01/04/2010

COMME UNE COMEDIE HUMAINE

Jeudi et vendredi de ce début d'avril 2010

 

brico60.jpg

 

L'Occident « chrétien » se souvient de Jésus de Nazareth. Sa vie, sa lutte, ses conflits avec les autorités du Temple et de l'empire, l'arrestation, le procès, la condamnation, l'exécution et la suite qu'on dit être la Résurrection.

Le devoir de mémoire ou bien la force de l'Esprit de cette mémoire vivante? Le vécu de Jésus aujourd'hui?

 

Derrière l'écran de mon ordinateur, l'homme Jésus assis sur une roche, les mains jointes, les pieds nus, son regard plongé jusque sur les touches du clavier et dans mon cœur, ce jeudi soir, je crois.

 

Inutile de feuilleter les livres liturgiques et de rabâcher des textes en attendant l'Amen final. Un coup d'œil autour de nous suffit. C'est le choc, l'effroi. Mais c'est aussi l'immense espérance que la souffrance et la mort n'ont pas le dernier mot. Nous restons figés « au bord du chaos de notre planète malade tout en « sachant » que notre Histoire est en train de préparer gigantesque bond en avant!

 

Avec Jésus au désert regarder la réalité en face, prendre conscience de ce qui se passe sans toutefois gaspiller trop d'énergie à pointer du doigt telle ou telle personne, sans négliger pourtant les systèmes corrompus et qui corrompent! Difficile d'exister hors du péché de ces systèmes!

 

La réalité: est-ce que le progrès humain découle du progrès de l'économie et de la politique? Le manque de profs dans les écoles, parce qu'on a peur des élèves. Le manque de médecins généralistes qui coûtent trop cher aux Caisses maladies? Le fric s'accumule dans la mesure ou les ouvriers redondants chôment. Les bonus « nécessaires à la survie de coffres-forts et du veau d'or. » dans les couloirs et les parvis des Temples.

 

La cécité, la surdité, l'amnésie, les dénis de crimes des gardiens des Temples et, à intervalles accélérés, le chant du coq: « Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois Matt. 26:34 ». Les « excuses cum demande de pardon » télévisées d'institutions par un porte-parole lisant un texte préparé. Puis dans ce crépuscule poussiéreux on entend comme le bruissement tourmenté de tiges d'herbe sèche et drue des « non-nommés soupçonnés d'être prédateurs et/ou victimes de mauvaises pensées contre la pureté comme le catéchisme l'écrivait pour les enfants. »

 

Les « lieux saints seulement » ne sont pas seuls, il y a des « boîtes » économiques à suicides (telécom France), des réseaux de drogues bon marché, des complots diplomatiques dans les coulisses d'institutions et de partis politiques en vue d'une nomination. L'outrageante business des religions dans des États férocement pro-lifers au USA mais pas seulement! Puis ces fausses notes porteuses d'un mépris méprisable: la « jacasserie » qui s'écoule comme une bavure dans les égouts des masses qui n'y comprennent rien. Comme un grincement de dents ou de tôle rouillée.

 

Jésus est pleinement homme et même s'il gémit « Pourquoi, Abba, m'as-tu abandonné? » le désespoir n'aura pas le dernier mot. Il scrute les rein et les cœurs et « ce qui se passe » des signes de vie au-delà des murs, des puissances et des dominations.

  • Par exemple: les instituteurs d'une école laïque français se cotisent spontanément pour permettre à l'un d'entre eux de rester plusieurs semaines auprès de son enfant de 11 ans qui se meure d'un cancer

  • Cette femme sans domicile fixe qui trouve un lit et une présence dans l'étroit deux pièces d'une étrangère

  • Cette famille qui abandonne les lapins en chocolats pour mettre leurs sous pour Haïti

  • Cette infirmière épuisée qui prolonge son temps de travail afin d'aider un peu l'infirmière sensée la remplacer à telle heure fixe

  • Et ce matin sur la RSR 1ère vers 8h15 l'invitée Claire Clivaz théologienne et pasteur, professeure de Nouveau Testament à l'Université de Lausanne, qui publie "L'ange et la sueur de sang" aux Éditions Peeters, et qui commente simplement et clairement sans langue de bois, certain faits scabreux. (http://www.rsr.ch/la-1ere/les-emissions)

 

  • "Le début d'une ère nouvelle" en commençant par une une meilleure connaissance des débuts de l'univers et de la particule Dieu. Les scientifiques espèrent percer certains mystères de l'Univers que nous habitons et qui nous habite. Et mon ami Albert Nolan de jubiler: « ,,,la science devient un tremplin vers la spiritualité et la mystique » (Suivre Jésus aujourd'hui par A. Nolan, la science après Einstein, chapitre 4, page 70)

     

  • les excellentes émissions de la RSR 1ère « à vue d'esprit » http://www.rsr.ch/espace-2/a-vue-d-esprit


    Passer de la défiguration à la transfiguration

    Solidaire de la parole des pauvres

     

  • La résurrection, une insurrectionsemaine-sainte-cest-propre-histoire-partants--L-1.jpeg

 

Mais j'espère revenir à cette insurrection résurrection dimanche!

 

Commentaires

Cher Yann, j'ai promis de partager avec vous un mot ou l'autre au sujet de Teilhard, de l'évangile et de l'Église catholique romaine. Ce matin l'invité de la RSR 1ère a fait un excellent éclairage selon moi. Vous l'avez peut-être écouté mais je vous donne l'adresse et c'était à 7h24:

http://info.rsr.ch/fr/rsr.html?siteSect=1054

L'invité du journal
Georges Andrey, historien sur l'Église catholique

"Le Pape Benoît XVI est resté muet, dimanche lors de sa bénédiction pascale, sur la grave tourmente que traverse l'Eglise catholique actuellement avec la révélation de plusieurs affaires de pédophilie. Est-ce à dire qu'il ne souhaite pas aborder les problèmes de front? Dans quelle perspective historique doit-on inscrire ce que vit aujourd'hui l'Église?" Vous pouvez facilement le ré-entendre si vous avez le temps.

Personnellement il me semble que Jésus peut surgir de ce tombeau silencieux que paraît être depuis trop longtemps l'Institution romaine. Mais ce tombeau ne renferme pas le Peuple de Dieu en chemin. Et nous faisons, je crois, partie de ce peuple laborieux qui essaye de construire un monde plus juste.

Quelqu'un me disait la semaine passée: "C'est comme une maison avec rez-de-chaussée et premier étage: l'Institution, pape, évêque, clergé, et autres fonctionnaires ecclésiastiques se trouvent au premier étage, et les gens ou le peuple si vous voulez se trouvent au rez-de-chaussée. Le problème c'est qu'il ni a ni escalier ni ascenseur entre le haut et le bas".

On peut discuter de la pertinence de cette image mais il me semble que lorsqu'un groupe, une société est organisé horizontalement, comme une immense prairie, et non pas verticalement comme une pyramide, la communication est plus facile et sans doute plus vraie.
amicalement et bonne semaine
claire marie

Écrit par : cmj | 05/04/2010

Cher Yann, j'essaie de voir où j'en suis en cette fin de semaine et espère n'avoir rien oublié. Puis-je me permettre de vous demander le titre et référence d'un livre où l'autre sur le sujet du genre De Chardin (mais de lui, j'ai presque tout lu). Mais si vous ne répondez pas, c'est parfaitement OK.
bien à vous
claire marie

Écrit par : cmj | 09/04/2010

Les commentaires sont fermés.