01/05/2010

1er Mai 2010

 

 

artisan.jpg


1er mai 2010

Aujourd’hui samedi, c’est la journée des travailleurs, des chômeurs, des sans domiciles fixes, sans oublier Joseph et Jésus de Nazareth.

Les chrétiens se souviennent des deux charpentiers qui connaissaient bien la valeur des forêts autour de Nazareth, la valeur des arbres : des chênes, des cyprès, des cèdres, des pins. Il fallait les abattre, traiter ce bois jusqu’à ce qu’il soit utilisable pour être travaillé.

Ces travailleurs savaient manier la scie, les rabots, les racloirs, le maillet le marteau, les poinçons, les chevilles, les clous. J’imagine Joseph et son fils confectionnant des tables, des tabourets, des chaises, des bancs, des divans, des objets de cuisines tels que des cuillères, des sébiles. Mais ils fabriquaient aussi des barques, des jougs et puisqu’ils habitaient un pays occupé par les Romains, ils devaient sans doute fournir des croix pour les condamnés !

Les restes de bois utilisés servaient à faire du feux, pour faire la cuisine, se chauffer, s’éclairer ; les copeaux, la sciure pour renforcements des fonds de planchers peut-être… et les échardes : les mains des charpentiers connaissent ! Elles étaient sans doute rugueuses et belles, leurs mains !

On leur demandait aussi d’aller mettre en place un plafond, une porte, une fenêtre, des lambris, des poutres et des escaliers dans des maisons des alentours. Ils étaient connusguedelon_18.jpgpuisque, plus tard, confrontés à Jésus, des juifs diraient : « N’est-ce pas là le fils du charpentier Joseph ? » (Mt 13 :55 et Mc 6 :3). Pour les gens, Jésus et Joseph ne faisaient qu’un : charpentier.

Qui étaient les clients, comment payaient-il le travail accompli ?

Aujourd’hui, Joseph et Jésus se trouveraient chez eux dans nos familles d’artisans. C’est le travail manuel bien fait qui compte ! Pour l’artisan, le temps n’est pas de l’argent, c’est de l’or ! Mais rares aujourd’hui sont celles et ceux qui peuvent s’offrir le luxe de faire ce qu’ils aimeraient tant!

Il faut nouer les deux bouts en sciant, rabotant, limant, Joseph et Jésus réfléchissaient : Joseph sur le pain quotidien alors que Jésus sentait grandir en lui une solidarité avec les ouvriers de son pays, de tous les pays de tous les temps.

Peut-être éprouvait-il une sourde révolte gronder envers le « pouvoir » romain et juif qui pratiquait la peine de mort sur une croix, peut-être pensait-il à l’inévitabilité d’un conflit contre les oppresseurs et les exploiteurs, peut-être qu’une espèce de prémonition faisait frémir son adorable visage de jeune homme ! Ce fils de charpentier, si parfaitement humain qu’il est Dieu (Edward Schillebeexs) est le Leader qui avait la vision d’un monde de justice et d’amour et qui a mis toutes ses forces à le construire. Il en est mort sur une croix en bois. Et nous poursuivons son travail.

 

22:21 Publié dans Spiritualités | Tags : charpentier | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Oui, bien sûr! Et demain devrait vous parvenir "Francs-propos". J'espère que vous allez bien.
claire marie

Écrit par : cmj | 03/05/2010

Les commentaires sont fermés.