30/04/2011

Vive le mois de mai

 

 

639scev8.jpg

Vive le mois de mai !

Mai, mois fleuri, mois béni.

 

Et qu'une pluie douce désaltère notre terre épuisée

Comme une peau flétrie de chagrins discrets!

 

Et que l'abondante rosée revienne à chaque aurore

caresser nos joues d'enfants

ôter nos taches de rousseurs

rendre nos cheveux bouclés et soyeux!

 

Et que des millions de fleurs réjouissent nos yeux

Et que notre bétail boive l'eau qui devient notre lait!

Vive la merveille du mois de mai!

Et que l'eau devienne notre or bleu à chérir, à partager !

Que nous chantions avec notre frère François d'Assise:

 

4081925516_9fb2c7c861.jpg

« Loué sois-Tu, mon Seigneur,
pour sœur eau,
qui est très utile et humble, précieuse et chaste. »

 

Vive le 1er mai et la fête des travailleurs

Vive le patron des ouvriers, des grévistes, des syndicalistes

Joseph de Nazareth et  sa famille!

Et vive ce pain quotidien

Fruit de la terre et du travail de leurs mains précieuses

Rugueuses, belles et douces !

 

Gerrit_van_Honthorst_Holy_Family_in_the_Carpentry_Shop_525 (1).jpgGerrit van Honthorst

 

Vive ce mois de mai, le mois de Marie de Nazareth

La mère de famille du Quart-monde

L'épouse de Joseph, la cuisinière, la boulangère, la lavandière

Vive cette famille élargie de la classe ouvrière

Source et force de lutte pour une société

qui se construit à partir de la base!

 

 

 

22:12 Publié dans Spiritualités | Tags : travail | Lien permanent | Commentaires (0)

28/04/2011

Beatification

 

 

 

Claude Ducarroz, prévôt de la cathédrale de Fribourg [Mathieu Ballmer - RTS] http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/l-invite-du-journa...

Claude Ducarroz, connu pour son franc-parler, est l'invité de Journal RSR 1ère de 07h30 à 08h00.

Le pape Jean-Paul II sera béatifié ce dimanche à Rome, six ans tout juste après sa mort.

Une béatification accélérée qui provoque certaines critiques.

"Avec cette béatification accélérée, on surfe sur l'enthousiasme »

relève l'abbé Claude Ducarroz, prévôt de la cathédrale de Fribourg.

"Il eût été plus sage de laisser l'histoire juger, de laisser les choses se décanter"

nous dit l'abbé Ducarroz qui reconnaît quand même que Jean-Paul II a été "un des géants du XXème siècle".

Comment juger Jean-Paul II par exemple sur la question de la pédophilie au sein de l'Église?

"On a d'abord cherché à sauver la face de l'Église, avant de sauver celle des victimes, c'était la mentalité de l'époque, y compris chez les évêques. Mais désormais nous avons pris le bon cap par rapport à ce sujet".

N'a-t-il pas été aussi aveuglé par sa hantise du communisme?

"C'est vrai qu'il n'a pas compris ce qu'était vraiment la théologie de la libération en Amérique du Sud, pensant qu'elle était porteuse de la contagion communiste. Les théologiens de la libération ne voulaient pas soviétiser l'Amérique Latine mais libérer les pauvres des excès du capitalisme sauvage."

Les théologiens de la libération sont, comme Jésus au service des plus pauvres... « Jean-Paul II a mis à mal les communautés de base-en Amérique Latine » et bien au-delà!

Au sujet du futur évêque en Suisse romande,  Claude Ducarroz connaît les noms des candidats sur trois listes mais s'est engagé à ne pas les dire.

L'abbé Ducarroz termine néanmoins par une petite pique adressée à Jean-Paul II:

"Son rayonnement extraordinaire a favorisé une centralisation qui a un peu dépouillé les églises locales de leur pouvoir. Ces dernières devraient avoir plus de place dans le processus de nomination de leurs évêques, que ça ne tombe pas du Vatican comme ça".

Voià: Un grand merci à Claude Ducarroz et à la Radio suisse romande!  Il facilite ma propre réflexion sur cette béatification: Une chose est évidente du moins quand on parle de la politique vaticane:

« A l'ombre de grands hommes, il pousse moins de fleurs! » (Claude Ducarroz)

Ma réflexion: Lorsque l'Histoire passera au scanner Jean-Paul II, il y manquera les petites communautés chrétiennes de base où l'Évangile donnait un Sens profond aux pauvres. Le Pape a eu peur de l'engagement de Jésus avec les oprrimés! Il y aura les nombreux prophètes - au scanner - ceux qui ont été  harcelés, muselés, transférés, découragés! Humiliés!

  • images.jpgLe 13 janvier 1995, Jean Paul II retirait à Jacques Gaillot la charge du diocèse d'Évreux. Il le nommait à Partenia, diocèse disparu sous les sables du Sahara depuis le 5ème siècle.

  • Il a mis en place les instruments pour le retour du conservatisme sur tout le continent; il a remplacé les évêques de type prophétique par des évêques distants du peuple, et il a fermé certaines institutions de théologie et condamné ses professeurs. http://www.culture-et-foi.com/dossiers/bilan_reves_pontif...

81381.jpgLa liste serait longue. Serait-elle exagérée?

Quelques indices du résultat du scanner qui, sans doute révélera beaucoup de choses positives de la part de ce pape polonais, notamment, le fait qu'il a soutenu Solidarnosc en son pays natal.

En Afrique du Sud, je me souviens, qu'en mars 1979, la première lettre du pape avait pour titre:

LE RÉDEMPTEUR DE L'HOMME, Jésus-Christ, est le centre du cosmos et de l'histoire. Cela nous avait remplis d'espérance. On espérait que ce leader comprendrait la complexité de l'Homme dans son contexte. Peu à peu nous avons dû nous rendre à l'évidence que l'Institution était prioritaire.

 

 

15:37 Publié dans Général | Tags : jean paul ii | Lien permanent | Commentaires (0)

25/04/2011

LYTTA BASSET

L'invincible Souffle du Ressuscité aujourd'hui

 

Lytta Basset.JPG

L'invitée du journal de la radio Suisse Romande ce Lundi de Pâques est un message de Libération:

Lytta Basset, philosophe et professeur de théologie à l'Université de Neuchâtel, active dans des associations pour le développement durable et contre la violence

Lundi, 25 avril 2011 à 07:41

Présentation partielle: La spiritualité c'est la recherche du souffle, qui nous déplace, et qui nous fait bouger dans nos relations avec les autres". Le clivage n'est plus entre protestants, catholiques, juifs ou musulmans, selon Lytta Basset, mais entre ceux "qui sont d'accord de bouger et ceux qui ne le veulent pas, ceux qui sont figés". Pourquoi les églises se vident-elles? "C'est le signe d'une quête spirituelle, les gens n'ont plus envie de chapelles, dans tous les sens du terme". Donc, ouvrons-nous, pour ressentir ce souffle.

Je suis ravie de partager de message pascale avec tous et le plus largement possible.

emmaus.gif

« Le vent souffle où Il veut et on ne sait d'où Il vient sinon de Jésus ressuscité! » C'est la dynamique pascale. Que nos Églises traditionnelles et nos Institutions ne soient plus des éteignoirs d'Esprit. Qu'elles laissent le Souffle pascal renverser les murs de toute nature. Alors le Printemps des Peuples sera aussi le Printemps des Églises. C'est dans la force de la nature!



11:04 Publié dans Spiritualités | Tags : pâques | Lien permanent | Commentaires (2)

24/04/2011

IL EST VRAIMENT RESSUSCITE

 

131464264_71a75bf8ed.jpg

Christ est ressuscité ! — En vérité, Il est ressuscité ! (gaulois)

Christ is Risen! — Indeed He is risen! (anglais)
Cristo e' risorto! — Veramente e' risorto! (italien)
Harisutosu Fukkatsu! — Jitsu ni Fukkatsu! (japonais)
Ukristu uvukile! — Uvukile kuphela! (zoulou)

Marie Madeleine, l’amie de Jésus par excellence, le reconnaît d’abord, après qu’il se fut échappé du tombeau ! Il lui confie son désir : « Va dire aux autres, qu’ils partent pour la Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

Jésus évite d’amblée que ce tombeau devienne un lieu de « pèlerinage.» Vide. Lui se trouve là où Il a dit qu’il EST : dans nos Galilées mondialisées. C’est au milieu des foules, qu’Il souhaite construire son royaume, sa famille. Le signe de sa présence : c’est que ses disciples montrent qu’ils sont solidaires les uns des autres, leur mission centrée sur la réalisation d’un projet commun : « Le mouvement qui permet à tous les humains de prendre conscience de leur dignité humaine. » Il a donné l’exemple. Il a dit qu ’ Il EST le Chemin à suivre.

Les tâches confiées à son mouvement fort de la « résurrection » en direct, c’est

« Annoncer aux captifs la délivrance
Et aux aveugles le retour à la vue,
Renvoyer en liberté les opprimés,
proclamer une année de grâce du Seigneur'. » Luc 4, 16-21

Aujourd’hui. La mappemonde brille. L’espèce humaine a faim et soif de justice. Sortons donc de nos multiples tombeaux vides et hâtons-nous en Galilée. En salopettes, en bras de chemise, sans compte en banque, sans gardes de corps, sans armée, avec le seul invincible Pouvoir de sa résurrection aujourd’hui.En direct!

Notre Galilée suisse : Il s’agit du Pain quotidien : http://www.seco.admin.ch/themen/00374/00375/00376/index.html?lang=fr

Jésus n’est pas ressuscité pour rien. C’est un chèque en blanc à être utilisé intelligemment, politiquement au quotidien. H.J. Venetz le dit merveilleusement dans « Der Evangelist des Alltags. Streifzüge durch das Lukasevangelium, Venetz, H.-J., Freiburg/Schw. 2000 A. Nolan „Suivre Jésus aujourd’hui“ Ed Novalis cerf ou tout simplement dans les évangiles, un tout petit livre grand comme le monde.

Et permette au levain de faire monter la pâte !

Joyeuse fête de Pâques de votre claire-marie aussi!

 

10:08 Publié dans Spiritualités | Tags : pâques | Lien permanent | Commentaires (0)

23/04/2011

O BEATA NOX

images (10).jpg O vere beata Nox :

S’abandonner à la nuit,  étoilée ou pas,

c’est le chemin vers l’aurore,

Lui faire confiance,

je l’aime, la nuit,

Elle révèle l’Etoile impossible et le but

http://www.youtube.com/watch?v=vC7M0b7sS4M&feature=related

La vie de Jésus défie l’impossible !

Nous rendre libres et responsables.

Je ne peux faire abstraction des cruautés

De notre temps et prier comme si les victimes

Se trouvaient bien loin : en Syrie, en Libye,

En Irak mais aussi chez nous, à nos portes.

 

O Felix Culpa:

Mais la faute  bienheureuse

tâchée du sang des faibles, des pauvres, met

Un bémol à la mélodie !

Chanter cette liturgie : c’est bien lorsqu’elle

A une suite concrète ! De solidarité !

 

O vere Beata Nox:

La nuit bienheureuse qui donne naissance

Dans la douleur au jour nouveau :

La lumière du monde

Notre Seigneur Jésus Christ

Jésus vraiment ressuscité

La nuit devient claire comme le jour,

Elle devient  lumineuse …

« Par voie mystique l’infiniment petit rejoint l' infiniment grand .»
(Chronique de Gilbert Salem, 24 heures, 10.12.05)

Je crois à la Résurrection en direct

Chaque foi qu’un regard croise l’autre

Dans un élan d’amour, l’un vers l’autre

Librement

 

22:43 | Tags : nox | Lien permanent | Commentaires (2)

SAMEDI SAINT 2010

mise_au_tombeau8-ab796.jpg


Samedi Saint 2011

Réflexion personnelle


Le corps inanimé de Jésus a été mis dans le tombeau qu’aurait prêté « Joseph d'Arimathie, ami de Jésus, mais qui se cachait par crainte des juifs. Il demanda à Pilate l'autorisation d'enlever le corps de Jésus. Pilate le lui permit » Jean 19, 38.

Après avoir enveloppé le corps de Jésus dans un Linceul, il le déposa "dans un tombeau tout neuf où personne n'avait été mis" précise Saint Jean. C’est « tout neuf… vide jusque là ». Je souris de la simplicité de Jean à moins qu’il n’ait voulu dire autre chose.

Pour moi, ce Samedi Saint est paisible. Le pire est passé : la souffrance, mourir, participer à la mort d’un être aimé. Lui, comme l’a si bien dit Georges Haldas, est « Hors espace temps » et nous restons derrière, marchant laborieusement vers cette nouvelle manière d’être ! Il n'y a plus d’horloges, de fractions de seconde pour gagner ou perdre une épreuve sportive. Le temps, c’est l’argent : c’est fini. Tuer le temps, idem ! Selon moi, ce n’est pourtant pas l’éternel extase face au Dieu Glorieux. Alors que nous nous sommes habitués à Jésus, homme comme nous. Je ne sais pas et c’est bien comme ça.


Mais je voudrais partager comment j’ai pressenti le « hors espace-temps » : «C'était quelque part dans l’herbe près d’un petit ruisseau qui mêlait son chant à celui des oiseaux tout proches, et la sensualité de l’herbe printanière, la douceur de cette terre helvétique dont notre corps est fait parfaite. » Consciente de la plénitude du moment présent, j’ai repris le cours du temps chronologique alors que la montre avait fait bien des tours à mon poignait.


Itou en Afrique du Sud aussi, en compagnie d’amis, en solidarité faite d’abandon et de responsabilité et de célébration d'avenir. Là on priait que le temps s’arrête.

Dans son tombeau d’emprunt, Jésus repose hors espace-temps. Comme la Talitha (petite fille en aramaïc) (Marc :15). Jésus est appelé, il arrive à son rythme. Elle est morte lui assure-t-on! C’est réglé, les lamentations redoublent, c’est la tradition.


Jésus dit : « Elle n’est pas morte, elle dort ». Les gens se moquent de Jésus. Eux, ils savent, c’est la Tradition ! Jésus les mets à la porte sauf le père et la mère qui l’accompagnent près de la couche de Talitha : « Viens petite fille ! » Jésus la prend par la main, Talitha sourit à la tendresse de Jésus qui réveille et redonne vie, énergie ! Jésus ne fait pas de reproche. Il dit simplement : « Donnez-lui à manger ! » Pas de médicaments : le pain et du coeur avec!

En 2011, combien de Talitha meurent de faim, combien de vieillards dans ces ble.jpgtombeaux d’emprunt que sont les homes médicalisés crépusculaires. Combien de « mise en terre » des pauvres sans présence autre que le croque-mort.  Combien de fosses communes ? Tous, tous, sont la substance de ce corps du Christ reposant dans son tombeau tout neuf. Dans le « labeur » de la graine enfouie jusqu’à l’aube (Jean 12 :24). Dans cette nuit prometteuse ...


 

13:11 Publié dans Spiritualités | Tags : tombeau | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2011

Vendredi Saint 2011

 

 

foi.jpg

 

Vendredi Saint 2011

Il n’est pas étonnant que Jésus ait été épié, soupçonné, menacé, puis arrêté, jugé, condamné et exécuté selon la méthode de l’époque, la crucifixion.

Il n’était pas un malfaiteur de droit commun, c’était un amant des gens les lus méprisés, les enfants, les femmes. Agitateur politique, il influençait, soulevait les masses, il était donc un dissident, souverainement libre dans son attitude, sa parole, ses actions,  (A. Nolan) il dérangeait l’Institution, les trônes, les dominations ! Sa motivation ? L’empathie pour les gens, pour celles et ceux qui souffrent. Il s’identifie à eux. Ceux de son temps et ceux de notre temps. Donc ce Vendredi Saint 2011 n’est pas anodin. Ce n’est pas une liturgie à part de l’intolérable agonie de notre prochain, proche et lointain. Il ne faut pas que, ce que la liturgie montre de Notre Seigneur, cache qui Il est : « Incarnée dans l’espèce humaine d’aujourd’hui. »

Jean-Baptiste Metz se demande si « Dans l’abîme insondable des souffrances de l’Histoire humaine, nous n’avons pas relégué le cri des hommes, à la légère hors de la Passion et de la mort de Jésus ? N’avons-nous pas relégué les souffrances intolérables infligées aux vulnérables dans le domaine du « séculier » ? Alors que c’est justement "en partant de la réalité de cette Histoire « séculière » de la souffrance que le Fils de l’Homme vient à nous" et vérifie la pratique d’un Credo trop facile à réciter ?

Ce Vendredi, mémoire de la souffrance de Jésus, est prégnant de la souffrance des victimes de  l’Inquisition, d’Auschwitz, des anonymes dans les sous-sols de nos cités,  du Moyen Orient, des hommes de l’ombre, des reclus, des immigrés, des clandestins, des mendiants ! Ces « chiffres » additionnés des statistiques de l’Histoire contemporaine ? Il ne faut pas, dans notre liturgie du Vendredi Saint, vider l’Homme du Golgotha, de son contenu : Les victimes  de l’injustice de tous les temps ! Dieu vraiment fait Homme « Dans cette union scellée mystiquement entre la Passion du Christ et les passions souffertes par les hommes ! » (Mat., XXV)

L’empathie globalisée, l’accueil de la souffrance de l’autre change notre regard, cela implique « L’engagement concret face à cette souffrance étrangère… et  nous invite à nous situer nous-mêmes et à adopter les critères de jugement de ceux qui souffrent … et à supporter ce regard et ce jugement un peu plus longtemps que nous le permettent les réflexes spontanés que nous impose le souci de nous affirmer nous-mêmes…dans cette compassion intervient la « mort du Moi » exclusif ».

Et ce n’est pas facile, on se révolte, on crie comme Jésus « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Marc 15 :34) ou comme la vieille africaine déportée de force et jetée dans la déchetterie d’un dumping ground avec les siens alias surplus people : « Oui, dit-elle, le Seigneur s’en est allé.»

« Regarde le monde et tu comprendras »

Je suis infiniment reconnaissante à Jean-Baptiste Metz et à toutes celles et ceux qui m’aident à approfondir le sens de la Vie en ce Vendredi Saint 2011. « Memoria passionis », Ed. Du Cerf 2009, J.B. Metz; « A la place du Mort » Ed. Bernard Campiche 1997, Gilbert Salem)

 

10:08 Publié dans Spiritualités | Tags : jésus | Lien permanent | Commentaires (0)

21/04/2011

JEUDI SAINT

 

images (1).jpg

Jeudi Saint 2011

C'est le souvenir du Pain partagé. Le souvenir des boulangers, des moissonneurs, des semeurs de graines, des laboureurs d'une terre qui appartient à ceux qui la travaillent!

Le pain, le travail, la terre, c'est un bien commun, c'est un droit humain. C'est le droit à la Vie.

Dans la Bible, il est question de terre, de travail, de pain, de repas partagé, de vie.

Il est question de propriétaires, de rois, de riches, d'exploités, d'exploiteurs, de guerres et de souffrance.

Il est question de la voix des prophètes, Jérémie, Isaïe, Michée qui crient sur les toits que le pain est la vie pour tous. Les pouvoirs tuent les prophètes.

Jésus arrive et se trouve dans cette même réalité d'injustice, d'exploitation, d'oppression, d'asservissement à l'empire par le biais chefs d'Israël. Ce jeune Israélien voit, analyse, ressent en lui-même l'intolérable souffrance des petites gens. Il a le don de l'empathie. Il se rend compte aussi que le système déshumanise les humains et que grands prêtres et chefs des temples prêchent la loi au nom du Dieu tout puissant « Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt» (Mt 23:4). Jésus dénonce pour annoncer!

Jésus voit, il sent, la souffrance des opprimés devient la sienne mais pas dans une docilité morbide au statut quo, non, dans l'action pour un monde meilleur, ressuscité!

Dieu a créé l'homme debout. Jésus consacre sa vie terrestre à promouvoir la prise de conscience des opprimés de leur dignité humaine. Comme Paulo Freire, Dag Hammarskjöld , Helder Camara, Romero, Jon Sobrino, et tous ceux et celles qui nous sont connus l'ont fait et le font toujours. Comme l’Abbé Pierre qui dit: « La première règle avant d'agir consiste à se mettre à la place de l'autre. Nulle vraie recherche du bien commun ne sera possible hors de là. » Tous ceux-là et tant d'autres croient en l'être humain. Ils savent que, seul, le partage du pain, de l'eau, de la terre, du travail permettra la survie de l'espèce. Mais Jésus à voulu plus qu'une survie: « Je veux qu'ils aient la vie et qu'ils l'aient en plénitude » (Jean 10:10).

Le message de ce Jeudi Saint, c'est s'aider les uns les autres en commençant par se soigner les pieds, et c'est partager le Pain quotidien. 20100605-Zamay-ConsecrationEglise-RepasDanseuses-600px.JPGDonc le Pain de Vie. Cela nous oblige à l'engagement politique pour un changement de structures.

Plus simplement dit en ce Jeudi Saint : « La fraction du pain comporte une exigence de partage avec tous ceux qui ont faim de pain et de justice ». Vous pouvez trouver plusieurs de mes notes au sujet du Pain, de l'Eucharistie , de la Justice qui forment un tout organiquement lié en Janvier 2010 à l'adresse internet:

www. http://clairemarie.blog.24heures.ch/archives/date/201001.html




15:09 Publié dans Spiritualités | Tags : pain | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2011

Mercredi Saint 2011

2011-03-armstronggoldenrule216.jpg

Mercredi Saint 2011

 

Je reste préoccupée par la question de mon étudiant d'il y a si longtemps, Bernard Phiri: « Si Dieu m'aimait il ne m'aurait pas fait noir en Afrique du Sud? ». La question et le cri d'une multitude d'êtres humains aujourd'hui. Les liturgies très occidentale de cette Semaine Sainte me renvoient l'écho de ce cri lancinant toujours plus proche dans le temps, l'espace. La mouvance du présent. Où trouver le sens?

 

Encore une fois J.B. Metz sera ma référence. Et je me permets de le citer abondamment. Que ressent Jésus aujourd'hui?

« Le regard de Jésus ne s'est pas d'abord porté sur le péché des autres, mais sur leur souffrance. Le péché était, à ses yeux, le refus de participer à la souffrances autres... un abandon au narcissisme secret qui habite toute créature. C'est ainsi qu'a débuté le christianisme comme communauté du souvenir qui inscrit ses récits dans l'imitation de ce Jésus historique dont le regard se porte en premier sur la souffrance d'autrui.

 

C'est cette sensibilité élémentaire à la souffrance de l'autre qui caractérise la manière nouvelle dont Jésus a vécu, Cette approche de la souffrance n'a rien à voir avec le dolorisme, avec un culte morose de la souffrance. Elle est bien plutôt, dans le refus de tout sentimentalisme, l'expression de cet amour auquel pensait Jésus lorsque – se situant par là pleinement dans la mouvance héritée d'Israël – il parlait de l'unité indissociable de l'amour de Dieu et de l'amour du prochain: l'attachement de Dieu à la souffrance est celui de l'empathie, il est dans l'acception « politique du terme » une mystique de la compassion. Quiconque reconnaît «Dieu »  au sens où l'entend Jésus est prêt à payer le prix au préjudice de son intérêt personnel qui s'impose dans l'immédiat et auquel le malheur de l'autre porte atteinte. Voilà ce que suggère la parabole du « bon Samaritain » par laquelle les récits se sont inscrits dans la mémoire des hommes. »

Pour Jésus, au contraire parfois des formulations de l'Institution, il s'agit d'abord de l'empathie qu'il ressent avec nous, liés que nous sommes à la souffrance des hommes aujourd'hui, plutôt que de la Rédemption des coupables.

Relever le défi du regard de Jésus est encourageant et laborieux.

 

16:39 Publié dans Spiritualités | Tags : regard | Lien permanent | Commentaires (0)

La nuit porte conseil

 

 

mise_au_point_2_0.jpg

 

 

1.    Cette semaine, des cérémonies de « pardon » sont organisées dans des églises, mais, à Bulle notamment,  sans absolution à moins d'aller la chercher en privée dans un Confessionnal après la cérémonie. Ces procédures compliquées irritent pas mal de fidèles. J'ai entendu certaines conclusions: « Quoi qu'il en soit, quand je me réconcilie avec celle/celui à qui j'ai fait du mal ou qui m'a fait du mal, et que nous sentons la paix revenue,  n'est-ce pas le pardon de Dieu ?  Donc pas besoin de faire la queue devant le Confessionnal pour la formule « ego te absolvo ». Cette procédure doit aussi frustrer le prêtre qui attend patiemment et, à part quelques pénitents, la plupart rentre en paix à la maison.

 

2.    En plus de ce que j’ai écrit dans mon billet de hier, la sensibilité de Jésus à la souffrance, ne relativise pas la faute et le péché, surtout dans l'atmosphère de « Nacht und Nebel » actuelle, non, mais il s'agit d'abord de péché structurel! Qui formate les institutions. A nous d'analyser les causes et les conséquences et de donner des exemples concrets. Ils sont nombreux! Chez nous et bien au-delà.

 

3.    A la racine du péché structurel, il y a sans doute : l'amour du Pouvoir (politique, ecclésiastique, économique); l'amour de l'Avoir (accumulation de biens); l'amour du Prestige assoiffé d'honneurs, de reconnaissance dus à des signes ostentatoires: vêtements par exemple, titre, etc.; l’EGO enflé du groupe, du clan, du parti politique, de la race, de la langue, de la religion. Exclusivement! Voilà un terreau fertile pour que poussent les péchés structurels et ses séquelles individuelles.

 

4.    Cette semaine Sainte, la « Passion du monde » en 2011, pourraient être un temps de Vérité et de Réconciliation en démasquant les péchés structurels face aux victimes et en encourageant la réparation. Faute de quoi, Pâques sera vide du Pasqua mysterium de Jésus.

 

19/04/2011

MARDI SAINT 2011

 

 

texhnolyze-scr6.jpg


La Passion du monde en 2011

Ah ! Non ! Si Dieu m’aimait, il ne m’aurait pas fait noir en Afrique du Sud (Bernard Phiri).

Ah ! Non ! Si Dieu m’aimait, il n’aurait pas permis qu’on me méprise parce que je suis étranger et miséreux en Europe.

Ah ! Non ! Si Dieu m’aimait, je ne serais pas né au Zimbabwe sous Mugabe, en Libye sous Kadhafi, ni nulle part ailleurs !

Je n’ai pas demandé à naître ni en Palestine ni en Israël ! Ni Juif à Auschwitz, ni Arabe à Abou Ghraib. Si Dieu m’aimait, serais-je candidat au suicide, à la drogue, à la pédophilie ?

Est-ce que Dieu est concerné ? Et Jésus ? Face à la Passion du monde ? Concrètement. Le théologien J.B. Metz dont je parlais hier, dit sa conviction que je fais mienne depuis bien longtemps.

« La souffrance du monde est bien trop facilement relativisée à l’aide de la doctrine chrétienne de la Rédemption. Jésus est le témoin de la vision biblique qui révèle la justice de Dieu »  (Jean-Baptiste Metz)

 

« L’empathie précède la compassion » (Albert Nolan)

« La compassion ? Qu'en est-il ? Regarde le monde et tu comprendras » ! écrit Metz

Il est trop facile de donner, par pitié, des réponses superficielles à ces questions, d’invoquer la foi, et dire que Jésus a souffert et qu’il est mort pour nos péchés. Quels péchés ? Le péché d’être né pauvre, affamé assoiffée de justice ? Ou la souffrance de l’injustice structurée ? Ces questions sont d’une actualité brûlante au moment où j’écris. Et ce serait lâche d’éluder la question du doute sur l’Amour de Dieu. On le dit « Tout-Puissant » mais il permet la cruauté, les injustices, les désastres naturels, dévastateurs, les tremblements de terre, les tsunamis à répétition, Haïti si vite oublié sauf pour les Haïtiens, Fukushima, Tokyo, et les cancéreux et les sidéens. Nous devons faire face à la souffrance, au mal, aux doutes de nos frères et sœurs, car cela authentifiera les liturgies de cette semaine à condition  qu’elles soient nourries de la Passion de notre monde. Et qu’elles soient centrées sur Jésus au cœur de la Passion de notre temps. Aujourd’hui.  « Jésus sera en agonie jusqu’à la fin du monde: il ne faut pas dormir pendant ce temps-là. » Blaise Pascal.

Etre conscient de ce « Chemin de Croix » est peut-être une ébauche d’écoute aux questions sans réponse possible.

 

15:16 Publié dans Spiritualités | Tags : metz | Lien permanent | Commentaires (2)

18/04/2011

LUNDI SAINT 2011

 

 

Nombre-de-personnes-souffrant-de-la-faim-dans-le-monde-en-2.jpg

La Semaine Sainte : Lundi

Réflexion surgie du temps de l’apartheid

L’apartheid met à part des humains selon le critère de couleur de peau. C’est un système étanche et légalisé. Sa base est un nationalisme socialiste chrétien. La conscience individuelle est violée. Qui ne se soumet pas aux lois est classé communiste et athée !

Je faisais partie d’une communauté religieuse dans le cadre de l'Église catholique officiellement reconnue par le gouvernement en place. La hiérarchie catholique joue l’ambiguïté : Elle obéit aux lois, prêche l’obéissance à ses membres et aux personnes qu’elle convertit au baptême. Elle enseigne les dogmes et le catéchisme  aux néophytes. Elle forme la conscience de gens ayant au fond d’eux-mêmes la conscience de leur propre culture ancestrale. Elle formate la personne humaine. Le système est gardien de la loi et de l’ordre et une espèce de « paix » règne dans le pays.

En tant que Sœur enseignante, je seraisappréciée et promue à la mesure de ma docilité. J’en ai pour preuve ce qui se passe autour de moi. Et que je n’accepte pas : parce que ma conscience socialisée croule face à l’absurde. Mais les structures géographiques, raciales sont rigides. Elles forment une mentalité dominante dominée.

J’en arrive au point de décision : dans un geste et une attitude audacieuse, choisir mon camp, prendre parti, rejoindre celles et ceux qui suivent la route de la conversion et ne plus faire « Comme Si ». Dans le cœur de tout homme, il y a une lumière qui dit : « Fais ceci, évite cela .» (Constitution Gaudium et Spes : 16. Dignité de la conscience morale, No 1)

Prendre parti signifie abandonner le Dieu tout puissant pour découvrir le Dieu faible  dans la personne du « Serviteur souffrant » (Is 53, 4,7) : Jésus de Nazareth. Ne pas « faire option » et rejoindre la lutte des exploités et des dominés, par plaisir mais par fidélité à soi-même d'abord et à Dieu.  Par respect pour sa dignité humaine propre, et par soif de trouver un SENS à la vie.

C’est l’enfantement laborieux d’un mouvement anti apartheid interracial.  Un réseau de relations qui construit un avenir commun en commençant par rien d’autre que le défi de l’injustice et la solidarité qui se forge avec prudence et endurance.

C’était d’autant plus dur que nos responsables étaient tiraillées entre leur loyauté envers les autorités pro apartheid qui permettaient notre présence sur le territoire d’une part, et d'autre part, notre loyauté critique de « dissidents » envers l’institution dont nous dépendions physiquement.

C’est en ce moment de Kairos, que nous avons découvert deux personnes prophétiques, car les prophètes existent et j'en connais :

La première, celle qui est venue à point pour m’éclairer et me fortifier à un moment de crise : 9782204088541FS.gifJean-Baptiste Metz, un théologien allemand qui venait de publier des articles que maman m’envoyait sur « Une théologie politique » et « Une Théologie du monde » (en français, Paris, Cerf 1971) La pensée de Metz a positivement influencé la théologie de la libération. La théologie de la libération s’est développée en une Théologie contextuelle en Afrique du Sud. Elle m’inspire et me soutient aujourd’hui comme « Spiritualité contextuelle ».

Pourquoi écrire ceci en ce premier jour de la Semaine sainte ? Par reconnaissance pour Metz dont cette seule phrase était une bouffée d’oxygène pour nous : « Une communauté religieuse doit être le lieu ou des personnes engagées pour la lutte auprès des pauvres, doivent trouver soutien et encouragement. »

J’écris ceci aussi parce que je viens de recevoir le livre de ce même Jean Baptiste Metz « Memoria passionis » ou "Dire Dieu à partir de la souffrance des hommes". Selon le Journal « La Croix », «La foi chrétienne n'est pas seulement 419010530.jpgcantique, mais cri» : la théologie doit se soumettre à l'autorité de ceux qui souffrent.  La souffrance de Dieu – que l’on éprouve – doit être une réplique passionnée et impatiente du malheureux en attente de Dieu. » La deuxième personne au courage prophétique est Albert Nolan qui a écrit « Jésus avant le Christianisme! »

Ainsi, cette Semaine Sainte 2011 peut être solidaire de ce printemps oriental, mondial, y compris occident aussi! Si on prend au sérieux Jésus.

 

15:13 Publié dans Spiritualités | Tags : metz | Lien permanent | Commentaires (0)

17/04/2011

Dimanche des rameaux

Christs_Entry_into_Jerusalem_Hippolyte_Flandrin_1842.jpg
Entrée du christ à Jérusalem, Hippolyte Flandrin

L’ânesse et l'ânon  de Jésus aujourd'hui

Meditation dominicale

Jésus n’a rien écrit. A part quelques traits qui ont fait fuir les légistes d’Israël ! Il a vécu au milieu des gens. Il ne devint intéressant que lorsqu’il a fait des choses nouvelles dans des réalités quotidiennes. Il avait appris la Thora à l’école ou à la synagogue. Mais apparemment, il n’a jamais eu de débats avec ses parents à ce sujet. C’est au Temple qu’il a confronté des enseignants de la Thora ! Du jamais vu. J’en déduis que Jésus avait l’oreille fine,  une intelligence curieuse et instinctivement critique, parce qu’il savait écouter! Et qu’il n’acceptait pas tout.

Le savait lire, mais il lisait d’abord le livre de la vie des gens de tous les jours, les femmes au travail, les paysans, les charpentiers, les éventuels clients. Il lisait comme un amant le livre de la nature. La terre, les saisons, les oiseaux, les fleurs des champs ! Quelle bibliothèque !

A peine adolescent, il a réalisé que les Prêtres, les Docteurs de la Loi ne pratiquaient pas ce qu’ils prêchaient aux gens! Sa première expérience au Temple montre le « toupet » du jeune Yeshuah qui n’hésite pas à questionner les autorités du Temple. Un exemple et un encouragement pour notre jeunesse d’aujourd’hui, trop souvent docile !

Jésus agit dans des réalités précises afin de faire éclater au grand jour la vérité contenue dans la vie ! Exemple : le Bon Samaritain (Saint Luc 10, 25-37) ou encore Marie la prostituée (Jean 8, 1-11) Guérison du paralytique (Marc 2, 1-12). Il met la personne au centre de sa préoccupation et pour accomplir son option de vie, il met la société sens-dessus dessous ! Cela crève les yeux ! C’est tout simplement fascinant ! Il agit personnellement : il ne renvoie pas les étrangers, les prostituées, les paralysés à Caritas, aux services sociaux, aux œuvres d’entraide. Il s’implique lui-même. C’est comme ça qu’il « enseigne » ce que nous devons faire : l’objet de notre attention, de notre prière, de notre liturgie : la personne humaine !

La venue de Jésus à Jérusalem :  Jésus donne une leçon de chose  magistrale à tous les candidats à un poste d’autorité dans la vie civile, politique, économique, et avant tout ecclésiastique en 2011 dans notre monde actuel (Luc 19.28-44). En quelques mots : Jésus vient assis sur une ânesse accompagnée de son petit ânon, rien d’autres, pas de gardes de corps, pas de papa mobile, pas de procession organisée ! Les gens se rassemblent spontanément parce qu’ils reconnaissent celui qui leur a fait du bien quelque part, dans leur vie : son regard, ses mains qui guérissent, son affection spontanée. Lui, l’HOMME !

Si proche de nous qu’Il est un de nous ! Il sourit quand on lui jette des fleurs ou qu’on met des palmes sur le chemin. Puis des disciples se mettent à chanter des psaumes, ce qui énerve les pharisiens. Jésus ne dit Jesus monde 2.jpgrien. Il a le cœur lourd, c’est clair à la vue de Jérusalem : « Jésus pleura sur elle et dit: «Si seulement tu avais toi aussi reconnu, aujourd'hui, ce qui peut te donner la paix! Mais maintenant, cela est caché à tes yeux. Des jours viendront pour toi où tes ennemis t'entoureront d'ouvrages fortifiés, t'encercleront et te serreront de tous côtés. Ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le moment où tu as été visitée.»

Rien de plus actuel que cet avertissement : Jérusalem, Zurich, Rome, Tripoli, Yamoussoukro, Johannesburg, Tokyo, Chicago…Rien de plus actuel. Je n’ai même pas envie de mettre les points sur les i. Ce serait ôter le punch de la Parole de Notre Bien-aimé Leader !

 

22:30 Publié dans Spiritualités | Tags : ânesse | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2011

LES VIEUX/VIEILLES COUTENT CHER

 

inuit_model.gif

Les Vieux coûtent cher à la Société

 

Ce 15 avril 2011. Une excellente émission : le Journal du matin avec Simon Matthey-Doret et Christiane Jaquet-Berger, présidente de l’Association suisse des retraités (AVIVO) et députée popiste au Grand Conseil vaudois. http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/l-invite-du-journal/

L’assurance maladie augmente constamment en Suisse. Les raisons sont nombreuses et « on en parle » avec raison et inquiétude. Cela concerne la maladie, la santé. Les gens sans exceptions.

Mais le nombre des vieilles et des vieux augmente aussi et le lien entre ces deux augmentations est logique.

En Suisse, il me semble que la santé est une priorité. Elle devient problématique lorsque lorsqu’elle devient obsessionnelle pour tous :

Les progrès d’une médecine qui prolonge la vie au-delà de la normale. La volonté du corps médical de promouvoir les techniques de pointe, de les tester, d’avancer. Et c’est bien. Et c’est sans compter avec les firmes pharmaceutiques !

Et voilà, comme la vie en Suisse est relativement confortable, on y tient. Les années s’accumulent, le corps s’use. C’est normal. Et comme pour une vieille voiture, il faut remplacer des pièces usées. Mais il n’y a pas de pièces de rechange pour remplacer le TOUT.  Accepter le fait d’être vieux/vieille, c’est dur pour beaucoup. A cause du système qui réglemente des cases pour les différents groupes d’âge, des « petites boîtes » pour chacun ! On a même plus envie d’aller en paradis, (on nous a fait peur du « <Bon » Dieu !) alors que c’est le but de la traversée ! On évite d’en parler !

En outre, la solidarité intergénérationnelles est une gageure ne serait-ce qu’à cause du train de vie effréné des travailleurs, des gagne-pain donc et des garants de la survie de l’Assurance Santé. Le dialogue transparent existe-t-il ? Je me souviens qu’en Afrique du Sud, afin d’aider à survivre tout en ayant pas (trop) peur de mourir, la réalité me semblait plus humaine. Nous avons souvent eu recours à une approche holistique de la personne malade, soit de l’usure des ans, soit des aléas du quotidien, le SIDA … les accidents.  Ce qui signifiait que le corps, la tête, l’âme sont un tout organiquement lié et qu’un contexte humain met du soleil dans nos derniers jours !  (Oh ! Tout le contraire d’établissements hospitaliers !)

Ma conviction profonde : Les relations guérissent,  La médecine sans les relations  et qui consiste en une multitude de gestes médicaux faits en vitesse dans le silence de deux mondes qui ne se rencontrent que dans la fonction, me paraît vide de vie ! Cela blesse l’âme.

 

Cela me laisse songeuse. Les « aînés/ées » ne sont plus rentables dit-on, ils/elles malades plient sous le poids des ans ou des handicaps chroniques, ils/elles sont placées dans une de ces « cases » calfeutrée avec tous les gestes sensés prolonger les années, expulser toutes les douleurs « surtout durant les 18 derniers mois de vie (Journal RSR ce matin) sont les plus coûteux.  Dans ce no man’s land, il en est qui souhaitent l’Exit.

 

Dans le Journal 24 Heures du 23.03.11, le psychanalyste Mario Cifali le dit bien : « On ne peut pas soigner le corps sans soigner l’âme.» Comment faire ?

http://www.gppv.ch/sites/default/files/Comment%20peut-on%20soigner.PDF

 

images (35).jpgJe souhaiterais vraiment que cerisiers en fleurs nous révèlent la réalité de Pâques. Et qu’on s’en réjouisse !

 

 

23:38 Publié dans Formation | Tags : santé | Lien permanent | Commentaires (8)

14/04/2011

COMMISSION VERITE RECONCILIATION

JusticePoster.jpg

Réflexion : Le Peuple de Côte d’Ivoire

La Côte d'Ivoire n'a plus qu'un seul président mais toujours les mêmes défis: la justice et la Paix pour tous les Ivoiriens!

Une réalité nouvelle sur des rails anciennes alors que le train poursuit sa route ! C'est un défi, le défi de la Vie!

Après quatre mois  de  bataille, de haine, de blessures et de mort pour le peuple appauvri, dépouillé de ce qui lui restait de dignité, un semblant de calme relatif referait surface.

Sans eau ni nourriture durant des semaines, comment s’étonner que des magasins sont « pillés » ? Pour survivre ou simplement pour voler ? La différence en un moment pareil ? Des milliers de blessés, de mourants sans doute, des morts à mettre en terre et un deuil à vivre au compte gouttes ! Nous avons besoin de guérison. Nous tous qui sommes des Ivoiriens, des étrangers, des suisses, nous avons besoin de guérison.

L’herbe piétinée, les fourmis écrasées, c’est le feu sous la cendre ! Nous avons besoin de guérison !

Quel mauvais goût que d’exposer dans les médias l’humiliation des Gbagbo ! Quelle honte pour les soldats exécutant les ordres le sale boulot. « Il est urgent de ne pas humilier les vaincus ! » Mais le mal est fait. Et Gagbo vainqueur aurait-il fait mieux ?

Sitôt après Ouattara, un peu prématurément selon moi, promet la mise en place d'une commission «Vérité et réconciliation» chargée de purger le passé, à l'image de celles montées au Liberia et surtout en Afrique du Sud. Il aurait appelé Zuma pour le conseiller à ce sujet ! Pauvre référence ! Est-ce qu’il se rend compte de ce que cela implique : avouer son crime face aux victime afin de recevoir le pardon et peut-être amnistie ? L’avenir le montrera. Il faut concrétiser l’intention de Ouattara ! Et de sa volonté de faire la Paix car après tout, il a été élu démocratiquement. Et « il n'y a pas d'avenir sans pardon » comme dit notre sage Desmond Tutu!

Je prie qu’il construise l’avenir en relation avec les perdants, avec la société civile, et surtout il faut espérer que la religion restera hors hors-jeu. Et que l’Esprit du ressuscité qui souffle où il veut trouve portes ouvertes pour redevenir humain. C’est Lui qui guérit. Et c’est une guérison holistique, c’est-à-dire que les circonstances de vie matérielles doivent être améliorées, ou créées, afin que ce qu’il y a de plus profond dans le cœur de Ivoiriens soit un chant de joie et une Pâques pour nous tous.



Je fais mienne la prière d'un Ivoirien ce soir et je la partage avec tous!

Seigneur notre Dieu,
Seigneur des lumières et des ténèbres.

Incline-toi et penche l’oreille
Écoute et vois
Jauge et répond à ce peuple meurtri, malade et mourant.

Des pensées divisionnistes, délivre-les
De la haine et de la violence politicienne,délivre-les
De toute personne, préférant sacrifier le pays sur l’autel de son égoïsme, délivre-les.

Montre à nous tous, quelques soient nos différences et nos divergences
Que les liens, qui en toi nous unissent, sont sacrés, immuables et suprêmes.

Exauce-nous Seigneur, pour que de l’Est à l’Ouest
Du Nord au Sud, les Ivoiriens se reconnaissent tous frères
Afin qu’ils s’unissent et unissent toutes les énergies positives
Pour la relève, la construction et la prospérité de la Côte d’Ivoire, notre terre à tous.

Alors, nos yeux s’ouvriront, des cris de joie éclateront,
Des fleuves de paix jailliront de nos cœurs
Pour qu’ensemble avec les peuples amis, frères de la Côte d’Ivoire
Nous marchions vers l’aube nouvelle de notre mère l'Afrique. Ainsi soit-il!

10/04/2011

"Quand les éléphants se battent"

 

 

 

 

ouattara-gbagbo.jpeg

« Quand les éléphants se battent, l’herbe souffre »

(Quand les grands de ce monde se querellent, c'est le petit peuple qui trinque)

Côte d’Ivoire : au-delà de l’actualité

Quand l’Histoire aide à comprendre le présent :

Les éléphants : crédit :

Un pays : le Nord musulman, le Sud chrétien et du Nord au Sud : des êtres humains 679px-Coat_of_Arms_of_Côte_d'Ivoire.svg.pngne demandent qu’à vivre ensemble, manger à sa faim, s’aimer, puis… mourir et rejoindre les ancêtres.

L’Histoire de la colonisation, les establishments artificiels,  en décident autrement, les éléphants neo occidentaux prennent l’herbe en otage. l Puis les éléphants se battent et l’herbe gît, ensanglantée  alors que nous lisons l’actualité et contemplons le "spectacle" de ce 10 avril 2011 avec notre regard occidental soit disant chrétien. Et que nous prenons parti spontanément – selon les images proposées sur le papier ou l’écran – soit pour Gbagbo le méchant ou pour Ouatara le moins méchant. Un peu comme sur le court de tennis lors d’un match entre Nadal et Federer ! Quasiment un divertissement. On prend parti immédiatement ! Et puis on passe.

Pourtant, au fond du cœur de l’Ivoirien il y a les racines pré-coloniales : « Les populations ne connaissaient pas la propriété privée et ne cherchaient pas à délimiter leur territoire. Leurs cultures étaient marquées par une tradition théâtrale, orale, musicale, de danse et la croyance à la magie. »

Etrange, les Occidentaux arrivent avec les trois grands MMM, c’est-à-dire Militaires, Marchands, Missionnaires. Et à « leurs fruits vous les reconnaîtrez » (Matthieu 7:16 ) et voici les Militaires, le commerce des armes dans l’intérêt des fabricants, et voici les Marchands de fèves de chocolats (voyez mon billet du 10.12.2009) et voici les Missionnaires, éclaboussés par le scandale de la Basilique à basilique.jpgYamoussoukro consacrée, s’il vous plaît, par Jean-Paul II le 9 septembre 1990. Le monument est à la mesure de la foi catholique qui animait « le Père de la Nation », Félix Houphouët-Boigny qui en fit cadeau au Vatican qui s’empresse d’y accueillir l’OPUS DEI !!! C’est là que Gbagbo et Simone vont à la Messe ! Le couple Eléphantin du sud chrétien. Et la connivence Yamassoukro Vatican discrédite auprès du petit peuple tout le travail de nombreuses/nombreux missionnaires qui ont pris part à la construction du pays sans aucun intérêt particulier !

Le 28 novembre 2010, les Ivoiriens sont allés voter et ont « démontré un engouement sans précédent dans l'histoire de leur jeune démocratie ».  Mais voilà, l’éléphant Ouatara et ses forces armées engagées avant, pendant et après les élections bidons, avec 2 perdants qui se proclament gagnants tous les deux, sans honte prennent en otage encore une fois le peuple ivoirien pas dupe pour autant ! C’est une affaire politique de longue date. Les Ivoiriens du Nord en ont marre de leur mise à l’écart et ceux du Sud en ont  marre, de la domination, l’exploitation, la sourde oreille des Gbagbo et des trahisons multiples de Simone, convertie du catholicisme à l’évangélisme, et qui est devenue « la Dame de Sang ! » Bien que Ouatara été reconnu vainqueur par la quasi-totalité de la communauté internationale, Personne n'est à l'aise! Le secret des urnes reste impénétrable !

Et les éléphants de se battre par armées interposées. L’herbe piétinée rougit, les deux protagonistes ne sont pas des pacifistes ! Lisez : « Le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a annoncé vendredi que ses enquêteurs de l'ONU avaient découvert plus de 100 corps ces dernières 24 heures dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire. Il s'agirait de victimes de violences ethniques. «Les informations envoyées par l'équipe des enquêteurs de l'ONU sur les droits de l'homme en Côte d'Ivoire sont absolument horrifiantes», a déclaré Navi Pillay. Selon elle, «la situation à Abidjan est également épouvantable et en raison des combats incessants et de l'extrême insécurité, nous avons été incapables d'évaluer toute l'étendue des violations (des droits de l'homme) au cours des derniers jours ». Selon Human Rights Watch: “Killing and raping civilians is no way for Ouattara’s forces to end this conflict. Ouattara should fulfill his public pledge to investigate and prosecute abuses by both sides if Côte d’Ivoire is to emerge from this horrific period." ”Daniel Bekele, Africa director at Human Rights Watch Human Rights Watch

Selon Le Monde: “Alors que la situation est en passe d'échapper au contrôle d'un camp comme de l'autre, le président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo, a rassemblé plusieurs milliers de ses partisans près du palais présidentiel à Abidjan, samedi 26 mars. Sous la houlette de Charles Blé Goudé, chef des "patriotes" pro-Gbagbo, les manifestants ont chanté à la gloire de leur chef sur la place de la République, où M. Gbagbo s'est barricadé. "Avant d'attaquer Laurent Gbagbo, vous allez [devoir] égorger tout ce monde-là", a lancé Charles Blé Goudé, affirmant qu'"il n'y aura pas de guerre civile" en Côte d'Ivoire.

 

Cela rappelle l’actuel Tripoli, Khadafi plus les antécédents, c'est-à-dire l’hypocrisie d’amitiés intéressées au « bon vieux temps des Affaires !»

(consultez s’il vous plaît : Venance Konan : « La Force de la Plume » :)

283727339.jpgPrière pour la Paix

Vois nos cœurs blessés !
Vois nos familles dévastées, détruites !
Vois nos enfants perturbés !
Vois nos jeunes désemparés !
Vois nos efforts pour ramener la paix !
Et fais de nous des artisans de paix !

 

17:52 Publié dans Afrique | Tags : ivoiriens | Lien permanent | Commentaires (2)

06/04/2011

La Côte d'Ivoire

 

nm-5-13b.jpgLes Aînés - ELDERS - Africains s’expriment au sujet de la Côte d’Ivoire

 

Agence de Presse Senegalaise (APS) , en date du 5 avril 2011 publie : Des leaders d’opinion dénoncent la violence en Côte d’Ivoire.

Il s’agit du groupe des Aînés « Elders » dont Nelson Mandela, Gracia Machel, Desmond Tutu, l’ancien Ministre des Affaires étrangère de Finlande Martti Ahtisaari,  l’opposante birmane Aung San Suu Kyi, l’ancien président des Etats-Unis Jimmy Carter,  Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies, etc.

« "Ils déplorent les tragiques pertes humaines qui continuent en dépit des avertissements répétés sur le risque de reprise de la guerre civile."

« "D’autre part, ajoutent-ils, l’ancien président Laurent Gbagbo et le président Alassane Ouattara sont tous deux responsables des actions menées par les forces qui combattent en leur nom. Ils doivent exiger l’arrêt immédiat des attaques contre les civils et le personnel des Nations unies."

"J’exhorte le président Ouattara à s’engager publiquement à mener un processus dans lequel chacun répondra de ses actes. [...] Le peuple ivoirien a besoin de réconciliation, pas de représailles. Il a besoin d’un dirigeant qui peut amener la paix et remettre le pays sur le chemin de la prospérité", a dit Desmond Tutu, cité dans le communiqué.

"Le président Ouattara peut être ce dirigeant, en démontrant qu’il gouvernera au service de tous les Ivoiriens et qu’il est digne de la confiance que ces derniers ont placée en lui lors des élections", a encore dit l’archevêque.

"La communauté internationale a été sollicitée par d’autres crises mais elle doit au plus vite consacrer son attention à la situation qui se détériore rapidement en Côte d’Ivoire. La population a tout d’abord besoin de protection, mais elle a aussi urgemment besoin d’eau, de nourriture et de matériel médical", a affirmé Graça Machel.

Lundi soir, des hélicoptères de la force française Licorne ont détruit une dizaine de blindés et quatre canons anti-aériens des forces pro-Gbagbo.

Ces opérations menées contre les forces pro-Gbagbo par des soldats des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et de la Licorne constituent une réponse à une demande de la dernière réunion de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a déclaré, mardi à Dakar, le ministre sénégalais des Affaires étrangères Me Madické Niang.

« L’Organisation des Nations unies (ONU) n’a fait que répondre à une demande de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest", a encore indiqué Me Niang. »

Ecouter aussi le journal du matin de RSR 1ère : Catherine Morand, fait une excellente analyse de la complexité du personnage Gbagbo. Ivre de Pouvoir qu’il dit incarner ( !), impossible pour lui d’exercer sa responsabilité et sa liberté. D’où le drame prévisible dès avant le 28 novembre 2010 !

Ce n’est pas vrai que tous les chefs d’Etats africains sont du type Gbagbo, Mugabe, Khadafi et trop d’autres. Des chefs à vie!

images (1).jpgEn 1994, je priais – quelle honte - que Nelson Mandela puisse mourir avant d’en arriver là !!! (Même Jésus avait été tenté) Et maintenant je rends grâce à Mandela d’être QUI il est : le plus grand leader de tous les temps ! Le plus humble, le plus humain. Le Pouvoir, pour lui, c’était « servir les intérêts du peuple d’Afrique du Sud, sans distinction ! Sans aucun intérêt particulier ! » Son exemple n'est pas suivi.

Il y a trop de dictateurs devenus potentats, parfois avec la complicité de celles et ceux qui collaboraient afin de garder les masses soumises et silencieuses, c’est-à-dire les investisseurs sans scrupule.

 

23:47 Publié dans Général | Tags : gbagbo | Lien permanent | Commentaires (3)

05/04/2011

UN DEUIL

images.jpg

« Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres » Jésus selon Saint Jean (13 :34).

Je contemple ce monde occidentalisé qui aurait été, lit-on dans des livres d’Histoire, christianisé selon une doctrine et des dogmes précis. Je cherche ce signe qui ferait justice à la parole de Jésus, laquelle est  parfois lue  et prêchée dans les églises, enseignée au catéchisme... et je reste sur ma faim !

Il y a des groupes qui se disent spécifiquement chrétiens, les noms des baptisés sont inscrits dans des registres.  Il existe un Droit Canonique avec une multitude de lois. Il y a des gardiens/gardiennes de ces lois ! Il y a des tribunaux ecclésiastiques pour ceci et pour cela. Il y a des fautes, des erreurs – avec tant de lois comment les obéir toutes ? – Au sommet de la somptueuse pyramide vaticane siège le gouvernement, les départements, les diplomates, les banques, la police, les Gardes Suisses et sur la vaste Place Saint Pierre, il y a l’assemblée du dimanche pour l'Angélus, qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, le pape va dire quelques mots d’enseignement, c’est selon, et il va dire qu’il faut prier pour la Libye, la Côte d’Ivoire, le Japon, bref pour un monde brisé ! Sans en chercher les causes d'abord.

Il va dire l'Angélus : « Le verbe s’est fait homme, humain… !!! » Le Verbe, en anglais « The Word » une parole active : une seule ! Un homme ! Il est où ? Au moyen Orient ? En Afrique ? Au Japon ? Chez Berlusconi ou chez les prostituées ? Chez les faiseurs d’armes ou chez les cadavres qu’on étale en disant à la télé: « attention, ça peut vous choquer. » Chez nos chômeurs en fin de droit ? chez les drogués par manque de sens dans la vie? Dans les murs ou « hors les murs » (St Paul aux Hébreux, 13, 14 :24) ? Car, oui, on trouve Jésus Hors les murs!

Mais comment nos frères et sœurs du monde entier, tout près de nous, très loin de nous, celles et ceux pris dans la tourmente de la haine des chefs, pour l’amour du pouvoir, et de leurs trônes, comment trouver ce signe qui nous ferait percevoir sa présence communautaire comme Il l'a tant désirée? Ce signe qui révèle les disciples de Jésus ?

Selon notre Yeshuah bien-aimé, qui « connaissait ce qui est en l’homme (Jean 2/23 à 25) » puisqu’il fait partie de notre société, nous avait avertis : la seule publicité chrétienne, c’est ce signe :

« Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres » Jésus selon Saint Jean (13 :34).

Mais ça veut dire quoi ? S'aimer, ce n’est pas, je pense, plaquer ma bouche sur celle de l’autre par coup de foudre – bien que – mais n’est-ce pas plutôt regarder ensemble dans la même direction, marcher ensemble, travaillant, luttant, souffrant, mourant ensemble face à nos Goliaths gardiens? Nos autorités, aussi et surtout celles qui se diraient chrétiennes, et trahissant Jésus flagellé au moindre chant du coq ???

Je suis en colère ce soir, car une amie, une sœur, dont l’empathie pour les petits et les méprisés d’Afrique du Sud, a fait lever les sourcils de certains trônes. On ne valorisait pas son engagement prophétique trop proche de celui de Jésus. Il n’est venu à la tête de personne qui aurait pu être un Simon de Cyrène ! Elle est restée seule avec sa croix!

Elle est morte ! Son souffle accueilli dans le Coeur de son Créateur! Demain, elle sera enfouie dans la terre d’Afrique.

Et moi je resterai seule. Je me souviendrai de ce qu’elle a partagé avec moi, avec beaucoup, beaucoup de petites gens: son empathie authentique!

images (34).jpg"Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres.» J’ai vécu cet amour actif, dans l’affection du petit peuple ! HAMBA KHAHLE, my friend!"



22:54 Publié dans Solidarité | Tags : deuil | Lien permanent | Commentaires (6)

01/04/2011

PARTAGE OU KRACH

livre_campiche_krach.gif

 

PAIN ROMPU et PARTAGE

 

Les jours se succèdent et quelques fidèles vont assister à la « messe » dans les églises catholiques. Il me semble d’abord que ce partage de pain est un vrai repas lorsque le pain est rompu et qu’il y en a assez pour chacun. Sans pain, sans nourriture, pas de vie. Et ce pain rompu est source de Vraie Vie. Car la Vie, c’est la Vie ! Thank you Meal ! Jésus a voulu souligner l’importance de ce partage pour tous lors du dernier repas de sa vie avec ses amis. Et, comme il sentait que ses jours étaient comptés, il a murmuré : « Quand vous êtes ensemble et que vous rompez et partagez cette miche de pain, ne m’oubliez pas! C'est pour ça que je passe sur terre comme vous! Pour vous assurer que partager permet de vivre ! C’est la Vie. Je vous l'ai dit parce que j'y tiens tellement à ce partage entre vous tous! « Je suis le chemin et je suis la Vie » (Jean 14 :6).

Et le partage, la vie, c’est très concret ! Le partage, ce n’est pas une parole, c’est une action. Le partage de la terre, de ses richesses, de l’eau, du travail, du PAIN. Ce partage on le fait au quotidien car si tu ne partages pas le pain et que tu l’accumules, il devient rance, et si tu ne partages ni la terre ni le travail, ni le fruit du travail, les gens vont commencer à se battre, car ils ne sauront plus où s’abriter, ils n’auront plus rien à faire, rien à manger, ils se sentiront nuls. Alors ils essaieront de survivre et, si cela continue, des années et des siècles on arrivera à une situation qui s’approche de plus en plus de nous, même en Occident, même en Suisse : chômeurs à l'assistance sociale, lettres piégées, responsables corrompus, guerres, bonus et miettes selon qui est qui, et à l’horizon :  « Le krach mondial: chronique d'une débâcle annoncée... Et après? » à lire absolument : Un livre coup de poing pour réfléchir.

http://www.laliberte.ch/?contenu=livre_christian_campiche_le_krach_mondial


partage2.jpgEt la prière, lors de la célébration de l’Eucharistie et le souvenir de notre Jésus partagé et toujours tout entier, nous aideront à réfléchir et surtout à agir. Après tout, c’est le Carême.

 

21:54 Publié dans Economie | Tags : partage | Lien permanent | Commentaires (0)