05/01/2012

Transparence Internationale


images (28).jpg

 

Stephen Sackur, BBC, interviews Mark Serwotka, leader d’un des plus importants Syndicats des travailleurs du secteur publique en Angleterre. Serwotka annonce que 2012 verra une pléthore de grèves. La menace de la récession mondiale.  Les mesures d’austérité qui touchent d’abord les plus pauvres, la masse de chômeurs enfle, en UK, sans oublier la Grèce, l’Espagne, l’Irlande, l’Italie, le Portugal.

La grève, dit Serwotka, est le dernier moyen de lutte contre les injustices dérivées du Marché !

Le débat continue, intelligent sans agressivité mais piquant à l’extrême et Stephen Sackur fait sortir la vérité, des bribes de vérité découlant de l’incessant combat de la classe ouvrière versus le patronat et les chefs des Syndicats ne sont pas toujours "fair" envers la cause des syndiquése - Serwotka par exemple.! Aujourd’hui au royaume de sa Majesté britannique et de David Cameron!

Vers la fin de l’entrevue : Steven asks :

-         votre salaire, c’est quoi ?

-         Mark ...je ne sais plus mais c’est énorme...

-         Vous pensez aux salaires rabotés des travailleurs ?

-         Oui, je travaille pour eux

-         Votre salaire fait penser au système capitaliste’

-         Oui

-         Alors ?

-         Je suis socialiste !

- Mark Serwotka, thank you very much for being on Hard Talk!

Afrique du Sud : Nelson Mandela. Le 2 janvier, j’ai regardé Invictus à la “télé” et comme toujours, j’ai frémi lorsque le Président Mandela,  au reçu de son premier salaire, jugeant qu’il – le salaire - de président était trop élevé – et toujours « donner l’exemple » –, décide, non pas de le réduire, mais d’en verser une partie à des œuvres de bienfaisance… « at Grassroots ».  Mandela : en  socialiste pragmatique ne combat pas frontalement les  structures des « lois du marché », ses successeurs encore moins, prétendant que le néo-libéralisme est inévitable.  A l’heure où j’écris, Madiba va mourir avec son rêve pour la justice pour tous. Comme moi peut-être.

Tunisie : « le Président Moncef Marzouki l’homme du renouveau tunisien, a refusé le salaire de 20.000 dollars, par mois, qui lui était alloué, pour le ramener à la modique somme de 2.000 dollars … Le reste doit être distribué aux pauvres". (26/12/2011)

 

Suisse : Alain Berset, « après son élection à Berne, le nouvel élu peut compter sur un salaire brut de plus de 440000 francs ... » Berset est socialiste, on verra la suite et on lui fait confiance.

Ma réflexion : ce que gagnent les gens selon l’envergure et la portée sociale de leur tâche, ne me regarde pas. Jésus a eu des amis riches, il s’est reposé chez eux/elles et a partagé leurs repas : Zachée, Lazare, Nicodème, le parfum de 300 deniers de Marie-Madeleine... Ce que Jésus n’aime pas, c’est qu’on « aime » l’argent, qu’on l’accumule en exploitant le prochain, qu’on oublie celles/et ceux qui n’ont jamais eu de compte en banque et n’en auront jamais; qu’on boursicote et qu’on en devienne peu à peu l’esclave d’un « marché « divinisé ».  Les prophètes et les prophétesses étaient plus virulents que Jésus lorsqu’il s’agissait de dénoncer l’injustice. Mais il a dit qu’on ne peut servie deux maîtres. Mathieu 6 :24

La transparence concerne aussi les Soeurs.

En tant que "Soeur", le salaire d'un travail professionnel va à la caisse commune et, en Suisse, chacune reçoit selon ses besoins. Système communiste cum capitalisme d'Etat.

En Afrique:  j'ai travaillé 7 ans, à Holy Cross Mission Secondary School, "State-aided school". Les 3 soeurs européennes recevaient le même salaire que nos 17 collègues africains, c'est-à-dire 20 livres sterling (pounds) mensuellement, si je me souviens bien. Ma collègue africaine devait nourrir une famille de minimum 8 enfants et de la famille élargie avec ce salaire-là. Je n'ai, jusque bien après Vatican II, pas eu d'argent de poche, il n'y avait rien à acheter ce qui évitait les tentations.

La nourriture était bonne, il y avait une cellule et un lit, la supérieure avait dans une armoire le savon et autres nécessaires de toilette. Pas de bubble bath mais du déodorant, si. En cas the maladie, la maternité adjacente avait des anti-douleurs.

images (29).jpg

Je remettais mes lettres à la supérieure qui mettait les timbres et postait. Il y avait une bibliothèque municipale dans la zone "blanche" et des livres étaient disponibles à la bibliothèque de la Mission. Pas de journaux sinon the catholic "Southern Cross", favorable au gouvernement blanc! Pas de téléphone, ni radio, ni TV en ces années-là. Des télégrammes étaient permis pour des occasions spéciales concernant la famille

Voilà, depuis une quarantaine d'années, il y a une une gérance de l'argent plus respectueuse de la dignité et de la responsabilité de chaque soeur. Mais rendre compte est très important.


10:48 Publié dans Economie | Tags : transparence | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Moncef Marzouki, wonderful powerful President. C'est la Révolution de Jasmin, chère Claire-Marie, la vraie, l'unique Révolution de Jasmin. je vous envoie mes meilleures voeux de santé et de bonheur avec Jésus... ne nous quittez pas si vite. Le monde de la blogosphère a encore besoin de votre impertinence salvatrice. Bonne soirée.

Écrit par : pachakmac | 05/01/2012

cher Pachakmac, merci et courageuse et épanouissante bonne année, et je redis: "2012 sera meilleur parce que tu es là et que je te fais confiance", Claire-Marie

Écrit par : cmj | 05/01/2012

Magnificate Agnus Dei. Je vous offre le billet aller simple vers Lui, notre Seigneur, avec mon dernier billet sans aucun commentaire. Dans cinq petites minutes sur mon blog. Je vous aime, ma Soeur.

Écrit par : pachakmac | 05/01/2012

Les commentaires sont fermés.