18/05/2010

ISLANDE

 

 

LE NUAGE ENTRE CIEL ET TERRE

 

87708184.jpg
Dans les Cendres du volcan en Islande

Trafic aérien: selon Eurocontrol External link28000 vols ont été opérés hier, 17 mai 2010, en Europe, soit 1000 de moins qu'en temps normal. Un ciel partiellement et provisoirement épuré du le-volcan-eyjafjoll-en-eruption-5-mai-2010-4542106qjmmi_1713.jpgdéversement d'acier toxique. Les oiseaux gazouillent, les étoiles réfléchissent, la lune aussi, les voyageurs gémissent, les compagnies aériennes se tremblent et se lamentent. Il y a de quoi. La TV 19h30 hier soir « priait » que ce vilain méchant nuage de cendres islandais qui menace nos voyages de la Pentecôte nous « foute la paix! »

Nuage de cendres dans le ciel de l'Agleterre et de l'Irlande

Oh! Je sais que ce n'est qu'une infime partie de la réalité. La réalité totale. C'est quoi?

 

"Les cendres islandaises s'attaquent aux cieux d'Irlande et d'Ecosse, l'Europe, le Maroc, le nuage se promène au "gré du vent qui souffle où il veut" arrosant sur son passage des languettes de feu, des cendres "toxiques, gluantes, menaçant passagers dans leur boîte d'acier, s'écoulant en pluie et dangereusement crystalline sur notre terre et ses habitants!

 

Qu'est-ce qu'on attend là, à regarder le ciel? Le sort, la fatalité? Peut-être bien, comme le tremblement de terre à Haïti, mais Haïti n'est pas le monde. Et l'impertinence des cendres m'apparaît comme un signe des temps. Un de plus! Notre réflexion remplirait des pages, - et beaucoup gardent ces choses en leur coeur - mais pour les Islandais, la réalité, c'est quoi? Le volcan Eyjafjallajokull. A prononcer respectueusement EY-ya-fyat-lah-YOH-kuht.

 

D'abord les Islandais eux-mêmes, leur ciel, leur terre, leur cheptel, leur nourriture, leur vie quotidienne? La Presse nous informent plus intelligemment que la TV. Et c'est avec reconnaissance que j'explore grâce aux journaux, la réalité islandaise. (Ainsi que le dossier http://lci.tf1.fr/volcan-islande-cendres/)

 

Même à densité moindre, les gens par centaines sont évacuées des régions périphériques du volcan, les écoles fermées, les enfants à la maison, les secouristes débordés viennent aider les fermiers à rentrer leurs bêtes à l'abri dans les étables ou même les maisons.

"Nous avons entendu qu'il y avait des animaux qui mouraient. Des chevaux et des oiseaux", explique Solveig Olafsdottir, de la Croix-Rouge islandaise. Des vaches, des moutons et de 142425.jpgfrêles poneys islandais sont récupérés à la faveur d'un changement de direction du vent qui poussait jusque-là massivement la cendre au-dessus de leurs têtes et les plongeait dans une profonde nuit artificielle et suffocante. "On pouvait sentir qu'ils étaient heureux de se mettre à l'abri", raconte le fermier Sigurgeir Ingofsson en terminant d'entasser sept chevaux semi-apprivoisés dans une petite étable où se pressent déjà sept vaches et 48 moutons dont des brebis enceintes. Lui-même forcé d'évacuer sa ferme, M. Ingofsson avait dû abandonner ses chevaux samedi en pleine tempête de cendre. "Il fallait que je parte. Ce fut une décision très difficile mais il y avait du soufre dans l'air", explique-t-il comme pour s'excuser auprès de ses bêtes. "Je ne savais pas à quoi m'attendre en rentrant ce matin. Mais "les gens sont remarquablement calmes".

La cendre, que la pluie a transformée en une boue épaisse et grisâtre, pose un problème sanitaire car elle est fortement concentrée en fluorure, le sel de l'acide fluorhydrique, préviennent les scientifiques. "
L'ingestion de fluorure cause des problèmes aux os et aux dents, en particulier chez les animaux en croissance. La cendre peut aussi (...) provoquer chez eux des difficultés respiratoires et digestives", mais on ne panique pas « Les gens sont remarquablement calmes. » Ils sont en état de choc, mais que faire ? Il faut bien jouer avec les cartes que l'on a en mains", note un policier en patrouille dans son 4x4 recouvert de cendre.

L'activité volcanique enregistrée ces dernières semaines dans le sud de l'Islande fait craindre aux spécialistes le réveil du volcan Katla voisin, considéré comme l'un des plus dangereux de l'île et qui sommeille depuis 1918. (selon AFP)

Mais les oiseaux? Qui, selon la nature de la Création, devraient avoir la priorité de l'espace aérien: « Le danger pour les oiseaux est bien plus immédiat. Ils n'ont malheureusement 142407.jpgaucun abri ni aucune conscience de ce qui se passe. En entrant dans le nuage de cendres, leurs ailes ont beau battre l'air, elles ne trouvent plus aucune portance. De plus, les plumes chargées de cendre s'alourdissent et perdent leur profil aérodynamique. Bref, les oiseaux tombent et meurent au sol. C'est assez dramatique vu que la saison des migrations vient de débuter. Un observateur a vu hier un vol d'oies sauvages disparaîtrent ainsi dans la tourmente. »

Cher oiseau islandais mort dans les cendres

« Que les hommes et les bêtes soient couverts de sacs et de cendres » Jonas 3:8. Cette fantastique histoire de Ninive et du pauvre Jonas me revient à la mémoire … mais notre Créateur est empathie incarnée, Il se met à notre place. Ecouter ce qu'Il en pense, cela peut être très intéressant.

 

11:30 Publié dans Spiritualités | Tags : nuage | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Non le soleil ne disparaît pas. Merci de raconter ce que vous avez vu! Notre témoignage complète (et parfois corrige un peu) ce que rapportent les agences de presse au sujet "du drame humain des clandestins immigrants venus de toute l'Afrique". Ces candidats au départ, tendus vers le but, qu'ils n'atteindront jamais. Et qui passeront tel un flash d'une 10zaine de secondes à peine à la TV. Mais le problème est structurel et profond. Et agir pour permettre aux Africains de rester et survivre dans leur pays natal, exige des rencontres autres que celles des "grandes nations" (G20 etc). Notre utopie créatrice de la grande famille humaine (le royaume de justice et de paix)nous essayons de lui être fidèle. Jésus n'y pas réussi. Mais il nous montre peut-être comment poursuivre le chemin, même sans réussir! Merci Yann!

Écrit par : cmj | 18/05/2010

Dans la Liberté d’aujourd’hui, le reportage de SERGE RONEN
http://www.laliberte.ch/?contenu=article&article=32110

Ce qu’il rapporte de son voyage en Islande, notamment à Reykjavik à une distance de 140 km de Eyjafjallajökull, est en partie ce que pense « Gudmundur Valtysson, autrefois célèbre restaurateur, reconverti dans l'immobilier, qui se montre critique envers les médias ». Voici : «l'éruption volcanique est tombée à point pour dresser un écran de fumée, précipiter dans l'oubli le plus sombre scandale financier de l'histoire islandaise, le scandale des bons d'emprunt Icesave, puis le krach de la plupart des établissements bancaires»

En ce vendredi soir à Reykjavik, les pubs et restaurants sont pleins à craquer. L'alcool coule à flots.

Gudmundur, la cinquantaine robuste, se fraie un passage jusqu'au bar de ce pub fréquenté par les journalistes. Le temps de vider un petit verre de Brennivin, le tord-boyaux du cru, et de raconter ce qui lui pèse vraiment sur le coeur: la cupidité d'une oligarchie qui a fait main basse sur les richesses de l'île.«En raison d'une population clairsemée tout le monde se connaît, dit-il, cela facilite la corruption.»

Puis S. Ronen se tourne vers la Jeunesse : « L'Islande est en effet un vivier de jeunes talents, la vie intellectuelle y est en pleine effervescence, et les idées fusent pour redorer l'image du pays. Ces jeunes - aucun d'eux ne paraît avoir froid aux yeux - n'excluent cependant pas l'idée de s'expatrier néanmoins si, disent-ils, «cela en vaut la peine».

Le contenu de ma note, focalisé sur la population clairsemée, au-delà de la capitale, sur leur problème existentiel face au nuage volcanique. Et qui ne peuvent fuir ni émigrer. Je pense aussi à la nature, les oiseaux, les animaux.
claire marie

Écrit par : cmj | 20/05/2010

Les commentaires sont fermés.