24/11/2010

La crise économique et le FMI

 

6a00d83451a26b69e20115702ddc0d970b-800wi.jpg

 

On peut écouter Dominique Strauss-Kahn dire ce qu’il sait de la crise à l’adresse Internet ci-dessous. Il me semble que, si nous devons tous subir les conséquences de la crise économique, nous avons aussi le droit de savoir d’où elle vient. Est-ce que nous ne scrutons pas assez (tôt) les rouages des systèmes qui, à la fin, nous détruisent ?

Le Capital débridé, enfle comme la grenouille qui veut être bœuf, crève répandant ses entrailles puantes et emportant aux égouts du capitalisme  celles et ceux, prisonniers du système, en commençant par les plus vulnérables et les plus pauvres. J’ai eu cette image cauchemardesque en écoutant hier soir (23 novembre 2010)  Dominique Strauss-Kahn dire sa pensée, honnête et sincère, je veux le croire, au sujet de la crise économique mondiale.

 

 

http://www.tsr.ch/video/info/2724460-dominique-strauss-kahn-sur-l-economie-mondiale-il-serait-errone-de-considerer-que-la-crise-est-derriere-nous.html#id=2724460

Résumons :

«  Cette crise économique mondiale, la pire depuis plus de cinquante ans peut-être, sévit cruellement dans des Etats proches de chez nous : La Grèce, l’Irlande, La Grande Bretagne, l’Espagne, le Portugal.  Dans ces Etats-là, il faut redresser la barre… Comment ça ?  Le système avait sa propre impulsion comme la grenouille rapine. Les dirigeants en prennent conscience bien tard, quand le système crève et Strauss-Kahn  d’expliquer: «Dans l’économie de marché, il y a trois piliers fondamentaux : la réglementation des banques, la supervision du système et la résolution des crises quand il y a des crises ». Il continue : « La réglementation pour qu’elle soit plus solide… cette première chose est assez bien faite, sur la supervision il n’y a pas eu grand chose et sur la résolution il n’y a pas eu grand chose non plus… Et d’avouer : « malheureusement dans des crises de ce genre sont toujours les plus vulnérables, les plus pauvres qui trinquent le plus, c’est pour ça qu’il faut mettre en place autant que faire se peut de préserver tout ce qui est dépenses sociales. »

J’essaie de saisir le sens de cette dernière phrase parce que j’entends partout que les mesures d’austérités impliquent d’abord couper dans le social !!! En Suisse aussi.

Le journaliste questionne tout bêtement : « Vous parlez de venir en aide aux plus vulnérables, qu’est-ce qu’il y a de gauche chez vous dans cette démarche ? » Ma pensée : Est-il donc exclus que la droite, PDC et le reste, aspirent de venir en aide aux plus vulnérables ? Puis que l’Eglise catholique par exemple craint les « idéologies » de gauche et flirte depuis des décennies avec la droite, peut-on dire qu’elle n’aspire pas « à venir en aide aux plus vulnérable ? »

Laissons Strauss-Kahn continuer : (je ne cite pas) la crise nous oblige images (11).jpgà revenir à l’idée des fondateurs du FMI (Fond images (10).jpgMonétaire International) en 1944, John Maynard Keynes, et de mettre en place de la régulation de l’économie mondiale pour stabiliser l’économie des marchés.

« L’économie de marché, dit Strauss-Kahn, est la seule qui fonctionne mais elle crée beaucoup d’inégalités. Il faut mettre en place des instruments qui évitent les dérapages en termes d’inégalités ! Le FMI s’était écarté de cette vision-là et y revient aujourd’hui par la régulation du système… » «Côté gauche, on veut, on peut réguler les marchés…ceux qui croient que les marchés suffisent à eux seuls sont de l’autre côté…les marchés ont des avantages mais ils ont beaucoup d’inconvénients, beaucoup de faiblesses…Le marché parfait n’existe pas, il faut le corriger…

Quand ça a l’air d’aller mieux, les dirigeants ont un peu tendances de se replier sur soi… »

Et Strauss-Kahn de conclure : « Il n’y a pas de solution nationale à des problèmes mondiaux…il faut accepter de jouer tout ensemble » (y compris la Suisse) Ne pas regarder les choses en face n’est pas le bon moyen de préparer l’avenir, l’avenir de nos enfants. »

 

22:21 Publié dans Général | Tags : strauss-kahn | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Comment prêter 100 milliards d'euros à 4,5 millions d'Irlandais?????

Cela veut dire 1000 milliards d'euro aux quatres pays d'europe qui sont au bord de la fallite....plus le Roumanie etc...ou certaines et certains, se remplissent les poches chaque seconde?

Qui plus est les USA font tourner la planche à biller sans aucune contre partie de réformes et de résultats économiques? Il n'y a plus de croissance en Europe comme aux USA!

La hausse des prix (inflation déguisée depuis la création de l'euro) en dix ans la baguette de pain 70 centimes de francs Francais, aujourd'hui plus d'un euro = 5 à six frcs francais!

La hausse des salaires et retraites sont une misère!

Écrit par : NOËL pierre | 26/11/2010

Aucune réforme des banques, des organismes financiers qui octroient des cédits à la consommation à des taux annuels bruts aux alentour de 20 %

A quoi sert le fmi, Si ce n'est qu'à donner des piqûres de rappel à des cadavres économiques qui sont pillés chaque jour!

La crise économique n'existe pas, c'est la crise des cerveaux!

Les USA ont recours à la planche a billets pour soit disant relancer l'économie, mais qu'elle économie? Même des entreprises ne peuvent plus payer leur loyer aus USA! C'est nous qui allons payer les dettes des USA par de l'inflation déguisée, sournoise...

Les monarchies coûtent une fortune, et la haute bourgoisie s'enrichit toujours plus!

Le FMI devrai accorder des aides en fonction des véritables réformes des ETATS et des dépenses des chefs et cadres dirigeants d'entreprises.Ce qui n'est pas tout a fait le cas les frais de fonctionnement des un et des autres sont ROYALES!

Mieux vaut avoir une famille qui peut se payer son logement et en payer les charges et ainsi, pouvoir se payer sa voiture et ses loisirs! (cela s'appelle investir sur le bien-être des gens)

C'est mieux qu'ouvrir le robinet des euros ou dollars à ceux qui ont la bouche et les poches pleines!

Enfin bien des entreprises petites, moyennes, et grandes ont oublié que pour exister et fonctionner, elles ne povaient le faire à la condition de respecter la raison sociale et fiscale des pays !

Hors, combien de dirigeants commencent par leur enrichissement personnel, ensuite celui de leurs familles, ensuites les amis proches et le reste, c'est pour plus tard!

Je termine par le fait que toutes nos éducations Nationnales sont des usines à fabriquer des salariés dont on ne sait quoi faire! Qu'attend-t-on pour investir sur l'éducation entrepreunariale et les sciences...

Pardon pour ce long commentaire et merci de leur poser ces questions ...Si possible

Écrit par : NOËL pierre | 27/11/2010

Cher Monsieur, merci de votre commentaire. Pour moi, vous dites ce qui est vrai. Oui, à quoi servent ces organismes qui ont trahi "leur raison d'être". Oui, c'est la crise "des cerveaux" et c'est l'éducation qui éduque les enfants qui seront, non pas les transformateurs des systèmes, mais leurs dociles sujets.
Les dirigeants sont au service de ces systèmes. Pour moi, qui ai bientôt fini ma traversée sur terre, c'est en Jésus, si j'ose dire, et en son "idéologie" que j'ai trouvé la raison de lutter et le sens de la vie. Bien à vous
claire-marie

Écrit par : cmj | 28/11/2010

Les commentaires sont fermés.