22/09/2011

INJUSTICE EST FAITE!

sipa_ap21089322_000001.jpg

 

Hommage à Troy Davis

Ce matin, l’Injustice américaine a été faite ! «  L’injustice » sous-tend les innombrables articles et commentaires de personnalités, de journalistes, d’Amnesty International et de tant d’autres personnes horrifiées face au spectacle de la barbarie carcérale. Durant 5 heures, étendu sur un brancard, il attendait la réponse - négative - au dernier appel de clémence !

Le "NON" met en marche les exécutants qui font leur job pendant que les sœurs, amis, parents de Troy regardent à travers l’espace vitré, le "condamné", leur frère!  Troy dit « au revoir » Il dit : « La lutte pour la justice continue ». Il remercie et finalement : "A ceux qui s'apprêtent à m'ôter la vie, que Dieu vous bénisse".

Merci à Troy et merci à l’amour de son compagnon de route : Jésus, le palestinien.

Je me souviens de mon ami Ginaro  Ruiz Camacho,  exécuté le 26 août 1996, il avait subit les mêmes tortures, une barbarie semblable, que nul n’oserait s’imaginer ! Et il avait dit au revoir à sa femme, à sa grand-mère, à ses enfants: « Tout est en ordre, je vous aime tous, c’est une vie nouvelle qui commence et à bientôt ».

Les exécutions se poursuivent à travers le monde, mais les Etats Unis,  qui se donnent le Droit de « posséder, de juger, de pousser à la catastrophe le reste du monde » dissimulent la perversité de leur crime » car ils sont apparemment au-delà et au-dessus de la justice !

Triste exemple entre tous : Barack Obama. On se souvient: « Yes we can!» Naïvement crédules, on hurlait: “Yes we can!”. Hier donc, à la dernière heure de vie de Troy Davis, ce même Obama a « refusé la grâce présidentielle, et il a déclaré qu’il refusait même à titre personnel de répondre à l’appel de Troy. » Ceci, dans l’Etat de Georgie, à la vieille tradition esclavagiste, là où le petit peuple l’avait soutenu et répétait : « Yes we can ! ». Barack Obama dit aujourd’hui : « NO we Can’t ! » Une farce.

Le même jour à l'ONU, face à la demande de Mahmoud Abbas , le palestinien, au nom de son peuple à la limite du desespoir, demande la reconnaissance de son existence, Barack Obama  de dire en bref : « No we can’t ! » « No short cut to peace !”

Honte à Obama ! Prix Nobel de la Paix ! Mister Président : No short cut to Prix Nobel de la Paix ! Vous feriez bien de vous en défaire, de mûrir, de faire pénitence pour n’avoir fait, ce matin, aucun effort de solidarité envers vos frères de race, dans votre pays ! Même pas un seul mot de compassion! Shame on you!

Quelle ironie ! Ironie encore : ce matin jeudi, j’espérais entendre évoquer le nom de Troy Davis à l'église. J’espérais une prière en église pour le repos de l’âme de Troy Davis à qui tout le monde pensait. Le sermon plein de beaux mots, manquait de résonance humaine,  quasiment vide du contenu de nos frères exécutés au nom d’une justice bafouée.

 

23:28 Publié dans Spiritualités | Tags : troy davis | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.