31/03/2012

Un secret dont on ne parle pas

Un secret dont on ne parle pas

11030251-vieux-papier-de-fond-avec-brin-d-39-herbe-et-de-la-pleine-lune.jpg

L'évangéliste Marc ne se soucie pas trop des miracles. Jésus renvoie le lépreux guéri et lui commande  expressément de n’en rien dire à personne. Il fait de même avec les sourds-muets dont il a délié la langue, avec les aveugles à qui il a ouvert les yeux : ils ne doivent pas parler de ce qui s’est passé.
Quand Jésus ressuscite la fille de Jaïre,  et que la foule et les pleureuses sont hors d’elles d’étonnement,  Jésus leur ordonne strictement de se taire : personne ne doit être mis au courant de l’événement. Imposer le silence face à ces miracles : n’est-ce pas complètement irréaliste ?
Que voulait Marc en insistant sur cet appel au silence? Il a écrit son évangile dans les années 70 du 1er siècle, et le message était adressé aux communautés chrétiennes vivant sous l'Empire romain. L’union de l’empereur et de l'Empire étaient le phénomène le plus fascinant qui fut.
Quelque temps après sa mort, l’empereur était transféré au Panthéon, le monde des Dieux. Là, des statues et des temples étaient construits en son honneur.
Les historiens rivalisaient de zèle : c’était à qui mettrait  l’empereur en question dans la plus belle lumière !
Les gens qui se réclamaient de Jésus, le Messie, étaient souvent tentés de voir Jésus en concurrence avec l’empereur. Par exemple, l’empereur étant un Fils de Dieu, Jésus devait aussi être un Fils de Dieu. L’empereur étant vu en tant que Sauveur et Dieu, Jésus aussi devait être vu en tant que Sauveur et Dieu.
Les empereurs avaient-ils – selon leurs biographes – accomplit des miracles durant leur vie, il allait de soi que Jésus eut aussi accomplit des miracles.
Jésus – l’empereur tout-puissant ? Le Fils de Dieu rayonnant ? Le Dieu-Sauveur le plus authentique ? Le faiseur de miracles à succès ?
Il ne peut en être ainsi ! Le pouvoir et le succès ne sont pas des  critères propres au royaume de Dieu annoncé et vécu par Jésus.
Celui qui se réclame d’un Dieu tout-puissant et invincible est aussi prêt à faire la guerre en son nom.
Non ! Les caractéristiques du Dieu de Jésus ne sont ni la puissance, ni la force, ni la domination, ni les miracles, tout au contraire, selon le témoignage et la vie de Jésus – le Dieu de Jésus est : être avec les pauvres et les affligés.

Hermann-Josef Venetz
Traduction : Claire-Marie
Avec l’aimable permission de l’auteur

13:33 Publié dans théologie | Tags : miracles | Lien permanent | Commentaires (0)

29/03/2012

VOL SPECIAL

Vol spécial et Apartheid (infrarouge 29.03.2012)
(réflexion)



Le traumatisme de l’apartheid en Afrique du Sud se réveillait comme un cauchemar. Et ce n’était là-bas et ce n’est ici que le sommet de l’iceberg !

Le racisme, la peur de l’autre sont au plus profond de l’être dans la culture occidentale chrétienne ! Cela s’exprime de mille façons dans le bruit de mots et le silence de l’indifférence !

Les financiers accueillent  des milliers de milliardaires de toutes races et  sauvegardent leur misérable pognon dans nos temples bancaires. On les laissera partir, la mort dans l’âme sous contraire s’il vous plaît.

Broulis et ses semblables accueillent les investisseurs étrangers et les exonèrent  de toute taxe afin qu’ils prospèrent dans leur pays d’accueil et ailleurs. Quel sens de l’hospitalité ! Ils amènent avec eux des travailleurs étrangers et une poussière d’Helvètes, pour le vernis !

On accueille la clientèle d’armements destinés à abattre hommes, femmes et enfants par pays à peine interposés ! Que serait notre économie sans le marché des armes, y compris les plus meurtrières ?

Les Suisses sont partis et partent encore dans des pays étrangers, parce que, dans leur pays d’accueil, la rentabilité vaut la peine de l’exile. Même en Afrique, même dans des pays de l’Est ! C’est que les pouvoirs et les dominations de là- bas accueillent les faiseurs de fric ! Plein de mains d’œuvre bon marché qui n’arrivent pas à nourrir leur famille ni à pays les impôts dans leur pays natal ! Cela crée des gens redondants. Des surplus people et quelques-uns suivent l’exemple des Helvètes et font le chemin à rebours…vers le pays de cocagne la Suisse où il n’y a même pas 4% de chômeurs, dit-on !

Mal leur en prend ! La chasse aux intrus,  gibiers ciblés à l’avance celles et ceux de peau quelque peu foncée. Des « vrais réfugiés », gardez-vous de murmurer ce qualificatif d’avance incroyable et, à moins d’être miséricordieusement qualifiés de NEM (non-entréee en matière) et rejetés ipso facto on ne sait comment, les restants devront passer le test de la vérité ! Ils sont menteurs avant que débute la procédure laquelle est faite de questions pièges. Impossible de ne pas tomber dans la trappe. Lafontaine, vous connaissez ? « Un Agneau se désaltérait dans le courant d’une onde pure… un loup survient à jeun… prenez le temps de déguster cette fable, le miroir de notre procédure d’asile et faite le lien avec « Vol spécial » : les moutons noirs à majorité bronzés écroués, dévêtus, scannés, mâchoires forcément inspectées, ligotés, une amicale tape sur l’épaule d’un « gardien clés en main » et c’est l’expulsion fagotée, à tire d’aile jusqu’à Lomé, Abidjan, Douala ou ailleurs, où d’entente avec les autorités suisses, les autorités responsables de la fuite ou de l’exile « accueilleront » à leur manière le fugueur.

Si les « revenants » ne sont pas emprisonnés et s’ils ont la chance de rejoindre leur famille élargie, ils seront rejetés car ils ne rapportent aucun pécule du paradis des banquiers. Si, comme le dit Mme Sommaruga, ils ont un peu d’argent pour se remettre en marche, il faut bien peu connaître l’Afrique pour penser qu’il sera sa propriété privée !!!

On est si loin, du prophète Jérémie qui dit que Dieu se révèle dans l’accueil de l’étranger, on est si loin du Père et de l’Enfant prodigue qu’on nous lit comme des fables, surtout qu’on est tragiquement, irrémédiablement loin de Jésus qui s’identifie avec les rejetés, comme on jette à la poubelle nos déchets encombrants. Nous avons voté, à l’initiative de l’UDC et de leurs comparses, les lois que les fonctionnaires appliquent, sous peine d’être eux-mêmes punis s’ils écoutent leur conscience.
Il est bien plus commode d’adorer une hostie que de croire que Jésus est identifié aux étrangers, aux pauvres.
Au fond, la différence, c’est quoi ?

Dans « Histoire inavouées de l’Apartheid » (Harmattan 1995) j’ai esquissé quelques faits vécus sous ce régime, « crime contre l’humanité » selon la Convention de l’ONU, et j’ai bien envie, si j’ai le temps, d’esquisser quelques faits des « Histoires inavouées » de la pratique de l’asile en Suisse.
Claire-Marie

15:40 Publié dans Suisse | Tags : asile | Lien permanent | Commentaires (0)

24/03/2012

Assassinat de l'évêque Oscar Romero

images (61).jpg

Depuis que j’ai la grande chance de pouvoir partager mes pensées sur le blog Katutura, j’ai toujours voulu avec beaucoup d’affection honorer la mémoire de Oscar Romero, assassinée pour avoir dit la vérité face aux oppresseurs du peuple du El Salvador. C’était durant la Messe, le 24 mars 1980. Juste une balle dans poitrine ! Et son Esprit et sa Vie enfin libérés habitent au cœur du monde des pauvres pour qui il a donné sa vie ! Afin qu’ils se mettent debout !

Bien que, dans la litanie des Saints, on trouve pas mal d’évêques dont on ne connaît pas grand chose sinon leur titre, Oscar Romera, lui, n’y figure pas et n’y sera pas pour longtemps peut-être. Pourquoi ? C’est un des très rares évêques qui s’est converti.

« Et Jean-Paul II, pape, lui marqua sa méfiance selon le témoignage de Giovanni Franzoni, théologien italien. À cette époque aussi, l’ambassadeur US John Negroponte supervisait et aidait des escadrons de la mort au Salvador; ils tuèrent l’évêque des pauvres.  L’élite espérait faire taire le peuple… mais l’étouffement tragique de la voix d’Oscar Romero, au contraire, fut le lancement d’un soulèvement massif. »

Qu’il suffise de faire nôtre les paroles d’Oscar Romero et, fort de l’Esprit de Jésus continuons d’oser briser tout ce qui musèle la vérité ! Car elle seule nous rend libre !


"Le monde des pauvres nous apprend que la libération arrivera non seulement quand les pauvres seront les destinataires privilégiés des attentions des gouvernements et de l'Église, mais bien quand ils seront les acteurs et les protagonistes de leur propre lutte et de leur libération en démasquant ainsi la dernière racine des faux paternalismes, même ceux de l'Église." (Romero selon R.L Dumont: "Les Prêtres subversifs" (Editions Labor - 2002, p.164)) (je souligne cm)


21:22 Publié dans Jesus aujourd'hui | Tags : romero | Lien permanent | Commentaires (2)

Ephaphata

Ephphata
(Marc 7,31-37)

destin.jpg


Alors il leva les yeux au ciel, poussa un soupir et dit: Ephphata (ce qui signifie: ouvre-toi).  Aussitôt les oreilles de cet homme s'ouvrirent, sa langue se délia et il se mit à parler correctement.


Encore un miracle ? On ne les compte pas! Chaque miracle nous fait voir un monde en soi.
Le mutisme n’était pas, et n'est pas seulement une infirmité physique. Le mutisme a différentes causes. La souffrance peut rendre muet. Des mesquineries infligées à quelqu’un peuvent lui clouer la langue au palet. 

A l'époque de Jésus, la Palestine étant occupée par les Romains, il y régnait le mutisme des opprimés. 

Il y a des gens qui sont plus fortunées que d’autres et il y a des gens qui ont une plus grande influence que d’autres.   

Il y a aussi des gens qui ont la parole plus facile et qui, par conséquent, parlent davantage que les autres. Celui qui a la parole a aussi le pouvoir. Parallèlement il y a des personnes qui, non seulement sont pauvres, sans influence et sans renom, ils n’ont aussi rien à dire ! Ils sont sans parole ! Les richesses et les langues sont injustement distribuées !  Si Jésus s’oppose au mutisme, il s’oppose aussi à la souffrance et à l’iniquité.

Pourtant Jésus ne prescrit pas aux gens ce qu’ils ont à dire. Mais, comme il est écrit : il les libère des chaînes de leur mutisme. Il leur rend le Droit à la parole, à la vraie parole. Il permet à chacun et à chacune de parler sa propre langue.

Hermann-Joseph Venetz
Traduction : Claire-Marie
Avec l’aimable permission de l’auteur 


14:35 Publié dans théologie | Tags : ouvre-toi | Lien permanent | Commentaires (2)

23/03/2012

Benoît XVI au Mexique

Ce que je souhaite ardemment pour le Pape au Mexique et à Cuba

romerogente-300x243 (1).jpg

que le pape, comme Oscar Romero, vienne s'asseoir au milieu des gens simples, des ouvriers

des parents des innombrables victimes des narcots trafiquants

qu'il reste avec eux, sans garde de corps, sans journalistes,

qu'il se mette au niveau des plus pauvres et qu'il écoute ce qu'ils ont à dire

qu'il écoute leur vécu,  et qu'il se taise et medite ces choses en son coeur

et que peut-être il leur tende la main...


que le pape vienne s'asseoir au milieu des femmes et des enfants

et que son coeur écoute autant que ses oreilles et

qu'il n'ait surtout pas peur de salir sa robe blanche quand les

petites mains sales veulent bien le toucher

qu'il sourie, et rigole et pleure avec eux

qu'il ôte sa calotte de sur son crâne et leur dise ces seules paroles qui vaillent:

qu'un homme pauvre, Jésus, un homme nous veut debout

on essaie tous ensemble de l'écouter, ce Jésus

parce qu'Il nous dit toujours une bonne nouvelle, et c'est quoi?

que nous avons le droit d'avoir assez à manger, à boire, une place pour dormir

et que nous allons lutter, lutter, lutter pour vivre puisqu'on croit

qu'il est lui-même Pain de vie....


Et que ce serait vrai et beau si le pape assis au milieu de ce peuple

accepte le pain des pauvres, accepte l'eau qu'ils lui offrent

recueille et médite


en son coeur tout ce qu'il a entendu et senti

qu'il dise merci et qu'il fasse avec eux tous: un bout de chemin...

Claire-Marie

21:29 Publié dans Église(s) | Tags : mexique | Lien permanent | Commentaires (0)

21/03/2012

Tunnel de Sierre

61956744 (1).gifLes 22 enfants et le 8 adultes morts dans le tunnel sont « Hors espace temps », sortis de tous nos tunnels, ils sont dans la Lumière de l’Amour ! Alors que leurs corps retournent à la terre arrosée de  larmes
Par vagues successives nous avons ressenti l’agonie, la mort et la formidable empathie, l’action spontanée, efficace, professionnelle, l’indifférence n’était pas possible « le cœur de chair » commun à l’espèce humaine battait sous nos yeux, dans un tunnel hors du tunnel ! Là où se fait le deuil, celles et ceux qui restent, intégrant dans leur quotidien le traumatisme, les blessures et les handicaps physiques et psychiques. Les enfants restants seront « forcés de grandir », confrontés à la nouvelle réalité et de croître, plus forts qu’avant !

La foi commune nous agenouille dans une plainte, nous ne disons plus « pourquoi », nous nous mettons debout et nous repartons sur les chemins rocailleux de notre destin. Sans illusion désormais. Forts d’une prise de conscience nouvelle du prix de la survie, de la vie. Nous ferons aux autres ce qu’ils ont fait pour nous : Le bien, l’action inconditionnelle.
C’est là que se déroule en vérité la semaine sainte, la Pâque, la Galilée sur le monde.

Notre Galilée en Suisse d’abord, c’est de faire face aux mesquineries, (qui n’ont rien à voir avec l’expertise et l’honnêteté de l’enquête) nauséabondes comme celles de la politologue  (R. S.) publiée dans 20 minutes on line. Politiser le malheur des autres est infecte, à quelle fin ?

Rester éveillé, attentif, vivant, cela ne va pas de soi. Et prier, conscients de notre égoïsme latent, ne fait pas de mal.
Claire marie

17:58 Publié dans Spiritualités | Tags : coeur | Lien permanent | Commentaires (4)

18/03/2012

CENT POUR UN

 

Un grain rapporte cent fois plus

Marc :8

Il en est bien ainsi lorsque le semeur marche à pas lourds sur la terre labourée et, déployant comme une voile sa main, jette les grains les grains dans les sillons.  Des graines tombent sur le chemin, d’autres sur le sol rocailleux, d’autres encore se perdent parmi les épines. Et alors ? Faut-il donc interrompre le rythme du semeur et s’attarder sur chaque petit grain ? On doit compter avec des pertes. Une chose est certaine : la plus grande partie tombe dans la bonne terre. Et le semeur est fort de cette conviction : la terre est bonne et si tout va bien – et tout ira bien sans doute ! –  la semence rapportera au centuple.

La parabole est une merveilleuse image du royaume de Dieu, mieux encore, de la ténacité de l’Amour (ce qui en fait, est la même chose). Nous avons tendance à baisser les bras et nous nous décourageons si vite. La terre est bonne. Et la récolte à venir  appartient à Dieu et elle dépassera tout ce que nous avions espéré.

 

Une étincelle de défi et de résilience est essentielle à  notre engagement et à notre confiance.

 

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie

Avec l’aimable permission de l’auteur

17/03/2012

La Saint Patrick

 

 

images (55).jpg


Bonne fête, pleine d’espérance à tous les amis d’Irlande !

On ne peut dissocier  Patrick de l’Irlande, l’île verte, les Irlandais tels qu’ils sont : entiers, travailleurs, spontanés et avec ce brin d’humour qui humanise ce langage des « Brits » comme une rosée de petits glouglous plum pudding !

J’ai eu la chance de vivre, trois mois durant à Belfast en 1947 ! L’Irlande suintait la résistance à l’humiliante domination britannique ! Une de mes compagnes, (encore en vie !) parlait Gaélique et fut forcée d’abandonner sa langue maternelle pour se greffer sur l’Anglais qu’elle détestait ! Et plus tard en Afrique australe, j’ai glané l’histoire héroïque de ce peuple, sa résilience durant et après la « Grande famine »  famine (1845 et 1849), et sa lutte (il y avait une comparaison possible entre l’IRA et l’ANC !).

Quand je lis les Cendres d’Angela (1999 par Frank McCourt), Belfast des années 1940, c’est cela !

Mais l’Irlande c’est aussi James Joyce et ces « gens de Dublin »,  Beckett avec ses « Molloy et Malone ! » et c’est Oscar Wilde ! Quelle richesse! Quel trop-plein de tendresse!

Je suis retournée en Irlande dans les années 1980, à Corrymeela, tout au Nord de l’île cette fois. De tous les pays du monde rassemblés, nous voulions construire un monde meilleur. J’ai profité pour faire un crochet par GlenRoad, Belfast, où j’avais vécu 40 ans plus tôt ! Des soldats partout, des quartiers et rues ghettoïsés selon la croyance et la couleur des uns et des autres. Au milieu du marasme Love-Hate: des groupes du monde entier réunis par la volonté d’un avenir commun ! Cela se construit si lentement ! Les blessures restent...

On se sent protégés, aimés par ce Saint Patrick qu’on célèbre aujourd’hui, 17 mars, fête nationale et pleine d’espérance !

Prière de Saint Patrick pour nous tous :

« Puisses tu toujours avoir
Des murs contre le vent
Un toit pour la pluie
Du thé au coin du feu
Du rire pour te réjouir
Ceux que tu aimes près de toi
Et tout ce que ton cœur désire »


15/03/2012

Larmes dans le tunnel

 

flore_soldanelles_v01 (1).jpg

Tout enfant est le mien

L’enfant mort

Et celui qui vit encore

Vulnérable

Un roseau écrasé dans un tunnel

Il disparaît et le monde s’éveille

Pourquoi mais pourquoi ?

Le cœur brisé et plus de larmes pour pleurer

Les survivants unis dans la mort de l’enfant

 

Toi, adulte, tu fus cet enfant

Retrouve-le au plus profond de toi

Et chéris-le

 

Ik hue van ye!”

 

12/03/2012

Spiritualité capitaliste

L’idée de la soustraction et de l’addition nous vient de Meister Eckhart (1260-1327) Dominicain et mystique médiéval. La vie spirituelle, disait-il, consiste davantage à soustraire qu’à additionner. Et pourtant je pense que beaucoup de chrétiens sont actuellement préoccupés et impliqués dans une spiritualité de l’addition.

La plupart d’entre nous n’ont connu qu’un seul point de vue (world view)  durant toute leur vie, c’est le capitalisme. Ainsi, la réalité, les expériences, les événements, les gens, les choses – en fait tout – sont propres à notre consommation. Même la religion, les Écritures, les sacrements, les cultes et  les messes, les bonnes actions servent à notre propre bonification – et pas nécessairement  à aimer Dieu et le prochain.

La pensée capitaliste me fait croire que les choses (et très souvent, les gens)  sont ma propriété. Finalement, même Dieu devient un objet propre à ma consommation. En résumé la religion paraît bonne et toute chose apparemment spirituelle peut être checkup de la liste de ma dignité privée. On peut dire que c’est du capitalisme spirituel. Ce n’est pas l'Évangile.

Avec beaucoup de reconnaissance à Richard Rohr pour la pertinence de son billet !

Le texte original se trouve dans Katutura english

Claire-marie


10:58 Publié dans Spiritualités | Tags : capitalisme | Lien permanent | Commentaires (2)

09/03/2012

Enfants invisibles, suite

 

Enfants invisibles

 

Jamais une vidéo n’aura été aussi rapidement répandue à travers la planète. Et les médias reprennent la diffusion à la chaîne :

 

On réagit d’abord au quart de tour, (moi y compris) on est conquis, on veut attraper (catch) Joseph Kony par « n’importe quel moyen » (sic) et…c’est fini, mais il y a l’Histoire et les intérêts divers des acteurs !

 

Questions :

 

Quelle est l’origine et l’histoire de l’armée de résistance du seigneur (LAR)  et de Joseph Kony ?

 

«Quel est l'intérêt pour la campagne de faire de la publicité à un homme déjà célèbre pour ses crimes et déjà recherché?» S’interroge sur son blog l'écrivain et journaliste ougandais Angelo Izama, qui souligne que les problèmes de son pays sont aujourd'hui la prostitution infantile et le sida.

L’Organisation non gouvernementale « Invisible Children » existe de puis quand ? La gestion des finances est-elle transparente ?

Savons-nous que l’Union africaine s’est chargée de coordonner l’action contre lui (Kony)

L’ONG répond aux accusations de simplification :

«(On) a voulu expliquer le conflit dans un format facilement compréhensible, dans un effort pour toucher le public le plus vaste possible».

Si la méthode hollywoodienne peut déplaire, cet objectif est néanmoins atteint.

Principale source : Le Figaro International

 

La presse africaine pose d’autres questions : quelques-unes

· Y aurait une demande de permis pour entrer les pays africains supposés être un refuge pour Joseph Kony ? La coopération des chefs d'États africains sera-telle envisagée ?

 

· Ou comme cela fut fait au pour tuer Ben Laden au Pakistan, les frontières seront-elles ignorées ?

 

· Comme pour Ben Laden, « plutôt mort que vivant » ?

 

· Pourquoi le « timing » 2012… et pourquoi la Maison Blanche félicite  « Kony 2012 ?

 

On peut s’entraider à trouver des réponses à ces questions qui paraissent peut-être freiner le premier élan vers l’action car le temps paraît limité. Les questions sont nécessaires car Kony ni LAR ne sont le seul enjeu.

 

Aussi accessible, la critique de France24 au sujet qui nous préoccupe.

 

21:58 Publié dans Afrique | Tags : ouganda | Lien permanent | Commentaires (2)

Faire confiance à la graine

 

SKY20091020112805VN.jpg

Faire confiance aux graines (Marc 4: 26-29)

Il disait : « Il en est du règne de Dieu comme d'un homme qui jette le grain dans son champ : nuit et jour, qu'il dorme ou qu'il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D'elle-même, la terre produit d'abord l'herbe, puis l'épi, enfin du blé plein l'épi. Et dès que le grain le permet, on y met la faucille, car c'est le temps de la moisson. »

Il en est ainsi du royaume de Dieu. Mais il y a des agriculteurs qui agissent bien autrement: à peine ont-ils fini de semer, qu'impatients, ils s'asseyent au bord du champ, et tirent chaque brin d'herbe sortant timidement du sol. Comme s'ils voulaient forcer leur croissance!

J'aimerais interpeller ces Semeurs et leur dire: „Allez plutôt dormir.“ D'abord, la graine est semée, ensuite elle grandira mille fois mieux sans vous et sachez enfin que la récolte ne vous appartient pas.

Quiconque pense qu'il doit faire advenir le règne de Dieu de par lui-même, et quiconque pense qu'il peut gérer cette croissance au moyen de commandements, d'interdictions et de décrets définitifs, ne récoltera que de la mauvaise herbe. Et on en trouve en suffisance!

Laissez tomber les chicanes, les disputes, les réprimandes et les injonctions moralisantes. Laissez tomber les attitudes hypocrites qui veulent faire croire que toute la responsabilité repose uniquement sur vos épaules.

Faisons confiance au Semeur. Il a semé la bonne graine. Ayons confiance!

C'est Dieu, et personne d'autre, qui promet la récolte. Dieu merci!

 

Hermann-Josef Venetz

Traduction: Claire-Marie

Avec l’aimable permission de l’auteur

Image des graines: http://www.i-services.com/membres/newsbox/151229-97380-39...

11:34 Publié dans théologie | Tags : vnetz | Lien permanent | Commentaires (0)

08/03/2012

Enfants invisibles

174507_1314562624_413300439_n.jpg

Les Enfants invisibles en Ouganda


Ce matin Magalie envoyait l’appel urgent :

une cause très très très importante, regardez et partagez cette vidéo svp!!!

Et les petits bidules de DAMULTI, donne encore plus d’informations. Ouvrez et lisez, ce n’est pas long mais on ne peut rester indifférent !

Nous reviendrons sur ce fait, laissé trop longtemps dans l’ombre des médias. Pour ce qui me concerne, cela m’a longtemps concernée et puis, l’urgence paraît ailleurs, alors portrait.jpgque tout, tout est urgent !

Faisons connaître cette vidéo le plus largement possible ; on en trouve d’autres sur le même sujet, bien que moins récentes, mais celle-ci mobilise notre jeunesse, les enfants, et nous-mêmes !

 

 

21:11 Publié dans Afrique | Tags : ouganda | Lien permanent | Commentaires (1)

Journée de la femme 2012

images (50).jpg

Journée de la femme en 2012

 

Étrange cette distinction entre homme et femme alors que leur corps n’est complet que s’ils sont une seule et même personne ! Il en est de même pour l’intelligence stérile, le cœur stérile, s’ils restent séparés, et porteurs de Vie s’ils sont UN

 

Étrange cette fantaisie divine qui crée un monde sexué et que l’activité sexuelle continue la création inachevée dans le plaisir d’être une personne « faisant l’Amour »

 

Étrange la fascination du rejeton, le bébé, de son premier regard, de son premier sourire qui nous plonge dans l’adoration de l’Amour.

 

J’ai dit à l’enfant : parle-moi de Dieu et l’enfant a sourit

J’ai dit au rossignol, et le rossignol s’est mis à chanter

J’ai dit à l’amandier, parle-moi de Dieu et l’amandier s’est mis à fleurir

 

Et je dis à la l’homme dans sa pauvreté masculine, parle-moi de Dieu,  et la femme lui donna le cœur et l’intelligence !

 

Où est la fissure ? N’est-ce pas l’égoïsme de l’homme, son orgueil ?

 

Cette fissure, comme je l’écrivais il y a quelques jours, laisse passer la lumière, la beauté, la femme qui fait disparaître l’orgueil et l’égoïsme …lentement.

 

Pourquoi le monde est-il immonde en tant d’endroits ? Pourquoi craignons-nous l’approche des ténèbres ? Sinon parce que nous refusons la lumière ? Sinon parce que nous préférons l’inachèvement au changement ?

 

La femme ne doit pas être l’égale de l’homme ni l’homme l’égale de la femme. Dieu-Mère-Père, l’Amour qui nous fascine en ce Jésus, la Parole humaine qui nous rappelle que les multiples apartheids n’auront pas le dernier mot, car la force de la lumière fera disparaître la fissure quand le temps sera venu. Et il vient…

11:30 Publié dans Spiritualités | Tags : femme | Lien permanent | Commentaires (0)

06/03/2012

De la Tarte aux bombes

La tarte et les bombes

images (49).jpgUn homme a violemment entarté l'ancienne conseillère fédérale lundi soir à la sortie d'une conférence dans le cadre du FIFDH. (Festival du Film et Forum International sur les Droits Humains)

« En principe, les conseillers fédéraux peuvent bénéficier d’une protection, même après la retraite, mais la Genevoise, comme sa prédécesseure Ruth Dreyfuss, ne l’ont pas souhaitée. «je suis très attachée à la liberté de mouvement, insiste micheline Calmy-Rey. Jusqu’à hier soir, je ne me sentais pas particulièrement menacée (rires). Mais ce petit «événement» ne change pas ma position. Je vais continuer à prendre le tram et vivre normalement.»

Ma réflexion et prière :

Frapper un être humain :  cela commence comme ça. L’image de cette simple citoyenne genevoise, accostée, frappée vulgairement sous l’œil d’une caméra, est nauséabonde. Violence basse, lâche. Frapper une personne sans aucune protection comme chacun de nous le sommes !

L’incident me rappelle, en 1979,  l’Historien F. van Jaarsveld  « tarred and featered » sous les regards  de tous à l’université de Pretoria!

Elle rappelle en l’année ’73 les tomates pourries lancées au visage de Marc Oraison  par des gens « bien pensants ».

Mais pire, bien pire, elle me rappelle la violence gratuite, physique, psychique infligée aux peuples – africains et autres -  dans tous les pays colonisés !

Pire si c’est possible : nous « regardons » la violence des armes, des trônes et des dominations partout en Europe, au moyen Orient, à travers le monde. Impuissants ? Le sommes-nous ? Indignés, le sommes-nous ?

Il paraît que les deux garçons d’Adam et d'Ève, dit-on, se sont déjà  bagarrés à mort ! Nous sommes donc tous des fissurés !

On rend la violence des humains facile lorsqu’on lui donne des armes, vous connaissez ? C’est une source de revenus appréciable, ça, dit-on !!!!! Allons voir : Werkzeugmaschinenfabrik Oerlikon Bührle & Co. de Zurich-Oerlikon, Hispano Suiza (Suisse) SA de Genève, la Waffenfabrik Solothurn AG de Soleure et la Fabrique fédérale d'armes Berne à Berne ! On ose accuser si on ne fait rien d’autre ?

Le sang des innocents ? Des mutilés corps et âmes ? C’est une source de revenus, ça ?

Une seule prière monte du cœur aux lèvres, et c’est celle de cet homme, assassiné « selon la loi » de la synagogue et l’accord de l’empire romain.

Jésus de Nazareth a dit : « Mon Dieu, ils ne savent pas ce qu’ils font, ne portez pas plainte, pardonnez-leur ! » (Lc 23 :34)

Cela commence par une tarte, une injure…concrètement ça passe par Homs et ça suit son chemin. A moins que…

22:00 Publié dans Général | Tags : tarte | Lien permanent | Commentaires (3)

03/03/2012

comme des agneaux parmi les loups

 

Une Parole sur le chemin (Luc 10,3)

3909062-belle-fleur-rose-sauvage-avec-pines.jpgLa Bonne Nouvelle et la pratique de Jésus se heurtaient constamment à la résistance des gens pieux et des puissants. Ils ne pouvaient pas admettre que Jésus présente un chômeur, avec lui, au milieu d’une liturgie. Ils ne pouvaient pas admettre que Jésus s’invite à la table des pécheurs, des larrons, des prostitués et qu’il mange avec eux. Ils ne pouvaient pas admettre que Jésus rejette la lapidation de la femme prise en adultère. Ils ne pouvaient pas admettre que la compassion est plus importante que le sacrifice…

Aimer, c’est bien, disaient-ils, mais aimer ne doit pas défier l’ordre et la loi ; aimer ne doit pas jeter par-dessus bord nos représentations du bien et du mal, du pur et de l’impur, de ce qui est important et de ce qui n’est pas important, de ce qui est en haut et de ce qui est en bas !

Et pourtant ce que Jésus annonce ce qu'il pratique est exactement ce que sera le Royaume de Dieu. Il n’y aura ni haut ni bas, il n’y aura pas de personnes importantes et de personnes moins importantes, il n’y aura plus celles et ceux qui font partie de notre groupe exclusif et de ceux et celles qui en sont exclus. Au royaume de Dieu le dernier des hommes a sa dignité propre et la pécheresse a sa réussite.

Il n’est pas étonnant que Jésus ait donné à ses disciples cette Parole sur le chemin : « Allez; voici que Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. »

 

Hermann-Josef Venetz

Traduction : claire-marie

Avec l’aimable permission de l’auteur

19:13 Publié dans Spiritualités | Tags : jésus | Lien permanent | Commentaires (1)

02/03/2012

Le doigt dans la fissure

 

jointure.jpg


Chaque matin quelques paroles s’affichent à l’écran de mon ordinateur par Richard Rohr (Center for Action and Contemplation) par exemple : le péché originel qui nous culpabilise dès la naissance, dit le Père Rohr « c’est à côté de la plaque ». Selon moi, ce « péché originel » expliquerait, malgré les religions et parfois à cause des religions, le merdier planétaire actuel que les médias trouvent intéressants sans trop analyser les causes !

Richard Rohr, lui, cite un chant, “Anthem,” de Leonard Cohen et le refrain « “There is a crack in everything. That’s how the light gets in.” "Il y a une fissure dans toute chose, c’est ainsi que pénètre la lumière."

Il faut reconnaître que tous, nous sommes des « fissurés ». Oui ? Non ? Chacun peut se poser la question à son propre ego.

Mais en lisant l’hebdomadaire « Vigousse » je me dis que l’équipe rédactionnelle s’applique à dévoiler les fissures de l’actualité, le genre est satirique ce qui permet de prendre le recul et de se dire : « Tiens ! j’ai gobé de travers l’affaire des cadeaux fiscaux du beau canton de Vaud. Voilà : c’était trop lisse dans les journaux et à la RST, cette affaire qu’on (je) croyait impossible, on glisse dessus en douce, comme un flash et basta ! Mais, au No 95 de Vigousse, je lis le dernier paragraphe de Laurent Flutsch à la page 7 d’aujourd’hui, 2 mars sur « Vaudois d’honneur »… et la conclusion « l’argent n’a pas d’odeur pour le gouvernement cantonal, Messieurs Broulis et Leuba déroulent le tapis rouge au pire du pire …lire jusqu’à la fin », je sursaute, l’argent, l’or, ses dérivés et ses fonctionnaires, n’est-ce pas la fissure ? Vigousse met le doigt dans cette faille et la lumière entre et me montre le dessous des tapis rouges ! Que je laisse agir la lumière sur le « Vaudois d’honneur » et le voir dans sa vérité dont chacun, comme dit R. Rohr, est complice (moi itou), voilà que le processus de guérison agit !


L’hypocrisie en prend un coup lorsqu’elle est mise à nu ! Mais qui a dit que « la 1246099060Y680A6.jpgVérité nous rendra libre ? » Heureux les fissurés, ils verront la lumière !

 

 

23:07 Publié dans Médias | Tags : vigousse | Lien permanent | Commentaires (4)