17/12/2011

Cherche un logis, désespérement !

 

« … Ils ne trouvèrent pas d’abris » Luc 2 : 7

 

Quand nous étions enfants à la maison ou à l’école, nous avions plaisir à mettre en scène le récit de la Nativité, souvent enrichi de chansons,  un peu comme un opéra d’écolières et d’écoliers ! A chaque représentation, la partie la plus émouvante était lorsque le « couple saint» cheminait de maison en maison, de porte en porte, frappant timidement, suppliant d’une voix tremblante : « La jeune femme doit accoucher, c’est urgent,  y aurait-il une petite place chez vous ? » Et la réplique cinglante : « Pas de place, allez voir ailleurs ! »

 

Il ne s’agissait pas de rejeter l’enfant Jésus ou le Fils de Dieu, si on avait soupçonné cela, on aurait examiné autrement la question ! Non, il s’agissait de refouler ces étrangers, potentiellement criminels qui, c’est connu, ne sont que des parasites qui viennent saper notre système laborieusement construit. Il en était ainsi en ce temps-là et il en est ainsi aujourd’hui.

 

Les prophètes connaissant bien la Loi de l’Ancien Testament étaient conscients de cette terrible réalité. Quasiment aucun autre groupe de gens – les étrangers, les veuves, les orphelins – n’était aussi expressément confié aux bons soins des citoyens, que ce groupe-là. Et les prophètes ne cessaient de le répéter !

 

Ce même groupe de gens sans domicile fixe, était particulièrement proches du cœur de l’homme de Nazareth, au grand dam des « gens bien », choqués de le voir partager un repas avec eux. Mais Jésus allait plus loin encore… jusqu’à s’identifier explicitement avec eux : « J’étais étranger et vous ne m’avez pas accueilli… »  et « l’aide que vous avez refusée aux étrangers, c’est à moi que vous l’avez refusée ! »

 

Mais les prophètes, les enseignements de l’Ancien Testament, Jésus, nos représentations de sa naissance quand nous étions enfants à la maison ou à l’école, semblent n’être qu’un cri dans le vide de notre société. J’en veux pour preuve l’Initiative populaire pour le renvoi des étrangers, l’opposition de nos communes pour leur accorder un lieu d’accueil… on connaît la chanson ! Une chanson triste.

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie Jeannotat

Avec l’aimable permission de l’auteur

 

 

22:11 Publié dans Solidarité | Tags : avent 2011 | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Monsieur Baptiste Kapp a mis un précieux commentaire que je transfère là où il voulait effectivement le mettre. Avec toute ma reconnaissance et mon amitié
claire marie

"En l'an Zéro, quelle belle époque ce devait être!

Aujourd'hui, le couple aurait été chassé de l'étable par la police de Monsieur Vuilleumier. Celui qui se dit Popiste, celui qui est membre d'un parti dont un des slogans est: "Avoir un toit est un droit"

Lire ou relire: http://peresiffleur.blog.24heures.ch/archive/2011/07/29/la-pelle-de-la-gauche-en-reponse-a-l-appel-de-la-droite.html

Écrit par : cmj | 19/12/2011

Bonjour Claire-Marie,

Lorsque l'on accueille un étranger, c'est toujours avec bon coeur et sans arrières pensées. On ne lui demande pas de qu'elle religion il est, de quel parti politique il se réfère, bref il est accueillit simplement.

Mais lorsque celui-ci veut prendre un mètre carré de votre maison afin de vous imposer "sa culture, ses us et coutumes" vous êtes en droit de vous poser des questions? Il me semble et vous en conviendrez qu'il y a tout lieu de ne pas être convaincu de la "bonne foi" de votre hôte"

En fait l'accueil des étrangers pour une nation doit être totale pour des raisons de cas de forces majeurs en attendant que les conditions du pays d'ou vient "l'étranger" redeviennent normales. Si cela doit durer des années, je ne vois pas en quoi je devrai subir un changement de pensées, de culture, d'acquis par ce que notre étrange étranger, fait pression sur les autorités ?

Lorsqu'il y en a qu'un seul ce n'est rien, mais lorsque c'est une communauté qui veut imposer sa loi c'est complètement différent à tous points de vues.

Peut être ais-je dévié et caricaturé mon propos.

Il faut me semble-t-il, faire une différence entre ce qui doit venir du coeur pour partager, aider, porter secours à autrui, et le reste.

Ce qui devient très problématique aujourd'hui, c'est qu'il n'y a pas de réciprocité en matière culturelle et surtout de foi religieuse.Ma liberté de penser et d'agir ne peut être squattée, diminuée pour des prétextes souvent mensonger.

Le sujet de votre article est une "arborescence" pour la discussion. Je n'ai pas choisi le plus facile je le reconnais.

"Cherche un logis désespérément" soyons "Claire-Marie" il est inacceptable qu'une famille, un être humain passe la nuit dehors alors que bien des animaux ont de quoi se loger et se nourrir parfois dans du cinq étoiles....

Un Président, un gouvernement, une autorité quelque soit le statut, devrait avoir "à l'esprit" que le premier bonheur, d'un humain, c'est d'avoir un toit, de pouvoir se vêtir, de manger et d'avoir des activités. Ce faisant, il devient citoyen à part entière. Les bonnes conséquences sur l'économie sont connues. L'état y retrouve son compte, c'est ce qui fait les nations.

Le temps que nous aurons des gens pour penser qu'un système social cinq étoile ruine une nation, la pauvreté, la misère ajoutées aux bourrages de crânes déboucheront sur des conflits. Les congés payés ont ouvert le "chantier" du tourisme mondial qui rapporte de l'argent et du bien être dans le monde entier que je sache.

Si un économiste n'est pas d'accord avec moi qu'il se fasse connaître! Plus il y a des gens dans le bonheur, l'aisance, plus le moteur économique fonctionne et chacun y retrouve son compte.....Il faut des gens éduqués, instruits afin d'entreprendre; là est une partie du problème. Les besoins humains et de notre planète, sont aussi grands que notre univers alors qu'est-ce qu'ils attendent pour réformer "ce système économique désué" qui produit des salariés et de la pauvreté? Celui-ci produit de la richesse pour celui qui est riche (suivant sa richesse...l'argent ne fait pas le bonheur, mais y contribue très largement) pour les autres c'est la soupe populaire et la nuit à la belle étoile, ou des conditions de vie déplorables... Ça ne va pas!

Je caricature là aussi, mais c'est pour faire court...

Nous allons fêter NOËL avec le gâchis et l'hypocrisie habituelle.Ensuite, viens le 1er de l'an avec là aussi, tout le gâchis et l'hypocrisie qui s'impose! -Ensuite les "rois" avec toujours cette gabegie dans la goinfrerie..Enfin le toubib, le pharmacien pour éliminer le cholestérol accumulé et ses inconvénients....Les cloches pourront partir en vacance....et tout recommence!

Et nos enfants de la planète qui crèvent de faim ou par la violence des adultes?

Je ne vois rien de bon pour eux malheureusement. La crise économique, comme la crise des cerveaux, vont faire bien des dégâts...

Malgré tout il faut passer un bon NOËL, c'est ce que je vous souhaite Claire-Marie, surtout de garder "bon pied bon oeil"

Amitié...

Écrit par : NOËL | 20/12/2011

Ma Soeur,

Un grand merci pour avoir bien voulu réparer mon erreur.

Je vous souhaite un très joyeux Noël et je vous dis aussi merci pour vos billets. En espérant que vous serez en mesure de continuerez avec autant de ferveur dans la défenses des sans-grades tout au long de 2012.

Écrit par : Baptiste Kapp | 20/12/2011

Les commentaires sont fermés.