30/06/2010

L'Espérance, c'est autre chose

L’Espérance, c’est autre chose


14eHoffnung.jpg

Le pessimiste dit : « Je ne suis pas pessimiste, je suis réaliste ; je regarde les choses en face, telles qu’elles sont. » L’optimiste dit : « Je ne suis pas optimiste, je suis réaliste ; je regarde les choses en face, telles qu’elles sont. »

De tels propos sont compréhensibles. Le pessimiste verrait les choses en noir, telles qu’elles sont. L’optimiste verrait les choses en rose, telles qu’elles sont.

L’optimiste  comme le pessimiste se dit être réaliste. Il voit les choses de son « Point de Vue ». Il a aussi de bonnes raisons  d’exprimer ses idées sans pour cela se faire reprocher l’inexpérience ou la naïveté. Il faut prendre au sérieux son point de vue, lequel est vérifiable et acceptable. Il a de bonnes raisons d’apprécier avec optimisme le développement économique de la Suisse. Il a également de bonnes raisons d’être pessimiste face au développement commerciale de la Suisse. Il est aussi possible que demain tout soit différent.

Pour prendre un autre exemple, il y a des jours, où je suis plutôt pessimiste face aux  développements dans l'Eglise.  Bien qu’il y ait aussi des jours où d'autres développements me rendent optimiste. Dans les deux cas mon optimisme et mon pessimisme reposent sur ma perception réaliste des choses, des observations concrètes et des expériences. Cela repose également sur les documents historiques, les calculs et pronostics d’experts.

Bien sûr que ces calculs et pronostics peuvent être demain tout différents !

Mais l’espérance, c’est autre chose.  C’est « l’envers » de l'optimisme et du pessimisme. L’espérance ne repose pas sur des estimations, des calculs, des pronostics – aussi réalistes fussent-ils. L'espérance est liée à la foi, en fait, l’espérance est la foi. Et je ne dis pas cela à partir de réflexions théologiques ni de connaissances particulières. Pour moi, la foi est la relation JE – TU.

En d’autres termes : je ne suis pas porté par l’optimisme même pour des raisons bonnes et réalistes. Cette base-là serait trop étroite. C’est la relation avec le TU que me motive. Et ce TU ne change pas au gré des vents. C’est le TU qui nous appelle à la Vie, Il nous appelle par notre nom quand bien même tous les calculs et pronostics pointent vers la catastrophe.

Hermann – Josef Venetz

paru dans Walliser Bote du 19.06 2010

(avec permission de l'auteur et ma traduction, cm)


10:18 Publié dans Spiritualités | Tags : optimisme | Lien permanent | Commentaires (4)

28/06/2010

TRES PERSONNEL!

Ce que la Coupe mondiale en Afrique du Sud cache

Trip%20to%20Blikkies%20Dorp.jpg

trip to Blikkies dorp!

Toujours j’ai espéré que la Coupe mondiale

Serait aussi un regard sur l’Afrique du Sud

En profondeur

Qu’en plus des vuvuzelas, des reporters,

Des images sur les écrans

on verrait la terre d’Afrique en profondeur


J’ai toujours espéré

Qu’on entendrait la voix des Sud africains

Noirs bruns, blancs qu’importe,

Qu’on sentirait ce cœur qui bat

cette âme comme une vague frémissante

qui nous emporte là d’où nous venons

Un UBUNTU social et politique !


Mais les jours passent, les combats de foot

S’enchaînent sur les écrans tv, sur les ondes

Comme chacun sait


J’avais espéré une rencontre humaine

avec ce beau pays dans la joie

du jeu partagé arc-en-ciel !


Mais j’ouvre mes oreilles pour entendre

et mes yeux pour voir. Quoi ?

L’Europe en lieu et place de l’Afrique

Des Européens en lieu et place d’Africains


Et la logique, par exemple :

Une remarque :

« C’est bien que le Ghana a gagné »

Bien sûr que c’est bien !

Le Ghana pouvait être là même s’il avait perdu

Comme nos Bafana et les autres !


Une autre remarque :

« Ils » ont de l’argent s’ils peuvent se payer

des tickets d’entrée dans les « superbes stades pour le match!

Bien sûr !


Beaucoup ont passé la nuit à nettoyer

minutieusement et sous surveillance

s’il vous plaît, le gazon vert velouté

né de graines d’ivraie importées !


Encore une fois, je vois que,

Lorsqu’il s’agit de la vraie Afrique du sud

Celle du ras des pâquerettes au-delà

du gazon velouté

le silence est plus judicieux

que de vaines paroles pourtant

prégnantes de vérité


Le témoignage des médias

Conquiert plus facilement les cerveaux

Que le témoignage porteur de Kairos :


La BBC, je dois le dire, ne manque jamais

de montrer, en plus du foot

e contexte, aussi bien historique qu’actuel

derrière le spectacle, le reporter est africain …

un petit signe de respect et d’authenticité !

Un petit signe de ce que « la Coupe cache !

 

« Une réalité qui en cache malheureusement une autre, car le ballon rond c’est aussi une histoire d’expulsions ou de déplacements de populations. En effet les plus pauvres font souvent les frais des opérations urbaines qui accompagnent la tenue de grands événements sportifs, tels que les JO ou les coupes du monde de football, et les organisateurs de ces événements manquent souvent d’engagement à assurer le droit au logement à ces habitants. » (d’un dossier de Thomas Chabolle http://www.radiovaticana.org/FR1/Articolo.asp?c=399678)

 

23:15 Publié dans Jesus aujourd'hui | Tags : foot | Lien permanent | Commentaires (0)

27/06/2010

HOSANNA --- TOLLE

 

2344166827_0bcb65aaf4.jpg

Hosannas Tollés

Comment comprendre la mentalité ? Est-ce une mentalité ? Il me semble que c’est plutôt l’émotion primaire, sans réflexion aucune, qui fait exulter la « presse et les médias » (enfin le peu que j’ai consulté !) Lorsque la Nati gagne: un hurlement d'exaltation et lorsqu'elle perd des invectives d'enfants gâtés! La même Nati après un résultat zéro à zéro, donc perdant perdant ou gagnant gagnant! 0 à 0!

En vrac : « La Nati est perçue comme une favorite du Mondial après l’exploit ». « La presse suisse n’a pas de qualificatifs assez forts pour qualifier la victoire de l’équipe suisse de football contre l’Espagne ! » «Juste le plus gros succès de l’Histoire du football suisse» !!! » C’était comme une grande cause nationale ! C’était dans l’air « patriotique » me semble-t-il. Des Hosannas au plus haut des cieux de la Coupe! Maître  corbeau sur un arbre perché tenait en son bec un fromage… Une fondue, cette victoire, ça se déguste moitié moitié! Tant pis pour le perdant, le vaincu a servi à la gloire du vainqueur!  Amen. Qu'est-ce qui motive la grenouille à s'enfler jusqu'à "crever"?

L’esprit du JEU, du plaisit, dérive vers l’esprit de combat, de "must" ! Victoire obligée et les joueurs deviennent des petits soldats ballon rond aux pieds ! J’imagine que chacun est sous pression énorme ! Intolérable! Insupportable!


  1. Le Honduras est le prochain face à face. Pas tellement dangereux. Après tout il n’a  brillé ni contre le Chili ni contre l’Espagne. De plus, lorsque nous, on gagne une fois, on doit gagner deux fois et puis Ottmar Hitzfeld y croit. C'est le chef, et quand le chef y croit, tout le monde doit croire!

"Je crois en mes joueurs… (Moi non plus!). En gagnant par deux buts d'écart, nous serons qualifiés pour les huitièmes de finale. Nous sommes donc maîtres de notre destin. Cela doit nous rendre plus forts !"

Voilà, l’heure est venue ce 25 juin. Au milieu de la nuit, ou était-ce le matin? A moitié assoupie, la radio râle, rage, et je pense à une catastrophe mondiale: « La Suisse poussive, stérile, tombe de haut ( ?). Incapable de marquer le moindre but ! Sans solutions, sans idées, lourde, pataude, lacunes en cascades ! Tous les joueurs à la même enseigne, y compris Hitzfeld qui, pour avoir eu confiance à ses joueurs, est accusé de supercherie. Il avait eu confiance en un « miracle ». C'est enfantin, c'est gamin, cette colère nationale. C'est bien, on se montre tel qu'on est. C'est vrai?

Tolle ! Tiens ! Cet enchaînement de Hosannas et de Tolle, ça me rappelle quelque chose d’il y a longtemps, dit-on, mais d’absolument actuel et pas seulement en Coupe du Monde ! C'était à Jérusalem et il s'agissait d'un HOMME qui n'avait pas joué le jeu pour gagner la faveur des riches et des puissants.

TOLLE!

1379908-1824546.jpg

« Retour prématuré, (de la Nati) tout un peuple est affligé par ce résultat. Mais disons Merci à cette équipe qui nous a donné l’espace de ce premier tour l'espoir de croire que la petite Suisse peut rivaliser avec les géants du foot mondial. »  Quelle honte y a-t-il d'être petit? D'être ce qu'on est? (http://planetephotos.blog.tdg.ch/)

Qu'est-ce qui est à la racine de ce Hosanna/Tollé? Qu’est-ce qui ôte le plaisir de Jouer ?

Le plaisir est un sentiment qui nous dépasse, on est heureux, modestement, comme les humains que nous sommes. Un ballon ça fait plaisir quand on s’amuse avec et entre nous ! C’est gagnant gagnant. Perdant perdant. C'est pas un boulet de canon!

Mais il y a l'oeil de la FIFA et de son ministre qui un mois durant, gouverne l'Afrique du Sud! Si ce qui nous dépasse aujourd'hui est Mammon tout puissant, que nous reste-t-il du plaisir du jeu ? Et du Fair Play?


22:51 Publié dans Sports | Tags : nati | Lien permanent | Commentaires (0)

26/06/2010

LITURGIE DOMINICALE SPORTIVE

 

Méditation dominicale

Ne savez-vous pas que les coureurs, dans le stade, courent tous, mais qu'un seul gagne le prix ? Courez donc de manière à le remporter. Tous les athlètes s'imposent une ascèse rigoureuse ; eux, c'est pour une couronne périssable, nous, c'est pour une couronne impérissable ! 1° épître aux Corinthiens 9, 24-25

 

PRIERES POUR LES SPORTIFS

 

impact-stadium.jpg


Ce soir au stade, la nuit remuait, peuplée de dix mille ombres,

Et quand les projecteurs eurent peint en vert le velours de l'immense pelouse, La nuit entonna un choral, nourri de dix mille voix.

Car le maître de cérémonie avait fait signe de commencer l'office.

L'imposante liturgie se déroulait sans heurt.

Le ballon blanc volait d'officiant en officiant comme si tout avait été minutieusement préparé d'avance.

Il passait de l'un à l'autre, courait à ras de terre ou s'envolait au-dessus des têtes.

Chacun était à sa place, le recevant à son tour, d'un coup de pied mesuré, il le passait à l'autre, et l'autre était là pour l'accueillir et le transmettre.

Et parce que chacun faisait son travail, à l'endroit qu'il fallait,

Parce qu'il fournissait l’effort demandé,

Parce qu’il savait qu'il avait besoin de tous les autres,

Lentement mais sûrement le ballon avançait,

Et quand il eut recueilli le labeur de chacun,

Quand il eut réuni le cœur des onze joueurs,

L'équipe souffla dessus et marqua le but vainqueur.

Lorsque péniblement, à la sortie, coulait l'immense foule, dans les rues trop étroites,

Je pensais, Seigneur, que l'histoire humaine, pour nous une longue partie, était pour Toi cette grande Liturgie,

Prodigieuse cérémonie commencée à l'aurore des temps et qui ne se terminerait que lorsque le dernier officiant aurait accompli son dernier geste.

En ce monde, Seigneur nous avons chacun notre place;

Entraîneur prévoyant, depuis toujours tu nous la destinais.

Tu as besoin de nous ici, nos frères ont besoin de nous et nous avons besoin de tous.

Ce n'est pas le poste que j'occupe, Seigneur, qui est important, mais la perfection et l'intensité de ma présence.

Qu'importe que je sois avant ou arrière, si je suis au maximum ce que je dois être.

Voici, Seigneur ma journée devant moi

Ne me suis-je pas réfugié sur la touche, critiquant les efforts des autres, les deux mains dans les poches ?

Ai-je bien tenu ma place, et quand Tu regardais notre terrain m'y as-Tu rencontré ?

Ai-je bien reçu la passe de mon voisin et celle de l'autre tout au bout de la pelouse ?

Ai-je bien "servi" mes équipiers sans jouer trop personnel pour me mettre en valeur ?

Ai-je "construit" le jeu pour que la victoire soit obtenue et que tous y contribuent ?

Ai-je lutte jusqu'au bout malgré les échecs, les coups et les blessures ?

N'ai-je pas été troublé par les manifestations des équipiers et des spectateurs, découragé par leur incompréhension et leurs reproches, enorgueilli par leurs applaudissements ?

Ai-je pensé à prier ma partie, n'oubliant pas qu'aux yeux de Dieu ce jeu des hommes est le plus religieux des offices ?

Je rentre maintenant me reposer au vestiaire, Seigneur,

Demain, si Tu donnes le coup d'envoi, je jouerai une nouvelle mi-temps, et ainsi chaque jour...

Fais que cette partie célébrée avec tous mes frères soit l'imposante liturgie que Tu attends de nous,

Afin que Ton dernier coup de sifflet interrompant nos vies,

Nous soyons sélectionnés pour la coupe du ciel!

Michel Quoist

9781847677785.jpg

 

23:00 Publié dans Spiritualités | Tags : bynight | Lien permanent | Commentaires (2)

ESTAVAYER_LE_LAC

 

Tournois de foot « fair-play »

ouvrez voyez venez:

http://www.estavayer-le-lac.ch/net/com/2015/Images/file/Administration/jeunesse%20tournois%20de%20Foot.pdf

Tournois de foot intercommunaux et amicaux, organisés par des jeunes du Centre Jeunesse d’Estavayer-l-lac en solidarité avec les jeunes en Afrique du Sud.

Dimanche 27 juin 2010, 09h00 –16h00 au terrain de foot à Estavayer-le-lac (Route de Thiolleyres)

 

HORAIRE : 9h30-12h00 et 13h30-16h00

 

PRIX A GAGNER pour les trois premières équipes

 

Activités en plus:

 

  • Tournois de penaltys’ et autres jeux de foot pour tout le monde (aussi pour les non-inscrits), un ‘marché aux puces’ d’équipement de foot et d’autres sports.

  • La buvette sera ouverte et un repas de midi sera préparé pour tous les joueurs pour un prix spécial. Egalement ouverte pour les familles, les amis etc.

 

INSCRIPTION : jusqu’au mercredi 23 juin 2010

Secrétariat du cycle d’orientation d’Estavayer-le-lac/Centre Jeunesse les mercredis entre 16-19h/

Ou par email : l.wyss@estavayer-le-lac.ch

 

Le tarif est de CHF 5.00/équipe (paiement sur place).

 

« Action solidaire » : Marché aux puces, Tournois de penaltys et autres jeux

Amenez vos vieux habits, souliers et d’autres équipements de foot ou d’autres sports pour vendre pendant la pause de midi sur un ‘marché aux puces’. Les bénéfices seront transmis à une organisation humanitaire qui soutient les familles les plus pauvres en Afrique du Sud avant, pendant et après la Coupe du monde (Action de Carême – Pain pour le prochain)

Tournois de penaltys et autres jeux : amuse-toi et soutiens des projets d’entraide en Afrique du Sud. Emmène ta famille et tes amis pour te soutenir pendant les matchs, faire un tour sur le ‘marché aux puces’ et participer aux jeux divers sur place.

south-africa-football.jpg

10:50 Publié dans Sports | Tags : foot | Lien permanent | Commentaires (0)

24/06/2010

DEUX MONDES

Deux Mondes

 

_42397941_kids2_getty.jpg
Enfants irakiens jouant au foot derrière une protection

L'Afrique du Sud sous les tilleuls à la rue du marché, Bulle.

La fenêtre de la chambre d'où j'écris, au deuxième étage, s'ouvre sur le drapeau d'Afique du Sud et un large écran TV pour le plaisir des spectateurs. Ils boivent des verres, ils huent ou délirent selon la performance d'une équipe ou d'une autre. La mélopée des vuvuzelas comme un matelas de crin moit soutient cet étrange audio-vidéo gruyérien. C'est un sentiment étrange de sentir l'Afrique du Sud à proximité et tellement éloignée dans sa réalité humaine. Les commentaires et reportages de nos journalistes sont intéressants. Ils parlent parcimonieusement, des quelques écarts hors des stades et des hôtels, pour guigner l'orée des townships. C'est le regard du touriste sportif, bienveillant, prudent, qui se laisse toucher peut-être, et essaye de l'exprimer.

J'ai trouvé ce flashbook de swissinfo, cliquez, ouvrez et regardez:

http://www.swissinfo.ch/flash/special/south_africa/south_africa_flashbook-fre.swf

 

Coupe du Monde, l'Afrique du Sud et la Suisse:

http://www.swissinfo.ch/fre/dossiers/mondial_2010/index.html?cid=8618948

C'est du travail bien fait, engagé. Une recherche de vérité et j'en suis reconnaissante, envers les journalistes, les syndicats des deux pays porteurs d'espérance.

Mais je reste sur ma faim comme le sont mes amis et consoeurs travaillant au coeur des townships, loin des stadia, lesquels se trouvent proches des aéroports, des hôtels, et de tout ce qui assurent la sécurité des participants et visiteurs et à la FIFA.

Je constate les exorbitants moyens financiers des uns, et le dépouillement total des autres. Par exemple le stade de Bafokeng/Rustenberg, (42000 places) à 25 minutes de route de Sun City, à 30 minutes du Pilanesberg, à 12 kilomètres du centre de Rustenburg. Le stade n'est qu'à 25 minutes de route de Sun City, à 30 minutes du Pilanesberg et à 12 kilomètres du centre de Rustenburg. 42 000 places.

« Dans cette région, le complexe hôtelier de Sun City, un paradis des loisirs, situé à 150 km au nord-ouest de Johannesburg et comparable à Las Vegas, possède des hôtels 5 étoiles, qui sont fréquentés par 25 000 personnes par jour. » Vous savez son histoire? C'était sous l'ancien régime.

Je connais bien la région pour y avoir séjourné. Mais pas à Sun City! Mogwase par exemple, il y a deux semaines un coup de fil à ma consœur Rita m'apprend qu'un étudiant "vient de se pendre", il n'osait pas dire aux siens qu'il avait le SIDA. Un symbole.

Ma consœur, conseillère au département de l'éducation de cette région-là me parle de l'héroïsme de celles et ceux qui veulent "avoir une éducation" post apartheid pour leurs enfants et eux-mêmes, même s'ils sont séro positifs.

Non loin de là, à Phokeng, un ami, Kevin Dowling (évêque) dit: « Nous foulons une terre sacrée lorsque nous sommes avec les plus vulnérables et les plus pauvres .» Lui a l'audace, face au monde et sous le regard de l'institution ecclésiastique, de dire que le préservatif sauve des vies. Voir Hard Talk de la BBC: http://www.news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/hardtalk/673205...

Voici Kevin à quelques cent kilomètres du stade Bafokeng/Rustenberg:

 

300tapologoaidshospice.jpg

 

Tapologo Aids Hospice

 


Comme le vacarme à dix mètres de moi, de la Coupe Mondiale et des vuvuzelas, l'écho d'un hymne d'espérance et de vie au cœur de la souffrance et de la mort.

 

22/06/2010

PLAY FOOT FOR FUN

 

BAFANA ET LES BLEUS

 

image-8-for-2009-in-pictures-gallery-339046721.jpg

Children enjopy their soccer game the street near the Seisa Ramabodu Stadium on June 16, 2009 in Bloemfontein, South Africa. (Jeff J Mitchell/Getty Images)

une petite réflexion


Bafana Bafana le seul match que j'ai regardé sur l'écran dès 16h00. Le résultat: 2 buts pour Bafana et 1 but pour les Bleus.

Une ivresse pour l'Afrique du Sud, même si ça s'arrête là, avec une humiliation pour la France, dit-on. Tout mon entourage était heureux « pour moi » et j'ai trouvé ça bien gentil. Mais ce « ballon me posait des questions »!


Deux idées notamment me turlupinent. D'abord il me semble que la Coupe du Monde fausse totalement le plaisir du JEU! Il y a la gloire et il y a l'argent et la toute puissante FIFA.


Je suis peut-être déphasée (tant pis!): les Sud africains sont heureux, certes, d'être le pays hôte. L'hospitalité est le propre de l'Afrique, bien souvent à ses dépens. Mais ce soir, ils sont doublement heureux d'avoir joué et d'avoir gagné. Mais ça reste, ou plutôt cela devrait rester un JEU et pas un combat motivé par le patriotisme, la gloire ou, pire, le fric!


La Nation Arc-en-ciel, le continent africain élargi bien au-delà des déserts et des mers n'ont pas l'esprit colonisateur. Je suis sûre, peut-être naïvement sûre, mais c'est mon affaire, que l'exubérance d'avoir « gagné » n'a que très peu à voir avec la sentiment de « gloire ni de gain ». C'est comme une espèce de résurrection, d'une joie de vivre, libre, face au monde entier. Face aux colonisateurs et exploiteurs, aux dominateurs d'antan il n'y a pas si longtemps!

Que l'Afrique accepte de JOUER avec les descendants de marchands d'esclaves, c'est ça le miracle du JEU et de la Coupe mondiale. Je crois ne pas être très étrangère à la pensée profonde de Mandela.


Nous sommes tous égaux dans la joie et la dignité de chacun. J'observais les joueurs et je voyais les Bafana, jouer et s'amuser et sautiller comme des kangourous avec ce ballon, le dérober d'un coup d'orteils des pieds français. Je percevais les ondes et le rythme de l'âme sous ces maillots ensoleillés sillonnant le terrain: une équipe unie, c'est clair, par le cœur et par le plaisir de jouer! UBUNTU: je joue parce que tu joues! Merci à toi. On ne combat pas, on joue!


Mais il y a la conclusion: comment faire la fête après une éphémère victoire si l'autre verse des larmes après une perte tout aussi éphémère? Le jeu n'a pas de gagnants ni de perdants: c'est le jeu des ombres et des lumières, un couple qui s'amuse! Des enfants nés pour jouer. Et grandir et mûrir!

Comment jouir de gagner des millions si l'autre

en perd autant? Comment jouir d'être honoré si l'adversaire est déshonoré?

Nous somme tous égaux par notre nature humaine. Pourquoi permettre que l'inégalité nous déshumanise?

 

 

20100622-142250-g.jpg

Le plus choquant pour moi aujourd'hui fut de voir Raymond Domenech, le sélectionneur de l'équipe de France, refuser de serrer la main de l'entraîneur brésilien de l'Afrique du Sud, Carlos Alberto Parreira, à l'issue du jeu d'aujourd'hui!

Un signe des temps.

 

23:49 Publié dans Spiritualités | Tags : foot | Lien permanent | Commentaires (1)

21/06/2010

FOOT et ATHLETISME

 

zola_budd.jpgFootball et athlétisme

Coupe mondiale 2010 et Zola Budd 30 ans plus tôt !

 

Zola voit le jour le 26 mai 1966 à Bloemfontein, Afrique du Sud, dans une famille laborieuse de 6 enfants.

Comme tous les enfants du « Orange free State » à l’époque, elle aime courir pour le plaisir.

Comme tous les enfants, même les adultes, elle court pieds nus.  Zola court toujours plus vite, une gazelle toujours plus légère.

Comme tous les enfants de Bloemfontein, elle ira à l’école sans jamais entendre parler de Mandela ni du conflit racial latent.

690-0-0-0_144491.jpgElle ne sait pas qu’elle est blanche. Elle est une enfant qui aime la vie comme on l’aime en Afrique du Sud !

 

Elle court comme l’antilope du coin jusqu’au moment où les professionnels sportifs la remarquent et l’initient à la compétition !

Pour elle c’est une joie, elle est née des ailes aux pieds. Elle remporte des succès et gagnent des prix !

Comme tous les sportifs, elle rêve d’aller plus loin.

 

Elle apprend avec stupeur qu’elle est blanche. L’apartheid, système financièrement soutenu par l’économie suisse jusqu’au au bout, retient cette gazelle innocente dans ses filets et elle en devient comme tant d’autres la victime !

 

Pourquoi ? Parce que l’Organisation des Nations Unies déclare avec raison que ce fléau est « un crime contre l’humanité » et qu’un zola-budd.jpegmoyen de l’éradiquer est le boycott. Le bannissement des sportifs sud africains de toutes les rencontres mondiales est humiliant, frustrant, déshumanisant. Les cicatrices n’effacent pas les blessures ! Parce qu’il ne s’agit pas de biens de consommations, d’œuvres d’arts, de matériel de guerre ( !!!) , il s’agit de personnes humaines !

 

Zola Budd obtient la nationalité anglaise, continue de courir,  de gagner, de remporter des victoires. A cause de son origine, elle est huée, conspuée, honnie

 

Elle vient en Suisse, oui, à Neuchâtel  où, en 1986, elle bat le record des 5000 mètres – World Cross Title – pour la deuxième fois et Diak, président de la Fédération de l’Association d’Athlétisme mondiale (IAAF) refuse de lui remettre la médaille prétextant que Zola était un agent du système d’Apartheid.

 

Cornelia Burki, son amie suisse, de treize ans son aînée, raconte que son amie Zola, « était timide et introvertie, qu’elle ne désirait qu’une chose, c’est qu’on la laisse courir et courir toujours plus vite. »

http://www.athlenergy.com/FR/athlenergy-620/zola-budd-l-athlete-maudite-.html

afterthefalloct200.gif

En bref son palmares :

Record du monde du 5 000 mètres en 15 min 01 s 83 en 1984

Record du monde du 5 000 mètres en 14 min 48 s 07 en 1985

Championne du monde de cross en 1985 et 1986

« En raison du boycott de l'Afrique du Sud qui pratique la politique de l'apartheid, ce record n'est pas reconnu par les instances de l'athlétisme. »

Dérision ou bonne foi ? En 2006, Zola est « expressément  l’invitée d’honneur à la rencontre de la Fédération de l’Association d’Athlétisme mondiale (IAAF) par le Président Lamine Diak qui désirait réparer publiquement son comportement et montrer son repentir ! Elle accepte.

 

Pourquoi ces quelques fragments de l’histoire de Zola Budd dans mon blog?

 

a)  à cause de ce qui se passe aujourd’hui dans la patrie de Zola et que je me demande ce qu’elle pense du show et du jeu ?

b)  parce que la course pour tous et parce que le sport pour tous sont, je crois, l’envers de ce que nous regardons sur l’écran , musees-afrique-du-sud-1156932511-1112325.jpgdans ces stades flambants neufs pour l’occasion, et vraisemblablement bientôt vides.

c)   parce que le plus douloureux débat que j’ai jamais eu avec mon frère Yves avait pour cause Zola Budd ! Le nœud acéré de l’apartheid qui empêchait toute rencontre tant étaient inévitablement dures les prises de position durant la lutte!

d)  Parce que, comme l’a dit Zola, « la vie change tout, sauf ce qu’elle ne change pas : ce que l’on a vécu ».

stock-vector-funny-eight-ball-laughing-vector-37331491.jpg


Et je termine en citant Yves : « Parce que la terre est un ballon, chaque fois que s’achève un rendez-vous planétaire de football, on en finit pas detirer le rideau ! L’homme est ainsi fait qu’il aime jouer avec tout ce qui symbolise les fondements matériels de son existence : la terre sur laquelle il se meut, un ballon qui lui ressemble…mais par-delà le jeu il y a la vie ! »

(Yves Jeannotat, « Sport où est ta victoire ? » édition Baudelaire, 2009,  p. 21)

stock-vector-happy-white-ball-laughing-vector-36596965.jpg

 

21:21 Publié dans Sports | Tags : zola | Lien permanent | Commentaires (0)

19/06/2010

LE BALLON MEDITATION

 

Méditation dominicale et le Ballon de la Coupe Mondiale

 

girl_wih_a_dove.jpg

Où est ton Dieu ? (Psaume 42 :3)

Ne savez-vous pas que l’Esprit de Dieu habite en vous? 1 Corinthiens 3:16 (L'esprit, c'est Jésus)

Mais oui je le sais! "L'Esprit lui-même prie par des soupirs inexprimables" Romains 8:26

Jésus l'avait bien dit: « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas … votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l'ayez demandé. » Jésus, Mt 6 :7

Je trouve vraiment fatiguant cette « jacasserie » liturgique à répétitions. Des mots et encore des mots dans nos interminables offices religieux. Des lectures du livre des « Chroniques, du livre des Rois » qui rivalisent de cruauté avec ce qui se passe dans tant de pays aujourd'hui! La pauvre lectrice dit: « Paroles du Seigneur ». Suvi de « Nous rendons grâce à Dieu! » Automatique!

Pauvre Evangile et pauvre Jésus. Mais que fait-on de l'Esprit qui habite en nos coeurs?

Comme l'air habite le cœur du ballon rond – la vessie de caoutchouc gonflée - de la Coupe Mondiale 2010!

Comme l'air habite les poumons des footballers, des joueurs de vuvuzelas et vous et moi.

ballon_feu.jpgC'est quand je suis consciente d'être moi en Lui et Lui en moi, Dieu et moi par « osmose » si j'ose dire. Mais c'est plus que cela. Le fait est que je n'existerais pas s'il n'était le Vie en moi comme un ballon vide d'air n'existerait pas.

Parfois j'en suis consciente dans la plénitude du moment présent, parfois j'en suis moins ou même pas consciente et cela n'enlève rien au fait que Dieu, mon créateur et moi, et toi et nous tous sommes UN! Existentiellement! Dieu n'est pas divisible! Et sa Vie ne cesse de jaillir, d'illuminer, d'aimer puisqu'Il est Amour! L'Etre Amour, c'est le JE épousé au TU de Martin Buber!

Et les footballers shootent parce qu'ils sont « Je-Tu » avec eux-mêmes et avec le Ballon! Ce n'est qu'une flamme de vie qui nous réjouit, nous amuse, nous énerve aussi, nous irrite, nous rend ivre de bonheur ou de désespoir car c'est dans le jeu de notre déploiement dans l'Univers que nous existons! Jusqu'au « Hors espace-temps ». « Hors-jeux »!

« ... Comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi, qu'eux aussi sont un en nous... qu'ils soient un comme nous sommes un : moi en eux en moi... » Jean 17:21. Le plus extraordinaire miracle de la Création, c'est que l'Unité parfaite n'enlève rien à mon individualité! Ni à la tienne mon ami!

Précieux ballon rond, nous t'aimons et c'est ce que chantent les vuvuzelas à capella!

Nelson Mandela a écrit : « Mon père était un prêtre officieux... qui n'avait pas eu besoin d'être ordonné, parce que la religion traditionnelle du xhosa est caractérisée par une intégrité cosmique - il y a peu de distinction entre le sacré et le séculaire, entre le normal et le surnaturel. »

Que le Ballon-planétaire nous aide à nous aimer!

Bon dimanche!

 

 

22:32 Publié dans Spiritualités | Tags : ballon | Lien permanent | Commentaires (3)

18/06/2010

A L'OMBRE DE LA MONTAGNE

 

A l’ombre de la montagne

476514948985.png

http://www.alombredelamontagne.ch/drupal/?q=node/57

Un film documentaire de deux réalisateurs allemands, Alexander Kleider et Daniela Michel avec Ashraf Cassiem et Mnecedisi Twalo, tous les deux actifs au Cap dans les campagnes menée contre les évictions - www.antieviction.org.za - est actuellement montré à Bâle, Genève, Berne et continue sa tournée : http://filmtour.blogsport.eu/2010/03/28/kult-kino-basel/

 

Ce film reflète « la dureté de la vie des pauvres du Cap et les efforts inhumains qu’ils doivent déployer pour survivre. Les structure d’inégalités mises en place par le système d’apartheid imprègne encore la société. (Nos journalistes l’auront certainement vu !)

Mais ce film montre aussi la résistance, la solidarité, l’humour et la fantaisie que déploient les gens. Ashraf et Mncedisi sont engagés sans compromis pour les droits humains personnes menacées. Ils subissent des arrestations et des violences corporelles. Par exemple, il faut dire clairement que la coupure de l’eau, représente la violation d’un droit fondamental et s’y opposer est totalement justifié. L’évaluation de Ashraf et de Mncedisi quant aux conséquences de la Coupe du Monde est claire : non seulement, les pauvres n’en profiteront pas, bien au contraire. Pendant les trois mois que l’accord avec la FIFA est en vigueur, 2000 personnes de rue perdent leur travail ;  70 d’entre eux ont reçu une licence. 800 familles du Cap ont dû quitter leurs demeures pour faire place au stade. Et pour le stade d’entraînement les habitants des environs ont été chassés au nom des « mesures d’embellissement du quartier » Le rôle de l’Anti Eviction Campaign (AEC) consiste à soutenir les personnes qui luttent contre leurs déplacements forcés. Ainsi l’AEC organise la résistance, négocie avec les autorités et mobilise l’opinion publique. Elle organise des tournois de football des pauvres avec des équipes des townships. Avec des organisations partenaires d’autres provinces, l’AEC veut également rendre attentif aux conditions des pauvres, par des actions communes pendant la Coupe du Monde.

Barbara Müller, la coordinatrice de la KEESA, Campagne pour l’annulation des dettes et les réparations en Afrique australe (c/o FEPA, case postale 195, 4005 Bâle) - www.apartheid-reparations.ch -

maintient le contact avec l’AEC et sert de porte-parole pour ses revendications.

 

Rien ne peut mieux démontrer aussi clairement le « Unfinished business of apartheid » – et aussi la nécessité de demander des comptes aux profiteurs de l’apartheid en Suisse. Vous trouvez des informations sur l’Anti Eviction Campaign sous : www.antieviction.org.za

Vous trouvez aussi deux articles parus dans « La Liberté » 1.4.10 et « Le Courrier » 4.3.10, qui semblent pertinents parmi le flots d’informations véhiculées actuellement.

(retransmis avec reconnaissance par Claire-Marie)

 

21:54 Publié dans Suisse | Tags : coupe de foot | Lien permanent | Commentaires (0)

HAMBA KHAHLE

 

Hamba khahle

rose_fd7-2.jpg

Nano, un petit frère à moi, 9 ans, est mort en somnolant dans les bras de maman. Une épidémie grippale qui prend les enfants à la gorge, ils étouffent. C’était l’hiver rigoureux au Jura et la neige avait empêché le médecin d’arriver à temps à notre ferme. J’avais 3 ou 4 ans et les beaux cheveux de maman blanchissaient sous nos yeux, le regard de papa, pétris d’une douleur insondable contemplait sa femme et son enfant mort ! Les enfants, dont moi, étions assis. Là. L’enfant fut mis en terre porté par papa, dans un coin du cimetière.

Le plus beau mystère: sans savoir d'oì ni comment, un rosier rouge s’est mis à fleurir de la graine enfouie, là ! Maman transformée, son visage profond sous sa chevelure de neige, m’impressionnait et je sentais la tendresse de papa pour sa femme !

Tata Madiba et Zenani

 

photo_1276785716391-4-0.jpg

 

Hier, je n’ai pu écrire un mot sans que cette image ne me reviennent en mémoire. Mandela blanchi de vieillesse et pétris de souffrance refoulée, se rend à aux funérailles de son arrière petite fille Zénani à la chapelle du collège Saint-Stithian, où l'adolescente, 13 ans, était scolarisée. C’est l’hiver. Madiba ne sent ni le froid ni le chaud. Il porte en lui Zenani, morte en somnolant après le délire du Concert d’ouverture des Jeux et elle se réveille de « l’autre côté », hors espace temps pour illuminer et réchauffer le cœur brisé de son Tata. Tata l'aura su avant qu'on le lui dise! http://www.ndweb.org/actu2/

« Zenani jouait du piano et du saxophone, faisait partie d'un groupe de percussions dans son école. Elle aimait lire, écrire, cuisiner des crêpes et envisageait de devenir chirurgien plastique » Tout ça, Tata le savait. Il le sait. C’est accompli.

En fait, la dépouille de Zenani repose au « Four Ways Cemetery ». Sur le tertre peut-être les deux roses que portait Tate Madiba, fleuriront tout soudain !

http://www.24heures.ch/depeches/people/nelson-mandela-funerailles-arriere-petite-fille-1

Hamba kahle, ZENANI


Et rose elle a vécu ce que vivent les roses…(Malherbe)

Oh! Oui, l'herbe pousse plus drue sur les champs de bataille et dans les immenses « Golden acres » d'où germe la Vie d'un Continent neuf, l'Afrique.

960458_joe256-safrica-accident-man_150x113.jpg


Zenani, le symbole: première victime de la Coupe du Monde de Foot. La contradiction des contradictions: la Croix! Et Jésus mondialisée aujourd'hui plus que jamais à la merci des systèmes et invincible. Ouvrons donc les yeux!

La seule décoration de Madiba : deux roses.

 


two_pink_roses_poster-p228244392084565448trma_400.jpg

10:49 Publié dans Spiritualités | Tags : zenani | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2010

SOWETO (LA GRUYERE)

 

16 juin 1976 et 2010

 

Soweto, il y a 34 ans jour pour jour, vers 9 a.m., des milliers d’enfants « descendaient dans la rue », protestant contre l'imposition de l'enseignement exclusif en langue afrikaans. C’était pacifique. Des milliers d’écoliers de Diekloof (où nous enseignions) marchent joyeux, déterminés, politisés, responsables. La Police panique et tire. Hector Pietersen, 12 ans, devint le symbole de la répression aveugle du régime. Une hécatombe de corps que les parents et amis viennent ramasser et mettre en terre.

6cd062b.jpg16 juin 2010, la Coupe bat son plein et au programme : Espagne - Suisse à 16h

Afrique du sud - Uruguay à 20h30. Des cicatrisés de 46 ans et plus  aujourd’hui, encourageront Bafana Bafana face à l’équipe uruguayenne.  Les « Restants de Soweto 1976» penseront à la fluidité heureuse du temps : Aikôna, Katutura !

La NATI interraciale

· Pendant ce temps, chez nous : « Journal La Gruyère » du mardi 15 juin 2010 » http://www.lagruyère.ch

 

Auteur Charles-Dominique Anais Créée le Jeudi 04 Décembre 2003 Ajoutée le Mercredi 02 Avril 2008 (ci-dessous)

anti.apartheid.2.jpg

Le charme des sud-africaines

En première page : « L’Afrique du Sud d’un Gruérien baroudeur ». “Je cherchais l’aventure” dit-il en page 20 ! Je clique et ouvre et arrive au 2ème paragraphe : (http://www.lagruyere.ch/fileadmin/user_upload/images/IMAG...)

Donnez votre avis sur ce portrait.

Le lecteur Africain sud-africain, de peau noire ou blanche, sursautera et s’arrêtera net, comme je l’ai fait, à ce qui suit :

« Le charme des Sud-Africaines »

Célibataire à l’époque, Michel Magnin n’est pas resté insensible au charme des Sud-Africaines. « Au consulat ou dans la banque d’en face, il y avait de très jolies femmes noires. Je les invitais à passer la nuit chez moi. Le lendemain la police m’attendait et me mettait à l’amende. Car, excepté les employés de la maison légalement enregistrés, les Noirs n’avaient pas le droit de dormir chez les Blancs. » Les amendes « pour problèmes de mœurs » atterrissaient sur le bureau de l’ambassadeur. « Je luis ai demandé d’être compréhensif avec moi, j’étais célibataire… Son épouse m’a bien aidé. Elle lui a dit : « Tu ne vas quand même pas faire du chagrin à Magnin ! » Alors, les rapports me concernant ne sont jamais arrivés à Berne. »

Monsieur Magnin employé au Service Consulaire suisse à Johannesburg et « aux affaires économiques de l’ambassade » en 1982, n’a aucune gêne aujourd’hui à raconter sa vie sexuelle nocturne face « aux lois interdisant (à l’époque) les relations sexuelles entre Noirs et Blancs ».

http://en.wikipedia.org/wiki/Category:Legal_history_of_South_Africa

Je suis mal à l’aise pour M. Magnin et pour l’ambassadeur de Suisse en Afrique du Sud ! Et sur les rapports « les rapports qui ne sont jamais arrivés à Berne.»

Je suis mal à l’aise pour le Journal « La Gruyère ». Je suis mal à l’aise pour les lectrices et lecteurs qui lisent ça, ont un petit rire narquois et tournent la page !

Juste un exemple. Celui d’un accusé Sud-africain noir, n’ayant pas la protection d’une ambassade ni d’une Eglise, ni d’un gouvernement ! Ni même de sa communauté de « Farmhands » ! Terrorisée. J’ai été témoin. Un domestique noir traîné devant le tribunal de la ville de George (province du Cap-occidental) par une femme blanche, patronne de la vaste ferme !

Chef d’accusation, délit « criminel » : Le domestique aurait « touché » cette Blanche au coude. Le Juge (itinérant à l’époque) condamne le  Noir à « tant » d’années de prison : la nature du délit et pour enseigner à ces « gens » le respect des lois et de la race blanche. Pas de recours possible.

app0037.jpg

L’accusé est père de famille. Ils habitent un shack de l’autre côté de la haie derrière l’habitation des propriétaires blancs. Afin d’être disponible au moindre appel des patrons! Le vieil homme de 50 ans mourra de tuberculose en prison.

Si le « touché au coude » avait été un rapport sexuel, quelle aurait été la sentence ?

L'accusé aurait-il eu la protection de ses employeurs, à George, à Prétoria, à Berne ?

Le portrait, dans le journal « La Gruyère » mélange dangereusement et superficiellement la réalité historique avec des « témoignages » inadmissibles :  « Le charme des Sud-Africaines, mélangé à « Des Suisses, mais surtout des anglophones (qui) considéraient les Noirs pires que des chiens ».

 

 

16:11 Publié dans Sports | Tags : gruyère | Lien permanent | Commentaires (5)

15/06/2010

EAU ET ELECTRICITE

Numériser0001.jpg

 

Complément à ma note d'hier au sujet de l'article paru dans le quotidien La Liberté de Fribourg

 

De SWISSINFO

 

L'actualité suisse dans le monde mardi 15.06.2010

 

43% de la population sud-africaine vit avec moins de deux dollars par jour.

Le
taux de chômage atteint officiellement 24,5%. En réalité, il se monte à plus de 40%.

260'000 emplois ont officiellement été perdus en 2009, surtout parmi les jeunes hommes noirs du secteur informel.

13 millions de Sud-Africains bénéficient de
l’aide sociale

Depuis 1995, le
revenu mensuel moyen des Noirs a augmenté de 37,3%. Celui des Blancs de 83,5%.

Selon la Banque mondiale, 13% de la population vit dans des conditions de «premier monde», 50% dans un
pays en développement.

37% de la population n’a
ni eau ni électricité courante et 25% n’a pas accès à l’éducation primaire.

L’espérance de vie a reculé de dix ans ces dix dernières années, pour atteindre 50 ans. 18,1% de la population est séropositive.

Ces dernières données de SWISSINFO à l'adresse:

http://www.swissinfo.ch/fre/Dossiers/Coupe_du_Monde_2010/Eclairages/La_Suisse_logera_loin_des_realites_sud-africaines.html?cid=8274606


Droit à l'eau et résistance en Afrique du Sud : la lutte contre les compteurs d'eau prépayés à Soweto et si vite épuisés

Et il y a aussi les compteurs d'électricité prépayés et si vite épuisés

Non rien n'est gratuit pour les pauvres en Afrique du Sud sinon le soleil du midi et les étoiles dans la nuit et l'espérance en Dieu notre créateur!

10:22 Publié dans Sports | Tags : prinsloo | Lien permanent | Commentaires (1)

14/06/2010

Pretoria with Johan Prinsloo

 

 

map.jpg

Taken from The Freedom Charter, adopted at the Congress of the People, Kliptown, on 26 June 1955

La coupe du monde en Afrique du Sud me permet de rappeler les ombres du passé et du présent. Je ne veux gâcher la fête, si c’en est une, mais il faut montrer ce qui a permis à cette fête d’exister. Et ce qui reste à faire pour que tous jouissent des jeux et du pain.

J’ai lu ce matin dans le Quotidien de Fribourg La Liberté cet article de VINCENT CHOBAZ, Prétoria:  « Africain, plutôt qu'Afrikaner » paru le 14.06.2010

http://www.laliberte.ch/index.php?contenu=dossiers&dossiers=55&dossier=2208

Il s’agit de Johan Prinsloo, lui, (qui) est resté. Il a foi en cette Afrique du Sud multiraciale. Il dit : «Je suis né ici. Je suis Africain. Viscéralement Africain, au même titre que le Noir que je croise dans la rue. Et à mon échelle, je veux participer au dévelop- pement de l'Afrique du Sud. Il y a tant d'opportunités à saisir pour rendre ce pays meilleur. Ma vie est ici.» Ce qu’il raconte sur «Employment Equity» n’est pas faux, l’ambiguïté reste par rapport au salaire « des Noirs » à responsabilité égale, serait 30% plus élevé que celui des Blancs !

« Les inégalités sont en train de devenir plus sociales que raciales. Un Africain du Sud sur deux vit toujours en dessous du seuil de pauvreté, avec un revenu inférieur à 33 francs par mois. «La criminalité n'est pas une histoire de couleur de peau, mais de condition sociale», poursuit Johan Prinsloo.

Et puis Prinsloo dit : « Le gouvernement construit des maisons, distribue gratuitement l'eau et l'électricité s'il le faut. » Construire des minuscules maisons, c’est vrai, mais donner gratuitement l’eau et l’électricité est grossièrement faux ! Le journaliste aurait peut-être pu ou du vérifier cette dernière assertion, ou alors, La liberté.

En soit, ce portrait est bon mais nous présente Johan Prinsloo comme étant de celles et de ceux qui font « faire avancer » les gens et les choses dans ce pays à peine sorti de la domination occidentale.

La Charte de la liberté, adoptée à Kliptown, le 26 juin 1955 "L'Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y vivent, Blancs et Noirs (...) Notre pays ne pourra être prospère et libre qu'à condition que tout notre peuple vive dans la fraternité, jouissant de chances et droits égaux."

cfr. http://www.alliance21.org

Ceci dit avec toute ma reconnaissance à Vincent Chobaz

 

23:48 Publié dans Sports | Tags : la liberté | Lien permanent | Commentaires (0)

13/06/2010

ACTUALITE + FOOT

zoom-50941-ballon-equitable-de-foot-millenium.jpg

 

Dimanche soir, de ma fenêtre

 

Les drapeau sud-africain et suisse pendent comme deux âmes en peine de l’arbre porte drapeaux. Le bourdonnement des vuvuzela est remplacé par le ronflement de voitures. L’orage, le tonnerre, la pluie font fuir frelons, guêpes, abeilles. Sont-ils au bistrot d’en face ?

 

Avec un petit groupe, j’écoute Infrarouge au sujet de l’imminent retour de Max Göldi chez lui. « "C'est un soulagement pour lui et pour nous. Mais aussi un début de normalisation des relations entre la Libye et la Suisse", a dit Micheline Calmy-Rey.

 

Infra-rouge : pourquoi E. Mamarcbachi met face à face UDC, LIBERAL-RADICAL, SOCIALISTE pour se réjouir du retour de l’enfant prodigue chez les siens. Pas facile de comprendre, c’est un Infra-rouge de trop ! Pour moi, l’émission est comme le bourdonnement de frelons aux mâchoires acérées, sur ce terrain de « sport » « Vuvumachin » insupportable (mes mots)  où l’UDC shoot et shoot et shoot pour mettre le ballon, alias Calmy Rey hors jeu et à la porte ( !) pour la remercier de ses efforts ! L’UDC ramasse un carton jaune !  Vuvuzela chorus va piano lorsque la voix et les paroles de Rachid Hamdani, compagnon d’infortune de Göldi ont la tonalité du vécu humain. Sans haine, ni mépris, avec beaucoup de reconnaissance envers tous. http://www.infrarouge.tsr.ch/ir/1732-emission-speciale-go...

 

Mais la Coupe du Monde, elle, prend la vitesse de croisière et à force de victoires et de défaites à répétition, on oublie la réalité, et « les remote control warnings » qui ne nous quittent pas :

La frustration des exploités, de la majorité tenue à distance respectable pour la sécurité des favoris de la FIFA, et de la « bande-à-Blatter », qu’on déteste de plus en plus ! Blatter, qui exige de vivre dans la suite présidentielle d'un hôtel de luxe et ne tolère que les glaçons à l'eau d'Evian …. selon les médias locaux.

http://www.tsr.ch/sport/programmes/

460_0___30_0_0_0_0_0_j0424257_copy.jpgLe chef de la FIFA mérite des cartons rouges :

· 2000 vendeurs de rues, au Cap, perdent leur travail

· 800 familles du Cap ont été déplacées pour faire place au stade

Je renonce à plus poursuivre ce sujet ce soir en souhaitant que le football, le jeu de la classe ouvrière noire du temps de la lutte ne se transforme en un instrument d’exploitation avec la complicité de la FIFA et des nouvelles élites sud-africaines.

 

23:24 Publié dans Politique | Tags : göldi | Lien permanent | Commentaires (1)

12/06/2010

PRIERE DU SOIR

 

la_prire_du_footballeur.jpg

La liturgie du sport spectacle

« L’idée que Dieu tout puissant puisse vouloir donner la victoire à « notre » équipe plutôt qu’à l’adversaire révèle une mentalité religieuse assez primaire et une « théologie » bien peu critique ».

Qu'en pensez-vous?

Ma prière du soir au son des vuvuzelas

Sous le regard de Jésus, dans sa tendresse en mon moi profond, je lui confie ce qu’Il sait déjà puisqu’Il vit chaque moment de la journée avec chacun de nous.

· Juste de l’autre côté des tilleuls de la Place du marché, un bistro a installé un écran pour relayer les matchs de la Coupe mondiale au son des vuvuzelas, et bien sûr « pour faire un peu de commerce ». En plus et j’ai sursauté : le grand drapeau sud-africain à l’ombre du drapeau suisse.

· Un autre petit « sursaut » quand j’apprends l’escapade de Doris Leuthard à Emerald Hôtel, Vanderbijlpark et « bien à l’abri dans la cage dorée ou émeraude des Suisses ». Elle suivra les matchs avec son mari, en Afrique du Sud et en Suisse. Je prie qu’elle trouve le temps de faire son boulot au Palais fédéral. Et puis, ce qui suit me turlupine : Doris L. est en charge du Département fédéral de l’économie. Et la FIFA n’est pas tout-à-fait une œuvre charitable ni une Organisation non lucrative.

· Je me demande si elle va serrer la main de Sepp Blatter qui vient de recevoir un carton jaune (dont Doris aura sans doute entendu parler sur le parvis du Palais fédéral). C’est dans le cadre de l'Orgaisation Suisse d'entr'aide Ouvrière: http://www.horsjeu-afriquedusud.ch

· Lisez quand même : 13’715 cartons jaunes pour Sepp Blatter!

gelbe-karte.jpgLe 8 juin, l’OSEO a remis à la FIFA 13'715 signatures à l’appui de la pétition contre l’exploitation lors du Mondial. La FIFA n’a désigné aucun-e représentant-e pour prendre acte du dépôt de la pétition. Elle refuse ainsi une nouvelle fois tout dialogue en matière de droits humains.

« Lors du Mondial 2010 et de sa préparation, des droits humains élémentaires ont été bafoués:

les salaires des ouvriers de la construction étaient inférieurs au minimum vital,

des quartiers pauvres ont été détruits pour construire de nouveaux stades ou pour des raisons d’image,

et la FIFA a même tenté de restreindre la liberté de la presse… » Et ce n'est pas tout!

· Mais je suis déphasée, mon bien aimé Jésus, mon vrai ami, parce que je lis ce que Doris L. a dit à Genève en début juin : "Une nouvelle gouvernance mondiale est nécessaire. Le capitalisme financier a atteint de sérieuses limites", a affirmé la responsable du Département fédéral de l'économie devant quelque 2000 délégués de plus de 150 pays réunis jusqu'au 18 juin à Genève. Mais lisez le tout dans l’Hebdo : "Une nouvelle gouvernance mondiale est nécessaire. Le capitalisme financier a atteint de sérieuses limites", a affirmé la responsable du Département fédéral de l'économie » . Lire : http://www.hebdo.ch/doris_leuthard_a_ouvert_la_conference_internationale_du_45981_.html

· Le vuvuzela sur la place du Marché de Bulle semble bourdonner de ne pas s’en faire : les abeilles sont au travail, les guêpes et les frelons aussi pour le meilleur ou pour le pire et envoient de multiples messages dans les oreilles du Blatter et de la FIFA.

· C’est vrai que le sport unit ceux qui sont dispersés, séparés, comme le fait le partage du pain et de l’eau, Jésus nous a dit et répété ça. Il se fait reconnaître quand on partage du pain, des poissons et pourquoi pas, des petits ballons ? Paul de Tarse parlait parfois comme un sportif de son temps : « Le plus fort gagne » si le cavalier s’accroche bien à la crinière de sa monture. Ce que Paul n’a pas pu faire. Pour notre instruction et consolation !

Je ne comprends rien à ce pauvre ballon qu’on shoot sans aucun respect pour ce qu’ il ressent. Je me demande ce qui motive les joueurs? Jouent-ils vraiment pour le plaisir? Pour se défouler? Pour nous faire rire?

louange_b.jpg

Mon Dieu, Je suis fatiguée de ces contradictions, je les remets entre tes mains et je remets mon âme entre tes mains d’Abba, ce soir, au « doux son » des vuvuzelas et j’espère m’endormir en rêvant de petits ballons qui disent : « I have a dream » et qui rebondissent d’un pays à l’autre, d’un cœur à l’autre, en atteignant son but sans gardien : le plus profond de mon cœur, de notre cœur.  Afin qu'un jour, le jeu et le « sport » n'aient plus rien à voir avec le fric!

 

22:08 Publié dans Spiritualités | Tags : sport | Lien permanent | Commentaires (1)

11/06/2010

ZENANI MANDELA

 

Zenani-Mandela-006.jpg

L’adolescente, (image ci-dessus) première victime de la compétition

L’adolescente, première victime de la compétition, s'envole et le vieillard reste encore un peu de temps!

Elle chante, danse, prie, souffle de toutes ses forces dans le cou du vuvuzela qui roule dans les oreilles du monde comme un beau bourdonnement d’abeilles au travail. Elle entend Desmond Tutu ululer « je rêve, je rêve, je rêve » ! Elle aussi rêve et c’est le secret qu’elle a peut-être partagé avec le vieillard aux cheveux crépus et blancs, au sourire irrésistible, au regard qui vous attire ! Madiba! Grand-Grand-père. Elle, Zenani fête ses 13 années le mercredi 9 juin ! Elle n’a pas connu l’apartheid sinon par ce que lui en auront raconté les aînés et Madiba.

 

Ce jeudi, avec la famille élargie, Zenani fête la joie de vivre au stade Orlando, Soweto. Il est presque minuit, un chauffeur, une accompagnatrice de l'enfant Zenani, prennent la route du retour. La voiture s’est retournée sur l’autoroute, Zenani est écrasée en chantant « Moto e pela » (Que le feu brûle!) et son cher vuvuzela au travers du petit corps, tous deux vides de souffle et vides de vie.

 

A la maison, Madiba sommeille jusqu’au petit matin selon son habitude, cherche de ses yeux fatigués un rayon de soleil pendant que la famille éplorée s’approche et lui dit que Zenani s’est envolée. Pour toujours.

108247_une-mandela2.jpg
SEUL

Ce qui se passe dans le cœur de Nelson Mandela, nul ne le saura jamais sinon Zenani et Dieu. Il y a des expériences de vie et mort trop profondes pour en parler, même avec la langue des anges !

Madiba est le Père de la Nation, dans la lutte, dans la célébration, dans la joie, dans la mort. Son peuple en liesse l’attend au stade vers les 14h00 afin de bénir de sa présence l’ouverture de la Coupe du Monde. Il ne sera pas là de corps, il est là d'esprit!

 

Zuma, lira la note. « Nelson Mandela a appris ce matin la mort tragique dans un accident de son arrière-petite-fille, Zenani Mandela, âgée de 13 ans. Il serait inapproprié dans ces circonstances qu'il assiste personnellement aux célébrations pour l'ouverture de la Coupe du monde. Nous continuons de croire que la Coupe du monde est un moment historique pour l’Afrique du Sud et le continent,  Madiba sera là avec vous en esprit. »

« Nous sommes convaincus que les Sud-africains et les gens dans le monde entier seront aux côtés de M. Mandela et de sa famille dans cette tragédie » a dit Zuma luttant contre l’émotion. J’ai pu observer ça chez cet homme.

 

Un homme drapé dans le drapeau arc-en-ciel déclare : « La Nation entière partage le deuil de Madiba. »

 

A 15H55. Jacob Zuma, saisit le micro des mains de Blatter et dit encore aux 90 000 spectateurs : «Il aurait voulu être là. Il m'a dit que le sport devait primer et qu'il fallait en profiter.»

 

23:20 Publié dans Spiritualités | Tags : zenani | Lien permanent | Commentaires (4)

CONCERT à ORLANDO

 

Pekwa-All-Stars-Soweto-006.jpg
SOWETO

Concert d'ouverture de la Coupe du Monde de football 2010

jeudi 10 juin à 20:10 sur TSR

 

Ce soir j’ai regardé, écouté le concert d’ouverture de la coupe du Monde à Soweto, stade d’Orlando. Une foule arc-en-ciel, mouvante, comme une mer, la plus belle légèrement agitée par un souffle, le souffle du bonheur.

Des « stars », comme on dit, Hugh Masekela, le Soweto Gospel Choir, des groupes de l’Amérique latine, de l’Algérie, du Magreb. Heureux, respectueux des autres.

Au beau milieu du concert : Desmond Tutu, l’évêque à la voix, au rire et au message prophétiques, la résonance de Mandela, notre Madiba.

L’Afrique, le berceau des humains. « Nous sommes tous Africains », lance ce grand homme vêtu aux couleurs de Bafana Bafana et un élan d’amour et de reconnaissance s’élève des grassroots !

Je me suis sentie en communion avec le corps et l’âme de ce peuple frémissant, ouvert, à la résilience jusqu’à l’héroïsme ordinaire et à une espérance fragile et obstinée

J’ai pleuré à la pensée de « la marche du temps », seule enfouie dans la plénitude du présent fait du passé et de l’avenir. Invictus. Invincible. Une émotion profonde à la pensée de son Histoire, son destin.

Frappée une fois de plus par le témoignage de sa vitalité, de l’énergie vibrante de ce peuple, une question nouvelle et qui ne me quitte pas: comment a-t-il pu rester enchaîné si longtemps dans le système d’apartheid ? Ce Peuple au coeur de feu?

images.jpgEt comment ce système est-il arrivé à contenir ce bouillonnement de vie, cette exubérance sans limite ? Je n’ai pas la réponse si ce n’est l’âme rythmée, insondable du Sud de l’Afrique pour qui être est plus important qu’avoir, être ensemble est plus important que d’être seul, partager est plus important que capitaliser ! L'Esprit plus important que la Loi. Et pour qui  le temps signifie mûrissement! La patience du temps!

Ma prière du soir : que ce berceau de l’humanité, l’Afrique, nous aide à renaître à ce qu’il y a de plus humain en nous : Jésus.


 

00:31 Publié dans Spiritualités | Tags : sud afrique | Lien permanent | Commentaires (0)

09/06/2010

FACE à FACE à VANDERBIJLPARK

suisse-hôtel-sport-business-300x133.jpg
1077585_medium.jpg

Vanderbijlpark: c'est ça

Emerald Hôtel

ZUMA   BLATTER



L’équipe suisse de foot est logée à Emerald Resort & Casino à Vanderbijlpark. Association suisse de football (ASF) a réservé les 77 chambres au prix, 240.00 la nuit. D'entente avec la FIFA et les autorités locales, les joueurs seront en sécurité ( Swissinfo du 06.06.2010). Les entraînements auront lieu à un kilomètre de là sur un terrain et stade bien rafraîchis pour le prix de 150 000.00 francs. Un million en Rands sud-africains.

« Le gouvernement a décrété la fermeture des écoles durant la période du Mondial, afin de permettre aux jeunes Sud-africains de suivre la compétition et aussi pour lâcher un peu de lest dans les transports ».

 

Vanderbijlpark: 220'000 habitants. Peu savent ce qui se passe à Emrald Hôtel. Même Daniel, jardinier de l’Emerald Resort & Casino, payé 100 Rands la journée (15 francs), dit ne rien savoir. Les autres employés non plus!

David essaie d'économiser pour assister à un match des «Bafana Bafana» au Soccer City Stadium de Johannesburg. Les billets les moins chers coûtent 500 Rands. Donc 5 journées de travail pour Daniel.

 

« A Sharpeville voisine, … en plein après-midi de semaine, une quinzaine de jeunes, allure de voyou, cicatrices sur le visage et dentition éparse, tentent de fuir le désœuvrement et la misère quotidienne. » « Nous ne sommes pas des criminels: vous savez ce qu’il s’est passé ici en 1960? Et bien, n’oubliez pas de le raconter. » Il y a près de 50 ans, une manifestation pacifique s'était soldée par 69 morts abattus sauvagement par la police blanche.

 

Vingt ans après la libération de Nelson Mandela, ...la grande fête du football pourrait faire oublier (???) durant quelques semaines la dure réalité quotidienne dans un pays ou plus de la moitié de la population vit avec moins de deux dollars par jour.

 

Un gouffre sépare l’Emerald Resort & Casino du township de Sharpeville.

Car Venderbijlpark, c'est aussi ça

C'est le foyer de Vanderbijlpark Steel (qui faisait auparavant partie de ISCOR (Iron & Steel Corporation), qui fait maintenant partie de la société mondiale Arcelor-Mittal. (Swissmetal à Reconvilier, ça vous dit quelque chose?)

Les ouvriers noirs sont nécessaires au fonctionnement de MITTAL. Il faut les loger, eux, aux townships noirs Boipatong, Bophelong, Sebokeng Sharpeville aux environs de Vanderbijlpark. Mais il faut aussi agrandir le site industriel et pour cela Arcelor-Mittal « chasse des populations entières de leurs terres, juste pour y construire des usines et ainsi encore et encore faire du profit au frais des plus démunis. »

Pollution in Vanderbijlpark on Tuesday.

300px-VanderbijlparkSteelMill.jpgD'où l'invitation urgente à nos journalistes et ceux de la FIFA d'aller s'informer à la base. Parler avec les ouvriers et les habitants proches de ces aciéries. Analyser les conditions de travail et respirer avec les gens la fine poussière noire et cancérigène que les immenses cheminées crachent 24 heures sur 24. Puis ne pas manquer de visiter VECOR, le plus grand ensemble de travaux lourds de génie dans l'hémisphère sud situé à Vanderbijlpark où se trouve également Cap-Gate (Pty) Ltd, un détenteur important de part de marché dans l'industrie du fil de fer. Que d'attractions à l'autre pole du Casino de Emerald hôtel !

ArcelorMittal Vanderbijlpark Steelworks et la pollution

44.jpg

 

et voici un aspect de la lutte

steeling.jpg

200 protesters marched to protest Mittal Steel

11:18 Publié dans Sports | Tags : vanderbijlpark | Lien permanent | Commentaires (2)

07/06/2010

Vanderbijlpark

 

SUISSAFRICA: BRAVO

 

WolkeHartAngus1.jpg

wolkehart

 

Le coeur dans les nuages  au ciel du Transvaal,

quel bonheur

A 13h00, une demi-heure de repos fait du bien, mais j'entends le mot de SUISSAFRICA avec Stéphan Gabioud. Lui et une équipe de la RSR seromt en Afrique du sud surant un mois je présume afin de couvrir la Coupe Mondiale de Foot. Mon attention critique s'amenuise pendant que les minutes s'envolent. J'ai pensé que c'était un travail de reporter engagé. Du lundi au vendredi toujours à la même heure, on pourra écouter à la radio ce qui se passe en Afrique du Sud. Voici l'adresse de l'émission:

http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/suissafrica/?date=07-07-2010

Cette première émission est excellente, et les interviews dénotent des lumières un peu forcées et des ombres un peu atténuées. Mais la réalité doit être comprise et appréciée sur les ondes.

La description de Vanderbijlpark non loin de Gauteng, Igoli!!! La ville de l'or! C'est bien fait et pas fini. Il y a encore des découvertes à faire dans les alentours, et au-dedans. Et on n'oubliera pas que Vanderbijlpark, avec l'Emerauld hôtel de luxe qu'habiteront les footballerssuisses  est proche voisine de Sharpeville, le township de la mort.

Une jeune cinéaste en quête de valeurs originelles chez les femmes de la tribu "San" restantes, est enthousiaste et fascinée par la population qui l'accueille.

L'Afrique du Sud aujourd'hui serait un terrain de violence qui fait fuir dit-on, mais non, on  peut s'y sentir chez soi après quelques semaines d'apprivoisement, voilà qui est vrai! Un autre immingré suisse, le coiffeur des Grisons est d'une candeur désarmante: pourquoi il s'est installé à Greenpoint, pourquoi il a son salon « indoors », c'est bien dit, bien fait!

logo peace cup.pngLes craintes des deux Suisses quant à l'avenir du pays sont justifiées, pas tellement à cause de la population en général mais à cause de la corruption dans les plus hautes sphères du gouvernement!

On ne pourra que continuer la lutte, puisque la rapine est au cœur de l'homme au Pouvoir, indépendamment de sa race! Mais ce n'est pas propre à l'Afrique du Sud.

Avec des émissions comme celle que je viens d'écouter à la RSR 1ère , je crois que la World Cup servira à passer outre les dérapages et de révéler l'immense espérance de ce peuple prophétique. Et je me ferai un plaisir d'y mettre mon petit grain de sel de temps en temps.

Visitez: http://www.radiotour.ch/fr/2010/index.html

 

http://www.rsr.ch/#/corporate/communiques/2078249-mondial-2010-un-mois-de-foot-sur-la-rsr.html

 

A voir aussi l'excellent programme de GEOPOLITIS de ce soir

http://www.tsr.ch/emissions/geopolitis/

Afrique du Sud : à l'heure du foot, quelles réalités politiques ?

C’est la Coupe du Monde de foot : le monde entier regarde l’Afrique du Sud.

Où en est la nation "arc-en-ciel" ? Lundi 7 juin 2010

 

 

 

16:53 Publié dans Afrique | Tags : sport | Lien permanent | Commentaires (2)