21/06/2010

FOOT et ATHLETISME

 

zola_budd.jpgFootball et athlétisme

Coupe mondiale 2010 et Zola Budd 30 ans plus tôt !

 

Zola voit le jour le 26 mai 1966 à Bloemfontein, Afrique du Sud, dans une famille laborieuse de 6 enfants.

Comme tous les enfants du « Orange free State » à l’époque, elle aime courir pour le plaisir.

Comme tous les enfants, même les adultes, elle court pieds nus.  Zola court toujours plus vite, une gazelle toujours plus légère.

Comme tous les enfants de Bloemfontein, elle ira à l’école sans jamais entendre parler de Mandela ni du conflit racial latent.

690-0-0-0_144491.jpgElle ne sait pas qu’elle est blanche. Elle est une enfant qui aime la vie comme on l’aime en Afrique du Sud !

 

Elle court comme l’antilope du coin jusqu’au moment où les professionnels sportifs la remarquent et l’initient à la compétition !

Pour elle c’est une joie, elle est née des ailes aux pieds. Elle remporte des succès et gagnent des prix !

Comme tous les sportifs, elle rêve d’aller plus loin.

 

Elle apprend avec stupeur qu’elle est blanche. L’apartheid, système financièrement soutenu par l’économie suisse jusqu’au au bout, retient cette gazelle innocente dans ses filets et elle en devient comme tant d’autres la victime !

 

Pourquoi ? Parce que l’Organisation des Nations Unies déclare avec raison que ce fléau est « un crime contre l’humanité » et qu’un zola-budd.jpegmoyen de l’éradiquer est le boycott. Le bannissement des sportifs sud africains de toutes les rencontres mondiales est humiliant, frustrant, déshumanisant. Les cicatrices n’effacent pas les blessures ! Parce qu’il ne s’agit pas de biens de consommations, d’œuvres d’arts, de matériel de guerre ( !!!) , il s’agit de personnes humaines !

 

Zola Budd obtient la nationalité anglaise, continue de courir,  de gagner, de remporter des victoires. A cause de son origine, elle est huée, conspuée, honnie

 

Elle vient en Suisse, oui, à Neuchâtel  où, en 1986, elle bat le record des 5000 mètres – World Cross Title – pour la deuxième fois et Diak, président de la Fédération de l’Association d’Athlétisme mondiale (IAAF) refuse de lui remettre la médaille prétextant que Zola était un agent du système d’Apartheid.

 

Cornelia Burki, son amie suisse, de treize ans son aînée, raconte que son amie Zola, « était timide et introvertie, qu’elle ne désirait qu’une chose, c’est qu’on la laisse courir et courir toujours plus vite. »

http://www.athlenergy.com/FR/athlenergy-620/zola-budd-l-athlete-maudite-.html

afterthefalloct200.gif

En bref son palmares :

Record du monde du 5 000 mètres en 15 min 01 s 83 en 1984

Record du monde du 5 000 mètres en 14 min 48 s 07 en 1985

Championne du monde de cross en 1985 et 1986

« En raison du boycott de l'Afrique du Sud qui pratique la politique de l'apartheid, ce record n'est pas reconnu par les instances de l'athlétisme. »

Dérision ou bonne foi ? En 2006, Zola est « expressément  l’invitée d’honneur à la rencontre de la Fédération de l’Association d’Athlétisme mondiale (IAAF) par le Président Lamine Diak qui désirait réparer publiquement son comportement et montrer son repentir ! Elle accepte.

 

Pourquoi ces quelques fragments de l’histoire de Zola Budd dans mon blog?

 

a)  à cause de ce qui se passe aujourd’hui dans la patrie de Zola et que je me demande ce qu’elle pense du show et du jeu ?

b)  parce que la course pour tous et parce que le sport pour tous sont, je crois, l’envers de ce que nous regardons sur l’écran , musees-afrique-du-sud-1156932511-1112325.jpgdans ces stades flambants neufs pour l’occasion, et vraisemblablement bientôt vides.

c)   parce que le plus douloureux débat que j’ai jamais eu avec mon frère Yves avait pour cause Zola Budd ! Le nœud acéré de l’apartheid qui empêchait toute rencontre tant étaient inévitablement dures les prises de position durant la lutte!

d)  Parce que, comme l’a dit Zola, « la vie change tout, sauf ce qu’elle ne change pas : ce que l’on a vécu ».

stock-vector-funny-eight-ball-laughing-vector-37331491.jpg


Et je termine en citant Yves : « Parce que la terre est un ballon, chaque fois que s’achève un rendez-vous planétaire de football, on en finit pas detirer le rideau ! L’homme est ainsi fait qu’il aime jouer avec tout ce qui symbolise les fondements matériels de son existence : la terre sur laquelle il se meut, un ballon qui lui ressemble…mais par-delà le jeu il y a la vie ! »

(Yves Jeannotat, « Sport où est ta victoire ? » édition Baudelaire, 2009,  p. 21)

stock-vector-happy-white-ball-laughing-vector-36596965.jpg

 

21:21 Publié dans Sports | Tags : zola | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.