08/06/2011

Mercredi avant Pentecote

images (12).jpg
Heder Camara

« Jésus vint à Nazareth où il avait grandi. Comme il en avait l’habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat et il se leva pour faire la lecture. On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :

L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé

porter la Bonne Nouvelle aux pauvres,

annoncer aux prisonniers qu’ ils sont libres, et

aux aveugles qu’il verront la lumière,

apporter aux opprimés la libération,

annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur." » (Isaïe 61: 1 Saint Luc 4:18)

 

Ce soir, consciente d’être au cœur d’un monde tourmenté et tumultueux, le pauvre, la pauvre, qui a besoin de la Bonne Nouvelle de Jésus c’est moi. Ma pauvreté a de nombreuses facettes : physiques, psychiques, intellectuelles, humaines tout simplement. Il est bon d’écouter l’Esprit aimant m’encourager, comme Il sait le faire.

 

La prisonnière qui a besoin de liberté, c’est aussi moi. Prisonnier/prisonnière de mon EGO orgueilleux, prisonnière de la peur des « qu’en dira-t-on ? ». Prisonnière d’une mentalité dépassée mais rassurante !

 

L’aveugle qui attend la lumière, c’est moi ce soir ! Pour voir mes limites, pour percevoir les attentes et les limites des autres, pour voir mes potentialités et les leurs !

 

L’opprimée qui a besoin de libération, c’est encore moi. L’oppression de sentir que le système, après tout, me protège, y compris l’ecclésiastique parfois !!! L’oppression de la peur de l’effort. L’oppression du « moindre effort ! »

 

C’est moi qui ai besoin de l’énergie de l’Esprit, comme on a besoin d’une énergie toujours renouvelable mais que Dieu ne nous impose pas ! Besoin d’ouvrir mon cœur et mon intelligence à L’Esprit pour le courage de continuer la route.

 

Moi, c’est Claire-Marie bien sûr. Et c’est aussi toi, le balayeur de rue, le videur de poubelles, l’évêque, le politicien, le patron et l’employé. La femme de chambre, doyen, le banquier. Le chômeur ! L’ami, tous les amis.

L’Esprit de Jésus nous guérit, c’est son « job » et sa passion ! On dit aussi : sa Mission qu’il accomplit avec nous chemin faisant.

 

Les commentaires sont fermés.