09/06/2012

Les Messagers méconnus

 

Les Messagers méconnus

(Isaïe 52: 7 et Isaïe 53 :8)

En Israël comme ailleurs certainement, il y avait prophètes et prophètes. Les uns étaient des fonctionnaires bien payés, ils étaient les porte-parole des puissants, des chargées d’affaires et des relations publiques, des publicitaires. Mais d’autres prophètes étaient appelés par Dieu. Souvent ils répondaient à contre-cœur à l’appel de Dieu. Souvent aussi, ces prophètes-là étaient et sont fréquemment des prophètes de malheurs, parce qu’ils étaient envoyés pour rendre les gens attentif aux conséquences de leurs méchanceté. Généralement ils étaient réduits au silence, emprisonnés, tués, et ils le sont encore aujourd’hui.

Cependant, vers la fin de l’exil de Babylone dans les années 50 du 6ème siècle avant Jésus-Christ, un prophète arriva sur la place publique et il était différent des autres car, c’était l’envoyé de l’Innommable, il ne venait pas annoncer le malheur mais la paix. Un vrai messager de bonnes nouvelles.

Il proclamait la venue de Dieu, l’imminente libération du peuple et son retour tant attendu vers la Terre Promise. Bien sûr, beaucoup d’exilés, qui enduraient depuis longtemps leur dure réalité politique et sociale, ne pouvaient percevoir des signes de salut et de paix dans les paroles du prophète. On peut les comprendre. Nous-mêmes, n’envisageons pas volontiers des changements radicaux alors que nous sommes en train de « faire avec », de nous adapter et de jouir du statut quo !

Mais le prophète insiste :

Dieu peut quelque chose de tout nouveau, il ne veut pas vous clouer à votre passé, il est tout autre que vous ne pensez.

Tout fut inutile. Pour les sceptiques raisonnables, le temps était inopportun. Ils assassiné le messager de la Bonne Nouvelle.

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie

Avec l’aimable permission de l’auteur

 

10:31 Publié dans théologie | Tags : isaïe | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.