoute :

 

Image6.jpg« Même dans les Pays riches, il y a 2 personnes sur 3 qui subissent une vie sous le seuil de pauvreté. Au COEUR DE L'ABONDANCE, en pleine croissance économique via les hiérarchies de revenus créées par l'équité...parce qu'on ne veut pas partager

L'équité est le contraire de l'égalité. L'équité crée les pauvres et L'ÉGALITÉ PERMET À TOUT LE MONDE DE PROFITER DE TOUT. »

 

22:44 Publié dans théologie | Tags : pain | Lien permanent | Commentaires (0)

27/07/2012

Prix des médias 2012

 

27.07.201

Prix „Bonnes dépêches“ 2012 à Sr Claire-Marie Jeannotat

« En complément du Prix catholique des médias, les institutions de médias catholiques décernent pour la première fois en 2012 et dans chacune des régions linguistiques le Prix „Bonnes dépêches“, doté de 1000 francs. Ce prix distingue une personne ou un projet qui a su „faire les titres“ dans les médias de manière positive.

En Suisse romande, le Prix „Bonnes dépêches“ est attribué à Sœur Claire-Marie Jeannotat. La religieuse de 89 ans, ancienne missionnaire en Afrique du Sud, est une bloggeuse du quotidien 24heures (Katutura – clairemarie.blog.24heures.ch). A travers ses textes, elle s’engage pour un monde plus juste et un renouvellement de l’Eglise. »

http://www.kipa-apic.ch/index.php?PHPSESSID=h136aljeh1i1a...

Pourquoi n’as-tu jamais mentionné ce prix dans ton blog ? C’était l’interpellation d’un ami. Je ne sais pas pourquoi. Mais j’y réponds volontiers ce soir.

 

dossier-preisverleihung_fullview.jpg

 

Voilà les Lauréats avec le Père Abbé Martin Werlen

C’était le 27 juin 2012, il y a tout juste un mois. La remise de ce Prix, c’était au Couvent des Capucins à Olten. Quatre lauréates (un homme parmi elles) étaient là, nous voici rassemblés en bonne compagnie du P. Abbé d’Einsiedeln, Martin Werlen , Président de la Commission des médias et de la communication.

Et voici quelques photos que j’ai trouvées pour vous chers amis.

http://www.commission-medias.eveques.ch/katholischer-medi...

Et voici que dit Christian Campiche sur la Méduse :

http://www.lameduse.ch/2012/06/27/soeur-claire-marie-jean...

 

Et moi là-dedans ?


25826cyh157w279.jpg

Quand j’ai appris que la CES (Conférence des évêques suisse) section des Médias et de la communication avait remarqué mon blog, ce fut une grande surprise et c’est peu dire.

Mais j’étais contente bien sûr : les « petites gens » de partout qui ont alimenté de blog, lequel est sorti de l’île de la Radio Suisse Romande (Expo 02). Durant ce merveilleux séjour lacustre non loin de Forel, je pouvais - comme les autres invités – intervenir sur les ondes, juste un message, une observation, un rêve, une question. Retour sur terre ferme le journaliste de piquet m’a dit : Tu as quelque chose à partager. Pourquoi pas un blog ? » En novembre 2002, j’ai publié un premier billet (http://katutura.blogspot.com/)

Etre « publié » implique une responsabilité, un risque. Ceux qui liraient les notes ne sont pas nécessairement celles et ceux qui le nourrissent : les pauvres, les chômeurs, les marginaux, les riches, bref, ce qui fait l’actualité, Mandela, des sœurs et des frères humains sur le chemin de la vie. J’essayais d’éclairer notre réalité, soit avec une modeste bougie, soit avec un grand soleil. Je m’appliquais à l’analyse sociale et à la critique constructive des Institutions, en commençant par l’institution ecclésiastique !

 

Dialogues, débats, c’était très rare. Des commentaires acerbes, d’autres commentaires encourageants, quelques-uns constructivement critiques itou ! Je suis une blogueuse parmi les blogueurs et nous essayons de faire avancer la pensée, sûrement ! De nous libérer les uns les autres ! D’encourager une prise de conscience individuelle et collective notre « Long chemin vers la Liberté. »

En 2007 après un gros pépin de santé, j’ai dû, la mort dans l’âme, quitter Lausanne et mon engagement à « Français en jeu ». Comme un baume, 24 Heures m’offre une place dans la blogosphère du journal et je m’y sens chez moi dans la luminosité du Léman ! Avec bonheur et ferveur.

 

Puis le pêcheur de blog de la Tribune de Genève m’offre aussi, il y a un an environ, une tente dans sa bouillonnante et dynamique famille ! Comme j’ai un tempérament plutôt nomade, je me sens bien à l’autre bout du lac. Ce beau Léman genevois ! Et ses habitants à la propension plutôt sévère !

 

Depuis, j’ai pu insérer Katutura English, que je nourris, occasionnellement, et Katutura Deutsch, enrichi une fois par semaine par la réflexion théologique que je traduis avec enthousiasme.

 

Seulement, à Olten, ce 27 juin, j’ai remercié les personnalités présentes, souvent sans donner de noms par crainte d’oublier quelqu’un !

 

Parmi les absents mais présents dans mon cœur, il y avait les journalistes de 24 Heures et de La Tribune de Genève, il y avait les amis blogueurs et, les personnes que j’ai mille fois dérangés afin de m’aider à dompter cet animal imprévisible qu’est un ordinateur et ma reconnaissance est immense !

 

Voilà deux trois mots pour ce qui me concerne, mais nous étions quatre lauréats :

Daria Lepori, qui anime la campagne d'Action de Carême en Suisse italienne.

Sandra Rupp Fischer, "l'âme chantante" du Festival de musique sacrée du diocèse de Bâle "cantars" qui a réuni l'an dernier 8‘000 chanteurs

David Syz, son ancien secrétaire d'État à l’économie. Syz obtient le Prix pour son documentaire exceptionnellement complet et engagé "Faim et abondance". Et Internet révèle qui ils sont et ce qu’ils font.

Pour clore, j’ai mentionné, dans cette Eglise des Capucins à Olten, avec la bénédiction de François d’Assise sans aucun doute, trois personnalités qui ont marqué ma réflexion :

 

Bernard Phiri : mon étudiant à l’école secondaire du Township à Lady Selborne, au nord de Prétoria qui m’a dit à voix haute et distincte au nom de tous les siens. C’était durant une « leçon » de catéchisme :

« Ah ! Ma Sœur, si Dieu m’aimait, il ne m’aurait pas fait noir en Afrique du Sud » (pays de l’apartheid).

 

Phumzile : Cleansing opération : les militaires déportaient à coup de camions, de force, les gens de trop (surplus people) dans un no man’s land et rasaient, sous leurs yeux, derrière eux, leurs abris afin d’ôter tout « caprice » d’y revenir ! Phumzile a dit :

 

« Oui ! Dieu, Modimo, s’en est allé. »

Ahmed réfugié arabe au Canton du Jura où je travaillais (en 1982….) condamné à la prison par le Juge au Tribunal à Porrentruy pour méfait, somme toute pas criminel, à tant de temps de prison ferme. Derrière ce Juge (face à nous tous) pendu au mur : « Le crucifix et Jésus qui dit : Ne jugez pas ! »

Voilà, c’est fait.

 

21:57 Publié dans Église(s) | Tags : médias | Lien permanent | Commentaires (2)

22/07/2012

Grenades en Syrie?

 

« Que de paroles creuses alors que des milliers de chrétiens fuient la Syrie dans la terreur et les gaz de combats !!

topelement (1).jpg


Vous semblez curieusement silencieuse ? » de Corto

Ce commentaire à la note publiée hier sur ce blog : http://katutura.blog.tdg.ch/ mérite cette petite réflexion :

D’abord, ne sommes-nous pas tous complices? La Presse suisse ne garde pas le silence au sujet de la possibilité que des grenades fabriquées chez nous tuent des gens (qu’importe la religion ou l’ethnie ou la nationalité !)

Donc « La décision a été prise au regard de l'aggravation de la situation pour les civils sur le terrain. La livraison d'équipements militaires est notamment visée… »

http://www.tdg.ch/monde/nouvelles-sanctions-suisses-syrie/story/16389226

Sommes-nous sur place pour vérifier ce que notre presse et RST rapportent ? On sait que très peu ou pas de journalistes peuvent se rendre là où les civils sont massacrés. C’est vrai aussi que les médias, sans exagérer, sont très répétitifs et,  tout en provoquant la juste colère chez nous,  ne mentionnent peut-être pas, entre les filets du moins, d’autres messages qui ont leur source chez des Syriens , sur place et qui, malgré les exodes, donnent un témoignage, non pas fataliste, mais moins prône à attirer sur eux la pitié.

Nous connaissons des réfugiés syriens des années huitante, qui ont pu (Oh ! pas tous) rester en Suisse et nous avons pu entendre de vive voix la complexité historique de ce beau pays, là où le fougueux Saint Paul vécu !

Oui les régimes syriens successifs  divisent pour plus facilement contrôler. Oui, ils favorisent les uns et tyrannisent les autres et créent ainsi des zones de tension, de conflits latents comme les vautours de Bush avaient d’emblée planifié de le faire en Irak ! Avec ce que l'on en sait aujourd'hui.

Quant à nous et à notre fabrication d’armes pour la vente et l’économie de notre pays : nos journaux en parlent, Ouvrez les liens suivant:

http://www.tdg.ch/monde/nouvelles-sanctions-suisses-syrie/story/16389226

http://mobile.lacote.ch/fr/monde/des-grenades-suisses-utilisees-par-les-rebelles-syrien-577-496319

« Le "Sonntagszeitung" affirme que le journaliste a trouvé et photographié une grenade à main suisse jeudi dernier dans la localité de Marea, au nord de la Syrie. Le journal ne précise pas le nom du reporter, expliquant simplement que celui-ci est connu de la rédaction et qu'il couvre les événements depuis le camp des rebelles. »

La photographie publiée dimanche, et tenue pour preuve par le quotidien, montre uniquement une main tenant une grenade de type "Offensive OHG92, SM 6-01 1", engin fabriqué par l'entreprise d'armement RUAG, en mains de la Confédération… »

Nos Conseillers Fédéraux, sont-ils prisonniers de leur « devoir de collégialité », sont-ils, du haut de l’échelle hiérarchique, trop loin des racines pour, comme trop souvent, tergiverser ad infinitum?

A quoi servent les grenades ? et à quoi sert la panoplie d'armes, de munitions, de chars d’assaut et du reste ?

L’Église,  « mandatée » pour annoncer une paix désarmée, y compris une mentalité et un cœur désarmés comme le témoigne Jésus n'est-elle très silencieuse ? Parfois le Pape fait des déclarations, nous faisons des prières (et souvent pas spécifiquement ni nommément). L’institution reste timide.

On se souvient de la Libye, des gens sont restés sur place, solidaires des Libyens de bonne volonté, idem dans d’autres pays sans exclure la Syrie aujourd'hui.

Si les chrétiens ont dû fuir l’Irak : a-t-on chercher à en comprendre la cause ?

Chiites, Sunnites et chrétiens vivaient en paix, nous racontaient une réfugiée Irakienne en 2004. Voir plus la motivation de Bush, Blair et les autres divisant le Irakiens pour prtéger les Marines américaines?

Ma conclusion : Est-il complètement idiot de désirer une Suisse sans armée, un monde désarmé ? Des cœurs et des mentalités désarmés, réconciliés avec eux-mêmes et le monde ?

« Ils forgeront leurs épées en socs de charrue; et leurs lances en faucilles. Une nation ne lèvera plus l'épée contre l'autre, et l'on n'apprendra plus la guerre. » Ésaïe 2:4

Qu’en pensent les marchés de cette « Parole du Prophète » qu’on entend quasiment jamais dans nos églises ?

 

23:35 Publié dans Résistance | Tags : syrie | Lien permanent | Commentaires (3)

21/07/2012

en dernier instance

jeudi-12.gif

En dernière instance

 

La parabole du « jugement dernier » (Matthieu 25 : 31-46) nous rappelle que nous tous, devrons apparaître une fois en dernière instance. Dès le début, le juge de cette ultime session est appelé : Fils de l’Homme et Roi. D’emblée, un Roi suscite en nous l’image de majesté, trône, splendeur.

Qu’on se détrompe ! Le discours royal nous révèle bientôt qu’il s’agit d’une majesté tout autre, qui comprend la foule des affamés, des étrangers, des prisonniers, des réfugiés, des misérables.

 

Déjà nous sommes sur la défensive et nous protestons : « Ce n’est pas à vous autres que nous avons pensé. Devant ce tribunal de dernière Instance, Le juge doit être Le Roi ! » Mais la voix de « Sa Majesté » répond : « Il n’y a aucune autre Instance, aucune autre Majesté sinon celle des affamés, des étrangers, des prisonniers, des réfugiés, des écartelé, des misérables ; car ce que vous leur avez fait, c’est à moi que vous l’avez fait, et ce que vous ne leur avez pas fait, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait. »

 

Pour ce qui nous concerne : nous aimerions cependant nous situer nous-mêmes dans le contexte de ce « Jugement dernier ». Nous ne nous laisserons pas déstabiliser  par les affamés ni par les étrangers. Cette fois-ci, Dieu ne doit plus pouvoir s’exprimer en tant que juge de Dernière Instance. Nos reproches sont clairs et nets : « Dieu ! Où étais-tu donc dans les camps de Auschwitz et à Nagasaki ? Où étais-tu quand le Tsunami a englouti des milliers d’êtres humains ?

Ou étais-tu lorsque les terres tremblaient et que les inondations ravageaient sans pitié les demeures et les champs ? Et que les gens mourraient de faim ? Quelle raison as-tu de te laisser nommer le Tout-Puissant ? »

 

Encore une fois nous ferons face à une Majesté tout autre : un écartelé vif. Son signe de royauté ? Une couronne d’épines ! Car il n’est pas « Tout-puissant ». Non. Il est solidaire des écorchés vifs, des affamés, des étrangers.

 

Peut-être, nous contemple-t-il en silence. Et peut-être l’entendons-nous dire, dans un murmure : « Et toi ? Où es-tu donc ? »

 

Hermann-Josef Venetz

Traduction: Claire-Marie Jeannotat

Avec l’aimable permission de l‘auteur

 

18:04 Publié dans théologie | Tags : jugement | Lien permanent | Commentaires (0)

20/07/2012

POUR MANDELA ENCORE

 

Encore un petit clin d'oeil à Madiba Mandela avce son ami Johhny Clegg avec reconnaissance et affection à tous les deux!

 

Asimbonanga est un hymne à la libération de Nelson Mandela, alors qu'il était encore en prison !

Et maintenant: ensemble!

Cela marche enfin ce soir!


18:04 Publié dans Afrique | Tags : mandela | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2012

Burn on till you burn out

 

TazOpinionRamp_94projects.jpgCe soir je désire juste partager la reconnaissance envers Mandela et envers cette Nation Arc-en-ciel en devenir !

Cher Madiba : Burn on till you burn out !

INVICTUS

"Hors de la nuit qui me recouvre,
Noire comme un puits d'un pôle à l'autre,
Je remercie les dieux, quoi qu'ils puissent être
Pour mon âme indomptable.

Tombé dans l'étreinte des circonstances
Je n'ai pas gémi ni pleuré à voix haute.
Sous les coups de la fortune
Ma tête est ensanglantée, mais redressée.

Au-delà de ce monde de colère et de pleurs
Ne plane que l'Horreur de l'ombre.
Et pourtant la menace du temps
Me trouve et me trouvera, sans peur.

Peu importe l'étroitesse de la porte,
Le nombre des punitions sur le parchemin,
Je suis le maître de mon destin :
Je suis le capitaine de mon âme".

WILLIAM ERNEST HENLEY

Nelson Mendela a été incarcéré 27 ans. Il a vaincu l'Apartheid.

Clint eastwood a repris ce titre pour son film d'hommage au combat exemplaire de Mandela.

Colorblind with Lyrics

 

22:18 Publié dans Spiritualités | Tags : mandela day | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2012

18 juillet 2012

 

 

Cher Tata Madiba Mandela,


J’écris ce message avec une plume légère pour dire combien tu comptes dans ma vie comme dans celles de ton peuple dont tu  rêvais comme d'une images (2).jpgnation arc-en-ciel. Tu n’es pas née pauvre mais tu as vu la souffrance des pauvres. Tu ne t’es pas contenté de prier et de faire la charité mais tu t’es demandé qu’elle était la cause de cette pauvreté. Les yeux, les oreilles ouverts en gardant tes moutons, qui n’avaient ni faim ni soif, tu entendais, dans le lointain, des êtres humains, qui eux, elles, avaient faim et soif.


Ton cœur a alerté ton intelligence,  tu as regardé de plus près, tu as scruté et décelé les moindres indices qui diminuaient la dignité humaine. Le droit à la liberté, à la responsabilité et, quand les gens de ta tribus ont voulu arranger un mariage pour toi qui étais destiné à devenir le Chef de ton ethnie royale  xhosa tu es parti. Le cœur lourd de décevoir les tiens mais fidèle déjà à cette graine plantée en toi avant ta naissance, elle croissait ... et tu avançais…


A l’Université de Fort Hare, tu prends parti pour tes les étudiants qui réclament du pain et tu es expulsé par les autorités  européennes, qui elles, n’ont pas faim.


A Johannesburg, Elodi, la ville de l’or, tu vois la misère horrible que le système engendre, oui le système  mis en place par les autorités occidentales chrétiennes enrichissent l’Occident et les Occidentaux à mesure qu'il appauvrit  les Africains !


Tu pleures sur Elodi comme Jésus pleura sur Jérusalem, tu cherches et trouves des amis, rares mais sûrs,  le cher  Walter Sisulu, Oliver Tambo,  Anton Lembede, Peter Mda et vous  rejoigniez le Congrès National Africain, interracial qui luttait pour la justice par la non-violence. Ce n’était pas un club defonctionnaires grassement payés dans des bureaux feutrés, Oh! non! c'était un mouvement  avançant dans les méandres mortels du système de plus en plus corrompu et abjecte et sordide!


Cher Madiba, en 1948, le système est « baptisé » excuse le terme : Apartheid et inspiré de la philosophie naziste ! C’est légalisé … http://www.immigrationafriquedusud.fr/immigration-afrique...


Oui et cela coïncide avec mon arrivée sur ta terre bien-aimée,  qui me séduit,  m’ensoleille, »  me fait to
mber dans maintes tentations, me fait "pleurer sur Johannesburg "  et me permet enfin de rejoindre, ne serait-ce que marginalement, le peuple en lutte !
Pendant ce temps, de 1958 à 1963, cher Mandela, tu es proche et lointain, il faut organiser la résistance, accélérer la « Prise de conscience », mettre à jour la stratégie et les tactiques tout en gagnant sa vie dans le système économique existant !


Les institutions chrétiennes d’origine occidentales – qui pratiquent la ségrégation raciale – ne s'opposent pas aux lois injustes. L'isécurité des pauvres est la sécurités des riches. C’est le règne du mutisme blanc et du cri de colère noir. Toi, Mandela, tu te faufiles en travaillant, en écrivant, en créant des liens, tu es un peu comme notre « Mouron rouge ». Partout et nul part. Clandestin et publique. Toujours. Dans les milieux chrétiens et catholiques tu es un « terroriste », comme nous tous le devenions si nous étions solidaires des pauvres et engagés pour la justice.


Cher Madiba, tu es, avec un grand nombre de personnes qui donnent leur vie pour la vie du petit peuple, prisonnier à Robben Island, tu casses des cailloux, tu formes un université, tu continues la lutte et puis, tu lis Shakespeare qui s’introduit chez toi par effraction, oui, sous le nez et à la barbe des geôliers rustres ou complices, qui croient que ce bouquin est une bible

 

Tu t’engages pour une traitement équitable des prisonniers, tu pleures l’absence de ceux que tu aimes, de ta famille de tes enfants et tu es rongé de remords, comme je le suis souvent. C’est dans la logique de l’engagement et de la Mission prophétique que nous confie Jésus. A tous mais surtout à celles et ceux qui ont reçu cette graine au plus profond d’eux-mêmes dès avant leur naissance.  Cette graine, elle te tient.


Un long chemin vers la liberté intérieure et collective qui prendraient des pages à raconter comme je m’en souviens marginalement et que nombre de livres et de films s’efforcent de faire connaitre de leur mieux !


Ce 27 avril 1994 j’ai été voté, citoyenne sud-africaine, avec ma consœur métisse, également citoyenne sud-africaine à Zurich ! Pour la première fois : ma consœur parce que le suffrage universelle était la particularité ( !) des blancs et privait les « non-blancs » de leur droit ! Moi parce que je boycottais avec d’innombrable blancs, ce droits injuste puisque sélectif !


Le 10 mai 1994, cher Madiba, c’est l’extase et l’euphorie. Toi, chef de la Nation, il te reste chez toi et dans le monde, une monde meilleur!  Nous tous avec toi, Tata Madiba. Le monde est trop petit pour ne pas être ensemble !


Dix-huit années de lutte pour déraciner l’injustice: l'économique reste sur les anciennes rails capitalistes, la pauvreté s’accroît pour les plus pauvres et remplit les poches des nouveaux riches qui perdent leur âme en faisant fi de la solidarité qui les liait à la lutte pour la justice de leurs frère de race! Et la pandémie du SIDA ravage une génération  de jeunes, et puis une autre, et crée des centaines de milliers d'orphelins !


Mais cher Madiba, demain matin vers 8a.m. des millions d’écoliers, d’étudiants toutes races confondues vont chanter ensemble « Happy Birthday Tata Madiba » et nous allons t’offrir 67 minutes de travail solidaire pur honorer tes 67 années épuisées pour le monde !
Ces 67 minutes de "bénévolat" ne doivent pas faire oublier les injustices, les corruptions, la violence et les tentations fatales! Il ne faut pas préférer la charité au goutte à goutte à la lutte sans merci pour la justice sociale et structurelle.


Cher Madiba, je t’aime et je te dis merci pour ta vie, ton exemple, ton humilité, ta proximité avec Jésus le palestinien de tous les temps !
http://fr.euronews.com/nocomment/2012/05/30/une-chanson-s...

23:44 Publié dans Afrique | Tags : madiba | Lien permanent | Commentaires (3)

16/07/2012

âne bâté

 

C'est moi, ou lui

Moi, j'use ma patience jusqu'à la corde pour que ça marche. Lui est un âne bâté

Et Victor Hugo de renchérir

« Il n'est pas d’animal,
Plus hérissé, plus sale, et plus gonflé de vent,
Que cet
âne bâté u'on appelle un savant ! (Victor Hugo, Le Roi s’amuse, 1832)

Or mon âne bâté est mon savant ordinateur et si mes cheveux n'étaient déjà de neige, ils le seraient ipso facto depuis samedi passé. En fait ce n'est pas la machine en elle-même, mais son contenu sorcier !

Voyez plutôt, je rédige soigneusement une note importante, selon moi, qui a pour but de donner quelques pistes d'approfondissement au sujet de « l'invasion musulmane au Mali ».  Et je mets les sources en liens selon la méthode.  Résultat ? L’adresse URL des liens s’inscrit dans courriel… A la recherche du problème, patiemment et des réponses, à partir du forum disent que c’est dû libre Office writer que j’emploie pour éviter les balises.

787-BSXas.St.55.jpegUne succession de recommencements et d’échecs ! Mes meilleurs amis sont en vacances. TdG ne répond pas alors que je me suis habituée à une aide immédiate. Je balance entre irritation et impuissance et je sais que d’autres ont les mêmes problèmes, frustrations et temps perdu.  Je me mets donc à la recherche du temps perdu et navigue avec Google Chrome Navigator, le meilleur des meilleurs paraît-il. C’est faux. C’est tout pareil.

Et pourtant je suis comme un enfant qui a quelque chose d’urgent à partager, cela nous concerne tous et ça me fait plaisir de partager ! Pourquoi l’âne bâté, ce « savant » n’avance pas ?

Je m’en prends à moi et je glisse vers l’abattement frustré… pour reprendre en me disant : je dois pouvoir trouver une solution, sinon miraculeuse, du moins le résultat de ma tête de mule.

Je ne suis pas tout-à-fait l’âne de Buridan, ce serait trop « âne » !

Je ne mourrai ni de faim ni de soif ni de faim, donc mieux vaut aller de l’avant, gentiment comme l’âne que chevauchait Jésus, son seul moyen de transport en plus de ses pieds sandalés !

Ainsi mon « âne bâté » mort et enterré va son chemin en un âne ordonné, ordinateur sans regarder ni à droite ni gauche mais au but, comme l’ami de L’homme de Nazareth de jour-là.

 

 

15:15 Publié dans Humour | Tags : computer | Lien permanent | Commentaires (0)

09/07/2012

Gaz contre aide au développement

 

 

Gaz contre aide au développement

Serge Gumy

 

La Suisse va-t-elle imiter  l'Allemagne?


L’Allemagne projette d’accorder son aide à des Etats africains en échange d’un accès aux ressources.

 

« Et si la Suisse utilisait l’aide au développement pour assurer en échange son approvisionnement en matières premières? A Berne, l’Union suisse des arts et métiers (usam, l’association faîtière des petites et moyennes entreprises) fait depuis des mois le siège des départements fédéraux pour infléchir dans cette direction le travail de la Direction pour le développement et la coopération (DDC) matières premières  • Les milieux économiques veulent que la Suisse vienne en aide en priorité à des États lui donnant accès à leurs mines et leurs puits de pétrole. Les œuvres d’entraide inquiètes. »

Je refuse de croire à un tel niveau de corruption en 2012 ! Et pourtant n’est-ce pas la suite du colonialisme, conquérants en compagnie de militaires, de marchands et  missionnaires Si le temps a passé, si les contextes sont différents, si l’expression est quasiment « naïve » sans parler de l’insulte faite aux pays qu’aide la DDC !

Et je pense aux missionnaires en Afrique australe (je fus l’une d’entre eux). Les Africains avec raison ont osé clamer : « Vous apportez votre Bible et vous prenez notre Terre. » (Combien les débats seraient utiles, mêmes aujourd’hui)

Nos pays occidentaux, civilisés, chrétiens dit-on, proposent un  Deal selon l’USAM, union suisse des arts et métiers: donnez-nous accès à votre sous-sol, aux matières premières afin que, dans notre esprit de générosité chrétienne nous vous aidions à gagner votre pain… à la sueur de votre front bien sûr ! J’exagère ? Peut-être car Serge Gumy poursuit :

« Berne ne veut pas de ce souk

Soumettre l’aide au développement à l’accès aux matières premières? Le Conseil fédéral s’y oppose. «La Suisse ne connaît pas cette forme de conditionnalité dans l’aide au développement», répondait-il en novembre à deux élus UDC qui lui demandaient d’élaborer une stratégie dans le même sens que celui souhaité par l’Union suisse des arts et métiers. »

_61403308_femi_kuti.jpgZeinab Badawi parlait aujourd’hui avec Femi Kuti, musicien, activiste et critique politique   nigérien ; sa musique et ses chants met en lumière la mauvaise gouvernance du gouvernement nigérien ; il prête sa voix aux pauvres, aux exploités… à prendre conscience, collectivement et personnellement de leur dignité humaine… Long est le chemin, étroit, rocailleux…

 

 

22:27 Publié dans Résistance | Tags : gaz | Lien permanent | Commentaires (1)

07/07/2012

Plaidoyer pour l'insolence

av_03g.jpgDans son Évangile, Luc présente, par deux fois, des exemples  de personnages insolents.

La première fois, il s’agit d’un homme qui vient réveiller son ami en pleine nuit pour lui demander du pain. Bien sûr que l’ami, tiré de son profond sommeil aurait volontiers envoyé aux pives l’importun ! Malgré tout, il sort du lit pour lui donner ce dont il a besoin. Ce n’est pas l’amitié qui le fit sortir du lit, mais l’insolence de celui qui le réveillait en pleine nuit (Luc 11, 5-8).

La deuxième fois, il s’agit d‘une veuve qui avait des désagréments avec les proches de son mari défunt. Elle chercha un juge pour qu’il l’aide mais celui-ci, un fonctionnaire sans-pitié, renvoya la femme. Mais elle revint plusieurs fois sans se décourager. Ce juge qui ne craignait ni Dieu ni diable  s’est dit : « Je veux m’occuper de cette femme avant qu’elle ne revienne encore une fois et ne me casse la figure.» (Luc 18,1-8)

Jésus est profondément convaincu que, lorsque nous venons à lui avec nos besoins, et que ces besoins sont conformes avec ceux pour  lesquels il s’est toujours engagé avec passion et avec un amour inconditionnel, il ne nous laisse pas tomber… Nous sommes  solidaires avec les nécessiteux, les privés de droits, les déportés, les étrangers. Notre prière et nos actions persévérant…au risque de l’insolence, font  à la longue, pencher la balance en faveur de la justice  pour tous.

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie Jeannotat

Avec l’aimable permission de l’auteur

 

17:46 Publié dans théologie | Tags : faim | Lien permanent | Commentaires (2)

06/07/2012

Paradis ou enfer

 

67414.jpg

http://renevincentviry.livegalerie.com

Pour dimanche, j’ai l’intention de partager une réflexion sur l’insolence ou l’impertinence ou l’audace si préférez.

Pour l'instant : plongée ce soir dans ce que vivent nos frères et sœurs humains, je me demande quelle prière a un sens ? Car sûrement, ce ne peut être un vent léger, éphémère alors que des uns se vautrent dans l’argent facilement gagner et que d’autres « crèvent de faim et de soif » et, qu’entre les deux il y a une causalité. Quand les armes et munitions écrasent les uns, et que les autres sautent dans un airbus pour passer le weekend à la plage et qu’entre les deux il y a une causalité !

Prier ? Supplier pour avoir un peu de pain pour les malheureux ? Remercier pour les chanceux ?

 

Je me souviens avoir lu  « Les portes de l'enfer et du paradis. » Lisons :

Un samouraï se présenta devant le maître Zen Hakuin et lui demanda :
- " Y a t-il réellement un paradis et un enfer ."
- " Qui es tu ?" demanda le maître
- "Je suis le samouraï …"
- "Toi, un guerrier ! s'exclama Hakuin. Mais regarde-toi. Quel seigneur voudrait t'avoir à son service ? Tu as l'air d'un mendiant."
La colère s'empara du samouraï. Il saisit son sabre et le dégaina. Hakuin poursuivit :
- " Ah bon, tu as même un sabre !? Mais tu es sûrement trop maladroit pour me couper la tête."
Hors de lui, le samouraï leva son sabre, prêt à frapper le maître. A ce moment celui-ci dit :
- " Ici s'ouvrent les portes de l'enfer."
Surpris par la tranquille assurance du moine, le samouraï rengaina et s'inclina.
- " Ici s'ouvrent les portes du paradis. ", lui dit alors le maître.

Je remercie de tout cœur Le Jardin du conteur

 

22:04 Publié dans Monde | Tags : paradis | Lien permanent | Commentaires (3)

02/07/2012

Il y a un temps pour tout sous le soleil

 

900882072.75.jpg
Dieu n'est pas mort: Il est perdu...

Avec Jésus je regarde, ce soir, notre société aujourd’hui surgie de hier, d'avant hier...

 

Ce que je vois nous force d’être pessimiste alors que nous souhaitons être optimiste! Nous voudrions l’espérance et la désespérance nous guette. « Jésus  pleure sur Jérusalem » aujourd’hui comme jadis.

Il ne fera pas de miracles pour sauver ce qui reste à sauver de notre société et de notre monde « s’Il s’est fait homme un beau jour » c’est parce qu’il avait besoin de nous  pour l’aider, lui, le créateur, à recommencer une « création » à, partir des ruines et du chaos. Des cendres de nos bien-aimés !

 

La poussière des mausolées et mosquées, ces perles du désert, détruites par les « fidèles » eux-mêmes, en Afghanistan, au Mali,  pourquoi donc ?  Folie collective les armes en mains. Rien de pire.

C’est vrai que Jésus en pleur avait réalisé que le temple de Jérusalem allait être fauché. Il le fut ! Par les Romains dans les années septante Pire, en plus de Jésus les petites gens furent assassinés par milliers et Massada n’y fit rien ! Sauf que l’Esprit de Jésus vit et lutte avec nous aujourd’hui !

 

En Syrie, en Afrique, en Somalie, au Soudan, en Europe,  des petites gens, temples du Saint Esprit, sont démolis par les systèmes assassins de ce qu’on nomme aujourd’hui « le Dieu Euro ».  Chez nous en Suisse, nos autorités grassement payées veulent et vont « couper » dans les prestations sociales.  Mais ne veulent pas encore taxer les firmes étrangères ! Entre amis, le « bien commun prend  un sens particuliers ».

Mais les divertissements abondent pour faire oublier la réalité : le Foot par exemple et ses dérivées, la drogue, l’alcool, les festivals, mais c’est bien, tout ça ? Vraiment. Pour les vieux, on propose des morts douces, des « exits » possible…

 

Pour les réfugiés, et ne sommes-nous pas tous des réfugiés potentiels ou actuels, on nous promet de serrer la vis et de rendre plus agréable et moins douloureuse la procédure en  l’accélérant avant de repartir d’où nous venons !

 

Cela sonne « cynique ». Peut-être. Mais voyez-vous, קהלת Qohelet Qohelet s’adressant à la foule disait laconiquement :

 

Il y a un temps pour tout sous le soleil

 

Un temps pour naître et un temps pour mourir

un temps pour tuer et un temps pour soigner les blessures

un temps pour démolir et un temps pour construire

un temps pour aimer et un temps pour haïr

un temps pour la guerre et un temps pour la paix

et cet étrange messager de conclure :

«Dieu jugera le juste et l'injuste, car pour chaque chose et pour chaque acte, il y a un temps pour le jugement.»

 

 

Je vais, demain, participer à l’enterrement d’une maman, belle et encore jeune, (elle m’est parente et je la chéris)  atteinte depuis plus de dix ans d’une tumeur maligne. Je lui téléphonais et elle me demandait : « Comment vas-tu ? » Ma Nicole bien-aimée, tu es ce soir dans le regard de Notre Jésus ressuscité, et demain, et toujours. Aide-nous à aider Dieu à s’occuper de nous.

 

Le cancer, Tchernobyl,  Bhopal, Fukushima … en Suisse des petites alertes, ici et là, mais toujours le même refrain, il n’y a aucun danger pour la population. Tout est sous contrôle. Et puis on propose des pilules d’iode en prévention d’irradiation !

 

22:53 Publié dans Spiritualités | Tags : nicole rip | Lien permanent | Commentaires (5)