07/09/2011

POUR MIEUX COMPRENDRE

Pour mieux comprendre

WomenLibya.jpg

C’est dans l’air : la hantise d’une crise mondiale comme une idée fixe ! L’Euro-Franc-Dollar » semble avoir pris possession de notre conscience sociale jusqu’à l’obnubilation, jusqu’à la paralysie d’une pensée individuelle et libre ! Il me semble que nous nous abandonnons à l’inévitable néo servitude au Dieu fort et de ses Temples. On bricole quelques « idées de sauvetage » mais on est bien incapable de penser sérieusement à la possibilité d’une « autre monde ».

Moins de richesse et moins de pauvreté ?

Moins de dictatures et plus de démocratie ?

Moins de tyrans et plus de gens ?

Moins de gardiens/gardiennes de lois et plus d'esprit libérateur?

C’est dans l’air : pour l’instant avant de passer à autre chose comme pour se distraire, c’est Mouammar Kadhafi qui hante les esprits, l’incarnation commode et la source de tous les maux, le « roi des voyous de l’axe du mal ». Cela nous rappelle quelque chose ? Mais nous sommes tous pressés et stressés, on gagne du temps en gobant simplement ce qu’on entend à la télé, la radio (souvent excellente la radio) et, quand on se rencontre informellement, on jacasse, on parlotte, on souhaite la mort de Kadhafi comme on « priait » pour celle de Ben Laden ! Commanditée, s’il vous plaît, face au monde, par le Chrétien civilisé Obama lui-même ! Pour ces deux malfrats, Laden et Kadhafi,  mieux vaut les avoir morts que vifs, ce sera moins gênant que des procès, des jugements et des surprises.

Dans ce chaos vide du plus infime sens moral, il me semble que si nous prenions le temps de nous asseoir pour une vraie palabre, une flageolante étincelle de sagesse jaillirait. Une sagesse africaine. Oui.

Si Mandela ni Zuma, ni nombre de Sud africains ne hurlent avec la meute : « à mort Kadhafi ! », C’est qu’ils n’ont pas l’habitude de « retourner leur veste » comme le font à qui mieux mieux les Occidentaux ! Mais voyez donc les accolades Blair, C’est flagrant. Les Africains savent qu’ils « ont une dette envers Kadhafi » car alors qu’en Suisse par exemple, le gouvernement flirtait avec les malfrats de l’Apartheid, Kadhafi, lui,  était substantiellement solidaire de la lutte contre le régime sud-africain de l’apartheid ! Il soutenait les luttes de libération des pays africains.

Aujourd’hui Jacob Zuma (et je ne suis pas son fan) est dans une situation très difficile. Car il se trouve en porte à faux avec l’ONU et le fait qu’un mandat d’arrêt ait été lancé par la Cour pénale internationale contre Kadhafi. Or l’Afrique du Sud reconnaît la compétence du CPI. En Afrique du Sud de l’ANC, on est pas content ! Les efforts de Zuma pour négocier un cessez-le-feu entre les « loyalistes et les rebelles cum Otan » échoués ! Pourquoi ?

 

Comme a échouée la négociation de Thabo Mbeki , au Zimbabwe ensanglanté et misérable, entre la brute Mugabe et Morgan Tswangirai du MDC!  A l’heure qu’il est c’est l’état de stagnation permettant au malfrat Mugabe de mourir « normalement » simplement parce qu’en son temps, il fut solidaire des combattants de l’ANC en Afrique du Sud. Et que les Africains ne sont pas, à l’instar de moult Occidentaux des « tourne-vestes ».

 

Et la solidarité avec les « petites gens » ? En Libye, au Zimbabwe et leur dignité humaine et leur droit à la parole, à leur colère ? Et le droit à la solidarité et à l’honnêteté ? Cela concerne qui ?

Je ne prétends pas que le Guide Libyen n’ait pas basculé dans la folie du Pouvoir. Que Mugabe, le catholique, n’ait pas basculé dans la folie de se faire « dieu » !

La comparaison entre la Libye et le Zimbabwe s’arrête aux chefs respectifs. Chacun est le produit de sa culture, de son contexte historique, de sa vision d’avenir pour le Peuple qui, seul, lui donne la raison d’être « co-responsable de sa destinée ». Corrompus par le pouvoir et la rapine, ils se transforment en hiérarchies comme il en existe trop ! Ayant écrasé les racines, la tour s’écroule mais les racines repousseront d’un humus purifié.

images (2).jpg

La destinée des Libyens ? J’entendais un occidental interrogé à la RSR1ère, dire : « Heureusement que les Libyens, comprenez les rebelles, se sont un peu occidentalisés, il sera plus facile de les aider… » Les aider en quoi ? Veuillez lire attentivement Libye WIKIPEDIA .  J’ai longtemps hésité pour rédiger ces quelques lignes, mais les mensonges deviennent si grossiers qu’on ne peut faire avec ! Je me suis référée à la presse sud africaine et africaine pour m’aider et voici quelques adresses :

 

http://mg.co.za/specialreport/libya-time-for-change

English press on SA and Libya

 

http://www.sowetanlive.co.za/news/world/2011/08/25/millions-offered-for-capture-of-libya-s-gaddafi The Sowetan

 

http://mg.co.za/article/2011-09-02-sas-stance-on-libya-furthers-rogue-trend Mail and Guardian

 

Libya has in fact become a victim of western international manipulation, according to the Guardian. http://www.english.rfi.fr/africa/20110902-african-press-review-2-september-2011

 

http://www.english.rfi.fr/middle-east/20110901-russia-recognisess-libyas-rebel-government

Russie

 

Dans les années 1970 le PNB par habitant de la Libye est le plus élevé de toute l'Afrique58. http://fr.wikipedia.org/wiki/Libye#.C3.88re_antique

 

Les paroles de Mandela, dans un contexte il est vrai différent, mais avec beaucoup de ressemblances : lisons :

Nelson Mandela, après 27 ans de prison, soutient la Libye pour la levé de l'embargo, imposé par les nations unis à la suite des attentats de Lockerbie (le 21 décembre 1988). Il déclara, en répondant à Bill Clinton (qui avait qualifié sa visite de "malvenue") :

"Aucun état ne peut s'arroger le rôle de gendarme du monde, et aucun état ne peut dicter aux autres ce qu'ils doivent faire. Ceux qui hier était les amis de nos ennemis, ont aujourd'hui le toupet de me proposer de ne pas rendre visite à mon frère Kadhafi. Ils nous conseillent d'être ingrat et d'oublier nos amis d'hier".

Nelson Mandela était considéré à l'époque, lui et son organisation contre l'apartheid, comme de "dangereux terroristes". Il faut attendre le 2 Juillet 2008 pour que le congrès américain vote une loi pour rayer le nom de Mandela et de l'ANC de cette liste noire.

Je crois qu’aujourd’hui, le point de vue de notre Madiba – comme le mien - a élargi l’horizon des doutes, et aiguisé le regard et le défi de l’action pour la création d’un monde juste. Mandela n’a jamais « retourné sa veste ». Jésus n’a pas « retourné sa veste », bien qu’il fut tenté au désert de « retourner sa veste », oui! » (Luc 4 : 1-13).

 

Aujourd’hui, il serait intéressant que Kadhafi, Ben Ali, Moubarak nous dévoilent les noms des dirigeants occidentaux qui ont mangé dans le creux de leurs mains depuis deux à trois décennies ; surtout les noms des dirigeants qui retournent leur veste allégrement, et qui montrent un empressement étrange à vouloir remettre en action les puits de pétrole, à vouloir faire débloquer les avoirs gelés libyens.


Remettre les milliards entre  quelles mains et dans quel but : Enterrer les morts ? Soigner les Butin de la Libye.jpgblessés, guérir les handicapés à vie, nourrir les affamés, reconstruire les écoles, les Universités. Mettre en route une Commission pour montrer la vérité, pas celle des médias, celle des libyens des deux sexes, pour protéger les Africains traqués et la courageuse et fidèle petite communauté chrétienne à Tripoli, pour se rassembler en une communauté humaine, libérée de l’autorité pervertie d’un Kadhafi et préservée des prédateurs à l’affût ! Former une armée défensive, et guérir de la violence déchaînée des derniers mois.

Parce que nous savons qu’un autre monde est possible, et si nous en doutons, nous ignorons la résurrection de Jésus. Si nous le croyons, il s’agit d’agir.


22:57 Publié dans Général | Tags : libye | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Bonsoir Claire-Marie

Je me suis pris quelques jours de bon temps afin de ma libérer des comportements scandaleux des humains, ou d'une bonne partie...

Mais partout ou nous sommes allés la misère porte le même nom, les images sont les mêmes, mais rien à voir avec celles de pays qui prêchent pourtant un dieu et le bonheur humain?

Votre article résume bien l'hypocrisie des "petits" irresponsables de ce monde! Je dis petits pour la majorité d'entre eux, compte tenu de leurs résultats "nets"

Les noms de celles et ceux qui ont trempé dans la piscine de pétro-dollars sont quasiment connus...Ils sont englués et ivres. Ce sont les mêmes qui ont reçu le Syrien sanguinaire avec les honneurs.Ils s'embrassent, et tirent à bout portant.

Oui Claire-marie, un autre monde est possible, mais il faudra dé-construire pour mieux re-construire.

Bien à vous à bientôt.

Écrit par : NOËL | 09/09/2011

pourquoi les juifs ne croient pas en Jésus ? Une question qui me turlupine depuis des années. J'ai trouvé quelques éléments de réponses. Qu'en pensez-vous ?


Lorsqu'on cherche à comprendre pourquoi les Juifs ne croient pas en Jésus, on retrouve des raisons nombreuses et absolument sérieuses.

- D'abord, le messie annoncé par les prophéties doit descendre de David or, de l'aveu même du "Nouveau Testament", Jésus n'est pas descendant de David, puisqu'il n'a pas de père humain et qu'il est né par la puissance du Saint-Esprit, ce qui est quelque chose de vraiment remarquable, mais qui n'accomplit pas les prophéties. De plus,


- Le messie doit reconstruire le temple, or Jésus est né à une époque où il y avait un temple, et il en a plutôt prédit la destruction.


- Il doit apporter la délivrance à Israël, ce qui n'a pas été le cas, puisqu'après Jésus, les Juifs ont été exilés et qu'ensuite, ses propres disciples ou, du moins, ceux qui se réclamaient comme tels se sont efforcé par la suite d'occasionner des ennuis et de grands malheurs au peuple Juif, qui a souffert de leur part les croisées, l'inquisition, la Shoah et de nombreuses autres humiliations et actes antisémites, occasionnés par des chrétiens, qui ont toujours tenté de convertir les Juifs à Jésus par un prosélytisme tantôt guérier et meurtrier, et tantôt pacifique. Mais, sauve t-on l'âme de quelqu'un en l'assassinant, come l'ont fait les Chrétiens pendant les inquisitions? .


- Il doit apporter un règne de paix, or, Jésus déclare positivement : "Je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu'ai-je à désirer s'il est déjà allumé?" (Lc. 12, 49) Il dit ensuite qu'il n'est pas venu apporter la paix, mais l'épée (Lc. 12, 51), qu'il y aura désormais guerre entre le père et son fils, la mère et sa fille, etc. Et, il va prédire une ère de grands troubles et de grands malheurs ;


- Finalement, le messie n'a pas vocation d'être adoré comme D. , et le mot même messie, qui se dit Machia'h en Hébreux, signifie tout simplement " oint ". Et des païens même ont déjà reçu ce titre de messie. On peut lire en Es. 45, 1 : " Ainsi parle l'Eternel, à son messie, à Cyrus ". D. appelle Cyrus Son messie, c'est-à-dire, Son oint. Il y a donc divers messies, plusieurs oints. David même est appelé Messie et David appelle Saül le messie, lorsqu'il dit loin de lui la pensée de mettre la main sur "l'oint de l'Eternel ", en d'autres termes, le messie de l'Eternel.

Et si c'est D. lui-même qui a quitté son trône céleste, pour devenir Jésus sur terre, comment doit-on alors l'appeler Oint, ou messie ? De qui est-il oint, dans ce cas ? Cela paraît donc un blasphème de dire que c'est D. lui-même qui est descendu sur terre en tant que Messie, c'est-à-dire " oint ". Mais alors, Oint de qui ?

Le messie ne peut être qu'un homme investi d'une mission, oint par D. pour accomplir cette mission. Le messie n'est pas D. lui-même.

Quoiqu'il en soit, on voit que Jésus n'a même pas rempli les critères de base pour que les Juifs soupçonnent en lui le messie annoncé par les prophètes. On n'est pas messie parce qu'on fait des miracles. Même les magiciens et les faux prophètes font des miracles. Donc, les miracles ne suffisent pas à prouver qu'on est le messie attendu. Et on peut très bien être messie sans faire des miracles, puisqu'il ne nous est pas rapporté que David faisait des miracles.





A priori on ne devrait pas être très surpris que les juifs aient ignoré Jésus de son vivant. Car, si ses dires et son personnage sont réellement ceux rapportés par les évangiles, alors, ni son personnage, ni ses dires ne cadraient avec la réalité du messie.

Si, en plus, on considère tous les massacres que ses disciples ont commis contre les juifs dans la suite des temps (quelquefois en son nom), il devient compréhensible que le Juif ne puisse pas considérer comme son messie quelqu'un qui, pour le sauver n'hésite pas à l'exterminer.

Quoiqu'il en soit, même aujourd'hui, 2000 ans après Jésus, en prenant quelque recul et en analysant les arguments avancés par ses disciples et les ouvrages qu'ils nous proposent sur la vie de leur maître, rien n'incite davantage le juif à changer d'avis au sujet de Jésus, parce que :

1. L'authenticité même de ces écrits est contestée par plusieurs savants qui se sont penchés sur le sujet ; Presque tous concluent que ce n'est sûrement pas Mathieu qui a écrit son évangile, et que ni Mc, ni Lc, ni Jean l'apôtre n'ont peut-être pas écrit les leurs.

2. Mais, même en accordant le bénéfice du doute à ces écrits, une lecture objective détruit à nouveau leur crédibilité.

Certains de ces arguments sont déjà exposés dans l'article "Les difficultés du NT".

On peut toutefois en ajouter quelques uns:

- L'arrivée de Jésus à Jérusalem est traditionnellement associée à la fête de Pâque, suivant le rapport du NT. Mais, ceux qui connaissent le Judaïsme savent que l'agitation de feuilles de palmier décrite dans les évangiles, ainsi que les cris de Hosanna ne font pas partie du rituel juif de la fête de Pâque. On les retrouve plutôt pendant la fête de Souccot ou fête des Tabernacles.

Est-ce une méprise du narrateur ou un dessein délibéré ?

A t-on tellement voulu que Jésus soit l'agneau pascal qu'on s'est efforcé d'associer sa mort à la célébration de Pâque, bien qu'en nous donnant la description d'une fête autre que la Pâque?

- Certains évangiles (voir Lc 22:15) s'accordent à placer la mort de Jésus le jour même de la fête de Pâque.

Or, la description des évènements ne correspond nullement à celle d'un jour Saint: l'arrestation, le procès, puis l'exécution, le fait que Simon de Cyrène revenait des champs (il n'aurait pas pu y aller un jour de Pâque), que Joseph d'Arimatée ait pu acheter un linceul et les femmes des aromates, suggèrent qu'il ne s'agissait pas d'un jour de fête, d'un jour de Sainte Convocation.

L'histoire du Messie devrait-elle être bâtie sur tant de flou et d'incohérence?

Comment reprocher aux Juifs de ne pas y faire foi ?

De plus, Jésus n'ayant pas incarné les principaux critères d'évaluation que la Torah nous a fournis sur les prophètes et sur le messie, n'est-il pas permis aux Juifs de douter de sa messianité ?

Écrit par : n'goy | 10/09/2011

@ n'goy, votre long commentaire a-t-il quelque chose à voir avec la note publiée dans le blog?
bien à vous

Écrit par : cmj | 11/09/2011

Les commentaires sont fermés.