23/07/2011

Norvège en deuil

 

 

norvege-au-moins-91-morts-dans-le-doubl1.jpg

île d'Utoeya

Hier vers 16h00 j'allais écouter BBCNews comme chaque jour quand c'est possible. J'ai pu suivre quasiment en direct, la tragédie d'Oslo. La puissance de l'explosion, les vitres brisées, les murs écroulés, les gens en fuite, trébuchants, blessés ou morts sur le sol jonché de décombres.

On s'inquiétait du sort du premier ministre, Jens Stoltenberg dont les bureaux ont été dévastés. Où se trouvait-il? Et les autres? Le vendredi après-midi est plutôt calme au centre d'Oslo à cette heure, la police, les pompiers travaillent, une ambulance passe, pas de voiture... Un ou deux morts? On le saura plus tard. Des blessés: Oui!

On peut s'attendre à d'autres explosions dans le même quartier ou ailleurs. C'est comme un tremblement de terre, Pas ou peu de média. Mélange de calme avant la terreur, je me demande comment la BBC a pu être là « quasi à l'heure de ce rendez-vous tragique » D'abord sans émotion autre que la panique, l'angoisse, les gens d'Oslo, à part quelques dizaines égarés semblaient-il, restaient chez eux à prendre conscience de ce qui se passait. Et le choc!

Quelques 30 à 45 minutes plus tard, un signal de l'île d'Utoeya, le Paradis vire à l'Enfer en l'espace d'une heure! Pour les Jeunes Socialistes norvégiens, (AUF) c'est la rencontre annuelle, « l'Université d'été ». On y vient de toute la Norvège, on discute, on débat, on veut participer à la construction, à l'avenir du pays. Le ministre, Jens Stoltenberg devait les y rejoindre aujourd'hui, samedi pour fêter, encourager. Il y est, présentement là, à pleurer les morts, être avec, réconforter.

http://www.jeunes-socialistes.fr/2011/07/iusy-ecosy-decla...

Aujourd'hui, la BBC continue sa présence intelligente sur l'île, à Oslo. D'autres média sont arrivés.

Ce qui m'a frappée:

a) "Notre marque de fabrique, c'est une société ouverte, c'est une société sûre, où l'on peut avoir un débat politique sans être menacé. C'est cela qui est attaqué aujourd'hui, c'est cela qui est menacé et nous devons réagir pour que cela ne soit pas le cas", et l'ai-je encore entendu viva voce: « Pour notre pays, demain sera encore plus de démocratie! » (Jens Stoltenberg, Premier Ministre)

b) « Nos valeurs d'ouverture, de paix, se démocratie seront demain ce qu'elle sont aujourd'hui » ai-je entendu le Ministre des affaires étrangères Jonas Gahr Støre déclarer, hier à la BBC.

Ce qui m'a encore frappée , en direct grâce à la BBC jusqu'au soir de hier: c'est le « self control », de cette population. Dans la dignité et les larmes: ramasser les morts, soigner les blesser, se consoler les uns les autres, avant de hurler « à la haine ». Plusieurs fois, les autorités norvégiennes ont du répondre aux questions en disant: « Ce qui est prioritaire, c'est la réalité présente, soulager la souffrance des victimes, de leurs familles, de leurs amis, de nous tous... » et je pensais « Avant de chercher des bourreaux! » Comme les membres d'une famille éplorée!

 

Il me semble ce soir, samedi, 23 juillet, que la Presse internationale, par sa manière de faire, pousse les Norvégiens à réagir « à la casse-toi con » des Français, USA et bien d'autres réagissent à la violence d'abord par la violence! Sans même se préoccuper des analyses nécessaires qui seront faites après le deuil! Et d'en tirer les conséquences!

C'est vrai, on connaît maintenant le meurtrier: Anders Behring Breivik. Sa conviction : 352274-jeune-femme-allume-chandelles.jpgOne person with a belief is equal to the force of 100 000 who have only interests. En français: selon le Nouvel Observateur: http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110723.OBS7523/norvege-qui-est-anders-behring-breivik.html

"Une personne avec une croyance a autant de force que 100.000 personnes qui n'ont que des intérêts". Une citation du philosophe anglais John Stuart Mill, qui sonne rétrospectivement comme un avertissement ce samedi matin. Un avertissement qui doit nous sauter aux yeux!

La violence n'aura pas le dernier mot! De tout mon coeur avec les gens de la Norvège! cm.

22:47 Publié dans Histoire | Tags : attentat | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

"Une personne avec une croyance a autant de force que 100.000 personnes qui n'ont que des intérêts". Une citation du philosophe anglais John Stuart Mill, qui sonne rétrospectivement comme un avertissement ce samedi matin. Un avertissement qui doit nous sauter aux yeux!

Bonjour Claire-Marie,

Nous avons de ressources pour tout. Y compris pour tuer, l'être humain est un prédateur, notre histoire en témoigne.

Ce "psychopathe" a avalé un certain nombre de croyances qui sont devenues au fil du temps des certitudes.La haine nourrit le cerveau de ces imbéciles,il n'est pas le seul, celle-ci germe dans la boite crânienne, pousse et devient un arbuste, pour enfin occuper le terrain fertile qu'est notre inconscient.

Son éducation, ses milieux fréquentés, ne lui ont pas permis de laisser en sommeil le tueur, le prédateur qui sommeil dans chacun de nos cerveaux, il a privilégié la mort plutôt que la vie.

Notre civilisation est menacée pour bien des raisons, économiques, politiques, concepts soit disant religieux, changement de climat, famine, augmentation de la population humaine, diminution notable des matières fossiles qui coûtent de plus en plus chère, etc...

Il n'y a pas de différence entre lui et d'autres tueurs. Le chemin est le même "la croyance" c'est pour cette raison qu'il faut combattre celles qui en appel au meurtre. C'est très difficile pour les tueurs isolés, mais il était sur le net que je sache? Les services de renseignements au lieu de s'occuper de ce qui se passe dans les familles à savoir pour qui elles votent, qui fait quoi de sa personne etc, feraient bien mieux de s'occuper de ces gens là qui, sur "Facebook" ou ailleurs nous mettent en danger.

D'autres criminels en puissance tuent des humains pour des raisons de pouvoir!

D'autres criminels ont laissé la corne de l'Afrique, berceau de l'espèce humaine,s'enliser dans une famine sans précédent. Nous avons vu les images de ces enfants dans les bras de leurs mères devenus rapidement des squelettes ambulants. Là bas aussi il y a des croyances pourries menant à la mort des êtres humains dont des enfants, qui ne demandaient pas mieux que de vivre. Les clans, les politiciens, ont choisi le scénario de la mort au nom de croyances devenues criminelles.

Vous écrivez Claire-Marie:" La violence n'aura pas le dernier mot!" Je m'associe à ce cri de colère, je suis de tout coeur avec vous.

Bien à vous et bonne journée.

Écrit par : NOËL | 25/07/2011

Oui, cher Noël, merci. Ce jeune homme, Dieu depuis combien de temps, souffrait-il de cette psychopathologie qui l'a isolé (vraisemblablement du reste de la société?) et qui l'amène a formuler la phrase citée plus haut.
La Justice norvégienne va agir, analyser, juger et punir le meurtre de cet homme.
La noblesse et le "self control" des Norvégiens durant ce drame que j'ai quasiment vu en direct m'a fortement impressionnée. Ce n'est pas un cri de haine d'abord, ni de vengeance. C'est la solidarité d'abord avec la famille humaine, les victimes sur place, dans les larmes, avec des fleurs, des prières, se donnant le temps du deuil! Y compris les autorités politiques!
On ne combat pas la violence avec la violence. J'ai un grand respect et une grande reconnaissance envers l'exemple du Peuple norvégien! Ce qui n'implique nullement une sorte d'acceptation du mal.

Écrit par : cmj | 25/07/2011

Bonjour Claire-Marie,

Il faut remarquer que ses parents sont abasourdis, ils ne l'avait plus revu depuis des années.Ce jeune certainement influençable, peut-être par manque de personnalité c'est fait piéger par des slogans extrémistes.

Le mal est fait il faut souhaiter qu'il ne fasse pas d'émules, la force d'un peuple c'est sont idéal de vie. L'être humain à tous les moyens en lui pour se surpasser, l'histoire le prouve, tout dépend de sa volonté, et de ce qu'il sème dans son jardin mental! Mais vous savez expliquer cela mieux que moi, alors je vous laisse...Provisoirement..

Bonne soirée Claire-marie..

Écrit par : NOËL | 25/07/2011

Merci Noël. Le drame à Oslo est ce que c'est: un drame. Je me sens unie à ce peuple solidaire et comme l'a fait remarquer M. le premier ministre Jens Stoltenberg cet après-midi encore une fois à la BBC : les Norvégiens sont proches les uns des autres, et aussi ouverts aux autres. Mais:
Donnez-nous un peu de temps pour nous aider les uns les autres d'abord!. Quand toutes les enquêtes rigoureuses seront terminées, nous reconnaîtrons bien sûr ce que nous aurions pu et du faire de plus, afin de prévenir ce carnage(je traduis en écoutant). Il y a une immense tristesse, mais pas de haine!
Et il semble que les médias occidentaux s'acharnent à "ne pas vouloir croire à la droiture des Norvégiens. De ses autorités, à sa noblesse!"
Pour moi ce témoignage est prophétique. Et les médias, même ce que proposait TSR 1, ce soir, "les gens aurait hurlé que "l'assassin doit mourir." Pour la TV cela semblait prioritaire. Le reste, qui ne nie pas la colère, le jugement, la punition, est secondaire pour les médias!
Pour moi le témoignage prophétique est ce dont nous avons le plus urgemment besoin ... pour ne pas devenir plus vils que celles et ceux que nous jugeons et condamnons! claire-marie

Écrit par : cmj | 25/07/2011

Les commentaires sont fermés.