23/08/2011

JESUS ET IVAN KRAMSKOY

 

 

"En hommage à Gilbert Salem qui me donna il y a bien longtemps, une simple feuille A4 avec le "Christ au désert".

 

Kramskoi_Christ_dans_le_désert.jpg



Portraits du Christ : les grands artistes, Raphaël, Rembrandt et bien d’autres, étaient influencés par leur milieu, leur époque  et surtout leurs mécènes et protecteurs ecclésiastiques qui, trop souvent, imposaient leur contrôle et paralysaient l’inspiration de l’artiste !

L’art,  pour ces mécènes, devaient exalter la force, la richesse, le paraître, le prestige, en utilisant le divin pour souder le tout !

L’artiste est un homme au regard centré sur la vérité humaine, et c’est à celui qui regarde et contemple de reconnaître le divin, les traits du Christ dans ses œuvres !

Il serait fascinant de découvrir combien de chef-d’œuvres - nés de l’inévitable tension entre le pouvoir religieux et financier et la passion de la vérité – restent inachevés !

« En Russie,  le Tsar Nicholas I avait décrété officiel, le style néo-classique. Il exigea le contrôle des artistes et de leurs œuvres, allant jusqu’à surveiller les étudiants durant leurs travaux, surveillant par-dessus leurs épaules ! »

Extraire la vérité libératrice ne peut se faire à partir de modèles et de moules imposés ! Kramskoy fut l’un de ces artistes au génie libérateur ! Et se libérer lui-même  en rompant avec l’Académie !

Et j’en reviens à  au choc de Robert Hossein évoqué dans mon précédent billet.

Ivan Kramskoy, le grand peintre russe a fait l’expérience de ce « moment » unique qu’il a accueilli et il a su ce qu’il pouvait et devait peindre « le Christ  au  désert » qui m’accompagne au quotidien dans mes efforts.

Écoutez Ivan Kramskoy : « Un jour alors que je réfléchissais profondément, j'ai vu une forme assise dans une position de d’intense réflexion.  J'ai commencé par la regarder, la scruter attentivement, je contournais la forme en marchant à pas lents et durant tout le temps de mon observation, elle n'eut pas le moindre mouvement, elle ne m'a pas remarqué. Ses pensées étaient profondément intérieures et concentrées. Elle ne me remarqua pas, restant toujours dans la même position...

J'ai réalisé alors que je n'avais rien à inventer, je devais copier ce que j’avais vu.  Ce que je fis. Lorsque ce fut accompli,  je lui ai donné un nom audacieux.  Etait-il le Christ? Je ne sais pas. Le lendemain, à l'heure du soleil levant, la forme avait disparu. »

(D'une lettre de Kramskoy à V.M. Garshin, le 16 février 1878) (ma traduction cm) (C’était en 1872)


« En 1873, l’Académie des Beaux Arts voulu honorer Kramskoy, en lui offrant un "Professorat"! Il refusa disant qu’il voulait rester fidèle à son engagement d’indépendance de l’Académie ! »  (idem cm)


Mais qui donc est Kramskoy ? J’ai envie de poursuivre un peu l’exploration de ce type d’homme dont nous avons un besoin urgent aujourd’hui.

 

11:09 Publié dans Spiritualités | Tags : kramskoy | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Bonsoir Ma Soeur,

Je ne connaissais pas cette toile. Elle est très prenante. Le personnage a l'air de porter toute la misère du monde - Christ incarné ? - sans savoir ce qu'il faudrait faire.

Merci de l'avoir mise sur votre blog.
Avec mes salutations.

Écrit par : Michel Sommer | 24/08/2011

Cette très belle toile montre un Christ en réflexion devant la bêtise humaine.

Peut-être pense-t-il qu'il faille refaire un monde plus tourné vers le bonheur des enfants de la planète ?

Pour avoir des enfants qui s'épanouissent afin de nous succéder encore faut-il que les adultes, les parents soient responsables....Je ne parle pas des politiciens qui pour une majorité ont un égo surdimensionné, regardez et constatez sur les blogs de la TDG elles et ils sont en photo... pour la plupart.

Bien à vous Claire-marie...

Écrit par : NOËL | 25/08/2011

N'oublions pas que le créateur a fait l'homme à son image, selon les écritures;

Écrit par : 100blagues | 26/08/2011

Les commentaires sont fermés.