18/03/2012

CENT POUR UN

 

Un grain rapporte cent fois plus

Marc :8

Il en est bien ainsi lorsque le semeur marche à pas lourds sur la terre labourée et, déployant comme une voile sa main, jette les grains les grains dans les sillons.  Des graines tombent sur le chemin, d’autres sur le sol rocailleux, d’autres encore se perdent parmi les épines. Et alors ? Faut-il donc interrompre le rythme du semeur et s’attarder sur chaque petit grain ? On doit compter avec des pertes. Une chose est certaine : la plus grande partie tombe dans la bonne terre. Et le semeur est fort de cette conviction : la terre est bonne et si tout va bien – et tout ira bien sans doute ! –  la semence rapportera au centuple.

La parabole est une merveilleuse image du royaume de Dieu, mieux encore, de la ténacité de l’Amour (ce qui en fait, est la même chose). Nous avons tendance à baisser les bras et nous nous décourageons si vite. La terre est bonne. Et la récolte à venir  appartient à Dieu et elle dépassera tout ce que nous avions espéré.

 

Une étincelle de défi et de résilience est essentielle à  notre engagement et à notre confiance.

 

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie

Avec l’aimable permission de l’auteur

Commentaires

Bonjour chère Claire-Marie. Vos billets...toujours des étincelles d'Amour dans un monde qui ira à la Lumière de Dieu.

Écrit par : pachakmac | 18/03/2012

Il suffit d'y croire pour que ça marche,en effet combien d'aliments périmés sont absorbés chaque jour par des gens n'ayant plus rien à perdre,ils s'en moquent ils ont faim,mais la graine de leur propre foi est plus forte que les conseils de bonnimenteurs leur faisant croire au pire !l'humain comme l'animal possède un instinct très fiable,le sevrage rapide du parental aurait-il suffit aux anciennes générations a posséder un instinct aussi sûr que celui de l'animal ne mangeant que pour vivre et non pour détruire,sans nul doute car plongées dans la misère,elles ont dû apprendre très vite à séparer le bon grain de l'ivraie pour survivre

Écrit par : lovsmeralda | 19/03/2012

Les commentaires sont fermés.