29/03/2011

DULCIE SEPTEMBER

 

 

468.jpg

Pour vous Dulcie

 

Le 29 mars 1988, Dulcie September était assassinée en plein Paris. Son bureau de travail au 4ème étage du 28 rue des Petites Ecuries, Paris-10ème, était le lieu de  rencontre de nombreux amis, membres et sympathisants de l’ANC /Congrès National Africain. Dulcie était la représentante de l’ANC pour les régions francophones de l’Europe. Elle avait de maigres  moyens pour son travail d’information, de relations, d’actions. Son travail était d’autant plus ardu que les pays francophones étaient très lents à prendre conscience de la tragédie qui se vivait en Afrique du Sud ! Pire pour ce qui concerne la Suisse. Ce pays a soutenu le système d’Apartheid d’une façon honteuse et avec une hypocrisie infecte ! Les banques et les finances avaient priorité sur les sanctions et autres actions nécessaires au changement de régime.

Dulcie avait une analyse aigue des réalités. Elle n’avait pas la langue de bois, ce qui irritait les autorités économiques, politique et tenait la Police secrète franco helvétique en alerte. Mais oui. L’Affaire des Fiches a révélé ce que nous savions déjà !

Je me souviens avoir fait des traductions pour Dulcie. C’était mon amie. Nous nous sentions sœurs. Elle souffrait de l’éloignement d’avec son peuple. "Elle avait été emprisonnée, puis bannie (mesure d’isolement intérieur) en 1963 par le gouvernement de Prétoria avant de prendre le chemin de l’Exil ! » (24 Heures 30 mars 1988). Elle pleurait ses amis et ses proches abattus lors d’émeutes dans son beau pays, et le mien par adoption : images.jpgl’Afrique du Sud ! Je l’avais rencontrée à Zurich, à Genève puis par chance et pas mal d’efforts, elle fut enfin invitée au Jura, Delémont, par L’Association Jurassienne de Solidarité avec les Peuples du Tiers Monde (ASTM). Nous avons mangé ensemble. Et nous avons eu une rencontre vibrante, jusque tard dans la nuit du 7 au 8 septembre 1987. Je faisais l’interprète avec un vrai bonheur et grande satisfaction car elle disait « ma pensée », quasiment mon vécu en Afrique du Sud ! J’ai encore la précieuse cassette enregistrée du débat musclé de la soirée entre nos camarades jurassiens et Dulcie September. C'était un noble combat.

Six mois plus tard, Dulcie était morte. Elle s'était sentie menacée et avait demandé la protection que le gouvernement français n’avait pas jugé nécessaire de lui accorder.

Ce 29 mars 1988, elle reçoit cinq balles d'un "22 long riffle" en pleine tête, alors qu'elle ouvrait la porte du bureau de l'ANC, le courrier à la main.  Selon la Presse : « Personne n'a rien entendu. Seul M. De Crepy (agent commercial) a vu aux environs de 09H45 deux hommes (blancs) d'environ 40 ans, descendant l'escalier et quittant le bâtiment. » L’encre a coulé dans les journaux francophones, j’ai fait un dossier de plusieurs articles qui « parlottent » un peu dans tous les sens : les escadrons de la mort du gouvernement sud africains, même redoutés comme des fantômes, chez les missionnaires militants anti apartheid en Suisse romande ; les autorités françaises coupables de négligence, le parti communiste cherchant trop tard à récupérer Dulcie dans son intérêt propre, et l’enquête qui traîne et traîne : aujourd’hui  « L'affaire Dulcie September n'a pas été résolue par la justice française. Elle a abouti à un non-lieu. » Selon « Le Post » d’aujourd’hui : « L'identité de ses assassins est un secret de polichinelle… » C'est vrai, "devant la Commission "Vérité et Réconciliation", en avril 1988,le chef des esquadrons de la mort a affirmé que l'assassinat de September était l'oeuvre du Bureau ce Coopération (CCB) de l'armée sud-africaine!"

Je ne vous oublie pas, chère Dulcie, et dans les ténèbres images (32).jpgd’aujourd’hui, vous restez cette petite lumière d’espérance qui ne peut s’éteindre. Merci !

 

"Robert Denard, 78 ans, est mort, de vieillesse, le 14 octobre 2007.  Robert, dit « Bob », Denard, célébrissime mercenaire français, protagoniste pendant trente ans de plusieurs coups d’Etat en Afrique et dans l’archipel des Comores. Sa disparition estompe un peu plus les esquisses de vérité sur la mort de Dulcie September, représentante de l’African National Congress (ANC) en France et citoyenne arcueillaise, assassinée par balles le 29 mars 1988 à Paris.
Car Denard savait tout. Très probablement. Il savait tout des basses œuvres commises par son bras droit, Jean-Paul Guerrier, alias Capitaine Siam, en fuite depuis 1999 et identifié dès 1998 par un ancien responsable de la police secrète sud-africaine comme l’un des deux assassins. Ainsi, le temps passe, les gens disparaissent, les dossiers se referment.
"

http://www.grioo.com/ar,assassinat_de_dulcie_september_affaire_classee,13505.html

http://www.liberation.fr/societe/0101327184-des-mercenair...

http://www.pressafrique.com/m394.html

http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:9E4H...

22:51 Publié dans Politique | Tags : dulcie | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2011

GIOTTO à côté de la plaque

 

Dans la cuisine

Marie parle de son expérience

 

Au sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu

dans une ville de Galilée appelée Nazareth,…selon Luc 1 :26

 

giotto100.JPG



« Giotto est à côté de la plaque.

Je n’étais pas à genoux sur un coussin de satin rouge

La tête inclinée dans un rayon de lumière. Non.

 

En fait

Je rentrais du puits

La lourde cruche

M’a fait basculer

Contre le coin de la table,

Renversant la précieuse eau

Sur le sol en voulant simplement

la déposer là.



Accroupie

Serpillière en mains

J'essuyais l’eau.



Je trésaillis

A la soudaine clarté matinale et chaude

Comme si quelqu’un avait poussé

La porte au soleil levant

 

Serpillière en mains

cheveux épars sur mon visage

Je me retournai pour voir l’intrus

Inattendu


Mais je n’ai vu qu'une lumière éclatante

contre le mur.


images (28).jpg

 

Une voix.

Tu auras un petit garçon

Le Fils du Très Haut

Sauveur d’Israël.

 

J’avais peur.

 

La porte s’est refermée

Et j’ai laissé tomber

par terre

la serpillière. »

Copie de images.jpg

(Ma traduction libre du poème de Killian McDonnell

moine bénédictin. Cliquez sur « blog english » pour le texte anglais)

 

24/03/2011

OBAMA VISITE la TOMBE DE ROMERO

 

24 mars 2011 : Oscar Romero

6609214.jpg

http://clairemarie.blog.24heures.ch/archive/2010/03/index.html

http://clairemarie.blog.24heures.ch/archive/2009/03/index.html

http://katutura.blogspot.com/2003_03_01_archive.html

http://katutura.blogspot.com/2004_03_01_archive.html

http://katutura.blogspot.com/2007_03_01_archive.html

 

J’aime me souvenir, le 24 mars de chaque année, d’Oscar Romero. Ce vrai pasteur et leader : Nommé archevêque au San Salvador, il a fait carrière vers le bas de la hiérarchie, a su écouter la souffrance des pauvres de son pays. Il s’est converti à Jésus, pas le Jésus des bouquins, des dogmes et des sermons, le Jésus de l’évangile qui vit en chacun de nous, qui s’est identifié à celles et ceux qui souffrent sous le joug des pouvoirs, des trônes, des dominations ! Il s’est mis debout face à l’injustice structurée, face aux autorités. Le Vatican surveille ! Romero a rejoint les gens!

 

Le 23 mars 1980, il lance un appel aux militaires, disant « qu'un militaire n'est pas obligé d'obéir à un ordre de tuer ». Il dénonçe ouvertement la violence des militaires au pouvoir et la misère des paysans.

Le 24 mars 1980, Oscar Romero est  assassiné pendant la messe, sous les yeux d'une multitude de fidèles, par les Escadrons de la mort, à l'instigation d'un dirigeant d'extrême droite. Le jour de son enterrement, l'armée et les forces paramilitaires font feu sur la foule, assassinant 40 personnes et en blessant 200.

Les années passent et, c’est étonnant quand même, L’Agence Fides annonce que le 23 mars 2011, le président des États-Unis Barack Obama a effectué une visite historique en se rendant sur la tombe de Mgr Oscar Romero, à la veille du 31e anniversaire de son assassinat. Réfléchissons:

Que dirait Romero d’Outre-tombe à Obama ? En 1980 Romero avait écrit au Président Carter d’arrêter l’envoi de militaires américains ainsi que d’arrêter le soutien des USA au gouvernement salvadorien! Et selon le National Catholic Reporter: (http://ncronline.org/news/obama-romeros-grave-missed-opportunity) Obama a manqué sa chance de demander pardon du soutien des USA aux Oligarchies d’Amérique Latine. Demander pardon pour la souffrance endurée, hier et aujourd’hui encore par les pauvres des pays victimes de l’impérialisme américain. Obama à genoux devant la tombe de Romero a-t-il entendu le message : « En tant que chrétien, dit-il à l’une de ces occasions, je ne crois pas à la mort sans résurrection. S'ils me tuent, je  ressusciterai à nouveau dans le peuple salvadorien. »

Le Vent des prophètes a été publié le 13 avril 2010 par Laurent Ploix en l’honneur d’Oscar Romero :

Le vent des prophètes

 

Tu as fait se lever un peuple sans levain,
Le froment est moulu à la force des poings,
Le pain cuit au soleil à pris le goût du sang,
Ton nom vient prolonger la liste des gênants.

Mais le vent des prophètes a soufflé ce matin
Et l'on a vu des milliers d'alouettes
danser autour du pèlerin,
Et l'on a vu sur toute la planète
des frères se donner la main.

L'injustice ne peut supporter le silence,
Mais l'exemple du Christ prend toute sa puissance,
Suspendu au gibet au jour de l'abandon,
Pour notre humanité il demande pardon.

Tu es mort, le printemps n'avait que quelques brins
Tué dans ton église, les statues pour témoins,
Prêtre d'El Salvador libre à en mourir,
Ton nom vient prolonger la liste des martyrs.

Combien d'hommes sont morts et combien meurent encore ?
Ils sont pour notre monde cet envers du décor.
Cachés par les parades et les marches militaires,
Qui pourrait désormais les forcer à se taire ?

 

C’est ma prière ce soir que je partage avec vous !

 

22:24 Publié dans Spiritualités | Tags : romero | Lien permanent | Commentaires (0)

22/03/2011

Au-delà des Noms

 

 

images.jpg

Ce qu’on pourrait oublier

 

Chacun de nous a fait l’expérience de la souffrance. Je ne parle pas de la souffrance ordinaire, elle fait partie intégrante de notre vécu humain. Elle est physique, morale, mentale, psychique. Elle est tout ça à la fois.

 

Je parle de la souffrance du monde, la nôtre, la mienne. La souffrance que nous nous infligeons les uns les autres. Jean-Baptiste Metz, théologien (*), dit que l’Histoire humaine est une Histoire de souffrance.

Ainsi, les  histoires que racontent les gens, les médias, au sujet du Printemps du Moyen Orient par exemple, disent les révoltes, lla solidarité, les massacres, finalement les têtes de potentats qui tombent des trônes, les conquêtes, les mise en place du terme « démocratie » avec une autorité qui doit rendre compte au peuple. Et c’est juste. Mais à quel prix et pour quel avenir?

 

La souffrance abominable et trop souvent négligée fait la trame de ce « Printemps ». Et, dit Albert Nolan (Jésus aujourd'hui, p. 48) : « On n’accorde aucune signification historique à la souffrance sous-jacente de millions de personnes. »

 

Dans l’enfer de la Libye, de la Côte d’Ivoire, du Congo…  En ce moment où j’écris, la souffrance des femmes, des enfants, des vieillards, des endeuillés, des mutilés, des torturés, des humiliés, des abandonnés, des agonisants est un scandale d’autant plus abject qu’il est saturé de haine, de mépris de la part des assassins et violeurs envers leurs frères et sœurs de race: c'est Jésus aujourd'hui!

 

Dommage que les noms étalés des Gbagbo, Kadhafi, Kabila, reviennent sans cesse dans nos journaux, à la radio, dans nos conversations ! On s'irrite à la méchanceté des présidents mis en exirgue et on passe outre la souffrance des humains à leur merci!  Comment faire autrement, me direz-vous ? Je ne suis pas sûre, mais je crois que nos questions, à partir de la souffrance des petites gens, pourraient creuser et arriver aux racines de la maladie de notre époque… pour se situer dans « Éternel présent » de notre espèce humaine. De notre responsabilité. Debout, faire face. D'abord, comme Florence Nightingale, Mère Teresa, mais sans oublier que l'action caritative ne remplace jamais l'action politique! On en reparlera!

 

« Ce n’est qu’une goutte d’eau dans une mer de souffrance, la souffrance fond-ecran-flamme-d--eau.jpgde tous ceux et celles qui n’ont jamais demandé à naître et qui ne connaissent que la souffrance sur leur court chemin de Vie. C’est là que Jésus se trouve en chair et en os aujourd’hui. » Ce ne doit pas être en vain!

(Pour ma réflexion, merci à A. Nolan, à Jan-Baptiste Metz « Memoria passionis »)

 

22:17 Publié dans Histoire | Tags : souffrance | Lien permanent | Commentaires (0)

18/03/2011

DE MON POINT DE VUE

 

 

siteon7.png

Coup d’œil sur notre monde


Le malaise, quand tu deviens vieille, c’est que tu te sens de plus en plus spectatrice éloignée des injustices systémiques qui saturent les nations et le monde. Les humains tentent, avec la force du désespoir d’émerger du marasme ensanglanté de notre planète et tu te sens marginale à ce sursaut de survie car une part de toi habite déjà le hors-espace temps.

 

Et je me demande si ce point de vue-là ne favorise pas une vision plus claire de l’étrange destinée de notre espèce humaine. De l’Homme-Mensch, pétri du limon de la terre-mère et par le doigt de Dieu son Père et créateur, dit-on ! Que Dieu est Notre Père, on nous « le fait croire », c’est un Credo récité comme un moulin à prière à des moments déterminés par une liturgie préparée à l’avance et qui célèbre… Quoi ? Qui ? Pourquoi ?

 

Bernard Phiri me disait dans ma prime jeunesse et la sienne: « Ah ! Non ! Si Dieu m’aimait, Il ne m’aurait pas fait noir en Afrique du Sud ! »

autres-mers-et-plages-japon-5682489276-361906.jpgCela résonne aujourd’hui comme l’écho de la vieille japonaise enroulée dans une mince couverture sur un grabat de ruine recouvert d’une neige acide,  inspirant une dernière bouffée d’air  saturé de particules radio actives qui l’enfouiront dans le soulagement de la mort. Ah ! si Dieu m’aimait…

 

Comme l’écho du Libyen blessé, traqué par la Police jusqu’à l’hôpital pour « le finir » sous l’œil du médecin soignant.

Ah ! non si Dieu m’aimait…

 

Comme en côte d’Ivoire, idem. Au Zimbabwe, pire. En Chine profonde ? En Russie tchétchène : pire du pire. Mais là, personne peut-être n’a pu « faire croire aux petites gens » que Dieu les aimait.. A eux de le découvrir. Seuls. Où se cache-t-il ? Ce créateur responsable de sa création qu ‘il a confié à notre liberté responsable !

 

Le « pouvoir des petites gens, des masses, du peuple ? » Nil ! Démunis par les systèmes, quels systèmes ? Créés par qui ? Au profit de qui ?

 

Ici au moins c’est clair : le Dieu Mammon, l’idole, « das Liebe Geld » accumulé dans images (1).jpgses temples, protégés par ses garde-chiourme emmitonnés de Bonus ! Des arsenaux stockant des tonnes d’armes létales. Pour quoi faire ? Pour abattre  qui ? Le Veau d’or a longue vie…

 

 

Dans son Opéra, Faust, Gounod fait chanter à Méphistophélès :

 

"Le veau d'or est toujours debout;
On encense Sa puissance
D'un bout du monde à l'autre bout!
Pour fêter l'infâme idole,
Rois et peuples confondus, 
Au bruit sombre des écus
Dansent une ronde folle

Autour de son piédestal!
Et Satan conduit le bal!

 

Le veau d'or est vainqueur des dieux;
Dans sa gloire Dérisoire 
Le monstre abject insulte aux cieux!
Il contemple, ô rage étrange!
A ses pieds le genre humain 
Se ruant, le fer en main,
Dans le sang et dans la fange
Où brille l'ardent métal! 
Et Satan conduit le bal!

 

L’actualité donne-t-elle raison au Méphistophélès de Faust ? Si ce n’était la terreur d’une apocalypse, ce qui reste d’humain en nous se révolte et regarde « ce qui est » : qu’est devenu notre entendement, notre Ego gonflé, individuel et collectif. « N’oubliez pas l’Eternel présent » a dit calmement, humblement,  Georges Baumgartner face au monde, avec le calme de Jésus face aux Prêtres, à Pilate ! Et à leurs systèmes incestueusement liés !

 

Alors, j’ai compris : l’Esprit souffle où il veut dans la plénitude du moment présent! D’où l’irréversible Souffle printanier du pays du Soleil Levant au Moyen Orient et jusque chez nous. Il souffle doucement sur les petits et les pauvres qui tapissent le sol comme une rosée matinale ; il renverse catégoriquement, irrévocablement, définitivement les trônes et les dominations. Parce qu’il a la toute puissance des impuissants à qui Jésus s’est nommément identifié dans son parcours de vie, du Golgotha de son pays à ceux de chez nous ! En ce moment-même. Jusqu’à  l’incroyable réveil de ce matin pascal en train de s’actualiser dans l’héroïsme de celles et ceux dont nul média ne parlera jamais. Ce sont eux qui font l’Histoire profonde de notre espèce humaine ! Ils sont en nous. Et nous réalisons que c’est le « hors espace-temps » qui donne un sens à l’espace temps d’aujourd’hui.

 

15:17 Publié dans Spiritualités | Tags : liybe japon | Lien permanent | Commentaires (6)

16/03/2011

ETERNEL PRESENT

 

images.jpg


La solidarité dans la « Réalité de l’Eternel Présent »

Du désert ensanglanté libyen à la souffrance du Peuple japonais

« INFRA ROUGE »

http://infrarouge.tsr.ch/#id=3018201

L’empathie, la compassion, ou les deux à la fois... et mes mains se joignent dans la prière de l’absurde réalité, de la souffrance du peuple japonais étalée en direct sous nos yeux. On voudrait faire silence, stopper images et échanges et rester en pensée, quelques moments du moins, au cœur de cette humble résistance au « destin ».  Destin ? Pas si sûr, les quelques paroles de Georges Baumgartner lancent un défi : celui de la vérité, celui de la transparence déficiente. Et, quel défi : La 1842297316.jpg solidarité dans la « Réalité de l’Eternel Présent ». Oh ! Merci. Georges ! C’est le message, en direct encore, de Jésus, Fils de l’Homme, par la voix de ce modeste journaliste qui a fait sien le Japon et ses habitants pour le meilleur et pour le pire!


 

 

11/03/2011

DE TOUTE URGENCE!

 

Solidarité avec l’Afrique du nord au lieu de souci électoraliste !

Le 16 mars, le Conseil national va discuter de la « crise » de l’Afrique du nord et de ses répercussions sur la Suisse dans le cadre d’un débat urgent. Bien des parlementaires ne semblent manifestement pas tant préoccupés par le bain de sang engendré par la guerre civile en marche en Libye et par les régimes despotiques et kleptocrates encore en place dans bien des pays arabes du Maroc en Arabie Saoudite que par le risque d’un afflux de réfugiés nord-africains en Suisse. La campagne électorale a commencé. Appartenant aussi bien à l’UDC et aux partis du centre bourgeois, des hommes et femmes politiques des partis établis ont déjà affirmé que les migrants d’origine des pays en crise qui viendront seront des « réfugiés économiques » qui n’ont rien à chercher en Europe ni, bien entendu, en Suisse. Voici quelques échantillons:

Madame Karin Keller Sutter, conseillère d’Etat et directrice de la police, PLR : « Les migrants sont des réfugiés économiques qui doivent être renvoyés immédiatement » ; 20min Online, 15.02.2011

Union démocratique du centre, UDC : « les autres partis veulent des frontières ouvertes. Nous voulons des frontières sûres » ; annonce dans la NZZ, 04.03.2011

Monsieur Ruedi Lustenberger, conseiller national PDC : « Les Tunisiens qui demandent l’asile en Suisse ne doivent désormais disposer que de moyens de droit limités. […] Le mieux serait de ne pas les laisser entrer du tout en Suisse », Zentralschweiz am Sonntag, 20.02.2011


Nous invitons donc toutes les personnes qui partagent notre opinion à refuser ce cynisme électoraliste et à signer notre appel public !

Sign the Petition

Fullname: *

E-mail: * (not displayed publicly)

Country:

Sign Petition

* required fields



Signatures

Collected so far:
986 signatures

 

http://www.solidaritaets-petition.ch

De tout coeur, je transmets ce que je viens de recevoir de Solidarités sans frontière! C'est Urgent!

 

Appel public concernant le débat parlementaire urgent du 16 mars sur la situation dans l'Afrique du Nord

 

 

L’Afrique du Nord lutte pour la démocratie – La Suisse doit se montrer solidaire!

Appel public concernant le débat parlementaire urgent du 16 mars sur la situation dans l'Afrique du Nord

Mesdames et Messieurs les Députées et Députés au Parlement
Mesdames les Conseillères fédérales,
Messieurs les Conseillers fédéraux

Les fractions ont décidé de mener un débat urgent le 16 mars sur la crise en Afrique du Nord. Les personnes et organisations signataires de cette lettre souhaitent vous rappeler certains points:

Ces dernières semaines, des milliers de réfugiés ont fui la Libye vers la Tunisie et l’Égypte, et les populations locales les ont accueillis. Bien que ces populations soient elles-mêmes en proie à des troubles politiques et démunies, elles ont fait ce qu’elles ont pu pour venir en aide aux arrivants. Pendant ce temps, en Europe et en Suisse, on élabore des scénarios catastrophes parce que quelques Tunisiens ont traversé la Méditerranée. Des millions de francs doivent être débloqués, les gardes-frontières et même l’armée doivent être mobilisés pour empêcher les intrus d’entrer et pour les refouler.

> Ce comportement est honteux. L’Europe et la Suisse font preuve d’arrogance et d’égoïsme et d’une absence complète de solidarité vis-à-vis des gens qui se battent, au péril de leur vie pour la liberté, l’égalité, la démocratie. «Le Maghreb brûle», et il est de notre devoir le plus simple et évident de contribuer à éteindre le feu. C’est d’autant plus clair que nous avons nous-mêmes attisé le feu en soutenant pendant des années les dictatures de l’Afrique du Nord, comme l’affirme notamment une lettre de lectrice dans le Tagesanzeiger du 4.3.2011 qui dit: «Actuellement, ces gens sont menacés, ils ne sont pas menaçants» (Tages-Anzeiger, 4.3.2011).

On traite ces gens de «réfugiés économiques». On oublie d’ajouter que notre politique économique – qui veut des matières premières bon marché, des ventes record de biens de production et des vacances exotiques et pas chères – a beaucoup contribué à créer le chômage et la pauvreté dans ces pays. On oublie notre participation à l’absence de liberté politique et aux violations des droits de l’homme en exportant pendant des années nos armes vers les pays arabes.

> Les gens qui émigrent pour pouvoir survivre et assurer la survie de leurs familles ne sont pas des «réfugiés économiques», mais des réfugiés de la pauvreté. On leur refuse des droits fondamentaux et des droits de l’homme, en matière sociale, culturelle et économique. Le droit de mouvement est également un droit de l’homme et nous en usons sans même y penser.

On parle de droit à la révolution en évoquant les bouleversements des pays de l’Afrique du Nord. Il faut du temps pour intégrer des changements des relations politiques, économiques et civiles de cette ampleur.

> La Suisse ne peut se contenter d’affirmer solennellement son soutien aux forces démocratiques en Afrique du Nord. Elle doit, en même temps, commencer à recréer de nouvelles relations politiques et économiques avec ces pays. Il faut une politique économique permettant aux pays de l’Afrique du Nord de se développer en toute autonomie au lieu d’être encore et toujours subordonnée aux intérêts de la Suisse.

Nous, les personnes et organisations signataires, nous sommes indignés de la manière dont les politiciennes et politiciens, les membres des gouvernements et des partis se sont exprimés dans les médias sur les migrants du Maghreb.
Nous rejetons catégoriquement leurs appels à la répression. Enfin, nous refusons que ce problème brûlant soit instrumentalisé à des fins électorales.

«Des frontières sûres», cela n’existe pas.
Ce qui existe en revanche, c’est une manière sûre et solidaire de vivre ensemble! Pour ces raisons, nous exigeons des parlementaires cantonaux et fédéraux, du Conseil fédéral et des gouvernements cantonaux qu’ils:

- s’engagent pour une politique d’asile et de réfugiés ouverte et solidaire s’appuyant sur le respect des droits de l’homme au plan politique, social, économique et culturel;
- s’engagent en faveur d’une autre politique économique permettant une évolution vers l’indépendance des pays d’Afrique du Nord et la création de places de travail, et non pas favorisant d’abord les intérêts du libre-échange et de l’économie de l’occident;
- s’engagent à rembourser aux pays lésés les millions de francs détournés par les dictateurs et en confier l’usage à des institutions démocratiques élues;
- soutenir fermement ceux qui s’engagent pour la démocratie dans le sens que toutes et tous puissent contribuer à la vie politique, économique et civile.


 

09:14 Publié dans Monde | Tags : afrique nord | Lien permanent | Commentaires (0)

09/03/2011

le meilleur ennemi

 

 

hierarchie-egypte.jpg

Une Maison à étages déconnectés

« J’ai toujours eu l’impression qu’il y avait deux histoires de l'Église chrétienne : Celle de l’institution, avec ses papes, ses luttes de pouvoir, ses schismes, ses conflits et ses divisions, ses chasses aux hérésies et sa bureaucratie, et une autre, parallèle, celle des martyrs, des saints, des mystiques avec leur profond attachement à la prière, à l’humilité, à l’oubli de soi leur liberté et leur joie, leur audace et leur amour profond à l’égard de tous et de tout. » (Albert Nolan, Suivre Jésus aujourd’hui, Cerf 2009, p. 100)

Selon moi, deux mondes superposés comme une maison à deux étages sans escaliers ni ascenseur entre le rez-de-chaussée et l’étage supérieur. Une seule maison.

Exemple d’une maison sans communication entre le haut et le bas : , « Kadhafi notre meilleur ennemi » télévisé hier soir sur TSR2, un fragment de l’Histoire de l’étage supérieur de l’autorité libyenne, italienne, britannique, française, américaine, et d’autres pays fascinés par les ressources pétrolières.

Le réalisateur du film, Antoine Vitkine, nous emmène dans le labyrinthe des relations diplomatiques occidentales avec Mouammar Kadhafi. Le tournage a débuté bien avant les soulèvements dans les pays arabes, en mars 2010, et s’est achevé en octobre dernier. “Ce qui était important pour moi, c’était de rencontrer et de faire parler les gens qui avaient mené cette politique auprès de Kadhafi… C’est un décryptage des intérêts occidentaux :  le pétrole d’une part et, d’autre part, la peur des terroristes, des réfugiés africains.

Difficile, dit Vitkine, d’interroger les protagonistes au Nouvel Obs. Kadhafi s’est prêté au jeu, Tony Blair, Condoleezza Rice, puisant dans les archives de la CIA des années 70, du côté français, une petite intervention de Lionel Jospin et de Roland Dumas. (blog de PachK Mac ! 08.03.11 http://pachakmac.blog.24heures.ch/ )

Revenons au « Meilleur ennemi ».

On y trouve un Kadhafi de 26 ans fougueux, il veut créer un monde et une société nouvelles sous sa férule, et je me souviens qu’en Afrique du Sud, nos jeunes Africains enviaient ce « sage-d’Afrique » « Frère Guide de la révolution des masses ! » Il était devenu politisé comme nos jeunes ANC  prenant conscience de leur dignité humaine politique ! Pour Kadhafi : Le monarque Idriss réfugié en Égypte, le champ est libre pour un Potentat potentiel ! Même topo que pour Mugabe au Zimbabwe !

Kadhafi, le jeune Guide Bédouin retournait régulièrement pour une « retraite » à l’écoute des anciens sages de sa tribu. Le Pouvoir au Peuple est devenu le Pouvoir au Guide qui se dit être le Peuple. " L'État c’est moi !" » Nous avions, en ces années soixante et septante, une certaine admiration –aveugle et naïve - pour lui. Idem en ce qui concerne Robert Mugabe le catholique et le pote de l’actuel Kadhafi ! Mugabe, prédateur de son peuple et de ses terres ! L’impardonnable patience des « petites gens » ou, comme les esclaves sous le Pharaon d’antan, « Ils n’ont plus la force de crier ! Ce ne sont que des gémissements » (Exode 6/5)

Face à l’impossible hypocrisie des Pouvoirs et Dominations occidentales démocratiques ! (Voir l’excellent article au Blog : http://combats.blog.24heures.ch/ par Patrice Rochat !) Et revoir le documentaire d’Antoine Vitkine : l'hypocrisie d’un Tony Blair, d’un Sarkozy affirmant avoir mentionné les « Droits humains » à son hôte Kadhafi et que celui-ci dément aussitôt ! Tu as envie de vomir. Étrange, le témoignage de Condoleeza Rice a été beaucoup plus direct et factuel et honnête. Si vous ne l’avez déjà vu voici l’adresse du film : http://www.tsr.ch/video/docs/doc/3001736-kadhafi-notre-me...

Le début et la fin du film sont raccrochés à l’horrible l’actualité : Des fragments de celles et ceux qui n’ont qu’un intérêt, un seul besoin : du pain, de l’eau et la PAIX ! Des enfants, des femmes, des handicapés, nos Passion_of_Christ_Simon_of_Cyrene.jpgfrères et sœurs de tous les jours ! L’Histoire camouflée de ceux du rez-de-chaussée, des bas-fonds de l’humanité, surplus people – avec qui Jésus s'est identifié - hors de la conscience des Autorités aussi bien libyennes que, peut-être,  Occidentales.

Quand lirons-nous l'Histoire des gens d'en bas?

(ajout: http://english.aljazeera.net/programmes/general/2011/03/2...

13:12 Publié dans Politique | Tags : kadhafi | Lien permanent | Commentaires (5)

03/03/2011

proche et lointain

 

C fellini e.jpg

Frederico Fellini

Il ne faut pas que le lointain fasse oublier ce qui est proche !

On pourrait oublier les carnavals en Gruyère pressentant le Carême, le jeûne, la pénitence

On pourrait oublier nos compatriotes appauvris par une multitude de taxes, de privations : Payer le peu qu’on mange à l’hôpital, pas d’argent pour les lunettes d’enfants, l’AI scrutée et les handicapés menacés de plus sérieux handicaps encore, des licenciements toujours plus fréquents, et les extraordinaires bénéfices des Banques suivis de BONUS pour les riches, et de « rien » pour les autres! Une confusion de langage dans les médias qui mélangent mensonges et demi-vérités si bien que j’entends autour de moi, et plus loin, des expressions comme : « On ne sait plus qui croire, ni quoi ! » On nous rappelle notre bien-être en exposant les malheurs outre frontière comme si nous n’étions pas tous interconnectés, non seulement par Internet, mais économiquement.

On pourrait oublier que nos partis politiques ressemblent à autant de petits clubs bourgeois incapables d’envisager ensemble un projet social commun pour le plus grand bien de tous. Non, les débats vides de dialectiques et chaque « club » tire la couverture à lui. L’UCD cossue barbouille nos places publiques à coups d’affiches éclaboussant le bon sens populaire. Le PDC et les Partis de centre droit restent insipides et  plats en idées qui se voudraient provocantes alors que « l’UDC penche plutôt vers la droite extrême que vers l’extrême droite ». Reste le Parti socialiste, proche des besoins de la classe ouvrière en général et des pauvres en particulier. Ce Parti est la cible d’un persiflage stéréotypé et fatigant de la part des opposants. On n’a plus envie d’écouter, cela paraît du bla-bla aux oreilles des auditeurs, aux lecteurs de la Presse. Peu d’analyses de fond. Accessibles à tous.

Et j’entends de nouveau autour de moi : « On ne sait plus qui croire, ni quoi ! … « On votera pour des personnes et pas pour des partis ! » (Sic) Pour des personnes ? Je ne suis pas sûre que je ferais ça ! Je veux avant tout connaître si ses racines politiques sont dignes de la confiance de la base majoritaire ! Mais c’est vrai qu’on m’a déjà savonné les oreilles en affirmant  « Bei uns in der Schweiz, gibst kein Grassroots ! »  (Chez nous il n’y a pas de gens de la base !!!) Qui est l’électeur en ce cas ?

Je sais, que je devrais donner des exemples concrets, mais ça saute aux yeux dans le paysage politique suisse alors qu’approchent les votations/élections fédérales d’octobre de cette année.

On pourrait oublier tout ça !

Que le peuple ivoirien est le jouet affamé de l’impossible arrogance d’un Laurent Ghagbo, de son pote Mugabe plus corrompu, si c’est possible que l’est Kadhafi avec la différence que la Libye ne prétend pas être démocratique alors que les Gouvernants africains le prétendent ! Un héritage des anciens colons ! Aujourd’hui, c’est trahir le peuple africain de la base, grassroots qui, lui, est en avance sur les gouvernements car, lorsqu’il est appelé à voter, il vote. On se moque du peuple face au monde.

On pourrait oublier tout ça en nous rivant sur la Libye (et c’est juste !) déchirée et qui révèle dans le sang, sa force latente de libération, étouffée trop longtemps. images (9).jpgEn prenant part, ne serait-ce que marginalement, à ce printemps arabe et qui doit accomplir entièrement sa « saison », il ne faut pas oublier que ce printemps peut et doit s’étendre au reste de ce mystérieux continent, et que la démocratie dont on parle tant soit la leur, et non pas une copié collé de la nôtre !

Rose de nuit d'Orient

Ce soir: "Mouammar Kadhafi et la Ligue arabe auraient accepté le plan de paix proposé par le président vénézuélien Hugo Chavez pour mettre un terme à la crise en Libye, affirme jeudi la chaîne Al Jazira."

22:50 Publié dans Spiritualités | Tags : politique | Lien permanent | Commentaires (6)

01/03/2011

SENS DE LA LUTTE

 

 

sens-de-la-vie-n.1225778700.jpg

Produits Hyporéalistes Blog.lemonde.fr weblog (merci)

Si je disais ne pas croire que le Créateur existe, je mentirais. Si je disais que le Créateur ne peut extraire la vie du chaos, je nierais la résurrection, et Pâques. Et si je disais que Dieu ne dépend ni de moi ni de toi afin d’humaniser le monde d’aujourd’hui, je trahirais l’appel de Dieu en moi, je nierais ce qu’on nomme la conscience ! Et si je reste spectatrice/ spectateur de la « comédie humaine », je ne suis qu’un parasite. Je nierais la confiance que Dieu met en moi.

Et ce n’est pas dans la nature humaine d’être un parasite parce qu’il est appelé à être créateur/ créatrice avec Dieu, à faire advenir le bon et le bien, à aller au-delà du mal, à rendre le monde plus humain. Je crois que Dieu accompagne l’Histoire humaine à travers les générations ! Mais quelle Histoire ! C’est quoi le SENS de cette Histoire ?

Le chaos existe encore … et le déplorer ne suffit pas. Nous faisons tous partie du désordre envahissant. C’est au cœur de cette confusion que « l’Histoire du développement de l’espèce humaine – en évolution accélérée – progresse. » (Albert Nolan) Car l’harmonie et l’Amour existent puisque nous les désirons ! Ce désir vivace fait que "la toute première irruption d’énergie créatrice explose sans cesse" (AN) dans les bouleversements qui nous entourent et dans lesquels nous sommes impliqués que nous le voulions ou pas ! Je m’en réjouis. Il est vrai que la lutte pour que jaillisse la vie des réalités de mort, épuise. Mais c’est là, je crois, le SENS de notre vie de partenaire du Créateur avec l’exemple tellement concret  de Jésus, le Palestinien, qu’on ne peut s’empêcher d’aimer et de suivre. C’est donc le SENS de l’Histoire de l’espèce humaine. Mais là, je doute, il faut chercher plus profond, plus loin, plus haut. Aujourd'hui.

images (2).jpgOù et comment ? Mais ici en Suisse : en écoutant Dick Marti hier soir nous dire qu’on a pas de raison d’avoir peur et qui propose superbement, en fin d’émission, ce que nous, les Suisses, pouvons faire pour et avec le peuple libyen par exemple.

Pas d’exportations d’armes, pas de fabrication de matériel de guerre, pas d’abri souterrain pour Kadhafi, hautement sécurisé par nos techniciens (voir TSR.ch de ce soir) !!! etc etc.

Que reste-t-il à faire ? Offrir de coopérer à des cours de formation dans les pays d’origine de nos réfugiés ! http://www.tsr.ch/emissions/classe-politique/

Saisir cette idée, déjà en marche je sais, mais revoir notre praxis dans le sens d’une formation/éducation qui libère l’homme et l’aide à se mettre debout ! En tant que peuple et nation. Surtout pas formater, mais participer à la rage d'être libre et responsable et digne de notre Créateur! Quelle belle mission !

Le « printemps arabe » : le doigt du créateur est à l’œuvre « dans l’Histoire actuelle des changements structurels et dans la mondialisation de la lutte pour la justice » (Albert Nolan Suivre Jésus aujourd’hui, Novalis Cerf 2009 p. 237)

 

Juste un ajout info de la TSR du 1er mars 2011

 

http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/2454261-une-no...

Un bunker de Mouammar Kadhafi découvert en LIbye a été construit en partie par la technologie suisse

01 mars 2011 09:49

 

Un bunker de Mouammar Kadhafi, situé à Al-Baïda, une ville libérée par les contestataires, a été construit en partie grâce à la firme zurichoise Luwa. L'équipement est presque identique aux installations suisses et remonte aux années 1980 ou 1990, a indiqué, très étonné, un ingénieur civil sur la base d'images diffusées par la TV Al-Jazira. Dans l'émission "10 vor 10" de la télévision alémanique lundi, l'expert a toutefois précisé que la construction n'est pas illégale, car "ce n'est pas une arme offensive". Dans les années 80, Luwa avait livré des équipements pour un bunker pour Saddam Hussein.

 

22:04 Publié dans Spiritualités | Tags : libye | Lien permanent | Commentaires (3)