11/07/2010

MEDITATION DOMINICALE

 

Quelle Bonne Nouvelle ?

75522592_3e787a864a.jpg

 

« C’est le Jour du Seigneur »

Une journée d’intimité avec celui qui a planté sa tente parmi nous. Une tente se déplace selon la conjoncture et les défis.

Jésus habite cette tente comme les nomades que nous sommes, ou comme la tortue sa coquille ? La tente serait-elle devenue carapace ? C’est vrai ça ?

 

La coquille carapace, c’est nous, la tortue, c’est Lui. Organiquement liées. C’est vrai ça ? Ce n’est qu’une image bancale ou pertinente qui dénote un état d’esprit face et de fait en ce kairos 2010, c’est selon.

tortue.jpg

L’état d’esprit d’une Église terne s’éternisant à maintenir « roc sur roc » sa carapace-mirage, alors que le moment est venu, le kairos, d’actualiser, de concrétiser (die Aufherstehung verwirklichen disait Martin Buber) la pâques, le « passover » du règne du Capital alias Mammon à celui du partage alias Bonne Nouvelle sociale et économique. Dès lors, la Foi n’est plus un dogme à protéger, pas besoin de défenseur agrégé. Elle vit. (A. Nolan Jésus avant le Christianisme)

Cela devient heureusement perceptible aux plus simples aujourd’hui, la carapace institutionnelle, polluée par l’esprit de domination et de pouvoir, se vide elle-même de son « contenu in-contenable », Jésus. Elle végète dans ses replis sur elle-même, au lieu de s’exposer, nue, au soleil de la Vie.  Et permettre à l’Esprit de la faire renaître de ses propres cendres. Au sein de l’église « Peuple de dieu sans frontières.» Elle est attendue et sera accueillie. (Le prophète Osée le disait déjà!)

Alors La mutation fait exploser la finalité de la tortue. La carapace s’éclate dans la douleur de la mort et la tortue ressuscitée rejoint sa tente : Nous tous. « J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. » (Saint Paul Galates 2, 20).

Ce n’est plus moi qui vit c’est Jésus qui vit en moi. » Quelle audace ! Non c’est la plus simple et entière confiance de celui qui ne nous nomme pas serviteurs mais amis (Jn 15, 15). L’amitié, vous connaissez ? J’ose dire que j’ai fait (et que je fais encore) l’expérience de l’amitié, c’est pour ça que je peux en parler.

On voudrait inviter cette hiérarchie à descendre de cette échelle branlante, à relativiser la carapace futile et, purifiée enfin de ce péché d’orgueil institutionnel, rejoindre ce qui est sa raison d’être, l’herbette (grassroots) des prés, l’immense peuple de Dieu, toutes religions, toutes races, tous niveaux confondus et avancer sur la longue route du devenir !


engagement-marketing.jpg

11:34 Publié dans Spiritualités | Tags : mutation | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Chère Claire-Marie,
Hier, à la radio, j'ai reconnu votre voix sans la connaître. Je ne partage pas vos convictions religieuses,mais je lis toujours avec intérêt vos billets toujours engagés et libertaires. Continuez.

Écrit par : l'Acratopège | 12/07/2010

Moi non plus je ne partage pas vos convictions religieuses mais j'ai bien aimé hier en vous écoutant à la radio votre idée d'une amicale mondiale de ceux qui ne veulent pas tout accepter de ce qui se passe dans notre monde... Merci aussi d'avoir rappelé la grande figure de Steve Biko en ce dernier jour de mondial. On devrait vous inviter plus souvent à la radio :) mm

Écrit par : adeline | 12/07/2010

à Acratopège et à adeline, merci peut-être que nous avons la même valeur qui nous inspire: c'est que l'HOMME, la Création, l'Univers. Cela me, nous dépasse. Et comme vous dites: "on ne peut pas tout accepter". Merci de l'encouragement. Oui Steve Biko est des nombreux qui nous inspirent. Je crois que "l'amicale mondiale" (quel beau titre!) existe mais on a parfois l'impression d'être dans le coulisses des systèmes.
claire-marie

Écrit par : cmj | 13/07/2010

Les commentaires sont fermés.