23/10/2011

ELECTIONS FEDERALES 2011

 

 

images (17).jpg

"Je ferai ici une exhortation à tous les hommes en général, de réfléchir sur leur condition et d'en prendre des idées saines. Il n'est pas impossible qu'ils vivent dans un gouvernement heureux sans le sentir : le bonheur politique étant tel que l'on ne le connaît qu'après l'avoir perdu."
Montesquieu - 1689-1755 - Mes pensées

Dans le marasme international, voire mondiale actuel, le terme politique évoque le doute, le cynisme. Comment notre état-nation, notre Suisse subsisterait-elle sans gouvernement ? Pour la première fois ce soir, l’espoir renaît que la politique prime sur l’économie. La différence, et c’est subjectif, je l’ai ressenti ce soir – et il n’est que 21h00, – lorsque les politiciens, anciens et nouveaux s’exprimaient, respectueux les uns envers les autres, les perdants, les gagnants dans la dynamique du provisoire car rien n’est joué, restent dignes, soucieux de l’avenir, voire de la survie de notre petit pays.

L’ensemble de la classe politique suisse est consciente que l’Occident alias l'Euro zone vit le cauchemar d’un avenir privé d’avenir ! Il n’y a qu’à voir la conférence de Presse à Bruxelles il y a quelques heures ! Faire semblant qu’on avance est devenu une habitude à Bruxelles, Londres, Paris ! On avance dans quelle direction ? Et l’anxiété est palpable, c’est poreux et contagieux !

Ma prière de reconnaissance est plus spontanée, plus facile ce soir ! L’intention de prière pour tous les politiciens et leurs partis respectifs, c’est qu’ils se concentrent à rassembler des éléments propres à chacun, et qui convergent vers le bien commun.

Je prie que notre précieuse démocratie « soit légitimée par le vote des citoyens ».

On en était arrivé à « perdre bonheur politique »… "Il n'est pas impossible de vivre dans un gouvernement heureux". Nos politiciens, je crois, sont des citoyens qui deviennent adultes.

Et nous avec eux!


 

 

22:20 Publié dans Politique | Tags : élections | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

"On en était venu à perdre le bonheur politique". Que voilà une jolie façon de résumer ce qu'aura été 20 années de blochérisme. Merci chère Claire-Marie

Écrit par : pachakmac | 23/10/2011

Les commentaires sont fermés.