30/10/2010

GEORGES HALDAS

 

 

Hidden_by_ReeNaa.jpg

C’était à Saint Maurice juste avant que, pour moi, la vie ne bascule, dans sa forme du moins.

Un message m’avait invitée à me rendre au Foyer Franciscain où Georges Haldas avait été invité pour quelques conférences. Rien de précis sur le contenu.

Georges Haldas, fut guidé vers la table de conférence par une charmante jeune femme, il s’assied, il n’a pas de notes, d’ailleurs sa vue est déjà faible. Pour seule boussole et seul support me suis-je dit, le généreux verre de Bourgogne rouge placé à quelques centimètres de sa main droite. De temps à autre il en goûtait, et sa pensée reprenait la forme des paroles. Doucement, sans hésitation et sans précipitation comme l'eau d'un modeste ruisseau jurassien que je connais.

Une heure, deux heures ? Une communion plutôt qu'une instruction. Comme un repas. Un silence profond suivi de l’invitation aux questions. Très peu nombreuses. Et les réponses d’Haldas étaient plutôt des questions-réponses! Simples, fraternelles, reconnaissantes. Comme un jeu où tout le monde gagne.

La quelque centaine de participantes et de participants s’est retirée en silence. J’avais l’impression qu’on digérait cette nourriture qui dépasse l’entendement normal et nous fait percevoir l’au-delà du temps et des choses.

Ainsi durant trois « conférences »  d’environ deux heures chacune ! En passant, il avait à plusieurs reprises, évoqué le « Hors espace-temps » et cela tombait à pic, pour moi personnellement, et pour d’autres peut-être, interpellés par le sens du « temps » dans l’éphémère, ou non, d’une vie forcément limitée par l'espace et le tracé de la route.

La dernière conférence terminée, j'ai levé la main et j'ai posé MA question: « Pourriez vous approfondir le terme « Hors Espace-Temps, s'il vous plaît? » Georges Haldas s'est presque excusé d'avoir évoqué ce terme « Encore très peu réfléchi. » (sic). Et ce fut tout.

Mais je suis certaine que George Haldas a fait l’expérience de « Hors-Espace-Temps » et il le dit sans l’expliquer dans sa poésie, dans ces graines de vie surgie des racines de notre mère la terre qui vient d’accueillir les cendres et la poussière qui restent de ce corps consumé par l'Esprit jusqu'au bout. L' Esprit souffle à présent où il veut !

J’évoque « Hors Espace Temps » dans ce billet parce que j’en ai fait l’expérience. Au moins trois fois dans ma vie et davantage peut-être. Cette expérience relativise le temps  compté, calculé, rentabilisé jusqu’à l’absurde, et donne à ce « temps perdu et retrouvé » son vrai sens d'aboutissement: « Hors Espace-temps ».  Et loin de moi la pensée de « Repos éternel »! C'est tout autre chose!

 

Les commentaires sont fermés.