27/03/2010

JESUS AUJOURD'HUI COMME HIER

 

 

tree rings.jpg

Semaine de la Passion

Saint Luc 22,14-71.23,1-56 et http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

Comme chaque année, ce que rapporte Luc sera lu dans les églises demain. Le message éclaire le vécu des "gens de tous les jours".

 

Je me souviens qu'en 1999 à Botshabelo, Afrique du Sud, nous avions dramatisé ce récit et, Seigneur, que c'était vivant et actuel! Les horreurs de l'apartheid se confondaient avec le drame qu'a vécu Jésus. J'y repense ce soir.

 

  • Le repas

     

Jésus pressentait, comme Oscar Romero il y a trente ans au El Salvador, que le système voulait se débarrasser de lui une fois pour toutes! Il eut l'idée d'inviter ses amis au repas pascal et leur offrit du pain et du vin. Jésus était triste et ses paroles en témoignent. Il rompit le pain, il leur versa le vin dans des bols et ils mangèrent ensemble. Jésus pensait à l'avenir et désirait que ces apôtres frustres ne l'oublient pas. Qu'il partage entre eux la nourriture. Car sans nourriture partagée, il n'y a pas de vie.

 

  • Les apôtres se chamaillaient

 

Lequel d'entre eux, à leur avis, était le plus grand? Qui serait le patron, le chef?

J'entends Jésus dire:

«
Mais il leur dit : « Le plus grand d'entre vous doit prendre la place du plus jeune, et celui qui commande, la place de celui qui sert. » Voilà le type de hiérarchie qu'il a voulu pour son mouvement dans la société et Il le dit clairement! Il explique: « Quel est en effet le plus grand : celui qui est à table, ou celui qui sert ? N'est-ce pas celui qui est à table ? Eh bien moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert...et je prie pour vous! » Mais ce premier pape marié et père sans doute d'une grande famille hausse la voix et dit

« Seigneur, avec toi, je suis prêt à aller en prison et à la mort. » Mais Jésus avait vécu avec ces hommes et Il les aimait tels qu'ils étaient, des faibles et des trouillards. Il dit à Pierre: « Le coq ne chantera pas aujourd'hui avant que, par trois fois, tu aies affirmé que tu ne me connais pas... » Jésus avait peur et leur conseilla de prendre conscience du sérieux du moment présent!

 

Jésus est angoissé

 

Jésus quitte la table et s'en va au jardin des Oliviers. Il ne leur dit même pas d'aller avec Lui mais ils le suivent. Jésus cherche un arbre, un Olivier au pied duquel il s'assied. Il pleure, il sanglote, il est angoissé comme les condamnés à mort aux Texas.

 

Les apôtres ne savaient pas trop ce qui se passait, la nuit avait été longue et ils s'endormirent pendant que Jésus gémissait et priait comme chacun de nous, parfois, quand nous sommes seuls, au fond de quelque trou et que l'espérance nous abandonne!

 

Mais il se reprend, il faut aller jusqu'au bout même dans une sueur de sang! Le courage lui revient, mais ses amis dorment lourdement et il les somme de se mettre debout! Les policiers armés arrivent et un des siens montre Jésus du doigt. J'imagine le choc de Jésus et son regard sans reproche mais immensément déçu! Pierre sort son épée et coupe l'oreille d'un policier. Pierre avait donc visé la tête! Il n'y a pas d'échauffourée, Jésus touche l'oreille blessée, il l'a guérit et demande la paix! Le policier blessé était le serviteur du « Grand Prêtre »!

 

  • Les chefs des prêtres, officiers de la garde du Temple et anciens sont donc face à Jésus.

Deux mondes: L'institution et ses fonctionnaires armées d'épées et de bâtons face au fils du charpentier de Nazareth qu'ils craignent et haïssent! Jésus leur dit: « On s'est quand même rencontré au Temple? Vous avez oublié? Mais je sens que « c'est la domination des ténèbres » (comme Steve Biko à le 12 septembre 1977 à Prétoria).

 

  • Le coq chante

 

Les apôtres suivent de loin et le pauvre Pierre entre même au Prétoire où Jésus subissait la torture type Abou Ghraib. Des gens reconnaissent Pierre, et lui les assure par trois fois qu'il « ne connaît pas cet homme ». Pire: il leur dit : « Je ne vois pas ce vous voulez dire... » Ce langage étrange se retrouve quasiment dans certaines déclarations de l'Osservatore Romano ces temps-ci. D'accusations, de contre-accusations. Non, nous ne sommes pas meilleurs aujourd'hui que ces premiers apôtres! Le coq a de quoi chanter au cours de l'Histoire de l'Église institution. Aujourd'hui: ça tombe à pic!

 

  • Le Fils de Dieu?

  • Le Roi des Juifs?

 

La première question vient du Chef des Prêtres, et la deuxième est posée par Pilate:

 

La réponse de Jésus est: « C'est vous qui le dites ».

Pour les Prêtres, ça suffit à exécuter Jésus alors que Pilate essayait d'y voir plus clair. Mais lui aussi avait peur et renvoie Jésus qui le renvoie à Hérode ce renard. Devant ce renard, Jésus se tait. Il est renvoyé à Pilate qui aura le dernier mot. Un dernier essai au crédit du païen romain: « Je le ferai châtier et je le relâcherai. » C'est la clameur: Tollé! » Pilate marchande leur en proposant de choisir entre le plus dangereux des criminels Barabbas, dit-on, et Jésus. Leur choix est immédiat. L'autorité politique « livre le Nazaréen au bon plaisir des autorités religieuses ».

 

  • Exécuté pour avoir dit la vérité!

 

Ses apôtres fuirent. Seules, les femmes restèrent auprès de lui! Cette histoire est vraiment très actuelle, mondialisée. Je me demande parfois où je me situe dans notre contexte postmoderne face à ce défi de la vérité?

22:36 Publié dans Jesus aujourd'hui | Tags : jésus | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonsoir chère Claire-Marie. Un certain Hérode ne serait-il pas un certain K et un certain Ponce Pilate, une certaine Union qui commence par E, ce soir où Max Göldi va très probablement rester en prison. Et le coq pourra chanter trois fois. Personne ne connaîtra le malheur et la souffrance de cet homme... Bonne soirée. Je suis très triste ce soir mais pas abattu. Vous pouvez lire mon dernier billet. bonne nuit, chère Soeur.

Écrit par : pachakmac | 28/03/2010

Les commentaires sont fermés.