12/12/2010

LE DESERT REFLEURIRA


39_desert_es35-1.jpg Méditation dominicale

 

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

 

Une journée entière de silence et de méditation sur l’état de notre société en ce 12 décembre 2010, confronter notre réalité mondialisée à la Parole de Dieu lue dans les Eglises aujourd’hui, et nous sortirions de notre torpeur confortable pour nous  mettre en route, comme nous l’avons eu fait dans cette noble lutte contre l’apartheid : « Stand up and be counted ! » Debout face au défi. Il ne faut pas dire que le sauveur vient : il est ici, en nous. Permettons lui d’agir ! C’est Urgent !

 

Voyez la réalité du cher Isaïe :

Livre d'Isaïe 35,1-6.10.

http://saintsymphorien.net/On-n-achete-pas-la-foi-chez-Picard.html


Le désert et la terre de la soif ------- Le pays aride, ------- Le Mont  Carmel ------- Les mains défaillantes, les genoux tremblants ------- Les gens qui affolés ------- Les aveugles, les sourds, les boiteux, les muets ------- Les captifs ------- douleur et plainte -------

(Remplir les espaces rouges à la fin de la méditation).

 

Posons notre regard sur notre réalité proche et lointaine aujourd’hui, et nommons les endroits affamés et assoiffés de justice et de paix : mettons-nous dans les souliers des petites gens, l’espace d’un jour, d’un an. Impliquons nous dans leur lutte de survie, puis de Vie. Politiquement, intellectuellement, culturellement, économiquement, par nos actions non violentes, mais activement non-violentes ! Car le système que nous combattons est d’une violence meurtrière. Extrême. Avec eux, nous ferons l’expérience de la lutte de Jésus aujourd’hui : l’expérience d’être qualifié de « terroristes », d’agitateurs, de semeurs  de troubles, l’expérience d’être surveillés, épiés, fichés, jetés en prison pour avoir dit sur les toits une vérité qui révèle l’hypocrisie de celles et ceux qui ont pour elles et eux, l’immunité scandaleuse de leur seule fonction ! On nous traitera « d’étrangers criminels » et par force de loi on nous éliminera.

 

Mais reprenons la parole d’Isaïe. « Voici votre Dieu : c'est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. » Revanchard et vengeur notre Dieu ? Oh ! Non ! Mais il est en colère lorsque sa création et ses créatures, en commençant par les plus vulnérables, sont méprisés, exploités, détruits au profit d’un autre monde marchand, militaire et d’un faux dieu : la rapine, ses temples et ses fonctionnaires.

Dans Isaïe lu aujourd’hui-même, le Dieu fait Homme (à Noël justement) se met en marche par la voix et l’action des prophètes, de Jean Baptiste, et sa PAROLE faite HOMME : Jésus le palestinien.

Mais pas en vain ! A longueur de souffrance, d’endurance, de lutte, le pays aride exulte et fleurit, la terre se couvre de fleurs des champs, le courage monte comme la sève, on se met debout, on renverse les trônes et les dominations, en encourage celles et ceux qui le font avec nous et/ou sans nous. On prend parti. Il vient, Jésus notre camarade de lutte. On voit clair, on entend, on hausse la voix, on bondit, on crie de joie . L'eau jaillit dans le désert, des torrents dans les terres arides. Les captifs de tout bord sortent des multiples captivités.  Ils jubilent : nous construisons un autre monde : un malheureux qui fait la grève de la faim, un homme qui a l’audace de créer wikileaks mis sous les verrous, une chaise vide à Oslo, des coups tordus dans les coulisses des institutions….. mais tout ça, c’est une fraction de la réalité, car les vraies victimes, tombées sous les regards qui assassinent et les balles qui tuent, ne font pas de bruit, ni dans les journaux, ni à la télé. Elles sont les graines dans la terre d’où jaillit la VIE. Une étable, un peu de paille, un pays d’accueil pendant l’éternelle fuite

Mais ne voyez-vous que, avant de célébrer la nativité, il faut d’abord actualiser la résurrection ? En construisant des structures dignes des êtres que Dieu à créés. Vous. Moi. Maintenent.

Quelle énergie dans le texte de l’Evangile aujourd’hui. Quelle audace et quel défi !

 

18:38 Publié dans Spiritualités | Tags : isaïe | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.