17/03/2010

EGLISE

Saint Patrick (375-464)

ballade_celtique_large.jpg

De nombreuses légendes racontent la vie de Patrick, tant vénéré par les Irlandais, mais un texte intitulé « Les Confessions » est à peu près la seule source concernant la vie de ce saint si populaire. Il raconte simplement les échecs, les succès de sa Mission ainsi que les critiques de personnes qu’il aurait aimé avoir comme ami.

Mais l’actualité de ce 17 mars 2010 est sombre en Irlande et la presse irlandaise la publie. Juste deux adresses :

http://www.irishtimes.com/

http://www.irishtimes.com/newspaper/breaking/2010/0311/breaking18.html

Je crois que beaucoup d’Irlandaises et d’Irlandais vont dire, comme chaque matin et chaque soir, cette prière de Saint Patrick :

Je me me lève aujourd'hui
par la force du Ciel,
lumière du Ciel,
lumière du Soleil,
éclat de la Lune,
splendeur du Feu,
vitesse de l'éclair,
rapidité du vent,
profondeur de la mer,
stabilité de la terre,
solidité de la pierre.

Je me lève aujourd'hui
par la force de Dieu pour me guider,
la puissance de Dieu pour me soutenir,
l'intelligence de Dieu pour me conduire,
l'œil de Dieu pour regarder devant moi,
l'oreille de Dieu pour m'entendre
la parole de Dieu pour parler pour moi,
la main de Dieu pour me garder,
le chemin de Dieu pour me précéder…

le Christ avec moi,
le Christ devant moi,
le Christ derrière moi,
le Christ en moi,
le Christ au-dessus de moi,
le Christ au-dessous de moi,
le Christ à ma droite,
le Christ à ma gauche,
le Christ en largeur,
le Christ en longueur,
le Christ en hauteur,
le Christ dans le cœur
de tout homme qui pense à moi,
le Christ dans tout œil qui me voit,
le Christ dans toute oreille qui m'écoute.

Clore ici cette note serait esquiver l’actualité de l’Eglise institution rapportée, de manières diversement nuancées selon les journaux. Le bébé que j’étais a été baptisé dans cette Eglise sans me demander avis, mais j’en suis reconnaissante à mes parents car ça m’a permis, grâce à ces même parents de connaître celui dont l’institution se réclame : Jésus, le fils de l’Homme et notre frère ! Lui me fascine, pas seulement identifié qu’Il est chez les plus pauvres, mais en mon moi profond, au coeur de chaque humain, et au cœur de l’univers. J'assume  une responsable et une loyauté critique pour ce qui se passe dans cette institution que Jésus avait voulu être la famille de Dieu dans la mouvance du temps. Une loyauté critique qui se voudrait engagée. Par Amour pour Jésus trahi par certains de ses chefs et de ses "fonctionnaires" (H. Küng). Les autorités de cette institution ont paru obsédées par tout ce qui concerne le sexe, les femmes.

Elle est rattrapée par les abscès de pédophilie qui crèvent les uns après les autres. Comme à l'époque de Jésus, les femmes et les enfants ne comptaient pas pour la Synagogue et ses chefs. Jésus a dénoncé ces scandals et annoncé l'amour de "ceux qui ne comptent pas". Il les a donnés comme modèles. Sans se faire d'illusion, il a mis dans le coeur des petits et des marginalisés, la vision d'une monde autre et la force d'y travailler!

Jésus aimait et aime les enfants et les femmes. Il a vu la réalité des enfants, des femmes, objets de convoitise sexuelle de la part des Anciens ! Des protecteurs de la Synagogue qui les protégeait itou! Sa prise de position  en leur faveur remplit les évangiles, rédigées pourtant par des hommes !  Cela a dû marquer les esprits pourtant!

Aujourd’hui, en ce mercredi 17 mars 2010, que pense et que dit Jésus au sujet de l'actualité mondiale ecclésiastique?  Jésus que l’Eglise invoque solennellement en tant qu’Esprit ressuscité le dimanche de Pâques ?

Voici l’analyse condensée que j’ai lue (malheureusement en anglais et je m’en excuse en vous donnant l’adresse) Ce document est objectif, il relève les efforts et l’engagement du pape, comme il relève les doutes, les nœuds, la hantise de l’institution ; la priorité donnée à l’institution plutôt qu’aux personnes ! http://ncronline.org/news/accountability/will-ratzingers-past-trump-benedicts-present
(By John L. Allen Jr.)

Dans l’atmosphère de pédophilie qu’il est quasiment impossible de confronter et de discuter objectivement avec l’entourage proche ou lointain, permettre à Jésus notre Seigneur de nous éclairer est la seule chose à faire. Les paroles de Jésus selon Matthieu 18 :6 « Mais si quelqu’un doit scandaliser l’un de ces petits qui croient en moi, il serait préférable pour lui de se voir suspendre autour du cou une de ces meules que tournent les ânes et d’être englouti en pleine mer. »

Mais comment éviter cela, alors que nous sommes tous tentés de faire des choses qui scandalisent les petits, les faibles.

Selon René Girard : «Malheur  à celui par qui le scandale arrive ! » Jésus réserve son avertissement le plus solennel aux adultes qui entraînent les enfants dans la prison infernale du scandale. Plus l'imitation est innocente et confiante, plus elle se scandalise aisément, plus il est coupable d'en abuser.
Les scandales sont si redoutables que, pour nous mettre en garde contre eux, Jésus recourt à un style hyperbolique inhabituel chez lui : « Si ta main te scandalise, coupe-la... ; si ton œil te scandalise, arrache-le. » (Matthieu, 18, 8-9).
Référence : http://www.edition-grasset.fr/chapitres/ch_girard.htm

René Girard de conclure : « Jésus ne s'étonnerait pas de voir son enseignement méconnu. Il ne se fait aucune illusion sur la façon dont son message sera reçu. A la gloire qui vient de Dieu, invisible en ce bas monde, le grand nombre préfère la gloire qui vient des hommes, celle qui multiplie les scandales sur son passage. Elle consiste à triompher dans des rivalités mimétiques souvent organisées par les puissances de ce monde, militaires, politiques, économiques, sportives, sexuelles, artistiques, intellectuelles... et même religieuses.
La phrase : « il faut que le scandale arrive », n'a rien à voir ni avec la fatalité antique ni avec le « déterminisme scientifique ». Pris individuellement, les hommes ne sont pas obligatoirement voués aux rivalités mimétiques mais, en raison du grand nombre d'individus qu'elles contiennent, les communautés ne peuvent pas y échapper. Dès que le premier scandale arrive il en enfante d'autres et le résultat ce sont des crises mimétiques qui ne cessent de s'étendre et de s'aggraver. »

Prière du soir :

Nous avons tous été de petits enfants, confiants. Nous sommes devenus grands, la confiance parfois devient méfiance. Pourquoi ? Nous nous méfions aussi de nous-mêmes, avec raison ! Mais pourquoi se méfier des autres ?

mu_fabre_9070_pe_836_4_50_m.jpgPourtant, si nous nous souvenons, dans notre moi profond, de l’enfant qui nous habite, de Jésus en nous, en notre esprit en notre cœur. Il a dit : «… à moins que vous ne vous convertissiez, et que vous ne deveniez comme de petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des Cieux. » Mt18 :3. Cela veut dire quoi ? Aujourd'hui?

«Ce que vous faites au plus petit des miens, c’est à moi que vous le faites» (Matth., 25, 40.) il n'y a plus rien d'autre à dire..."

Mt : 11 : 25 « En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux enfants (tout petits). »

Avec Soeur Joan Chittester, je réfléchis et reviendrai peut-être avec plus de clarté sur cette actualité: http://ncronline.org/blogs/where-i-stand/divided-loyaltie...

 

Commentaires

Bonsoir très chère Claire-Marie. Oui, la parole de Dieu se révèle et se réalise par l'enfant. C'est si évident. En nous abandonnant à notre vulnérabilité, en brisant nos défenses, nous redevenons enfant de Dieu. La tendresse gagne en amplitude, le coeur va en confiance vers l'Autre, l'agressivité devient une agressivité positive tournée vers la résolution durable et "non menteuse" des problèmes et des conflits. J'écrivais cet après-midi dans un com sur le blog de Barbie Dark Side que je riais et pleurais en même temps comme un gros bébé joufflu. En vous lisant ce soir, cela confirme mon intuition personnelle. Oui. Dieu, le message divin, se transmet à travers la parole de l'enfant. Bonne soirée à vous, Claire-Marie.

Écrit par : pachakmac | 17/03/2010

Vous avez "oublié" de mentionné ceci:

«Ce que vous faites au plus petit des miens, c’est à moi que vous le faites» (Matth., 25, 40.)

il n'y a plus rien d'autre à dire...

Écrit par : Père Siffleur | 18/03/2010

Merci Père Siffleur, c'est corrigé et complété, laire marie

Écrit par : cmj | 18/03/2010

Cher Pachakmac, merci beaucoup. claire marie

Écrit par : cmj | 18/03/2010

Ma Soeur,

Vous me voyez très touché que vous puissiez tenir compte des remarques persifleuses (pour ne pas dire pernicieuses) d'un Père Siffleur pour qui il ne reste que l'humour de la dérision ou l'inverse la dérision de l'humour pour supporter la noirceur du monde!

Écrit par : Père Siffleur | 18/03/2010

Bj Père Siffleur et Claire-Marie. Dans le Noir complet! J'ai mon ami Géo qui a tant envie de me passer la camisole de force que je me demande si Hitler n'a pas pris possession de leurs âmes malgré son absence depuis 60 ans. Le démon a vraiment des armes d'une puissance redoutable. A nous de vivre et de jouer des armes de la dérision et de l'humour pour oublier la haine et l'envie de certains de nous éliminer de la planète. Bonne journée.

Écrit par : pachakmac | 20/03/2010

Les commentaires sont fermés.