09/12/2010

Micheline Calmy-Rey

 

 

 

2106986-9089260.jpg

Ajuster la vérité

« La véracité n’a jamais figuré au nombre des vertus politiques, et le mensonge a toujours été considéré comme un moyen parfaitement justifié dans les affaires politiques. » (Hannah Arendt in Du mensonge à la violence ; du mensonge en politique, Agora pocket, p, 9) (D'accord?)

 

L’élection de Madame Calmy-Rey  à la Présidence de notre pays pour 2011 ce 8 décembre 2010

Il y a eu l’affaire à Genève de Hannibal Kahdafi et des siens, sans oublier son père  Mouammar. Depuis l’esclandre dans le quartier, à la Police, au Canton, aux médias, et enfin au Conseil fédéral, les sont devenues comme un nids de guêpes. Nos médiocres médias, surtout la Télévision a paru patauger dans ce « merdier » sans avoir procédé aux analyses nécessaires à toutes informations au service du public.

Il y a eu deux otages. Il y a eu 2 fonctionnaires alias aujourd’hui « boucs émissaires » : Merz et Micheline Calmey-Rey. Le rapport de gestion a fait son travail et le contenu est publié en fin novembre. Merz a eu la chance de disparaître à temps. Micheline Calmey-Rey devait être élue une seconde fois à la présidence de notre pays avant-hier, le 8 décembre. J’ai écouté "Classe politique" avec Alain Rebetez  (http://www.programme-television.org/D%E9bat/Classe+Politi...)

20866291.jpg

Libye : après la crise, on règle ses comptes ! Les intervenants nous sont connus. On peut re-écouter. J’ai rarement entendu un langage aussi tordu de la part des intervenants à « ma » droite, et ceux de « ma » gauche étaient sur la défensive. (Je dis « ma » parce que on les regardait de ce côté spectateur de l’écran !)

Il s’agissait d’abord, comme je l’ai ressenti, de l’élection – ou non – de Micheline Calmey-Rey à la présidence du pays. Rebetez pousse chacun à s’engager, à dire même, quelle audace (!): « Va-t-il voté pour elle ou pas ? » Qui aurait pu attendre de ces politiciens une réponse « Oui pour Oui et Non pour Non » ? (Mt 5 :37)  Voyez ce que dit Hanna Arendt ci-dessus !

Enfin le 8 décembre arrive et à part la vingtaine qui préfère dormir tard, les "électeurs" viennent au Palais fédéral pour faire leur devoir. C’est vite fait : 106 des 189 élisent Micheline Calmy-Rey à la présidence de notre pays pour 2011.

Mais comment comprendre l’approche et les réactions des médias ? Même la presse sud Africaine, à l’éviction de son Président Thabo Mbeki, avait fait preuve de plus de professionnalisme, de respect, d’analyse ! Chez nous,


voici, je pensais à des gamins dans la rue quand sonne la fin de la leçon !

"Gifle méritée"

"Une gifle cinglante

"un vote de défiance"

« Election misérable »

« un score minable »

« Election camouflet »

« Un petit jeu des vexations, un des plaisirs gratuits qui font le charme de la vie fédérale»

« Applaudissements timorés! »

« La gifle est monumentale. »

« Le résultat est historiquement bas. »

Et le mot « félicitation » de Rochebin au Journal TV de 19h30 semblait sortir de la bouche de l’homme de paille du magicien d’Ooz.

Mais lisons le texte de Pascal Décaillet sur son blog de la Tribune de Genève (que je remercie) : «Ils sont tout heureux, tout piaffants, comme des cabris dans l’émoi de leur première laine. Ils ont «donné une leçon» à Micheline Calmy-Rey. Leçon de choses? Tu parles! Basse vengeance, encre noire d’un pronunciamiento qui discrédite, un peu plus encore, le parlement comme instance d’élection de l’exécutif.» Mais le peuple, lui, reconnaît «le courage de notre ministre des Affaires étrangères, sa ténacité, son engagement pour le pays. Il ne s’agit pas ici de défendre le socialisme, ni l’irénisme de la vision multinationale. Non, il s’agit de défendre une femme, une ardeur, un caractère, et tant mieux si c’est un sale caractère, ce sont les seuls qui vaillent. Parce que les souris grises, qui plaisent tant au parlement, pour ne pas trop le déranger, les Burkhalter et quelques autres, ces gens-là, les grands électeurs n’iront jamais leur chercher noise. Ceux qu’on sanctionne, ce sont ceux qui existent. Bravo, Madame Calmy-Rey, d’exister. Le reste, on s’en fout.»

Mais je ne peux m’empêcher de prier:

« Donne-nous, Seigneur, ton regard de tendresse, pour regarder nos frères : ton regard qui pardonne, qui rencontre et fait vivre.

Donne-nous ton regard qui  délivre, qui  relève et guérit - regard de patience et d’émerveillement.

Donne-nous ton regard qui  va loin, car l’essentiel est  invisible pour les yeux, on ne 1124-Merci et rose rouge_maxi.gifvoit bien qu’avec le cœur : avec ton Cœur, Seigneur.

Donne-nous ton regard qui comprend, qui devine et bénit.

Donne-nous ton regard pour ne plus voir qu’avec tes yeux, pour tout regarder par ton Cœur, et nous vivrons enfin ta ressemblance, Seigneur notre Dieu »

(Prières de louange et d’intercession pour le monde entier, Commission francophone cistercienne).

 

21:50 Publié dans Politique | Tags : élection | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.