25/11/2011

L'autre Droit de Cité

L'autre Droit de cité

Dans les années 50 après J.C., Paul fonda une communauté chrétienne dans la colonie militaire romaine de Philippi, une ville située en Grèce. Peu de temps après et Paul devait se rendre compte que les choses n’allaient pas mieux là qu’en ville.  Les mécanismes qui contrôlaient la vie publique étaient les mêmes : la lutte pour la promotion aux postes, plus ou moins importants, la lutte pour un mandat prestigieux ou pas, allaient de pair avec le favoritisme, l’irrespect crasse,  l’ambition, la convoitise, les soupçons.

Ainsi fonctionnait en ce temps-là le Droit de cité romain lequel était entièrement sous la férule de l’empereur. C’était le Droit qui mettait au premier plan la carrière, le progrès, le prestige et, avant tout, le profit. C'était le Droit de cité des profiteurs et des privilégiés.

Paul devait donc rappeler aux chrétiens et aux chrétiennes de la nouvelle communauté de Philippi qu’ils devaient se souvenir de leur nouveau « Droit de cité au ciel » comme il l’écrivit dans sa lettre aux Philippiens 3,20. Ce message de Paul n’est ni illusoire, ni naïvement proposé pour l’avenir ou pour l’au-delà.

Le Droit de Cité du « Royaume de Dieu », pour s’exprimer ainsi, nous donne la force d’un engagement sans peur pour la dignité de tous les êtres humains, surtout la lutte pour les droits des oubliés de la société, des négligés, des ignorants, des arriérés, des bons à rien.

Le mot grec pour le "Droit de cité" est politeuma  (en français : la citoyenneté.) Et cela concerne la politique.

Hermann Josef Venetz

(ma traduction)

Avec l’aimable permission de l’auteur

 

 

14:57 Publié dans Politique | Tags : politique | Lien permanent | Commentaires (3)

24/11/2011

SAINT LOUP POMPAPLES

 

Saint Loup

 

chapelle-habitee.jpg

 

Saint Loup

 

 

J’ai découvert les Sœurs Diaconesses de Saint Loup, Pompaples en décembre 2008.  Les billets du 17 et du 18 décembre 2008 de mon blog racontent cette première rencontre !

· Aujourd’hui, 24 novembre 2011, c’est de Saint Loup que je reviens à Bulle et je vous retrouve dans la blogosphère de 24Heures.

 

· A Saint Loup, après le culte, j’ai eu la joie de rencontre le Pasteur Martin Hoegger. Voyez plutôt ! J’ai trouvé « Accueillir les imprévus de Dieu » du 26 août 2011 et mes commentaires en avril 2010

· cmj sur Le "Rire pascal". Une tradition oubliée

· cmj sur Les questions de Pâques

C’est dire si le monde est petit et la blogosphère grande ! La relation virtuelle débouche sur la relation humaine.

 

En trois ans les gens de Saint Loup on grandit, et moi aussi. La Maisonnée (nouveau nom pour la Maison-Mère des Diaconesses) rénovée contient la grande chapelle dépouillée d’ornements et laissant toute la place à Dieu avec nous, comme dans une tente où se rencontrent les passants. Une grande croix en bois foncé, d’où Jésus s’est échappé à Pâques. Dans la Maison des Aînées, j’ai logé au Noviciat avec une quinzaine de sœurs, anciennes infirmières usées jusqu’à la corde par le soin des malades et que nombre de Vaudois connaissent bien. Elles ressemblent (comme les Sœurs à Bulle) à un tronc d’arbre centenaire et de son écorce profondément ridée émergent des jeunes pousses vertes, soyeuses autant qu’audacieuses ; elles sont l’avenir de ces mouvements de femmes humanistes dans notre monde ! La vie se déploie chemin faisant, construisant ce que l'Euro zone et son marché financier, détruisent sans état d’âme sinon sa survie fictive sur la mort des gens de trop ! Reconstruire la famille de Dieu sur les ruines de veau d’or, c’est un défi et c’est le sens de notre vie.

 

Et cette dynamique de renouveau semblait passer par le Milieu du Monde, alors que je scrutais la cave où vécut, dit-on,  le moine Lupicin, et d’aller ce qu’il en reste ; ce Milieu du Monde où vécu le moine Romain, frère de Lupicin au 4ème et 5ème siècle de notre ère, on lui doit la plus ancienne abbatiale de Suisse (selon Wikipedia). Quel pays pétri de christianisme que ce Canton de Vaud !

 

20:37 Publié dans Amis - Amies | Tags : saint loup | Lien permanent | Commentaires (3)

19/11/2011

Ne murmurez pas !

Le terme « murmurer » revient si souvent dans la Bible qu'il  est quasiment devenu est une expression théologique technique.

Quand est-ce qu'on murmure ? Les gens murmurent  lorsque, au désert, ils languissent pour les marmites de viande d'Egypte dont ils sont maintenant privés. Ils murmurent lorsqu'ils ne peuvent immédiatement assouvir leur soif. Ils murmurent  lorsque, arrivés en « Terre Promise », la réalité ne correspond à ce qu'ils avaient imaginé.

Murmurer revient tout aussi régulièrement dans les textes du Nouveau Testament. Les gens murmurent  lorsque Jésus s'assit à table avec les pécheresses et les collecteurs d'impôts. Ils murmurent  lorsque Jésus se fait inviter par le chef du fisc, Zachée ! Ils murmurent  lorsque Jésus dit qu'Il est le Pain.  Même ses disciples, hommes et femmes, murmurent  parce que ce qu'il dit est trop dur.

Les gens murmurent  lorsque Dieu ne se comporte pas comme nous attendons de Lui qu'Il le fasse.

Que se passerait-il si Dieu  cédait aux murmures  des gens ? Ils n'en seraient que plus malheureux : ils n'auraient plus à faire à un Dieu dont l'Amour pour nous dépasse l'entendement ! Ils auraient à faire à un  Dieu selon leur idée, c'est-à-dire un petit potentat de leur propre calibre.

Le Bon Dieu ne cède pas aux murmures  des gens et c'est bien ainsi. Cela signifie qu'Il reste fidèle à Lui-même  et qu'il n'est pas disposé  à se mêler à nos intrigues.

Hermann Josef Venetz

Ma traduction

Avec l'aimable permission de l'auteur

 

 

 

 

 

12/11/2011

Votre Père fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons.

La soif de justice est  très profondément enracinée dans les gens.  Les bons doivent être récompensés et les méchants doivent être punis. Notre système  juridique l'exige. La soi-disant  communauté internationale l'exige aussi : ainsi, après les attentats terroristes à New York et Washington, les USA se devaient d'entreprendre quelque chose - c'était clair pour tous les commentateurs.

Selon la tradition de la foi et l'enseignement de notre Bible, il semble que Dieu accepte ce principe. Néanmoins il existe également d'autres représentations et opinions.  Ainsi à propos d'une éventuelle rencontre de David et Goliath devant la face de l'Eternel, que se passera-t-il ?  La réponse des Sages est simple : il ne s'agira pas de récompense et/de punition car Dieu veut avant tout la réconciliation !

Le message du « Sermon sur la montagne », (Matthieu 5,45),  est un appel provocateur et prophétique : il s'agit « d'aimer les ennemis » car « le Père qui est dans les cieux fait briller son soleil sur les bons et sur les méchants et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. »

Les personnes adultes et libres, n'ont besoin ni « du bâton ni de la carotte » du Bon Dieu pour agir humainement.  La liberté de l'Amour leur suffit.

Hermann-Josef Venetz

Avec l'aimable permission de l'auteur

(ma traduction)

 

 

 

01/11/2011

le 2 novembre 2011

IMG_NEW.jpg

Le 2 novembre 2011

Les visites aux cimetières


Souvent les morts, sans le vouloir, rassemblent les « vivants » au cimetière. On dit « au revoir », on écoute quelques prières toute faites, on verse quelques larmes, on partage du pain et du thé et on retourne chez soi jusqu’à la prochaine fois.

Le 2 novembre de chaque année, retour au cimetière bien entretenu : une pierre tombale, des fleurs, et dessous, dans le cercueil, qu’il fut en bois précieux ou en écorce de vieux chêne ou simplement enroulé dans un drap, il reste un peu de poussière et une poignée d’os consumés par les souffrances d’une maladie cruelle  « à en mourir ! »

Oui. Comme celle de Jésus, certaines « morts » ne sont pas faciles, j’en suis témoin. C’est une leçon de vie réaliste. Il ne faut pas, à tout prix « vouloir » une mort idéalement paisible. Il faut assumer, si on peut, le jardin des oliviers en sachant que si Jésus a passé par-là, si des bien-aimés sont passés par-là, pourquoi pas moi ? Et cette douleur intolérablement cruelle n’est que la graine qui meurt et revit du même coup !  (Jean : 12, 20-33).

C’est la résurrection. Une loi de la nature peut-on dire ! Je serai « hors espace temps » dans ce mystère que je suis curieuse de découvrir !

Donc, ce 2 novembre 2011, c’est l’expérience de « l’éternel présent » qui me réjouit,  consciente que d’être en « bonne compagnie » !

Comme François Mauriac : « Un cimetière ne nous attriste que parce qu’il est le seul endroit du monde où nous ne retrouvions pas nos morts. Partout ailleurs, nous les portons avec nous. Il suffit de fermer les yeux pour sentir ce souffle contre notre cou et, sur notre épaule, cette main fidèle. » (A la place du mort, par Gilbert Salem, chez  B.Campiche 2006)

C’est donc la fête de Vivants qu’on célèbre demain, par de-là les pierres roulées et les tombeaux vides. Fortifiés nous avançons,  en route vers « nos Galilée »  respectives !


22:18 Publié dans Spiritualités | Tags : morts | Lien permanent | Commentaires (0)

La Toussaint

 

Toussaint08 001 copie.jpg

Aujourd’hui, 1er novembre « La Toussaint » : c’est une « fête d’obligation » pour l'Église catholique.

Mais ces saints/saintes, c’est qui ?

« La Toussaint est la fête de tous les saints, connus ou inconnus

"Le peuple des petites gens, des humiliés, des laissés pour compte, ceux qu'on exploite, les affligés, les découragés, les malades, les perdus" qui ont mis leur confiance en Dieu.

C'est au 8ème siècle que la Toussaint est fixée au 1er novembre à Rome, et au 9ème siècle qu'elle fut étendue au monde entier.

« Rien ne nous assure que les saints canonisés soient plus grands", note Thérèse de Lisieux. »… Je complète : que les plus petits d’entre nous selon moi, cm !

La pensée de Charles Singer« Saisons » (Desclée) p. 243

« À celui qui n’a plus rien, ni joie ni courage, à cause de la tristesse, à cause de l’échec, parce que rien ne lui réussit, il donne sa présence comme un compagnon qui permet de tenir debout.

À celui qui a faim, parce que personne n’en veut et ne peut le voir, il présente une poignée d’amitié.

À celle qui a soif, parce qu’elle est rejetée à cause de son prétendu manque d’intelligence, il offre la chaleur de son sourire.

À celui qui est considéré en étranger, parce que son comportement, son vêtement ne ressemblent pas

aux autres, il donne un geste d’accueil.

À celle qui est considérée en malade, parce que son caractère est impossible, parce que... parce que... il propose une main ouverte pour une œuvre à réaliser ensemble. »

« Voilà les saints au quotidien qui travaillent à la sueur de leur front pour gagner leur pain » Mais aujourd’hui, la rapine les prive de terre et de travail : par exemple : les licenciés, de Novartis, de Swissmetal, du Credit suisse, des milliers de « surplus people » qui « menacent la survie de la « planète » . Ils sont des millions, nous montre-t-on les « non-productifs, non-rentables du continent africain particulièrement ! »

 

Des Saints ceux-là ?

Au calendrier des  soit disant saints de l'Église catholique romaine, (selon Thérèse de Lisieux) beaucoup d’évêques  de papes, de docteurs de l'Église, de fondateurs et de fondatrices d’Ordres religieux, même, eh ! Oui, de l’Opus Dei, et quelques martyrs en plus, c’est-à-dire qui ont témoigné que Jésus a influencé leur manière d’être et d’agir.

J’en peux nommer aujourd’hui, bien vivants, à travers le monde, chez les sans papiers, les sans domiciles fixes, les pauvres, tous les bienheureux des béatitudes qui sont en marche comme le traduit si bien Chouraqui :

« En marche, les humiliés du souffle ! Oui, le royaume des ciels est à eux !
En marche, les endeuillés ! Oui, ils seront réconfortés !
En marche, les humbles ! Oui, ils hériteront la terre !
En marche, les affamés et les assoiffés de justice ! Oui, ils seront rassasiés !
En marche, les matriciels ! Oui, ils seront matriciés !
En marche, les cœurs purs ! Oui, ils verront Elohîms !
En marche, les faiseurs de paix ! Oui, ils seront criés fils d'Elohîms.
En marche, les persécutés à cause de la justice ! 
Oui, le royaume des ciels est à eux !
En marche, quand ils vous outragent et vous persécutent, 
en mentant vous accusent de tout crime, à cause de moi.
Jubilez, exultez ! Votre salaire est grand aux ciels ! 
Oui, ainsi ont-ils persécuté les inspirés, ceux d'avant vous. »

 

15:50 Publié dans Spiritualités | Tags : saints | Lien permanent | Commentaires (0)