03/02/2012

Eglise Liberté

 

Église et Esprit (suite)

téléchargement (3).jpgJ’aimerais dire quelques mots au sujet de Liberté-Église selon l’article de Clifford Longley.

L'Eglise-Liberté : L'Esprit saint, souffle où il veut ; tu l'entends, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Il en est ainsi de quiconque est né de l'Esprit.  (Jean 3.8 ) L'Église ouverte à l’Esprit de Jésus ne saura pas à l’avance où elle va bien que beaucoup de gens affirment le contraire, par exemple « l ‘Église doit tourner à droite et ou à gauche ou rester au centre. »

En fait, l'Église naît, une communauté, un peuple en marche, par l'action de l’Esprit et, chemin faisant, les gens s’y reconnaissent et s’y trouvent chez eux, dans la vie quotidienne. C’est le moment du magistère! Le bon Pasteur pasteur se joint aux pèlerins, reconnaît et confirme leur foi qui l’a précédé là. Il confirme cette communauté et sa foi, le rôle du pasteur (et du pape donc) n'est pas d'administrer, mais de confirmer et d'accompagner la communauté tout en étant l'un de ses membres!

Longley : « Mais le management de l'Église Post Vatican II, ne promeut pas la Liberté, au contraire, elle exerce le contrôle et exige l’obéissance « top-down » (du haut en bas) comme une monarchie/armée absolue, et considère la contestation en tant que trahison ou opposition. La Hiérarchie ne saurait reconnaître le souffle de l’Esprit saint, de la sève qui monte des racines!   On peut être d’accord ou pas d’accord, mais nul ne peut nier que cette autorité « top-down » perd son sens dans la culture post-moderne. »

Il est possible qu'aujourd'hui, le sens de « Liberté », soit pollué, à juste titre, Schönborn pense à la liberté responsable de sa propre dignité et de la dignité de tous. La Liberté ne prime pas sur le bien commun.

Longley, le journaliste et théologien répète : « La seule vérité qui compte est la vérité librement choisie. »

« Paradoxalement, dès Vatican II, l'Église prône  ce droit à la liberté en ce qui concerne d’autres religions …  alors que le catholicisme reste coriace, coercif et pesant particulièrement sur le clergé, les évêques et sur les laïcs au service de l'Église officielle dans le domaine de l’éducation. Ainsi, ironise poliment Clifford Longley, nous autres, hors catégories, sommes libres de réfléchir, parce que ce que nous pensons, n’a rien d’important.

auteur1552.jpgMais Schönborn et Morris en témoignent, la liberté se paye cher téléchargement (2).jpglorsque leurs opinions ne sont pas celles imposées du haut. Et, continue Longley, qu’en est-il lorsque les évêques sont choisis parmi ceux qui partagent ou qui sont prêts à se soumettre aux directives pré-existantes ? S’il en est ainsi, nous sommes face à un vrai problème : « Avons-nous emprisonné l’Esprit saint ? (Have we locked up the Holy Spirit ?)

(avec l'aimable permission de Clifford Longley)

Ma réflexion: Inutile de dire combien les Sud-africains ont ressenti, en Afrique du Sud, les besoins, les désirs, finalement se sont mis en lutte afin d’exprimer leur foi dans leur culture et combien c’est encore difficile aujourd’hui. La méthode de théologie contextuelle, à partir des petites gens, a rendu possible la recherche d’un sens à la vie, à la lutte pour la justice.  C’est avec reconnaissance que je lis, face à une Église occidentale durant l’apartheid dont les traces restent encore aujourd’hui, la réflexion de Clifford Longley que je remercie sincèrement. Comme on le voit, Europe, Australie sentent le besoin de Liberté et de Vérité.

21:38 Publié dans Spiritualités | Tags : tablet | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

L'Esprit Saint c'est comme le Bio une fois que certains ont compris comment en tirer profit,c'était hélas le début de mouvements ayant senti l'aubaine ou comment s'enrichir sans se fatiguer.En l'occurence je pense aux sectes ayant pris le Christ comme emblème mais pour des raisons pécunières uniquement ,tout comme le Bio qui auraient dû profiter aux producteurs en premiers et les consommateurs ,mais le faux Bio est apparu pénalisant tout le monde comme les églises qui de plus en plus sont vidées de leurs membres
L'église est du genre féminin tout le monde le sait,une femme sentant son mari la tromper resterat-t'elle sans réagir peut-être quelque temps mais la soumission n'étant plus de ce siècle alors pourquoi l'église et l'Etat ne réagissent-ils pas ensemble pour couper l'herbe à ceux qui plongent parfois des familles entières dans de sordides drames?

Écrit par : lovsmeralda | 04/02/2012

Les commentaires sont fermés.